220 vues

Chroniques de Jerusalem de Guy Delisle ; un petit chef d’oeuvre

0

Comprendre Israël et Jerusalem n’est jamais aisé, a fortiori quand on découvre ce pays et cette ville et qu’on y débarque sans rien connaître pour s’y installer… La bande dessinée française de Guy Delisle, Chroniques de Jerusalem, évoque sans parti pris et avec pragmatisme la vie quotidienne dans cette ville si convoitée…

 

Chroniques de Jerusalem de Guy Delisle ; BD passionnante

 

Guy Delisle a passé un an à Jérusalem (2008-2009), où il a suivi sa femme dans le cadre de son travail à MSF, avec leurs deux enfants.
Comme pour les autres pays où il a déjà séjourné, la Chine, la Corée du nord et la Birmanie (cf Shenzhen, PyongYang, Chroniques birmanes), Guy Delisle débarque sans rien connaître au pays et “ses humeurs et sa capacité d’étonnement servent de fil rouge au récit” (source).
Installé à Jérusalem-Est, dans un quartier arabe, il sillonne les rues de la ville à pied, avec son carnet de croquis, ou en poussette avec ses enfants et nous rend compte via sa bande-dessinée de ses observations très prosaïques et pragmatiques.chroniques de jerusalem guy delisle page 12
“Guy Delisle est une sorte de candide sans parti-pris qui regarde autour de lui, n’hésitant pas à pointer le cocasse ou l’absurde quand il le voit…” (source)
Palestiniens, Israëliens, territoires occupés, colons, etc., au début, il n’y comprend pas grand-chose. Il apprend au fur à mesure, à force de côtoyer des gens de tout bord, de visiter les lieux.
chroniques de jerusalem guy delisle page 21
Un jeune palestinien parle de ses conditions de vie en territoire occupé

Bref, il expérimente tranquillement la vie quotidienne.

chroniques de jerusalem guy delisle page 19
chroniques de jereusalem guy delisle page 20
le passage chez le garagiste palestinien

On est bien loin des grands questionnements existentiels qui ont travaillé Sarah Glidden – on peut peut-être aussi considérer qu’il est moins impliqué qu’elle, sentimentalement parlant – mais le récit de Guy Delisle n’en est pas moins captivant. Il a le don de présenter des situations souvent dramatiques le plus naturellement du monde et d’une façon beaucoup plus neutre que sa collègue (limite à la façon d’un journaliste). Avec une petite pointe d’humour ou d’ironie par ci par là.

Il touchera certainement un public plus large.J’ai apprécié également la sorte de mise en abyme dans le récit, quand Guy Delisle nous parle de son métier de bédéiste qu’il tente d’exercer tant bien que mal pendant cette année. Il se rend de temps en temps à tel ou tel festival à l’étranger, il participe à des ateliers BD dans des universités et diverses écoles en Israël ou en Palestine. Certains projets échouent, faute d’autorisation, comme à Gaza.

chroniques de jerusalem guy delisle page 17

 

Guy Delisle a reçu le Fauve d’or au Festival d’Angoulême 2012 (prix du meilleur album) pour ses Chroniques de Jérusalem
acheter

Pour en savoir plus :

Le livre de Guy Delisle a ma petite préférence par rapport à Comment comprendre Israel en 60 jours (ou moins) de Sarah Glitter, autre bande dessinée sur l’histoire d’Israël, car je le trouve un peu moins “aride” à lire et l’on peut – allez soyons fous – le qualifier de petit chef-d’œuvre !



Partager

A propos de l'auteur

Un été, il y a deux ans de cela, j'ai renoué avec le plaisir, et surtout l'envie de lire que j'avais perdue depuis trop longtemps. Depuis, mes voyages imaginaires sont quotidiens, intenses et variés et ma vie a gagné en sérénité.

Leave A Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Besoin d'aide pour préparer un séjour ?

Remplissez le formulaire ci-dessous avec le plus de détails possible pour que nous puissions vous répondre dans les plus brefs délais.


Nous partageons nos expériences et conseils gratuits avec vous! Exprimez vos besoins!