1 100 vues

Exposition Nadar au Château de Tours : photos people

0

nadar-baron-de-morenheim-ambassadeur-de-russie-1895b.1275603833.jpgL’exposition Nadar, au Château de Tours, sous l’égide du Jeu de Paume (jusqu’au 7 novembre) est bâtie sur l’opposition entre le père et le fils, entre Félix et Paul, l’un créateur, inventeur, l’autre développeur et promoteur, l’un construisant une norme, l’autre, sous couvert de ses caprices, la transportant dans un autre univers.

Félix photographie ses amis, hommes du monde et dandys romantiques en créant le genre du ‘portrait de célébrité’ : on voit défiler dans son studio aristocrates, écrivains, diplomates, un panthéon de grands hommes en tout genre (et de rares femmes).


nadar-tcheng-ki-tong-1891b.1275603982.jpgnadar-verdi-1863.1275603992.jpgUn des intérêts de cette exposition est que les tirages ont été faits à partir des plaques telles quelles, sans retouches : apparaissent ainsi dans l’image des traces étranges, lépreuses, envahissantes, griffures, taches, marques, signes du temps passé. Voyez ci-dessus le digne Baron de Mohrenheim, Ambassadeur de Russie à Paris qui, impassible, doit cohabiter avec un monstre du troisième type, rideau gluant qui le soutient et le phagocyte.

Voyez comment Verdi est peu à peu envahi par des craquelures rythmées, quasi cadencées, musicales. Quant au général Tcheng Ki Tong, dont je ne sais rien, mais sur qui on peut tout inventer, tout fantasmer, il pose devant un fond uni de papier froissé, sans décor mais non sans profondeur.

nadar-mlle-kruger-1888b.1275603854.jpgnadar-mme-de-gaby-en-venus-1894b.1275603959.jpgÀ côté de ces portraits mondains apparaît avec Paul Nadar l’univers du théâtre, de la danse, de la représentation (en tout cas d’une autre forme de représentation), le demi-monde. Le fond neutre cède la place au décor (avec parfois, avant recadrage, des assistants qui le soutiennent). Les mines compassées deviennent mutines, séductrices ou boudeuses ; les sourcils froncés de Mademoiselle Kruger, dont le maigre décolleté dit peut-être l’extrême jeunesse nous intriguent bien plus que l’anatomie de Madame de Gaby, Vénus en tableau vivant au Théâtre des Variétés, air revêche, corps sculptural et intimités estompées sous le voile.

Plus amusantes sont les six coryphées de la revue Paris Boulevard au Théâtre des Nouveautés, joliment court vêtues ; une ou deux en rajoutent même dans l’aguiche. Photographie d’artifices, artifice de ces toutes jeunes filles en nymphes érotiques, artifice du décor soutenu par les assistants, artifice de notre regard, charmé mais pas dupe. J’aime bien aussi Mademoiselle Duval, danseuse à l’Olympia, aimablement ridicule au milieu de ses jouets, poupées, marionnettes et, ciel, un bouc empaillé !

À l’émergence du demi-monde, c’est avec les stars que le studio Nadar s’accomplit : pour elles, compte l’image, sa diffusion. La photographie devient un support de leur promotion, un outil de pipeulisation. Elle n’est plus seulement le témoignage de la vertu d’un Hugo, du talent d’un Baudelaire ou de la dignité d’un grand-duc russe, mais elle sert et renforce désormais la révérence du public envers Sarah Bernhardt (ici en Pierrot triste où les taches de la plaque photographique sont comme autant de larmes), l’admiration devant l’immense beauté de Cléo de Mérode, les rêves des midinettes ou des grouillots.

Dans cette construction de la représentation, dans cette ébauche belle époque de la société du spectacle, au milieu des dandys et des histrions, là où l’apparence est nadar-savorgnan-de-brazza-1890b.1275603970.jpgreine, une photographie de l’exposition, apparemment anodine, accrochée nadar_cleo-de-merode.1275604003.jpgentre deux portraits d’ambassadeurs exotiques, représente un Arabe. Ou peut-être un homme déguisé en Arabe, un aristocrate franco-italien, épris de paix, opposé à la colonisation mercantile, altruiste ; une autre photographie, un peu plus loin, le montre en parfait homme du monde parisien. Mais ici, ce jour-là, au studio Nadar, Pierre Savorgnan de Brazza a choisi de revêtir des habits indigènes pour son portrait : affirmation politique, suprême dandysme, oxymore du colonisateur humaniste ?

Photos de l’auteur, excepté Sarah Bernhardt, Cléo de Mérode et Paris Boulevard (courtoisie du Jeu de Paume). Toutes les photographies présentées ici proviennent de la Médiathèque de l’Architecture et du Patrimoine. Voyage à l’invitation du Jeu de Paume.



Partager

A propos de l'auteur

Dès que je peux, je visite musées et galeries, à Paris ou au hasard de mes voyages. Je suis un amateur, pas un professionnel.Collectionneur éclectique, je ne suis pas critique d’art patenté, ni docteur en histoire de l’art (peut-être, un jour ...).N’étant ni artiste, ni galeriste, je souhaite partager librement mes découvertes, mes intérêts, mes coups de coeur. Mes points de vue sont subjectifs, et j’apprécie toute invitation à d’autres regards et d’autres découvertes.--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------Le blog de Lunettes Rouges------------------------------------------------------------------------------------------------------------------Contacter Lunettes Rouges sur sa messagerie

Leave A Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Besoin d'aide pour préparer un séjour ?

Remplissez le formulaire ci-dessous avec le plus de détails possible pour que nous puissions vous répondre dans les plus brefs délais.


Nous partageons nos expériences et conseils gratuits avec vous! Exprimez vos besoins!