Voilée, dévoilée, nue

À la Cité Universitaire, ces derniers jours, trois événements artistiques liés au voile : sujet politique à la mode, certes, mais sujet artistique délicat. On tombe trop facilement dans le procédé, dans la facilité, dans l’utilisation banale et éculée du thème.


1259938861_manta_500_pixels_l__philippe.1270982340.jpgC’est l’écueil que n’a pas su éviter Héla Fattoumi dans son spectacle chorégraphique Manta (avec Éric Lamoureux) : on a droit à tous les poncifs sur le voile, sans mystère, sans grâce. Il y a bien une interminable séance de pliage de voiles très duchampienne, mais qui finit dans une hystérie mal jouée, et aussi une belle image de la danseuse voilée de blanc se reflétant dans le parquet luisant, telle un monstre marin, une raie manta, mais c’est une chorégraphie bien paresseuse, et la chanson finale en appelant aux égéries féministes (Simone de Beauvoir…) est ridicule. Le seul moment où l’intérêt s’éveille est celui où, à contre-jour, son corps, deviné par transparence, s’agite de soubresauts sensuels. Le meilleur moment du spectacle, et de très loin, a été l’intervention intempestive des gens d’Uterpan en début de séance, qui nous ont gratifié d’un superbe Parterre, malgré les cris d’orfraie de quelques vieilles dames et l’indignation froide de la directrice du théâtre.

majida Bien plus intéressante, car évitant les codes et les propos ordinaires, est l’installation de Ghazel dans la salle de spectacle du dernier étage, plongée dans l’obscurité. À son habitude, sur deux fois trois écrans, sa figure muette enveloppée d’un tchador performe des petites scènes absurdes, drôles et tragiques à la fois, comme un alphabet. Pour nous Occidentaux, ces voiles évoquent aussi les nonnes de notre enfance. Chez Ghazel, le voile n’est pas seulement aliénation, objet de critique ou de mépris stéréotypés, c’est aussi un formidable outil plastique, comme la canne de Charlot ou le chapeau de Buster Keaton.

Enfin, sous les ors du grandiose Salon Honnorat, avait lieu un défilé de mode VIP (Voile Islamique Parisien) organisé par l’artiste marocaine Majida Khattari. Devant des spectateurs sagement assis sur leurs chaises, comme dans toute maison de couture qui se respecte, défilaient une dizaine de modèles : certaines (certains, à en juger par leur pieds) couverts de voiles lourds, débordants, ornés, extravagants, en devenaient invisibles, hiératiques, comme des statues en mouvement. Les autres étaient nues ou presque: corps superbes, juchées sur des socques médiévales, coiffées de superbes écheveaux de laine bleue, elles avançaient à petits pas, impassibles, hautaines, divines. Le voile apparaissait ainsi comme un érotisme, comme une résistance, comme une identité. Certaines passaient du voile à la nudité progressivement au cours de leur défilé, et, bien évidemment, c’était là une belle cristallisation du désir (au moins pour les hommes dans la salle). Ça aurait été superbe si Khattari s’en était tenue à cette forme de défilé statuaire; dommage que la forme en ait été quelque peu abâtardie, ici par une danseuse se déhanchant, là par une femme se débattant pour échapper à des liens/laisses tenues par un homme (un peu trop évident) : la pureté de l’idée y perdait un peu en beauté.

Ghazel étant représentée par l’ADAGP, la photo sera ôtée du blog au bout d’un mois. Photo 1 Laurent Philippe, photo 3 de l’auteur.

 429 Visites au total,  1 aujourd'hui

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *