L’hiver à Istanbul : Tschitir tschitir …

J’étais à Besiktas pour refaire faire une clé d’appartement. Un tout petit magasin tapissé d’empreintes de clé : « je vous l’avais déjà apportée mais elle n’avait pas fonctionné ! » «  Chez nous ? Impossible ! Tenez voilà, celle-ci elle va tourner dans votre serrure, c’est sûr à 99% … et si c’était moi qui la mettait dans la serrure, cela serait sûr à 100% ! ». Je sursaute …. « ah ?! Et pourquoi donc ? » … « cünkü ben kuvvetli denerim [parce que moi, je saurais forcer] … « he tamam, ben de kuvvetli denerim ! [ben moi aussi je vais essayer en forçant] … Je lui lançais un regard un peu torve tout en retenant une grande envie de rire !

A chaque fois que je rentre d’Istanbul, je rapporte quelques simits. En quittant le serrurier, je suis passée chez le simitci : une fournée venait de sortir, la boutique sentait bon le pain chaud et le sésame. Le jeune marchand les emballe et me confirme qu’ils seront frais longtemps, au moins pendant 24h. « vous ne pourrez pas en trouver de plus frais » et joignant le geste à la parole il en saisit un sur le tréteau et le pressant doucement, le fait craquer dans mon oreille « tschitir tschitir … » sussurre le simit ! Arrive un jeune garçon portant haut un plateau chargé de petits bols, tous remplis à raz bord : « de l’asure (achouré) ! vous connaissez ? vous en voulez ? ».


La météo prévoit une tempête de neige. Les amis de Canan qui habitent sur la rive asiatique l’ont appelée pour annoncer qu’ils ne traverseraient pas le Bosphore, par peur de ne pouvoir revenir chez eux. Ceux qui ont vécu les hivers à Istanbul savent quel chaos les premiers 10cm de flocons peuvent créer dans cette ville immense et embouteillée. Canan a du annuler son dîner.

La clé a bien tourné dans la serrure … mais j’ai du forcer un peu. Ce matin, les simits, avec une pointe de beurre salé étaient délicieux, il n’a toujours pas neigé à Istanbul.

Mais même sans flocon, ce fut un vrai tourbillon que ces quelques jours: revoir des personnes aimées, écouter leurs projets racontés avec enthousiasme, entendre leurs doutes que le temps aidera à lever, rencontrer des amis d’amis et découvrir leurs histoires et leurs oeuvres, se découvrir des points communs et se quitter en se disant à bientôt à Paris ou Istanbul … une vraie moisson d’inspirations !

 335 Visites au total,  1 aujourd'hui

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *