152 vues

Le Testament français de Malakine ; un beau récit (Litterature francaise)

0

Le Testament français de Malakine (Litterature francaise) est de ces romans d’inspiration autobiographique qui non seulement livre un beau récit, mais rend aussi hommage à la langue et à la culture françaises.

 Litterature francaise – Roman

le testament français MalakineEn ces temps où le français est souvent malmené, il est plaisant et, pour certains Don Quichotte de la langue, jubilatoire de tenir en main des livres qui rendent hommage à la belle langue et à la culture françaises. C’est le cas de Malakine, écrivain d’origine russe qui se penche sur son enfance et sur ce qu’il appelle son « Atlantide », à savoir la lente remontée à la surface de cette terre d’origine, la France, que lui révèle sa grand-mère Charlotte.

Charlotte a vécu à Paris dans l’entre-deux guerres, elle en a conservé une élégance, une distinction, un charme qui nourrit et enrichit le narrateur et le pousse à se construire à travers la conscience de cette altérité. Le récit de la grand-mère l’amène tout naturellement à la Littérature qui lui facilite l’accès à la Beauté du français.

Non seulement le récit traque les images enfouies, les mots, les paysages, les figures colorant cette « cité engloutie », mais chemin faisant, il rend au français, par la noblesse de son style et la délicatesse de ses références, un hommage vibrant. Je reviens demain sur l’une de ses références qui m’ont particulièrement interpellé puisqu’elle faisait référence à Hugo…

riviere

La scène se passe en Sibérie. L’auteur raconte comment il a « ébloui » un soldat rude et inculte par le seul récit du contenu de l’un des beaux poèmes de Hugo extrait de « l’Année terrible ». Sa grand-mère le lui avait raconté et il le fait à son tour à cet auditeur inattendu.

Sur une barricade, au milieu des pavés

Souillés d’un sang coupable et d’un sang pur lavés,

Un enfant de douze ans est pris avec des hommes.

— Es-tu de ceux-là, toi ? — L’enfant dit : Nous en sommes.

— C’est bon, dit l’officier, on va te fusiller.

Attends ton tour. — L’enfant voit des éclairs briller,

Et tous ses compagnons tomber sous la muraille.

Il dit à l’officier: Permettez-vous que j’aille

Rapporter cette montre à ma mère chez nous ?

— Tu veux t’enfuir ? — Je vais revenir. — Ces voyous

Ont peur ! Où loges-tu ? — Là, près de la fontaine.

Et je vais revenir, monsieur le capitaine.

— Va-t’en, drôle ! — L’enfant s’en va. — Piège grossier !

Et les soldats riaient avec leur officier,

Et les mourants mêlaient à ce rire leur râle ;

Mais le rire cessa, car soudain l’enfant pâle,

Brusquement reparu, fier comme Viala,

Vint s’adosser au mur et leur dit : Me voilà.

ballons



Partager

A propos de l'auteur

Voyager est pour moi essentiel. C'est la base de tout. J'écris différents ouvrages (accessibles sur mon site : Erik Bertrand) et je mets en scène des pièces avec des lycéens, et tout me ramène au voyage et à la découverte de l'autre. Mon blog, Genese s'intéresse à la réalisation progressive de mes travaux, du manuscrit à la publication et à la promotion...

Leave A Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Besoin d'aide pour préparer un séjour ?

Remplissez le formulaire ci-dessous avec le plus de détails possible pour que nous puissions vous répondre dans les plus brefs délais.


Nous partageons nos expériences et conseils gratuits avec vous! Exprimez vos besoins!