Chute du mur de Berlin – 1989 : Les Pays baltes aussi

Tallinn-Liberté1La chute du mur de Berlin (ou plus exactement son ouverture) se taille la part du lion dans la commémoration des évènements de 1989. Permis par la Perestroïka de Gorbatchev, ils ont modifié la face de l’Europe et sans doute du monde. On parle aussi de Prague, Gdansk ou Budapest. On n’oublie Riga, Tallinn et Vilnius.


L'Europe coupée en 2 (Document "Ouest-France")
L’Europe coupée en 2 (Document “Ouest-France”)
Chacun des trois pays a son identité propre, mais il y a des constantes communes dans l’histoire qui expliquent que l’on confonde trop souvent les trois Etats. Ils ont en commun un XXème siècle fait de libérations suivies d’annexions et quelques fois de dictature interne durant leur indépendance. Ils ont connu tour à tour l’occupation nazie et le joug soviétique. Même la Pologne s’est parfois invitée à la table du festin pour réclamer sa part du gâteau balte.

Frontière entre la Pologne et la Lituanie : ici commençait l'Union soviétique
Frontière entre la Pologne et la Lituanie : ici commençait l’Union soviétique
Monument d'inspiration soviétique à Vilnius
Monument d’inspiration soviétique à Vilnius
Les épreuves nautiques des J.O. de Moscou se sont déroulées à ... Tallinn
Les épreuves nautiques des J.O. de Moscou se sont déroulées à … Tallinn

Pour s’en tenir à la période récente, on se souvient qu’une clause secrète du pacte germano-russe du 23 août 1939 met les trois pays dans l’escarcelle de Staline. Cela n’empêche pas l’invasion hitlérienne de 1941 d’annexer les Pays baltes. En 1945, Moscou reprend “ses droits” même si le pacte reste secret. Les trois pays font partie de l’URSS.

En Lituanie, les premiers remous ont lieu dès 1970. En 1987, des manifestation demandent la publication des fameuses clauses secrètes du traité germano-russe.

En Estonie, la révolution chantante de 1988 rassemble un tiers de la population.

En 1989, dès le 23 août, une chaîne humaine de 2.000.000 de personnes et plus de 600 kilomètres de long relie les trois capitales pour réclamer leur liberté.

A Vilnius, une dalle marque l'emlacement de l'une des extrémités de la chaîne
A Vilnius, une dalle marque l’emlacement de l’une des extrémités de la chaîne

En 1990-1991, les trois pays proclament leur indépendance et rencontrent plus ou moins de résistance de la part de Moscou.

Riga se souvient de 1991
Riga se souvient de 1991
La Liberté à Tallinn
La Liberté à Tallinn
Monument de la Liberté à Riga
Monument de la Liberté à Riga

Leur adhésion à l’OTAN puis à l’Union européenne permet de consolider cette indépendance retrouvée.

Pour autant, des forces revanchardes à l’extérieur, nostalgiques à l’intérieur, subsistent.

Aller dans les Pays baltes, en parler, se souvenir de leur histoire et commémorer ces évènements constituent aussi une manière de consolider cette indépendance.

JCLP

 511 Visites au total,  1 aujourd'hui

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *