133 vues

Le pire, c’est la neige de Jacqueline Demornex ; un livre comme un cocon qui réchauffe

0

LE PIRE, C’EST LA NEIGE. Relisant, après la mort d’André Pieyre de Mandiargues en 1991, les nombreuses lettres du poète depuis leur rencontre, au début des années soixante, alors qu’elle s’apprêtait à lui consacrer son diplôme de fin d’études, Jacqueline Demornex décide de revenir sur la fascination littéraire et amoureuse que lui inspira l’écrivain dont l’année 2009 marque le centenaire. Le pire, c’est la neige – le début d’un poème de Mandiargues – est une longue invocation : comment un homme, fût-il une grande figure du monde des lettres, peut-il jouir d’un tel ascendant sur une jeune femme qui par ailleurs s’épanouissait en toute liberté ?

http://www.laprocure.com/cache/couvertures/9782848050690.jpg

Essai – Editions Sabine Wespieser – 247 pages – 20 €

-toile3.jpg

Mon humble avis : Dès les première pages, j’ai su que je me sentirais bien dans ce livre. L’écriture est élégante et raffinée. Quant au style, il intimiste, sans fausse pudeur et sans vulgarité non plus. Un livre comme un cocon, qui réchauffe en cette période hivernale.
Jacqueline Demornex nous conte sa vie, depuis qu’elle quitta son Jura natal pour la capital avec des envies d’études de lettres. Elle choisit le poète de Mandiargue comme sujet d’étude, le rencontre et se laisse envahir par son sujet : amitié, respect inaltérable sur des décennies, fascination littéraire, admiration humaine, passion amoureuse, sexuelle. Impossible de ce passer l’un de l’autre, malgré le temps, la distance, la différence d’âges, les mariages….Son modèle écrit, mais Jacqueline sèche. L’écriture et la passion sont donc au centre du récit, même si cette passion n’empêchera pas Jacqueline Demornex de vivre sa vie, de se marier, de s’émanciper. En effet, l’auteur balaie avec nous ces quarante dernières années. Avec elle, on revit les années soixante, mai 68, la libération sexuelle, les années 70… Tout cela ajoute un intérêt supplémentaire à ce récit, qui nous rappelle que les mentalités ont bien changées. On entre dans les journaux féministes pour lesquels l’auteur à travaillé “Elle”, “Madame Figaro. Oui, on lit avec ardeur et langueur et même temps la vie de cette femme éprise de livre, d’écriture, d’amour et de liberté, à une époque où l’amour s’écrivait encore encore par lettres, lettres qu’elle a retrouvées.

“Mon pays, c’est les livres. Si les livres me passionnent, j’éprouve pour les auteurs une curiosité intense, et difficile à satisfaire. J’admirais les comédiens et les peintres. Leur métier les mettait aux prises avec l’audible et le visible : mes textes appris par coeur, la couleur… Mais les écrivains ? D’où venaient leurs livres ?”

“On n’évoque pas l’essentiel. On le tait. Silence sur l’amour. Mes parents nous ont il jamais dit qu’ils nous aimaient ? Les “Je t’aime” en famille m’ont toujours paru des indécences ou des tics de feuillertons américains.

“Cette Motocyclette (grand succès littéraire de Mandiargue) t’avait conduit dans un pays qui n’était pas le tien : la grande célébrité. Trop de regards s’étaient penchés sur tes textes, qui s’en trouvaient délayés, appauvris, vidés de leur substance, comme des photos surexposées”.

…” Je savais que l’on a rien sans rien, et qu’il faut payer cher ce que l’on désire absolument. Echangerai volontiers jeunesse et beauté contre pouvoir d’écrire…. Renoncer à séduire pour enfin écrire, le marché me convient”.

A Mandiargue : “Dans quel espace te trouves tu ? Tu as disparu des librairies et plus personne ou presque ne te llit aujourd’hui.”

Voilà une bonne transition pour évoquer ici André Pieyre de Mandiargues à qui Jacqueline Demornex rend sa place :

André Paul Édouard Pieyre de Mandiargues, né le 14 mars 1909 à Paris et mort le en 1991à Paris également, était un écrivain surréaliste français dont l’œuvre comprend des poèmes, des contes et des romans, des essais, des pièces de théâtre, ainsi que des traductions.

André Pieyre de Mandiargues a obtenu le Prix Goncourt pour son roman La marge en 1967, roman qui fut adapté au cinéma en 1976 (sous le même titre, voir : La Marge).

L’une de ses nouvelles fut également adaptée comme « sketch » (avec Fabrice Luchini) dans le film érotique Contes immorauxde Walerian Borowczyk en 1974.

En 1979, il reçoit le Grand Prix de poésie de l’Académie française. Dans son récit, Jacqueline Demornex évoque aussi le roman La Motocyclette paru chez Gallimard, 1963.

Le pire c’est la neige est un extrait d’un poème de Mandiargues.



Partager

A propos de l'auteur

"Quand je pense à tous les livres qui me restent à lire, j'ai la certitude d'être encore heureux" (Jules Renard) "C'est le temps perdu pour ta rose qui fait ta rose si importante" (A. Saint Exupéry, "Le petit prince")Le blog CDcoeurs __________________________________________________________________________

Leave A Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Besoin d'aide pour préparer un séjour ?

Remplissez le formulaire ci-dessous avec le plus de détails possible pour que nous puissions vous répondre dans les plus brefs délais.


Nous partageons nos expériences et conseils gratuits avec vous! Exprimez vos besoins!