217 vues

Vers Samarcande de Bernard Ollivier

2

Vers Samarcande

Longue Marche  de Bernard Ollivier raconte une traversée exceptionnelle de l’Asie Centrale, au fil des grandes étapes de la route de la Soie, vers Samarcande…

Arrêté à la frontière iranienne et rapatrié sanitaire, Bernard Ollivier repart l’année suivante avec pour objectif la traversée de l’Iran suivie de celle du Turkménistan et de l’Ouzbekistan pour finir par atteindre la ville mythique de la route de la Soie : Samarcande, soit la bagatelle d’environ 3000 km à pied.

Sa première surprise lui viendra d’Iran où il découvrira un peuple accueillant, beaucoup plus agréable que le turc, très curieux de l’Occident et fort différent du sinistre tableau qu’en font nos médias acharnés à ne montrer que les fanatiques religieux qui ne disposent plus guère de soutien dans le pays réel. Néanmoins des policiers véreux lui voleront son appareil photo et certains de leurs collègues ne lui ménageront pas les tracasseries de toutes sortes. Il se retrouvera face au terrible Karakoum, un désert impossible à traverser en été. Comme aucun chamelier ne veut risquer la vie d’un animal pour porter les énormes quantités d’eau qui seraient nécessaire à cette traversée (minimum 12 litres par jour), il lui faut bricoler une sorte de petit chariot à partir d’un vélo d’enfant, auquel il s’attelle et qui lui permet de réaliser pareil exploit…

Fatigué, amaigri, il parvient enfin à Samarcande en meilleur état que dans le premier tome. Mais l’odyssée est loin d’être terminée. Des milliers de kilomètres l’attendent avant l’arrivée à Xi Han…

Magnifiquement écrit, très agréable à lire, ce second tome, plus optimiste et léger que le premier, ne se lit pas, il se dévore.

« Passionnant. Mieux qu’un récit de voyage, un itinéraire à la rencontre de l’autre » en a dit H.Liebaert dans « L’évènement ».

5/5



Partager

2 commentaires

  1. Bernard VIALLET on

    Oui, j’ai lu “A marche forcée”. C’est un très beau récit qui laisse pantois d’admiration devant le courage de l’auteur. S’enfuir d’un camp du goulag situé au-delà du cercle polaire et arriver jusqu’en Inde à pied, c’est plus qu’un exploit, c’est une prouesse. J’ai appris que de mauvais esprits ont raconté que ce récit était un faux. Moi, je préfère croire qu’il est vrai d’autant plus que Sylvain Tesson a réédité l’exploit récemment et l’a raconté dans “L’axe du loup”. (Yakoutsk, Mongolie, Chine, Himalaya, Tibet et Inde en solitaire, mais pas uniquement à pied).En réalité, Rawicz fut loin d’être l’unique évadé du goulag. Beaucoup d’autres suivirent cet axe sans doute arriver vivants au bout. Si ça intéresse, je mettrai prochainement les compte-rendus de ces livres sur ideoz.

  2. J’ai remarqué que tu avais un attrait pour les éditions phébus. As tu lu “A marche forcée” de Slavomir Rawicz, chez le même éditeur. L’évasion à pied, du cercle polaire à l’himalaya pour fuir un camp soviétique… Ainsi que d’autres livres chez cet éditeur qui décline la marche et les expéditions de multiples façons. Quand j’ai envie de voyager, et de me bousculer dans mes habitudes paresseuses, je puise dans le catalogue de cet éditeur.

Leave A Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Besoin d'aide pour préparer un séjour ?

Remplissez le formulaire ci-dessous avec le plus de détails possible pour que nous puissions vous répondre dans les plus brefs délais.


Nous partageons nos expériences et conseils gratuits avec vous! Exprimez vos besoins!