38 vues

« Comme je descendais des fleuves impassibles ».(*)

0

1ere partie

Beaucoup aurait souhaité se trouver à mes côtés  dans le camp de Maela ce samedi 2 juin 2012 car Aung sang Suu Kyi représente bien plus que l’espoir pour son peuple fait de dizaines d’ethnies différentes : Birman, Shan, Karen, Mon, Rohynghia, Kachin, Shin et de toutes confessions : bouddhiste, animiste, musulman, chrétien, catholique… elle est aussi devenue un symbole pour le monde entier. Une femme forte, déterminée, patiente, intelligente, maligne et pleine d’humour ou d’inconscience qui déclarait, alors qu’elle était reçue par la crème de la crème des politiques thaïlandais lors du sommet du Forum Economique Mondial à Bangkok : « Je vais vous observer piller mon pays ». Mise en garde aux investisseurs étrangers et à leur « optimisme sans borne », observation qui n’aurait pas été  bien accueillie par les proches de Thein Sein à Rangoon (eux pensent d’abord au fric j’imagine) !! Une icône aussi sans doute, mais ça, c’est le côté anecdotique véhiculé par le cinéma.

Blog 2549Camp de Maela
BLOG _2610

Je ne suis pas journaliste, même si mes pas m’ont parfois amenée près de ceux qui font ce métier pour un journal ou une chaîne de télévision. Je ne représente donc que moi-même. Electron libre, sans obligation de compte-rendu à un directeur de rédaction,. Curieuse sans avoir à tenir compte d’une ligne éditoriale. Aventureuse et n’appartenant a aucun bord, je ne suis qu’une femme libre qui se débrouille avec ses  propres moyens, en se laissant guider par son instinct, mais avec une belle obstination et un clin d’œil complice à la chance. Mais la chance seule n’a aucun sens si elle n’est soutenue par une volonté et un désir plus fort que tout. Et puis j’ai une autre chance que les journalistes n’ont pas, en général : j’ai le temps de raconter, tandis qu’eux sont poussés par des évènements nouveaux dont ils doivent rendre compte chaque jour.

J’avais été informée par U Agga Nya Na, moine ayant participé à la révolution safran de 2007 en Birmanie et refugié aux Etats-Unis de la visite de Aung San Suu Kyi à la clinique Mae Tao de Mae Sot. J’avais prévu cette visite au Docteur Cynthia Maung pour lui apporter ma modeste participation à son dispensaire, je me contentais d’avancer ma venue de quelques jours.

Blog _2351                                                      Dispensaire de Mae Tao

Ma première vraie rencontre avec des Karens de Birmanie a eu lieu il y a environ sept ans, à Mae Sariang. Ils étaient refugiés, sans en avoir le statut officiel, juste tolérés par les autorités thaïlandaises grâce à l’argent extorqué quasi journellement par une police locale qui y trouvait son compte, j’en ai été témoin. Leur professeur américain venait de partir. Je passais à ce moment-là. Voilà comment les choses arrivent parfois, hasard et chance et défi toujours. Car ce fut un défi pour moi d’accepter l’offre de Xavério, le responsable charismatique de ce groupe d’adultes Karen. Xavério, un jeune leader  fluet et résistant comme une lame, dont j’ai fait un des personnages de mon roman à paraître :« Là  où s’arrêtent les frontières » aux Editions de la Fremillerie. Défi parce que je ne m’imaginais pas vivant plusieurs mois dans cette petite bourgade de Mae Sariang. Mais je me suis entendue dire « oui ».  Et voilà comment je suis entrée dans la vie des Karens et surtout comment ils sont entrés, eux, définitivement dans la mienne.

BLOG 08                                       Avec Xaverio dans la maison qui accueilliat les Karens a Mae Sariang

Donc, Mae Sot il y a quelques jours…. Avec l’espoir d’approcher peut-être celle que tout le monde attend et espère, mais surtout pour sentir battre le cœur des refugies à l’approche de celle qui représente l’espoir. Respirer cet espoir infini avec eux, etre le temoin de leur émotion et qui sait,  mêler la mienne à la leur.

16 BLOG _2760
Je n’ai jamais pu entrer dans un camp de refugies en dépit de mes nombreuses tentatives. A l’hotel ou je suis descendue à Mae Sot avec mon compagnon, j’aperçois sur la liste des arrivants, le nom de Cyril Payen. Je connais ses exploits avec Grégoire Deniau chez les Hmongs du Laos – il me racontera sa folle virée de 2 semaines de marche dans la jungle – j’ai lu ses articles mais ne l’ai jamais rencontré. Je laisse ma carte à son intention à la réception de l’hôtel. Un peu comme une bouée à la mer, car j’imagine le journaliste très pris avec l’arrivée de Aung San Suu Kyi. Cependant il m’appelle le soir dans ma chambre et m’invite à se joindre à sa table au restaurant où il dîne avec son cameraman et un autre journaliste américain basé à Bangkok. Entre deux bouffées de cigare, ce baroudeur me dit qu’il n’a pas d’accréditation non plus et que c’est très bien comme ça.  Oui, mais, il a une carte de journaliste quand même ! Il me fait un tableau rapide de la situation et trouve moyen de me dire : « Marcel Jullian, un des derniers seigneurs de la télévision. J’étais jeune mais je n’oublierai jamais ce qu’il déclarait – probablement à une émission de Bernard Pivot – « la poésie m’a toujours aidé à vivre ».  Puis : « je serai demain au camp, vers 5 heures du matin, l’heure où les gardes dorment encore à moitié ».

Moi je ne sais pas comment je vais faire… et de toute évidence, dans ce contexte  brouillonesque, c’est chacun pour soi. La veille, avec mille difficultés j’étais parvenue avec mon compagnon thaïlandais  à entrer dans les abords du camp pour voir les préparations de la réunion pour le lendemain, près du terrain de football, mais comment imaginer entrer dans le camp avec la folie securitaire qui entoure la venue de celle que tout le monde attend ?

La suite de mon aventure demain…

Blog _2609
                L’espoir, fragile comme cet oiseau entre les mains d’un jeune refugie du camp de Maela

 * Au début de chaque “essai” micro de nos emissions radio à France Inter, Marcel Jullian recitait ces premieres lignes du “bateau ivre”  de  Rimbaud

Powered By WizardRSS.com | Full Text RSS Feed | Amazon Plugin WordPress | Android Forums | WordPress Tutorials

Qui est l’auteur?

michele jullian maleeJe m’appelle Michèle Jullian. J’aime les voyages, la photographie, l’écriture.

Voyager ce n’est pas seulement prendre l’avion ou parcourir la planète, c’est aussi voyager dans les livres, les deux étant l’idéal. Chaque voyage comporte sa part de découvertes et de déconvenues, lesquelles deviennent expériences, à partager ou pas. Voyager est une aventure de chaque instant. Mes repères sont en France et en Thaïlande où je réside « on and off ». J’ai écrit un roman “théâtre d’ombres” qui a pour décor la Malaisie et la Thaïlande …

Découvrez le blog de Michèle, une femme à la croisée des cultures …



Partager

A propos de l'auteur

Partage ma vie entre Thaïlande et Paris ... Intérêts: les voyages, la photo, l’écriture, vient d’écrire un roman "théâtre d'ombres" qui a pour décor la Malaisie et la Thaïlande__________________________________________________________________________________________________________________Le blog de Michèle, une femme à la croisée des cultures

Leave A Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Besoin d'aide pour préparer un séjour ?

Remplissez le formulaire ci-dessous avec le plus de détails possible pour que nous puissions vous répondre dans les plus brefs délais.


Nous partageons nos expériences et conseils gratuits avec vous! Exprimez vos besoins!