Aller au contenu

Dragobete : la Saint Valentin des amoureux roumains

dragobete saint valentin Roumanie

Votre séjour en Croatie est unique ; notre expertise l’est aussi! Pour mieux préparer vos vacances, consultez le guide voyage Croatie et téléchargez les Ebooks gratuits : conseils pratiques, idées de visites et bonnes adresses.  

 

Dragobete


Les Roumains célèbrent eux aussi la Saint Valentin depuis quelques années. Mais, si au début ils étaient vraiment enthousiastes, maintenant les adversaires de cette fête importée sont de plus en plus nombreux et préfèrent célébrer la fête du Dragobete, le 24 février.


C’est dans les villages roumains que les traditions anciennes se sont le mieux préservées.

Une fête qui redevient populaire auprès des jeunes

dragobete fête des amoureux en roumanie

Aujourd’hui célébrée le 24 février, « Dragobete » est une des fêtes roumaines du printemps les plus connues et les plus attendues. C’est la fête roumaine des amoureux. Depuis que la Roumanie a importé la Saint Valentin et toutes ses couleurs américaines, un véritable mouvement en faveur des coutumes autochtones est né, aidant la fête de Dragobete à récupérer la place perdue. 

Importée tout de suite après la chute du communisme, la Saint Valentin a longtemps éclipsé la fête de Dragobete. Toutefois, au fil des décennies, l’aspect commercial de la Saint Valentin est devenu de plus en plus accentué et les nouvelles générations ont décidé de raviver la fête autochtone oubliée. L’occasion de redécouvrir de nombreuses légendes.

Par exemple, le jour du Dragobete, les jeunes filles avaient l’habitude de se laver le visage avec de l’eau provenant de la neige. On disait que cette neige fondue appartenait aux fées qui transmettaient ainsi leurs pouvoirs miraculeux. Par conséquent, les jeunes filles qui se lavaient le visage avec de la neige fondue allaient conserver leur beauté tout le long de l’année. Il y a plein d’autres légendes liées au Dragobete, que les spécialistes du folklore tentent de ramener dans l’attention publique. 

Selon les ethnologues, Dragobete est une fête très ancienne, aux racines daces. Oubliée pendant un certain temps, elle commence à regagner du terrain, aidée aussi par un côté commercial sans précédent. 

 Delia Suiogan, ethnologue à l’Université du Nord de Baia Mare explique : «Dragobete est la fête qui marque le début du printemps. En fait, elle marque la séparation d’avec l’hiver. Les gens savaient qu’à compter du 24 février l’hiver perdait sa force. Pour marquer ce passage, ils laissaient les oiseaux l’annoncer. C’est pourquoi, le jour de Dragobete était aussi appelé le Jour des Oiseaux. C’est à compter de ce jour-là que les oiseaux commencent à construire leurs nids et à pondre leurs premiers œufs. C’est aussi le jour où tous les oiseaux commencent à chanter. Désormais, rien ne peut arrêter le printemps. Par ailleurs, ces dernières années, vu ce désir de faire une parallèle entre la Saint Valentin et la fête de Dragobete, on commence à l’appeler aussi la fête roumaine de l’amour.»  

Les nouvelles générations ont décidé de raviver la fête autochtone oubliée.

Dragobete : une fête ancienne et un personnage mythique pour célébrer le fiancé des oiseaux

Dans la tradition roumaine, Dragobete est un personnage mythologique, qui ressemble à Eros ou Cupidon. Dans certaines légendes, Dragobete est le fils d’une veille femme, Dochia. C’est un gardien immortel de l’amour.

Comme le rappelle Delia Suiogan : « Dragobete est un très beau personnage de la mythologie traditionnelle. Il est connu en tant que fils de la vieille Dochia notamment à l’extérieur de la courbure des Carpates. En Transylvanie et au Banat on l’appelle Dragomir. En fait, une multitude de légendes et de très beaux contes circulant à l’intérieur de la Courbure des Carpates tournent autour de ce demi-dieu de la nature, Dragomir. »

Son nom provient du mot « drag », qui signifie « cher ». Dans la tradition héritée des Daces, Dragobete est « un être moitié homme, moitié ange, jeune, beau et immortel, qui parcourt le monde, mais que les humains ne peuvent pas voir, car la terre a été souillée de crimes et de jurons », selon l’ethnologue Simeon Florea Marian.

Ce personnage mythique est connu à travers le pays. Au Maramureş, dans l’extrême nord de la Roumanie, on l’appelle « Dragomir ». Il a toutes les caractéristiques du Dragobete, à l’exception de sa double nature zoomorphe et anthropomorphe.

A l’extérieur de l’arc des Carpates, ce personnage a une tête humaine et des pieds de bouc. C’est là une représentation très ancienne, d’origine thrace, mais que l’on retrouve également dans d’autres mythologies du monde.

Ce jour-là, les jeunes des villages roumains s’habillaient de fête et cueillaient des plantes magiques, qu’ils gardaient pendant toute l’année, leurs vertus étant liées au mariage. Des groupes de jeunes hommes et de jeunes filles faisaient également ce jour-là des serments et devenaient amis à la vie et à la mort pour le reste de l’année. 

Dragobete fete des amoureux en roumanie

Au cours des siècles passés, cette fête était organisée à des dates variables, le 28 février, le 1er ou même le 25 mars. Dans la société traditionnelle roumaine, Dragobete, le fils de la vieille Dochia, était considéré comme une divinité mythologique semblable aux dieux antiques de l’amour – Eros et Cupidon. L’origine de la fête, on la retrouve dans la nature, plus précisément, dans le monde des oiseaux.

Ce n’est pas par hasard que l’oiseau est l’un des symboles les plus anciens de la nature et de l’amour. Eh bien, sachez que Dragobete est également connu comme «Le Fiancé des Oiseaux», la fête marquant la période d’accouplement de ces derniers et le moment où ils commencent à construire leurs nids. C’est un des aspects que Dragobete et St. Valentin ont en commun.

Ce parallèle qui apparaît entre le monde des oiseaux et celui des personnes a des motivations bien profondes, car les oiseaux étaient considérés comme des messagers divins. N’oublions pas qu’en grec, le mot «oiseau» signifiait justement «message venu du ciel».

dragobete saint valentin roumanie

Même si de nos jours les rites de cette ancienne fête ont été beaucoup simplifiés, voyons comment le Dragobete était célébré aux 18e – 19e siècles.

Le matin du 24 février, les jeunes en habits de fête se réunissaient au centre du village ou devant l’église et partaient au bois à la recherche de perce-neige et d’autres fleurs de printemps. On croyait que ces fleurs avaient des pouvoirs miraculeux et on les utilisait pour les incantations. Les jeunes filles cueillaient aussi des violettes qu’elles garderaient près des icônes et qu’elles pouvaient utiliser pour faire des sortilèges.

De même, les jeunes filles ramassaient-elles de la neige et de l’eau sur les fraisiers des bois. Selon la légende, cette eau était née du sourire des fées et avait des propriétés magiques. Les filles s’en lavaient pour devenir plus belles et pour être toujours aimées. Ensuite, les jeunes se réunissaient autour des feux allumés au sommet des collines entourant le village.

La rentrée au village était toujours au centre de l’attention: c’était le moment où se définissaient les futurs couples. Ainsi, à midi, la course commençait: les jeunes filles descendaient la colline; chaque jeune homme courait après la fille qu’il aimait. S’il l’attrapait et découvrait qu’elle l’aimait à son tour, alors ils s’embrassaient devant tous les autres. Ce baiser symbolisait les fiançailles ludiques des deux amoureux pour au moins une année, mais la plupart des fois elles finissaient par un mariage. On croyait que les jeunes qui ne s’embrassaient pas ne pourraient plus tomber amoureux toute l’année.

En plus, on considérait comme mauvais présage si un jeune homme ou une jeune fille ne rencontrait aucune personne du sexe opposé le jour de Dragobete, car ils ne seraient alors plus aimés tout le long de l’année. Et voilà pour le Dragobete – la fête roumaine des amoureux.

Malheureusement, trop peu de jeunes connaissent de nos jours la vraie signification de la fête de Dragobete, la réduisant aux mêmes symboles que la Saint Valentin : fleurs, chocolats, déclarations d’amour, sorties au restaurant.

La fête roumaine de l’amour le 24 Février

Delia Suiogan le regrette et s’efforce de redonner à Dragobete sa symbolique authentique : «J’aimerais leur faire comprendre que ce n’est pas une fête de l’amour dans le sens profane du mot, de l’amour célébré par des cadeaux et  des mariages. C’est le jour où l’on commence à chercher sa moitié, son âme sœur.

En suivant l’exemple des oiseaux, l’homme commence à chercher sa moitié, son partenaire de vie. Certains villages gardent toujours de très beaux rituels de Dragobete : les jeunes sortent dans les champs ou dans les forêts pour cueillir des fraises des bois. S’ils en trouvent le jour de Dragobete, c’est un présage de bon augure pour toute l’année. De même pour les premières fleurs : perce-neiges ou violettes. Garçons et filles offrent ces fleurs les uns aux autres. Les petits bouquets symbolisent l’acceptation de l’autre comme possible âme sœur. » 

Valentina Beleavski – Ana-Maria Cononovici

Découvrir le site de Radio Romania International

3 commentaires sur “Dragobete : la Saint Valentin des amoureux roumains”

  1. logique , c’est sot de tous faire pareil comme Halloween, fête commerciale s’il en est et complètement extérieure a nos coutumes françaises,Vive donc Dragobete

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

 

  1. Home
  2. /
  3. Derniers articles
  4. /
  5. ROUMANIE
  6. /
  7. Dragobete : la Saint...