181 vues

Ouest Américain, à l’écart des circuits habituels (4ème et dernière semaine)

0

Du l’immense parc de Yellowstone  à la gigantesque machine à sous qu’est Las Vegas, nous allons suivre un itinéraire tout à fait innovant, par les rives de la Snake river et le désert du Nevada. Mais tout d’abord, il semble que début juin, l’hiver n’est pas tout à fait terminé pour les bisons.

Sites visités : Wyoming & Montana : Yellowstone – Idaho : Malad Gorge SP – Hagerman Fossil Bed NM – 1000 Springs – Twin Falls – Shoshone Falls – Nevada : Poney express trail – Great Basin – Lehman Cave – Osceola road – Cathedral Gorge – Las Vegas

Vendredi 5 juin – Ne touchez pas aux grizzlis

Depuis notre arrivée à Yellowstone, nous n’avions pas vu beaucoup d’animaux et j’étais vraiment déçu à l’idée que ne serait encore pas pour cette fois que l’on verrait un « bear ». Dans de nombreux lieux visités les années précédentes et depuis 3 semaines, on nous disait de ne pas s’approcher des ours à moins de 91, 44m (100yards). Ça ne risquait pas, nous n’en n’avions jamais vu.
Ce matin là, nous partons vers Mammoth Hot Spring, avec l’intention d’aller à Gardiner faire les pleins (estomac, réservoir et glacière).
Un peu au dessus des Norris , peut être à Nymph Lake, une accumulation de voitures arrêtées un peu n’importe comment à gauche : signe qu’il y a des animaux dans le secteur. L’indice n’est pas toujours bon, il s’agit parfois de « novices » qui découvrent leur premier bison… bon, on va voir.
Ils sont là, remontant lentement du point d’eau où ils viennent de boire, 2 grizzlys, une mère et son ourson déjà grand. Vite, jumelles, appareil photo, zoom … Ah oui, pas moins de 91, 44m – y a de la marge ! Quelques photos embrumées et les ours disparaissent derrière les sapins.

De Mammoth à Gardiner, doit découvrons la seule route que nous n’avions pas faite il y a 2 ans et l’entrée monumentale du parc. A Gardiner, nous complétons nos pleins par quelques souvenirs qui déplairaient fortement à BB.
Pose à Mammoth pour une promenade dans Lower Terraces Area puis le circuit de Upper Terraces Area et quelques vues nouvelles.

 

Un tour jusqu’à Tower-Roosvelt où nous découvrons que le restaurant est ouvert (le jour même, le service s’en ressent – mais c’est l’endroit le plus agréable que je connaisse pour manger dans le parc).

Avant de repartir, un petit tour chez les rangers ; ils nous indiquent que des bears viennent d’être vu du coté de Phantom Lake. Nous repartons dans cette direction et effectivement, un peu après le lac, une accumulation de voitures arrêtées sur les bords et même au milieu de la route. Il y a un ours à l’orée de la forêt. Il est loin, il pleut, il faut approcher dans les herbes hautes. C’est un ours noir. Il n’a pas l’air de s’inquiéter de la foule qui reste à plus de … A propos, comment on mesure ?

Avec la pluie pas une bonne photo … ni pour le cervidé à très grandes cornes qui attire les foules quelques km plus loin.

Quelques cascades, quelques fumeroles, quelques geysers, quelques bisons … et la pluie.

Samedi 6 juin – Bisonneaux et glaçons

Pour notre dernier jour dans le Wyoming, nous passons la matinée au Norris Geyser Bassin. En attendant que la pluie s’arrête, nous visitons juste à coté le Museum of the National Park Ranger. La vue de celui qui nous accueille confirme mon sentiment depuis Organ Pipe, « ranger, c’est pour la vie ». Ce musée est rarement visité, pourtant il est intéressant. Mais il y a tellement de choses à voir à Yellowstone.
Avec le soleil, nous nous promenons au long des eaux fumantes et bouillonnantes des Norris.

Pour l’après midi, nous décidons de revoir les 43km vers l’entrée est, en travaux en 2007. Le long de la Yellowstone River, un troupeau de bisons occupe la route et ses rives. Rien d’étonnant, ce genre de barrage filtrant est fréquent ici. Mais nous sommes surpris voir un grand nombre de très jeunes bisons, avec leur mère ou en groupe.

Sur la route vers l’entrée est, la piste de Lake Butte grimpe au milieu de la forêt ravagée par l’incendie de 1988. Du haut, joli point de vue sur le lac Yellowstone.

La route s’élève ensuite à 2600m. Un peu avant le col, les lacs Sylvan et Eleanor sont encore couvert d’une épaisse couche de glace. De nombreuses cascades jaillissent le long de la route.

En rentrant, petite pose sur la plage du grand lac, décidément, l’eau est trop froide pour se baigner. Plus loin, nous apercevons notre troupeau de bisons et bisonneaux maintenant très éloigné de la route.

Dimanche 7 juin – Coup de froid le matin, mal de gorge l’après midi

Au réveil, nous avons l’impression d’avoir été transportés par magie en Laponie fin décembre. La neige sur les sapins, 10cm sur la voiture. Non, nous sommes toujours à Canyon Lodge, le 7 juin. Avant-hier dans un magasin, nous avons regardé les brosses et grattoirs à neige, sans penser qu’on pourrait en avoir besoin. Et on a pas grand chose pour dégager le pare-brise et les vitres.
Vitres dégagées, coffre chargé, nous partons sous les flocons qui continuent de tomber. Heureusement la neige ne tient pas sur la chaussée. Nous croisons un véhicule de déneigement qui doit se diriger vers les cols. Entre Canyon et Norris la route est féérique, on se croirait dans un conte de Noël. Puis la neige tombe plus dru et commence à rester sur la route. Le thermomètre extérieur est descendu à 27°F (environ -3°C)

Mais quel est cette masse sombre qui bouge sur le bord de la route ? Certainement pas le père Noël ni un renne. Un bison, la fourrure couverte de neige, marche impassible sur le bord de la route. Nous en croisons un 2ème plus loin. Nous arrivons juste à 8h pour l’ouverture de la route de Madisson, au moment où les agents se mettent en place pour alterner la circulation. Une belle couche de neige couvre maintenant la route et nous sommes les premiers à passer dans notre sens.

C’est sous une véritable tempête de neige que nous faisons la magnifique vallée le long de la Madisson river. Passé West Yellowstone, nous ferrons encore 50km avant de retrouver une température positive et … la pluie.
Et dire qu’il y en a qui projetaient de camper début mai dans le parc !

Nous sommes entrés dans l’Idaho, autrefois région de chercheur d’or, maintenant, pays de la pomme de terre. Notre itinéraire de retour vers le sud passe par l’ouest. Nous nous dirigeons vers Twin Falls en suivant la Snake River après Pocatello. Nous laissons de coté Crater of the Moon NM, un site vraiment très intéressant que nous avions visité en 2007.

Déjeuner, essence, rassemblement de pélicans sur la Snake. Maintenant, nous voyons le soleil et la température remonte. Nous passons assez tôt à coté de Twin Fall pour continuer une cinquantaine de km en direction de Boise vers Malad Gorges SP. A l’entrée de ce parc d’état, nos déposons une enveloppe avec quelques dollars dans la tirelire, mais nous trouvons regrettable qu’il n’y ait plus de carte dans la boite à coté puis de trouver une partie du parc fermée.

La Malad River, ce n’est pas le Colorado, mais cet affluent de la Snake torrente dans un canyon étroit qui vaut le détour. Plusieurs points de vue sur chaque rive dans le parc et hors du parc, de l’autre coté de l’autoroute.

 

Retour vers Twin Falls par les petites routes et la ID 30 qui longe la Snake. Nous arrivons à Hagerman, une petite commune où nous découvrons une National Monument dont on avait jamais entendu parlé, le Hagerman Fossil Beds. En fait, ici ce n’est que le visitor center, le parc est de l’autrecoté de la Snake. Nous arrêtons pour récupérer une carte de l’Idaho. Deux jeunes rangers nous accueille et nous expliquent les fossiles exposés devant eu, en particulier le squelette de l’ancêtre du cheval nommé Hagerman horse. Ils nous expliquent ce que l’on peut voir sur notre route et ferment le centre après notre départ. Nous nous rendons à Oregon trail overlook, qui offre une belle vue sur les retenues de la Snake.

Le long de la route qui longe la Snake vers le sud de Twin Falls, on peut voir une multitude de cascades, les Thousand Spring. Elles jaillissent en de multiples lieux du sommet des falaises ou parfois à mi hauteur.

Le GPS nous conduit sans difficulté au Shilo Inn que nous avions réservé, un très bon hôtel d’une chaine pas présente partout.

Lundi 8 juin – Comment se perdre au Nevada

Notre programme débute par la visite des Shoshone Falls, le Niagara de l’ouest. Plus hautes de 13m, presque aussi large que le Niagara américain, les Shoshone Falls sont visibles de plusieurs points de vue inclus dans un parc d’état – payant. Le débit varie suivant la saison, les eaux de la Snake étant beaucoup pompées pour alimenter les canaux qui fournissent les arroseuses des champs de patates. Faut dire que ce n’est pas pour rien que l’Idaho est la capitale de la patate, les champs s’étendent à perte de vue et on voit loin ici. Faut dire aussi qu’il en faut des patates pour faire les french frites, la purée ou les « boiled potatoes » qui accompagnent tous les plats dans les restaurants (j’accorde, parfois avec des petits légumes pas assez cuits.)

En juin, il y a de l’eau et les chutes sont magnifiques, les différents points de d’observation en offre une vue intéressante. En aval un arc en ciel se développe dans les gorges de la Snake.

En peu en amont, (demander la route au guichet du parc) se trouvent les Twin Falls qui ont données leur nom à la ville. Accès gratuit, plusieurs points de vue, moins hautes (38m), plus encastrées, ces chutes valent quand même le détour.

Direction le sud et le Nevada. Si vous n’avez pas compris que le Nevada, c’est l’état du jeux, pas uniquement Las Vegas, sachez que chaque entrée dans l’état est une ville de casino. Arrivant de Twin Falls, la première localité s’appelle Jackpot – ça pose le décors, non ? Pour se faire une idée,
1400 habitants, 6 casinos, un golf et un aéroport, tout ça au milieu de nulle part.

Direction Ely, une friche minière, une friche du jeux ? Mais un hôtel célèbre, le « Nevada ».

Nous sommes en avance, aussi nous tournons sur un chemin de terre vers Cherry Creek, Ce n’est pas une ville fantôme comme le laisserait penser l’état des habitations, le nombre de boite à lettre donne une idée de la population. Il y a même un musée. Mais nous ne voyons aucun habitant.

Après un petit tour sur une piste de montagne qui part dans le mauvais sens, nous revenons au village et partons sur une piste parallèle à la route principale. D’ailleurs la route existe sur notre carte Michelin à l’échelle de l’Europe (nous n’avons pas encore récupéré la carte du Nevada) ; d’ailleurs aussi notre GPS connait ce chemin. Mais ça ne colle pas avec la piste que nous suivons. Pourtant …
Nous avons une section commune avec la piste du Pony Express, mais elle ne part pas dans la bonne direction. Le GPS nous indique une autre piste. Elle doit être bonne car la distance s’amenuise avec notre destination. Problème, le GPS veut nous faire tourner à gauche, sur des chemins non carrossable. Décidément, il ne fait pas de distinction entre les pistes de 1ère catégorie et les chemins à bestiaux, mais il trouve toujours une route vers Ely. Nous traversons un immense pâturage avec le troupeau au milieu de la route.

Le chemin reste bien carrossable mais les traces de roues sont de plus en plus rares. Au bout d’une dizaine de miles, nous sommes arrivés sur une piste où il ne doit pas passer une voiture par semaine. Le temps passe et le ciel se couvre. Une grande pente, plus impressionnante que sur la photo … possible de descendre, mais pourrons nous remonter si l’on doit faire demi-tour plus loin et que la pluie s’en mêle ?

Alors, demi tour ?

???…

Faisons le point :

 

  • nous ne savons pas si la piste abouti quelque part
  • depuis 3/4h nous n’avons vu personne
  • sur cette piste, il ne doit pas passer plus d’une voiture par semaine
  • si on descend, on est pas sûr de remonter en cas d’orage et le ciel est très noir tout autour
  • nous n’avons pas de téléphone, et quand bien même,
  • nous avons le micro, mais aucune chance de WiFi pour consulter Google map
  • nous n’avons pas de carte ni de boussole
  • et nous sommes dans un coin perdu du Nevada – à propos, ils avaient mis combien de temps pour trouver des traces de Steve Fossett ?

 

 

Conclusion, nous faisons demi-tour, encore faudra-t’il retrouver la route de sortie.
Un peu avant le troupeau de vache, nous apercevons le nuage de poussière soulevé par une voiture qui roule dans le même sens que nous. D’où peut-elle bien venir ?

Revenu sur la grand-route, bientôt nous apercevons des maisons à l’horizon. Avez vous remarqué comme l’horizon est loin par ici, chez nous la vue dépasse rarement 200m. Ce que l’on voit au loin, au pied des montagnes d’en face, c’est Ely et le GPS indique encore 18 miles avant d’arriver.

Pas une ville à moins de 100km à la ronde ! Située sur la route 50, la route la plus isolée d’Amérique, la ville minière de Ely compte 4000 habitants, 18 hôtels, 13 restaurants et quelques casinos dont certains semblent fermés depuis longtemps. Le musée du train et son train fantôme est fermé durant notre séjour. Nous avons réservé à l’hôtel Nevada, LE casino-hôtel historique de la ville – d’accord, un peu vieillot (construit en 1929), mais Gary Cooper et d’autres célébrités hollywoodiennes venaient là autrefois. Particulièrement bon marché et un air de Las Vegas un peu défraichi.

Une fois dans la chambre, nous regardons la carte du Nevada que nous venons de récupérer à l’accueil : pas de trace des pistes où nous nous étions engagés. Un coup de WiFi, Google Map, Cherry Creek Ok, la piste vers le Ponny Express s’appelle Egan Creek road … des chemins en cul de sac un peu partout, difficile de visualiser une liaison vers une route digne de ce nom. On a bien fait de faire demi-tour.

Mardi 9 juin – La cave du Great Basin

Il y a 100 km de Ely à Baker, l’entrée du Great Basic National Park, le seul parc national exclusivement au Nevada. Le Great Basic, c’est le 3ème grand désert du sud ouest américain. Mais le parc n’a rien de vraiment désertique. Les sommets enneigés à plus de 3500m apparaissent au-dessus d’une forêt dense à travers laquelle la route en lacets s’élève de 1400m. Cette forêt abrite le Bristlecone Pine, l’arbre qui peut vivre 4700 ans. Beaux points de vue en montant, petite promenade botanique à partir du camping, randonnées vers les glaciers accompagnées par les rangers ou pas, pour ceux qui aiment marcher.

 

L’entrée du parc est gratuite, mais à l’intérieur se trouve Lehman Caves, dont la visite guidée est payante. Nous nous inscrivons pour la première possible, celle de 90 minutes, après s’être assuré qu’il y avait très peu de marches à monter.

Une moins jeune ranger accueille le petit groupe et nous guide vers une visite époustouflante. Des milliers, des millions de stalactites et de stalagmites, des petits, des grand, des fins, des gros … du début jusqu’à la fin. Pas manqué, notre guide nous fait le coup de la panne de courant, mais c’est pour nous montrer ce que laissaient voir les chandelles des premiers explorateurs de ces galeries souterraines.

 

En nous rendant à Great Basin, nous avions repéré une piste qui semblait faire un raccourci dans la montagne (photo de gauche). Nous demandons aux rangers du visitor center ce qu’ils en pensent. La Osceola road n’est qu’à 12 miles du centre, mais en dehors du parc. Connaissent pas ! Mais ils cherche sur une carte détaillée du secteur, oui la piste traverse la montagne et doit être carrossable en 4×4.

Attirante, cette piste qui monte en face dans la montagne !

Surtout tôle ondulée au départ, la piste grimpe à plus de 2300m pour redescendre vers le village fantôme d’Osceola, là où fut trouvé la plus grosse petite d’or (6000$) du Nevada en 1877. Village fantôme ? Des vieilles cabanes avec une antenne parabolique ! Et il y a du monde au cimetière, des touristes ?

La piste redescend vers la route principale.

De retour à Ely, une haie de Harley est stationnée devant le Nevada hôtel. Un rassemblement de motard sur un lieu mythique qui n’a rien à envier à la route 66.

Mercredi 10 juin – Cathedral Gorge

La descente vers Las Vegas traverse le désert, le vrai, du Great Basin. Sur la route la ville de Pioche, devinez ce qu’on y fait ? Mais ici les mines d’argent sont toujours actives. Un peu plus loin se trouve le Cathedral Gorge State Park.

Les conseils de visite sur le site ouestamerica de Sedonax (excellente référence), nous arrêtons au Miller Point Overloock avant d’aller nous promener dans les slots canyons. Point de vue bien aménagé, intéressant, sur un décors qui n’est pas sans rappeler d’autres lieux plus connus, un air de Bryce par exemple.

Du bas, face au camping, 2 points de départ, Cathedral Caves et Canyon Caves, pour s’engouffrer dans une foule de cavités étroites jusqu’aux limites fixées par son embonpoint. Avec un rayon de soleil, vers 11h30, ça fait aussi penser à Antelop Canyon.

En se rapprochant de Las Vegas, nous longeons des terrains désertiques, champs de tir de l’US Army. Sur l’autoroute, la circulation est plus dense que ce que nous avons connu ces derniers jours pour devenir même très encombrée et très ralentie en se rapprochant du centre de la big machine à sous qu’est Las Vegas.

Nous avons réservé notre dernière nuit sur le Strip, au Caesar Palace en profitant d’une opportunité dans le calendrier des tarifs (nuit à 100$ à coté des 300$ pour la veille et 450$ le vendredi).

Pas de spectacle de réservé, une fois installé, nous partons voir quelques lieux délaissés l’an dernier.

Le Circus Circus par exemple et son spectacle de cirque gratuit. Nous y découvrons une immense machine d’apprentissage aux jeux pour les enfants (pour gagner des peluches) et un spectacle de cirque – 5 minutes toutes les heures. A éviter, pas folichon, c’est loin du Cirque du Soleil.

Au retour, je peux enfin photographier un coucher de soleil sur le désert au loin avec au premier plan les nouveaux hôtels en construction, encore plus grands, encore plus hauts, encore plus … à moins de la crise ait ralenti les travaux ? En tout cas, crise ou pas crise, ce soir là c’était noir de monde dans les rues, mais il n’y avait pas beaucoup de monde à diner au buffet du Treasure Island.

Jeudi 11 juin – Salut vieux Jules, à la prochaine ?

Comme aurait dit Asterix !

Départ assez tôt pour ramener la voiture chez Alamo et attendre tranquillement le départ de l’avion vers Paris.



Partager

A propos de l'auteur

Leave A Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Besoin d'aide pour préparer un séjour ?

Remplissez le formulaire ci-dessous avec le plus de détails possible pour que nous puissions vous répondre dans les plus brefs délais.


Nous partageons nos expériences et conseils gratuits avec vous! Exprimez vos besoins!