42 vues

La vie, la mort, le hasard, le karma…. en ce jour de ma 705e chronique…

0

 

Me promener dans la jungle – entendez par là, faire des kilomètres de joyeux tape-cul sur une brave petite moto sur des chemins qui souvent mènent à des villages Karen –  c’est, non seulement une petite équipée en soi, (fleurs étranges, serpents venimeux, dust road), mais c’est toujours une aventure émotionnelle.



POUR MON BLOG  _9491


POUR MON BLOG  9498


POUR MON BLOG  9479

AnSarot, mon jeune guide-ami est un compagnon fidèle et inestimable depuis 8 ans déjà : sensible,
délicat, avec une bonne dose de philosophie faite d’observions et d’une sagesse étonnante chez un garçon de son âge. Bon, il a quand même 30 ans passés.

A chaque fois qu’il commence une phrase par : «  Teacher… » je sais qu’il va dire quelque chose d’intéressant. Aux questions fondamentales : « pourquoi tant de souffrances, d’injustices ? » il évoque le « karma ». Il a bon dos le karma et qu’est-ce que les Karens ont bien fait pour porter un tel poids depuis des décennies ? Pour supporter tant de misère silencieuse ? (et ne me dites-pas que c’est pire en Afrique, en Océanie, en France aussi… Je sais. Je ne parle que d’ici et maintenant et de ce que je connais bien).

Sur la route… premier arrêt « degourdissage de jambes » à Sop Moei. Des femmes et des enfants attendent un transport sous un abri. J’aime la douceur du visage d’une des femmes. Je lui demande la permission d’une photo. Elle l’accorde aussitôt. On bavarde. Elle parle avec ce phrasé coulé qu’ont les ethnies de montagnes en général lorsqu’elles parlent le thaï. Une langue plus belle, plus enfantine, plus incertaine, moins tranché dans les tons que lorsqu’elle est parlée par les thaïs.


POUR MON BLOG _9457

Chuko est karen Pwo (2e groupe après les Karens Sgaw). Elle est venue à l’hôpital de Sop Moei pour une chimio. C’est la 6e. Cancer du poumon stade IV. « J’ai 37 ans et j’ai trois enfants. Mon mari a plus de 50 ans. Avant on se mariait souvent avec un homme plus âgé. Il fait pousser le chili dans la montagne à « Baan Huay Mouang ». » Sans ostentation, elle soulève sa coiffe et m’offre son crane nu. « J’ai longtemps fumé du tabac, c’est pour ça que j’ai un cancer. Et puis aussi à cause de la nourriture. Les pesticides. ».

On croit au grand air parce que l’horizon est vaste et quasiment sans limite dans ces montagnes, loin de la pollution des villes, mais ici ce sont les pesticides balancés à longueur d’années sans protection qui polluent l’air et les poumons des gens simples. Et puis le criminel Monsanto est aussi passé par ici, enfin un peu plus bas, dans la vallée. Parce qu’il faut produire beaucoup pour gagner un peu.

« Tu peux me dire si je vais mourir bientôt » me demande Chuko. « Si je vais avoir le temps d’élever mes enfants ». Je suis « farang » est-ce que je ne suis pas sensée tout savoir pour cette femme simple… AnSarot a les larmes aux yeux. « Heureusement » continue Chuko, « je bénéficie de ce que Thaksin a instauré ici : « le 30 bahts schème ». Chaque visite à l’hôpital et quel que soit le soin prodigué, c’est 30 bahts » Et elle sort aussitôt la carte qui lui donne droit à cet avantage sans lequel elle ne peut prétendre aux soins. Ce même Thaksin que les ultras royalistes souhaiteraient pouvoir dissoudre dans l’acide afin de le faire disparaître… (Et ce n’est pas parce que je reconnais les reformes intelligentes de  Thaksin que j’aime l’homme.  Ni l’inverse non plus d’ailleurs.)

Et puis Chuko dit encore cette phrase sublime : « Avant les jeunes étaient l’ENERGIE de nos villages, maintenant, ils pensent à leur futur  et ils s’en vont à la ville. Parfois – si on a de la chance – ils reviennent nous aider les samedis et dimanches ».

« Teacher…..Pourquoi, lorsque je suis avec vous, et alors que nous nous arrêtons toujours « at random » (au hasard), nous ne rencontrons que le malheur ? »

Il y a des questions qui n’ont pas de réponse. Sur la vie, la mort, le hasard, le karma. Alors oui, AnSarot connaît mal le nom des plantes mais il pose toujours les bonnes questions, celles qui n’ont pas de réponse. C’est ça la vraie  philosophie.

Powered By WizardRSS.com | Full Text RSS Feed | Amazon Plugin WordPress | Android Forums | WordPress Tutorials

{slide=En savoir plus sur Michele Jullian (cliquez ici)}
Qui est Michele Jullian?

michele jullian maleeJe m’appelle Michèle Jullian. J’aime les voyages, la photographie, l’écriture.

Voyager ce n’est pas seulement prendre l’avion ou parcourir la planète, c’est aussi voyager dans les livres, les deux étant l’idéal. Chaque voyage comporte sa part de découvertes et de déconvenues, lesquelles deviennent expériences, à partager ou pas. Voyager est une aventure de chaque instant. Mes repères sont en France et en Thaïlande où je réside « on and off ». J’ai écrit un roman “théâtre d’ombres” qui a pour décor la Malaisie et la Thaïlande …

Découvrez le blog de Michèle, une femme à la croisée des cultures …

{/slide}



Partager

A propos de l'auteur

Partage ma vie entre Thaïlande et Paris ... Intérêts: les voyages, la photo, l’écriture, vient d’écrire un roman "théâtre d'ombres" qui a pour décor la Malaisie et la Thaïlande__________________________________________________________________________________________________________________Le blog de Michèle, une femme à la croisée des cultures

Leave A Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Besoin d'aide pour préparer un séjour ?

Remplissez le formulaire ci-dessous avec le plus de détails possible pour que nous puissions vous répondre dans les plus brefs délais.


Nous partageons nos expériences et conseils gratuits avec vous! Exprimez vos besoins!