537 vues

En Transylvanie – Week-end à Sighisoara pendant le festival d’art médiéval

0

Cela fait maintenant 16 ans que la cité de Sighisoara accueille le “Festival d’art médiéval”. L’occasion de faire revivre, trois jours durant, du 25 au 27 juillet, l’atmosphère des temps jadis, avec princesses et chevaliers, musique et spectacles de théâtre, artisans en tout genre. Située au centre de la Roumanie, au coeur d’une région de collines, dans l’ouest de la Transylvanie, la cité de Sighisoara semble encore respirer l’air du Moyen Age, avec ses petites ruelles étroites, ses passages romantiques, ses maisonnettes aux toits pointus, ses édifices imposants et ses tours qui montent encore la garde.

 

Sighisoara, ce sont en fait deux villes. Celle d’en bas est dominée par la cité proprement – dite, édifiée sur une colline plutôt abrupte, comportant à son tour deux plateaux. Idéal pour observer la stratégie de l’ennemi. Mais la vie n’était pas facile dans la Ville Haute, à cause surtout du manque de sources d’eau. Voilà pourquoi les habitants de la cité vivaient en temps de paix dans la ville basse. Attestée pour la première fois en 1280 sous le nom de Castrum Sex et ensuite, une vingtaine d’années plus tard, sous celui de Schesbourg, la cité de Sighisoara doit son épanouissement aux Saxons qui s’y installent vers le 12e siècle.

Mais le véritable essor de la ville est à retrouver à compter du 15e siècle, lorsque les guildes les plus riches de la cité commencent à dresser les 14 fameux bastions, dont seulement 9 ont traversé les temps jusqu’à nous: les tours des Tanneurs, des Etameurs, des Tailleurs, des Bouchers, des Cordonniers, des Forgerons, ainsi que la Tour à l’Horloge. Parmi ces 9 bastions, un seul est encore habité de nos jours. Il s’agit de celui des « Cordiers », transformé en demeure pour le gardien du cimetière de la cité.

Quant à la Tour à l’Horloge, c’est le principal lieu de passage vers la cité. Véritable emblème de la ville, elle la toise du haut de ses 64 mètres. Bâtie entre le 13e et le 14e siècle, cette tour a été reconstruite en 1677 après un incendie, puis remaniée pour accueillir le Conseil de la ville. Sur une petite scène aménagée en haut de la Tour à l’horloge, une petite famille de figurines en bois de tilleul merveilleusement sculptées joue le même spectacle depuis le XVIIe. Un bonhomme au tambour, un autre qui ricane, évoquant un bourreau, des figurines marquant les jours de la semaine ou imaginant les déesses de la justice et de la raison, tous ces personnages surveillent du haut de leur tour cette bourgade médiévale, la seule au monde à être encore habitée. Notons aussi que l’ensemble médiéval de Sighisoara, le plus beau de Roumanie, figure au patrimoine culturel mondial de l’UNESCO.

Invitée au micro de RRI, Mihaela Turk, qui travaille au Bureau des Relations Publiques à l’hôtel de ville de Sighisoara, compte aussi parmi les organisateurs du Festival de la cité moyenâgeuse. Elle nous a fourni des détails supplémentaires. Ecoutons – la:
“ Le Festival “La Sighisoara médiévale” se déroule cette année sous le signe du masque. Au programme des manifestations culturelles prévues pour cette 16e édition figure entre autres un Carnaval moyenâgeux, événement en première pour la cité. Pour la musique et les danses médiévales nous avons invité aussi des troupes d’Italie, de Pologne et de Grèce“.

Tout au long du Festival, Sighisoara fourmille de visiteurs venus de Roumanie et d’ailleurs, qui prennent d’assaut hôtels et pensions. Il faut savoir qu’à présent 150 bâtiments situés à l’intérieur de la cité sont habités ou aménagés pour servir de restos, magasins, cafés ou pensions touristiques.

Mais revenons au festival. Repassons donc le micro à notre invitée, Michaela Turk: “En ouverture du festival, on a prévu un défilé des participants. Habillés de costumes médiévaux, ils vont de l’Hôtel de Ville jusqu’à la Tour à l’horloge, devant laquelle le public assiste à un récital de musique folklorique, interprétée aux cornemuses et aux buccins. Le cortège se dirige ensuite vers la Place de la Cité, où a lieu la cérémonie d’ouverture proprement dite. Les chevaliers de la Cité de Barsa et ceux de Hermannnstadt, l’actuelle ville de Sibiu, se livrent à un tournoi symbolique. Puis, les participants au festival et toute l’assistance descendent vers le Parc Central et la Place Octavian Goga, connue aussi sous le nom de Sigma. Le Festival s’achève par des feux d’artifices et le spectacle des porte – étendards de Lanciano”.

Ştefan Baciu / Mariana Tudose, Ioana Stancescu

 



Partager

A propos de l'auteur

L'équipe de Radio Romania International : Andrei Popov, Valentina Beleavski, Alex Diaconescu, Ileana Taroi, Alexandra Pop, Dominique, Mariana Tudose, Ioana Stancescu, Costin Grigore. ________________________________________________________________________________________________________ Découvrez la Roumanie et l'actualité roumaine sur le site de Radio Romania International

Leave A Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.