IDEOZ Voyages > Articles de: Bernard VIALLET

Bernard VIALLET

Visitez mon blog Pourquoi donc? -   Contactez moi ?

Sur le chemin de Stevenson de Hervé Bellec

sur le chemin de stevensonMagnifique ouvrage que nous offrent là les Editions Ouest France dans la collection « Itinéraires et découvertes », véritable guide du chemin que l’écrivain R.L. Stevenson parcourut en 1878 en compagnie de son ânesse Modestine dans le sud du Massif Central, entre Le Monastier sur Gazeille et Saint Jean du Gard et qu’il raconta dans un livre demeuré célèbre : « Voyage avec un âne à travers les Cévennes ».Lire la suite »Sur le chemin de Stevenson de Hervé Bellec

Le petit train de la brousse (Ph de Baleine)

le petit train de la brousseUn charmant livre raconté par quelqu’un qui connaît vraiment l’Afrique, qui y a séjourné longtemps, vécu avec ses habitants et voyagé avec les moyens du cru, c’est à dire le train ( d’où le titre ), le taxi-brousse etc… On suit ses aventures avec intérêt, amusement et étonnement parfois. On est loin des images sur papier glacé des tours-opérators et du Paris-Dakar. Lire la suite »Le petit train de la brousse (Ph de Baleine)

Sur les chemins de Compostelle (Huchet-Boëlle) ; beau livre sur le plus ancien pèlerinage d’Europe

sur les chemins de compostelleSur les chemins de Compostelle de Huchet-Boëll  est un très beau livre sur le pélerinage le plus ancien et le plus célèbre d’Europe. C’est une véritable somme. Tout y est : la dimension historique, religieuse, géographique, culturelle et architecturale.

Sur les chemins de Compostelle, invitation au pèlerinage

Les trois principales voies ( Via Podensis par le Puy, Via Turonensis par Tours et Via Lemovicensis par Limoges ) sont étudiées dans le détail avec photos et cartes à l’appui. Dans une deuxième partie, les auteurs s’intéressent aux chemins espagnols qui amènent tous à Santiago, l’ultime étape.Lire la suite »Sur les chemins de Compostelle (Huchet-Boëlle) ; beau livre sur le plus ancien pèlerinage d’Europe

Aussi loin que mes pas me portent (J.M. Bauer)

aussi loin que mes pas me portentClemens Forell est fait prisonnier à la fin de la deuxième guerre mondiale par les soviétiques. Simple soldat allemand, il devrait “bénéficier” du statut de prisonnier de guerre. Mais il n’en sera rien. Les communistes lui font un procès et le condamnent à vingt ans de goulag pour crime d’espionnage et haute trahison et le voilà parti pour le grand nord entassé dans un fourgon à bestiaux.Lire la suite »Aussi loin que mes pas me portent (J.M. Bauer)

Ma victoire sur l’Atlantique de Peggy Bouchet (Livre de voyage)

ma victoire sur l'atlantique Ma victoire sur l’Atlantique est le récit de la traversée de l’Atlantique à la rame réalisée par une frêle et blonde jeune femme, Peggy Bouchet. Après avoir raté en 98 une première tentative à 75 miles des Antilles, elle remet cela fin 99 et après 49 jours de navigation, 800 000 coups d’aviron et environ 4000 kilomètres de souffrance, elle réussit à rallier les îles du Cap Vert à la Martinique.

Lire la suite »Ma victoire sur l’Atlantique de Peggy Bouchet (Livre de voyage)

A marche forcée / A pied du cercle polaire à l’Himalaya (1941-42) – Slawomir Rawicz

a marche forcéeL’auteur , jeune officier polonais se retrouve capturé par les Russes lors de l’offensive soviétique contre la Pologne . Accusé d’espionnage , il est torturé sauvagement , mais n’avoue jamais . Interné à la Loubianka , il est condamné à 25 ans de travaux forcés en Sibérie . Il y est déporté après un long voyage inhumain en train plombé puis tiré le long d’une immense chaîne de prisonniers trainés par un camion jusqu’aux confins du cercle polaire . Lire la suite »A marche forcée / A pied du cercle polaire à l’Himalaya (1941-42) – Slawomir Rawicz

Paris-Saïgon, 16 000 km en 2 CV dans l’esprit de Larigaudie (Cortès et Flichy)

paris-saïgonDans la lignée de la « Croisière Jaune » et dans l’esprit des routards des années 60/70, Edouard Cortès et Jean Baptiste Flichy décident de rallier Paris à Saïgon en 2 CV en se lançant sur les traces de leurs illustres prédécesseurs, Guy de Larigaudie et Roger Drapier qui furent les premiers à réussir pareil exploit en 1938. Il semble que de nos jours ce périple automobile soit tout aussi difficile. Il leur a fallu franchir 16 000 km de routes et de pistes à travers 15 pays plus ou moins accueillants. Un voyage de six mois qui vira à l’épopée. Lire la suite »Paris-Saïgon, 16 000 km en 2 CV dans l’esprit de Larigaudie (Cortès et Flichy)

Longue marche de Bernard Ollivier

Longue marcheBernard Ollivier, sexagénaire passionné de marche à pied (il est déjà allé à Saint Jacques de Compostelle) décide en 1999 de se lancer sur la route de la Soie, d’Istanbul (Turquie) à XiAn (Chine) soit un périple incroyable de 12 000 km. Comme il est impossible de parcourir certaines portions du chemin en hiver, il ne marchera qu’à la belle saison et repartira l’année suivante de l’endroit où il aura arrêté. Il relate cette belle aventure en trois tomes plus passionnants les uns que les autres.Lire la suite »Longue marche de Bernard Ollivier

Voyage avec un âne dans les Cévennes (R.L.Stevenson)

A l’occasion du 130ème anniversaire de ce « voyage », j’ai tenu à relire ce charmant petit ouvrage de l’immortel auteur de « L’île au Trésor » et de « Docteur Jeckill et Mr Hyde ». Suite à un chagrin d’amour, Stevenson s’était retiré dans le petit village de Monastier sur Gazeille d’où il voulut partir vers le sud, à l’aventure et à pied. Lire la suite »Voyage avec un âne dans les Cévennes (R.L.Stevenson)

Le bonheur au bout du guidon (Christophe Cousin)

le bonheur au bout du guidon Jeune cadre dynamique, Christophe Cousin décide de quitter une vie facile pour aller à la découverte des autres sur son vélo. Et le voilà parti de Paris pour un véritable tour du monde qui durera 833 jours soit environ 2 ans et demi. Il traversera 27 pays différents et parcourra environ 30 000 km en roulant mais souvent aussi en poussant un vélo pesant dans les 80 kg avec le chargement !

Lire la suite »Le bonheur au bout du guidon (Christophe Cousin)

Carnets du Cap Horn de Pierre Stéphan : témoignage passionnant

carnets du cap horn

Le brestois Pierre Stephan, capitaine à 25 ans de l’un des plus beaux et des derniers grands quatre-mâts à voile français, « le Félix Faure », fera onze fois le tour du monde de 1896 jusqu’à la guerre de 14 pour aller chercher le nickel de Nouvelle Calédonie et le ramener en France ou en Angleterre. Il sera l’un des derniers témoins de la fin de la marine à voile, de l’époque mythique des grands clippers qui faisaient la course pour importer vers l’Europe le thé de Chine, la laine d’Australie ou les phosphates du Chili…

Lire la suite »Carnets du Cap Horn de Pierre Stéphan : témoignage passionnant

Récit voyage – Compostelle : carnet de route d’un pélerin de Luc Adrian

Dans la série “récit voyage” voici Compostelle : carnet de route d’un pélerin de Luc Adrian ou comment voyager autrement sur les pas d’un pèlerin qui a écrit un carnet de route sur les chemins de Compostelle… Une aventure humaine exceptionnelle pleine de rencontres et de découvertes bien au-delà du voyage en soi! Que l’on soit croyant ou non, le pèlerinage de Compostelle est aussi bien une rencontre avec le monde, qu’une rencontre avec soi-même…

Lire la suite »Récit voyage – Compostelle : carnet de route d’un pélerin de Luc Adrian

De l’Orénoque à l’Amazone sur un voilier de dix mètres de Jean François Diné)

Jean-François Diné est un gendarme français qui a pris un congé sans solde de cinq années pour naviguer sur « Rêve d’Eden » un voilier de moins de dix mètres en compagnie de son épouse Claudette et de sa petite chienne Michka alors qu’il n’avait jamais navigué. Après avoir construit son bateau de ses propres mains, il traverse l’Atlantique (ce qui est raconté dans un premier livre « Mon képi pour un océan ») et se lance dans la croisière la plus démentielle que l’on puisse imaginer : remonter l’Orénoque et faire la liaison avec le cours du Rio Negro et de l’Amazone. Lire la suite »De l’Orénoque à l’Amazone sur un voilier de dix mètres de Jean François Diné)

Routes et déroutes de Nicolas Bouvier

routes-et-deroutes-b_83372vbFoin des nuances entre écrivain-voyageur et voyageur-écrivain… Nicolas Bouvier relèverait plutôt de la première catégorie . Ayant relativement apprécié ses grands livres ” L’usage du monde” , “La descente de l’Inde” , “Chronique japonaise ” et ” Le poisson-scorpion” , j’étais resté sur ma faim en ce qui concerne l’homme , ses motivations et ses sentiments . Lire la suite »Routes et déroutes de Nicolas Bouvier

Aventures en Loire de Bernard Ollivier

Aventures en LoireAprès être allé à Saint Jacques de Compostelle, avoir parcouru la route de la Soie et raconté son incroyable périple pédestre dans sa trilogie la « Longue Marche », à 70 ans, Bernard Ollivier s’est lancé un nouveau défi : descendre la totalité du cours de la Loire d’abord à pied puis en canoë depuis le Mont Gerbier de Jonc jusqu’à Nantes.Lire la suite »Aventures en Loire de Bernard Ollivier

Le vent des steppes de Bernard Ollivier

Le vent des steppesDans ce dernier tome, Bernard Ollivier nous raconte les deux derniers tronçons de sa longue marche sur la route de la soie dont il ne reste d’ailleurs quasiment rien. Merci Gengis Khan, merci la conquête islamique. Au fin fond de l’Asie Centrale, toujours tirant son chariot prototype, il foule les neiges du Pamir, se perd dans les ruelles de la ville mythique de Kashgar et longe les déserts brûlants du Takla-Makan et de Gobi.

Insensiblement, il passe des territoires de l’Islam où il est accueilli avec intérêt et générosité à celui des Hans, matérialistes ou bouddhistes, beaucoup plus nombrilistes et quelquefois carrément xénophobes.Lire la suite »Le vent des steppes de Bernard Ollivier

Tamata ou l’alliance de Bernard Moitessier

tamata ou l'allianceLe légendaire Bernard est décédé, mais il nous a laissé ce livre merveilleux où il nous raconte par le détail sa vie hors du commun. Il est né en Indochine, française à l’époque, où il eut une enfance très heureuse et très proche de la nature. Il y ressent très jeune l’appel du grand large et se construit son premier bateau qui sera suivi de beaucoup d’autres. A peine majeur, il achète sa première jonque, un rafiot pourri et fort peu maniable et, ne doutant de rien, se lance sur les mers. Lire la suite »Tamata ou l’alliance de Bernard Moitessier