Contes pour l’hiver : Des contes russes à Grimm et Gripari…

Contes pour l'hiver : Des contes russes à Grimm et Gripari... 1Contes pour l’hiver est un coffret de contes qui offre autant d’occasions de s’évader dans le monde autrement… De Grimm à Gripari, en passant par les contes russes…, voilà donc un florilège des voyages extraordinaires qui sont proposés aux petits comme aux grands!


Je devais  parler depuis quelques temps d’un joli coffret de contes édité par Gallimard et la SNCF. Trois recueils de contes choisis parmi des contes russes (je les adore ces contes russes!), des contes de Grimm (je ne connaissais pas ceux-là!) et des contes de Gripari.


 
Ce florilège est très agréable et offre de jolies fenêtres d’évasion grâce aux quêtes des héros, aux métamorphoses des uns et des autres, aux voyages extraordinaires à la vitesse de la lumière (ou d’une queue de renard magique ou à dos de coursier plus rapide que Pégase lui-même!), aux rencontres tant incongrues que magiques. Les méchantes sorcières s’effacent devant les affreux sorciers ou ignobles diables, les rois cupides se retrouvent bateliers pour l’éternité, les princes insouciants et égoïstes sont écartés tandis que les jeunes hommes et jeunes femmes, même un tantinet écervelés pour avoir oublié quelques précieux conseils, après de multiples épreuves parviennent à trouver le chemin du bonheur et de la félicité.
J’ai aimé “Le géant aux chaussettes rouges” de Gripari, géant qui part à travers le monde, jusqu’en Chine où on ne parle que le chinois et délicieusement transcrit par l’auteur, pour l’amour d’un petit bout de femme!
J’ai adoré “La princesse grenouille” qui ôte sa peau de batracien le soir venu (Mélusine n’est jamais bien loin!!!) pour aider son bienaimé jusqu’au jour où arrive ce qui doit arriver pour le bonheur d’avoir des frissons même si l’on sait que tout s’achèvera bien!
J’ai aimé “L’oiseau d’or”, de Grimm, dont la quête est guidée par un malin renard au panache supersonique et dont la demande de récompense peut à première vue rebuter -d’ailleurs notre héros n’y adhère pas spontanément-
En un mot comme en mille, j’ai vraiment apprécié, le temps d’une attente chez le vétérinaire et entre deux sorties en ville, de me replonger au coeur de l’univers du conte, de ce fil d’histoire qui apporte sensations fortes, interrogations, cheminement de pensée et des réponses auxquelles sur lesquelles la réflexion est de mise!
Un seul bémol au sujet de ce coffret: certaines illustrations sont vraiment moches et c’est bien dommage car les contes, surtout russes, mériteraient nettement mieux!!!! Pourquoi les faire si grossières et si tristes (je sais que le N&B n’est pas toujours synonyme de sombre et de laideur)? Je n’ai pas été enthousiasmée par le parti pris au sujet des illustrations qui sont essentielles pour attirer l’oeil et garder l’attention du lecteur. Ce n’est pas parce que les mangas et/ou dessins animés actuels sont particulièrement moches côté coups de crayon que l’on doit faire obligatoirement dans le moche! Je suis convaincue que l’on peut réaliser de belles illustrations sans pour autant trop augmenter le prix du livre.
Je remercie Emeline Guiraud pour ces contes qui m’ont redonné, l’espace d’une lecture, mon âme d’enfant acquise aux merveilleux!
Gallimard Jeunesse
Collection : Voyage en page
ISBN : 978-2-07-062857-5
EAN : 9782070628575
300 pages
Contes pour l'hiver : Des contes russes à Grimm et Gripari... 2

http://chatperlipopette.blogspot.com/

 356 Visites au total,  1 aujourd'hui

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *