Voyagez curieux à votre mesure! IDEOZ, le forum et blog voyage collaboratif qui vous aide à préparer un séjour en Europe parfait grâce aux conseils et expériences des voyageurs

L’ouest Américain, à l’écart des circuits habituels : l’Arizona et le Grand Canyon

1

west10Du 13 mai au 12 juin 2009 , près de 11000km, des routes jusqu’à 3700m d’altitude, des températures de 104° F à 27°F, du soleil, de la pluie, des orages, de la neige, une tornade. C’est notre 4éme voyage dans l’ouest des USA et les lieux les plus célèbres comme Monument Valley et le Grand Canyon ont déjà été visités ainsi que bien d’autres auxquels il est parfois fait allusion plus loin.


Avant de raconter en images, voici la liste des sites visités :
Californie : Imperial Dunes Arizona : Prison de Yuma – Organ Pipe NM – Saguaro NP (W) – Sonoran Desert Museum – Old Tucson Studio – Tombstone – Colossal Cave – Apache Trail – Tonto NM – Petrified Forest NP – Chelly Canyon NM – Upper Antelop Canyon – Horseshoe Bend – Marble Canyon – Lees ferry – croisière Navaro Tapestry Utah : Valley of the Gods – Goosenecks SP – KodaChrom Basin SP – Devil Garden – Burr Trail – Shafer Trail Colorado : Grand Mesa SP – Rocky Mountains NP South Dakota : Crazy Horse – Rt Rushmore – Custer SP – Badlands NP – Windcaves -Jewel Cave Wyoming : Devil Tower – Beartooth HW – Yellowstone Montana : Little Bighorn BNF – Idaho : Twin Falls – Shoshone Falls – Malad Gorge – 1000 Springs Nevada : Poney express trail – Great Basin – Lehman Cave – Osceola road – Cathedral Gorge – Las Vegas

En route vers le sud de l’Arizona…

MERCREDI 13 MAI

Départ de Nantes à 7h05, escale à Roissy, arrivée à Los Angelès vers 13h et des poussières, passage en douane rapide, navette immédiate pour le rental car, peu d’attente chez ALAMO et nous voici partis avec une GMC Envoy – sans trop se rendre compte qu’on va payer 700$ de plus que l’Equinox réservée !!!

voiture location gmc envoy

Notre GPS nous conduit sans bavure jusqu’au Best Western de El Cajon, près de San Diego – avec un petit détour pour voir le Pacifique (embrumé comme lors des voyages précédents).

Jeudi 14 Mai – en route vers le sud Arizona

Ouest mythique comptoir voyage

Petit déjeuner dès l’ouverture (6h30) puis la I8 vers l’est. Courses à El Centro (qui n’a rien de central, loin de là) : quelques bricoles et l’essentiel, de l’eau, une glacière et des bonbons pour la route.
Notre première visite est consacrée aux Imperial Dunes (dans l’Imperial county de Californie, juste à la limite de l’Arizona, le long du Mexique). La freeway traverse le désert de sable sur plus de 10 miles, mais dans l’autre sens, les dunes s’étendent sur une centaine de km.
Un parking entre les 2 chaussées de l’autoroute, avec des vues polluées par les lignes électriques… Un peu plus loin, une sortie donne accès au centre de rangers (fermé!) de l’Imperial Sand Dunes Recreation Area et une piste nous conduit à un parking au milieu de l’immensité de sable … rien d’autre que le ciel bleu et le sable doré.
arizona sud route

Des traces de roues témoignent que le site est ouvert aux quads, d’ailleurs en repartant nous en apercevons quelques-uns rentrant d’un périple dans les dunes.

Notre seconde étape est consacrée à la prison territoriale de Yuma (AZ), petite ville située de l’autre coté du Colorado (tiens, en voilà un dont on ré-entendra parlé par la suite.) Certains se souviennent peut-être du film ” 3h10 pour Yuma “, un chef-d’œuvre du western de 1957 avec Glen Ford – Les plus jeunes connaitront plutôt le remake de 2008.

 Yuma territorial prison

La prison, qui a fonctionné de 1876 à 1909, est ouverte au public (4$ par personne) – on y visite, outre les cellules et cachots, un musée parsemé d’objets, d’armes et surtout de photos des détenu(e)s et des gardiens. Aussi, la liste de tout ceux qui y furent incarcérés, la durée, les exécutions (rares) et … les évadés, repris ou non. On note par exemple que certains mormons y ont été emprisonnés pour polygamie.

Yuma territorial prison batiment

En 1909, la prison a été transférée à Florence, un lieu que nous croiserons plus tard.

Arrivée dans l’apm à Gila Ben – le Knights Inn réservé par Super 8 est vieillot, mais la chambre est correcte. La piscine par contre n’a pas vu d’eau depuis des années. Avec le décalage horaire, on a plus envie d’une sieste que d’un bain.

Yuma territorial prison cellules

En fin de journée, nous partons voir le coucher du soleil dans le Sonoran Desert NM ; la piste que nous empruntons nous conduit à aucun point intéressant et nous remettons au lendemain notre découverte des cactus géants.

Vendredi 15 Mai – Organ Pipe Cactus NM

 

Petit déjeuner dès l’ouverture et départ vers le sud. Courses à Ajo, ville minière, typée mexicaine, des motels, des markets, une belle église et beaucoup de sociétés d’assurance (?)

 

Les cactus sont présents partout maintenant. Les saguaros caractérisent le Sodoran desert qui avec le Mojave et le Great Basin constituent les 3 grands déserts du sud ouest des USA.

 

L’Organ Pipe Cactus NM est un grand parc par sa surface, pas par le nombre de ses visiteurs : nous ne somme pas les seuls ce jours-là mais presque.

 Organ Pipe Cactus NM
 
 

Nous achetons notre « annual pass » au visitor center, auprès des rangers de service. Ceux-ci ne sont pas très jeunes et je me dis que ces militaires, hommes et femmes, ne prennent jamais de retraite : ranger, c’est pour la vie ? (cette impression ira en s’amplifiant au cour de notre voyage)

 
 
 Organ Pipe Cactus NM

A coté du centre, une promenade botanique permet de découvrir les différentes variétés de plantes du secteur, les grands saguaros, les plus rares organ pipe, les cholla cactus (à ne pas approcher de trop près) et les ocotillos.

 Organ Pipe Cactus NM balade botanique
 
 
 
 

Organ Pipe à droite

 Organ Pipe Cactus NM cactus

Il y a plusieurs circuits dans le parc. Le plus long est fermé depuis quelques année pour des raisons de sécurité avec les problèmes d’immigration mexicaine. L’ajo mountain drive part en face de la route du visitor center et offre une piste correcte de 34 km en sens unique autour de Diablo Mtns. La nature à l’état sauvage, des cactus et quelques animaux rencontrés en chemin, un coyote, des Sonoran Proghorn et une famille de Gambel’s Quail, un oiseau marcheur doté d’une curieuse crête sur la tête – difficile à prendre en photo. Un peu de relief, même une bonne montée et la route passe à proximité d’une arche.

 Arch Canyon
 
 

Arch Canyon

 

La North Puerto Blanco Drive part de l’autre coté du visitor center et est fermée au bout de 5 miles au delà d’un parking. Une picnic area y est aménagée avec des ramadas offrant de l’ombre pour déjeuner.

 

L’après midi, en route vers Tucson, 140 miles par l’AZ86, qui filent tout droit au milieu des cactus. Nous passons un 3 ou 4ème barrage de douane – contrôle des passeports… c’est surtout l’immigration mexicaine qui est visée.

 Arch Canyon tourbillon de sable

Plus loin, nous voyons une tornade. Peut-on appeler tornade ces tourbillons de sables qui se forment dans le désert ? Nous en avons déjà vu l’an passé, en particulier dans la Carrizo Plain NM, le long de la faille de San Andrea (il faudra que je raconte un jour). Mais celle-ci que nous voyons de très loin, s’élève à plus de 30m et si dirige vers la route. Elle traverse avant notre arrivée et s’amenuise par la suite…

 

A Tucson, notre GPS nous conduit directement au Studio 6 que nous avons réservé pour 3 nuits. Ce type de motel, de la famille Motel 6, a l’avantage de disposer d’un coin cuisine, avec frigo et micro-onde, ça c’est commun, mais aussi un évier, une plaque de cuisson et de la vaisselle (pour nous : 35, 77 € la nuit, frais de change inclus). Il y a bien sûr une piscine.

 

Samedi 16 mai – désert et western

 

Pas beaucoup de route aujourd’hui. Départ direction le Sodoran Desert Museum pour y découvrir les plantes et animaux qui vivent dans la région, en particulier ceux que l’on a trop peu d’occasion de voir lors des visites des parcs. Il est encore tôt, mais les grands mammifères sont déjà retirés dans leur coin à l’ombre. Nous passons un grand moment à regarder et filmer un raccoon (raton laveur) jouer avec sa gamelle.

 raccoon raton laveur dans un parc national américain
 
 

Raccoon en activité

 

Environ 2h pour un tour complet – de nombreuses plantes du désert et une centaine d’animaux plus ou moins sympathiques … Et le soleil qui monte dans le ciel.

 Animaux Sodoran Desert Museum
 
 Serpent Sodoran Desert Museum
 
 

Deuxième étape, le Saguaro NP (west). La fiche en français (ne jamais oublier de demander) remise avec la carte à l’entrée nous apprend plein de chose sur ce cactus géant, emblème de l’Arizona. Au bout de 15 ans, il ne mesure qu’une trentaine de cm de haut. Les premiers bras n’apparaissent qu’après 75 ans. Il peut vivre plus de 150 ans, mesurer plus de 15m et peser plus de 8 tonnes !
Mais le circuit dans le parc n’a rien d’extraordinaire, surtout après l’Organ Pipe.

 Saguaro NP West cactus
 
 Saguaro NP west Oiseau
 
 

Troisième étape, Old Tucson Studio, lieu de tournage de nombreux western de la grande époque comme Rio Bravo, en tout 300 films de 1939 à 2004.
(On paye à l’entrée – 16$95 par adulte, mais les attractions ensuite sont gratuites)
Petit tour dans la grand rue, typique de la fin du XIXème et la chaleur nous conduit tout naturellement au saloon pour y trouver un peu de fraîcheur et une bière. Nous avons en main le programme des spectacles : il y en a presque tout le temps de 10h à 16h. Justement dans 10 minutes, c’est le show des « cow girls » chants et danses très animées dans le saloon, sur la scène et sur … le bar !

Un petit tour dehors et nous nous dirigeons vers des gradins à l’ombre face à l’église pour assister à un spectacle digne des (meilleurs?) western – cascades, combats, tirs, explosions, incendies.

 Old Tucson Studio décors de western
Old Tucson Studio scène de western devant une chapelle
 
 
 
 

Nouveau tour au soleil vers la locomotive de 1872 et la chapelle, puis retour au saloon pour un nouveau spectacle, cette fois « french cancan » de nos danseuses de toute à l’heure.

 Old Tucson Studio french cancan
 
 

Quelques visites, un autre spectacle en plein air, un tour du centre dans le petit train, quelques achats à la sortie et vite la clim dans la voiture, direction l’hôtel et sa piscine.

 

Dimanche 17 mai – western et visite de cave

 

Au programme de ce dimanche, Colossal cave et Tombstone. Nous décidons d’inverser et de garder la fraicheur de la cave pour l’apm. Nous verrons par la suite que nous allons faire le même choix pour d’autres raisons.

 

Tombstone, lieu mythique de l’histoire de l’ouest – le lieu du début de la fin pour tous les “méchants” de l’ouest à la fin du 19ème. Le lieu du “règlement de compte à OK Corral”, titre du film le plus connu de l’histoire de Wyatt Earp. Depuis le début de l’année, les chaines satellites nous ont proposé 4 versions de ce duel qui a marqué l’ouest au point d’en parler et de fêter encore 128 ans après.

 

Car outre le fait que le centre du village a gardé le look de l’époque, même si chaque bâtiment est maintenant un magasin qui vend surtout des souvenirs made in…..a, cela reste le lieu du vrai OK Corral.
Ici on ne paye rien à l’entrée, mais on paye pour visiter chaque lieu particulier et pour assister à la reconstitution du fameux “règlement de compte”.

 

A part ça, un BBQ rib beef d’enfer au Longhorn restaurant.

 Tombstone Longhorn restaurantTombstone Ok Coral
 
 
 
 

Visite indispensable, le cimetière reconstitué à l’entrée de la ville (pas évident à trouver) où reposent à jamais les Mc Laury et Clanton, victimes du shérif Earp et de ses frères, aidés de Doc Holliday. La lecture des plaques funéraires laisse bien des surprises, avec les inconnus, les chinois de service, les victimes des apaches (ah, on va en reparler bientôt des ceux-là) et les “pendus par erreur” !!!

 Tombstone
 
 

26 octobre 1881 – les victimes du règlement de compte à OK Corral

 

Dans l’après midi, visite de cave. Chez nous quand on parle de visite de cave, il s’agit bien sûr d’une cave de muscadet, comme dans d’autres régions de bordeaux ou de bourgogne, voire de fromages. Une cave ici est surtout réservée au spéléologue et ne renferme ni bon cru ni fromage. La Colossal cave en question est une grotte dans un State Parc aux portes de Tucson. La photo de l’entrée du parc montre, ô combien, que le ciel bleu de nos premiers jours s’est bien assombri – ce n’est qu’un début.

 Colossal cave NP Entrée du parc national
Colossal cave NP entrée de la grotte
 

Entrée dans le parc gratuite, mais visite guidée de la cave payante (11$ par personne). Température fraiche par ce temps orageux, marches à descendre, marches à remonter … rien d’extraordinaire dans cette promenade souterraine d’une heure, mais une visite quand même bien agréable. Trop difficile de suivre le discours du guide, donc nous consacrons notre temps à voir plutôt qu’à entendre, et à faire quelques photos. Car ici, contrairement aux Kartchner Caverns voisines, on peut faire des photos.

 Colossal cave NP intérieur de la grotte
 
 
 
 

Pas facile, facile de faire de bonnes photos dans ces caves…

Lundi 18 – chez les Apaches

 

Direction Apache Junction, tous d’abord, banlieue de Phoenix pour s’engager sur l’Apache Trail.Cette route vers l’est, construite par les indiens, comporte 2 parties bien distinctes. Le début est revêtu et de bonne qualité ; il traverse une région aride et montagneux, tout en suivant le cours de la Salt River et des retenues offrant des lacs propices aux bateaux.

 Apache Trail
 
 Apache Trail paysage
 
 

Apache Trail

 

La seconde partie est une piste de qualité variable, surtout dans les passages pentus et en lacets où nous croisons au pas des gros 4×4 tractant des bateaux plus larges qu’eux. Quelques beaux points de vue sur les roches teintées et les lacs puis sur le barrage à l’extrémité.

 

A quelques miles du barrage se trouve le Tonto NM. Direction le visitor center – le parking est quasiment vide. La ranger de service n’est pas très emballée de nous laisser partir sur le chemin qui mène aux maisons Anasazi dans une sorte une grotte plus haut. Elle nous explique que le lieu est fréquenté par des hordes abeilles en furie à n’approcher sous aucun prétexte et qu’il ne faut pas dépasser le barrage installer sur le chemin, et puis que si on vois un serpent à sonnette traverser le chemin, il faut s’arrêter pour le laisser passer …

 Tonto Nantional monument
 
 
Tonto NM cactus

Bref, c’est surtout la chaleur et la pente qui nous gênera le plus, mais nous ne dépassons pas les barrières – on y a quand même une belle vue de ruines qui nous rappellent Mesa Verde et, en nous retournant, sur le lac formé par le barrage.

 Tonto National monument paysage et cactus
 
 

Nous déjeunons dans le joli parking aménagé avec tables sous abri dans un coin tranquille près de la sortie.

 

Ensuite le nom d’Apache trail continu pour la AZ188 jusqu’à Midland City où nous prenons la AZ60 en direction de Show Low en plein territoire Apache. Je ne sais pas si c’est le fantôme de Cochise qui erre dans le secteur, mais mon GPS m’indique de bien curieuses choses – routes en zig zag alors qu’en face de moi elle est rectiligne, position en dehors de la route etc.

 
 
 canyon de Salt river

Point de vue sur le canyon de la Salt river .

 

Nous arrivons avant l’orage au KC motel de Show Low.
on est en plein territoire apache et le couple d’indiens que nous croisons au restaurant le soir nous fait penser à Geronimo !

 

Mardi 19 – la forêt pétrifiée et les navajos

 

Départ de bonne heure pour une centaine de km vers Petrified Forest NP, par l’entrée nord. Mal vu, ça aurait été mieux par le sud, m’en suis rendu compte après.

 Petrified Forest NP
 
 

Ce parc ne m’avais pas attiré lors des voyages précédents et j’étais encore près à le zapper cette année. Pourquoi ? Parce ce qu’aucun site sur la toile n’en présente des photos qui donnent une bonne idée de l’intérêt du parc. Bon les troncs fossilisés datent d’environ 225 millions d’années, et alors, il y en a ailleurs. Le Painted Desert, c’est un peu comme celui de John Day Fossil Bed où nous sommes passés en 2007 (pour ce qui ne connaissent pas, c’est en Oregon, dans un coin plutôt à l’écart des circuits de grands parcs).
En fait, il ne faut pas rater, même si ça fait un grand détour.
Les étendues de rochers et de terre rouge au nord sont visibles de 7 ou 8 points qui justifient tous un arrêt, mais les couleurs sont plus belles l’après midi (d’où mon erreur de trajet – en commençant au nord, mais j’avais fait tous les points de vue le matin et il fallait que j’y repasse pour sortir. De plus l’Aller retour me faisait faire 40 miles de plus).

 
 
 Petrified Forest National park
 
 Petrified Forest National park dessins

La traversée de l’ex Route 66 est marquée par le cadavre d’une vieille voiture.
Tous les points au sud nécessitent un arrêt et une visite, mais jamais de grande marche. A Puerto Pueblo, on visite les ruines d’un village du XII – XIIIème siècle. Plus loin, le Newspaper Rock permet de voir de pétrogyphes, moins bien que celui celui près des Needles de Canyonland.
Les points de Blue Mesa font découvrir les troncs pétrifiés que l’érosion commence à mettre à jour. Ceux de Crystal Forest et de Long Logs offrent des promenades au milieu de la forêt fossilisée.

 Petrified Forest National park Blue Mesa troncs
 
 Petrified Forest National park Blue Mesa
 
 

Pendant que nous marchons parmi les troncs de pierre, une orage fait rage au loin. Au retour, l’eau courre dans la Puerco River, pourtant il nous semble que son lit était à sec le matin.
Une petite centaine de miles pour nous rendre à la ville navajo de Chinle. Logement au Best Western réservé à l’avance – pas de problème (ce n’est pas si mal placé que ça) – Wifi ok, quelques photos aux enfants…
Et nous partons réserver la visite en 4×4 pour le lendemain. Inutile, les billets se prennent sur place, 1/4h avant le départ. Retour au BW : le parking est plein, plein des voitures des indiens qui sont venus diner au resto du motel. Il y a une fête, sans doute. Certains ont revêtus les costumes traditionnels. Je n’ose pas trop demander, l’hôtel et le restaurant sont tenus par des indiens. Après un peu d’attente, nous pouvons diner – hamburger au pain indien.

 Chinle coucher de soleil
 
 

Le coucher de soleil sur Chinle sera un des rares que nous pourrons voir.

 

Mercredi 20 – dans le canyon del Muerto

 

Canyon de Chelly National Monument, un autre lieu que nous n’avions jamais pu inscrire au programme des voyages précédents, mais pas question de le rater cette année. Donc 2 nuits à Chinle pour en profiter au maximum. Bien avant 8h45, nous sommes à Thunderbird Lodge pour prendre nos billets pour la visite en 4×4 – la journée complète avec le déjeuner (60, 72 € par personne, taxes et frais de change inclus). Départ prévu à 9h, mais notre guide nous ferra remarquer que l’heure indienne est souvent approximative. Donc vers 9h30, assis avec 22 américains à l’arrière d’un camion transformé en mini-bus pour touristes, nous partons vers l’entrée du parc. Je crains pour mon dos en repensant à la remorque du shuttle du Grand Canyon quelques années plutôt – en fait, pas de problème.

 

 Canyon de Chelly National Monument ShuttleCanyon de Chelly National Monument Canyon del muerto
 Le circuit commence par le canyon Del Muerto qui se sépare de celui de Chelly peu après l’entrée. Notre engin roule sur la piste de sable puis dans le lit de la rivière. Des 4×4 persos, avec un guide navajo et des groupes à cheval, aussi accompagnés, nous précédent ou nous suivent.
Les arrêts sont nombreux pour contempler les pétroglyphes et les ruines anasazis incrustées dans les falaises. Des arrêts plus conséquents se font là où sont installés les stands des marchands de souvenirs indiens, bijoux, poteries etc…
 Canyon de Chelly National Monument fresques
Canyon de Chelly National Monument Vallée
 
 
 
 

La vallée est encastrée entre les falaises de pierres rouges aux coulées noires. Passé Antelop House Ruin, le lit de la rivière se rétrécit et la piste va et vient du fil de l’eau au chemin de sable. Nous allons jusqu’à Massacre Cave, ainsi nommée en souvenir de la tuerie de 115 navajos par les espagnols en 1805. C’est là que nous faisons la pose déjeuner.

 Canyon de Chelly National Monument massacre cave
 
 

Massacre Cave

 

Retour vers l’embranchement et nous prenons la piste du canyon de Chelly. Le tour est plus court, avec moins d’arrêts, la piste plus étroite traverse et retraverse le ruisseau dans des creux de plus en plus impressionnants. White House Ruin puis Windows Arch constituent les principaux points d’intérêt avant d’arriver à Spider Rock, ce double rocher monumental dédié à la femme-araignée, la sorcière qui exposait dessus les enfants pas sages !

 Canyon de Chelly National Monument Windows Arch
 
Canyon de Chelly National Monument spider Rock
 
 
 
 

La fin du parcours sera mouvementée : le vent emporte mon chapeau puis la pluie fait son apparition et nos sièges ne sont pas abrités. Notre guide distribue les vêtements de pluie qu’il a en réserve, mais il n’y en pas pour tout le monde. Puis au passage d’un gué, le « camion » reste bloqué au fond dans la boue. Après plusieurs manœuvres, notre chauffeur-guide arrive à en extraire son engin, mais la piste est pas mal détériorée et je me fais du soucis pour la voiture que nous venons de croiser – un 4×4 de particulier, peut-être de location – qui devra repasser là tout à l’heure.
Rentré à Thunderbird Lodge, après quelques achats de souvenirs, nous partons sur le South Rim Drive. La pluie a cessé et nous avons tout notre temps pour aller voir Spider Rock et White South Ruin d’en haut.

 Canyon de Chelly National Monument White South Ruin
Canyon de Chelly National Monument spider Rock
 
 
 
 

Une journée bien remplie, mais Canyon de Chelly NM est certainement un des plus beaux sites à visiter en Arizona. Nous avons trouvé le circuit à l’intérieur des canyons beaucoup plus intéressant que celui fait l’an passé dans les Needles de Canyonland, un peu dans les mêmes conditions.

 

2ème semaine – jusqu’aux sources du Colorado

 

Arizona : Croisière Navajo Tapestry – Upper Antelop Canyon – Horseshoe Bend – Marble Canyon – Lees ferry Utah : Valley of the Gods – Goosenecks SP – KodaChrom Basin SP – Devil Garden – Burr Trail – Shafer Trail Colorado : Grand Mesa SR – Rocky Mountains NP

 

Après le canyon de Chelly, notre programme prévoit de rejoindre le Rocky Mountains NP, pas par le chemin le plus court mais en parcourant les célèbres trails de l’Utah : Cottoonwood Road, Burr Trail et Notom/Bullfrog Road, Cathedral Valley et Shafer Trail – si le temps (qui n’a cessé de se dégrader) le permet.

 

Jeudi 21 Mai – Pour commencer, Valley of the Gods.

 

En quittant Chinle vers le nord, nous rencontrons très vite ces paysages de buttes rouges qui atteignent leur apothéose à Monument Valley. Nous avons déjà visité en 2005 et j’ai toujours considéré qu’il ne fallait pas voir les 2 à la suite.
L’entrée de Valley of the Gods par la US 163 donne sur gué boueux où ruisselle un peu d’eau lors de notre passage. Pas une grosse difficulté ce jour là, mais je mets la voiture en 4×4. Les 28km de pistes sont ponctués de quelques arrêts aux meilleurs points de vue. Cette vallée des dieux a un certain charme, il nous manque le ciel bleu.

Valley of the Gods

Valley of the Gods 

Valley of the Gods – un gout de déjà vu

 

Peu après la sortie sur la UT 261 se trouve le Goosenecks SP. Le parking est au bord du point de vue sur les méandres de la San Juan River. Un environnement pas très chouette, mais les 3 boucles de la rivière qui serpente 3-400m à nos pieds sont impressionnantes. Pas possible d’avoir une vue complète en photo, il faut avoir recours à la vidéo.

 
 San Juan River
 

Les 3 méandres de la San Juan River

 
 

En route vers Page où nous avons réservé 3 nuits au Quality Inn sur le Lake Powel Boulevard.
Au passage nous fermons les yeux sur les fumées de la centrale à charbon et nous allons repérer le Lower Antelop Canyon : ça a l’air fermé. Coté Upper, il y a de l’animation. Bon, on verra demain.

 

Vendredi 22 – la cata

 

Au réveil, un petit tour sur le balcon – tiens il pleut. Ça risque de changer nos plans. Bon, on va manger et on verra après. De retour du petit déjeuner, la pluie s’est transformé en averse tropicale, même pas question d’aller jusqu’à la voiture … et nous allons passer la matinée à regarder l’orage de notre fenêtre au premier. Très vite, l’écoulement de l’eau dans la rue en pente dépasse la hauteur des bordures et charrie une terre rouge venue d’un peu partout. Pas question l’aller à Antelop ce matin et grosses craintes pour l’état des pistes pour la suite.

 
 Upper tempête tropicale
 

Après, il y a eu bien pire

 

En fin de matinée, la pluie cesse. Nous avons réservé une promenade en bateau sur le lac Powel, il est temps de se diriger vers Wahweap. Des 5-6 croisières proposées, nous avons choisi celle de 3 heures nommée Navajo Trapestry Boat Cruise – départ 1PM.

 Navajo Trapestry Boat Cruise
 
 

La croisière sur le lac est certainement plus belle avec du soleil et du ciel bleu, mais il faut faire avec les nuages sombres qui nous entourent. Et quoi qu’il en soit, la navigation dans la partie immergée de Antelop Canyon est magnifique. Le bateau se faufile dans un couloir de plus en plus étroit – A faire absolument. La partie suivante dans le Navajo Canyon est moins intéressante, le canyon est plus large et cela à un gout de déjà vu.

  Navajo Canyon Navajo Canyon paysage
 
 
 
 

Nous sommes parmi les premiers à passer par un chenal récemment ouvert pour raccourcir le trajet de retour. Deux autres couples de français sur le bateau ; ils nous racontent la difficulté qu’ils ont eu la veille au soir pour se loger à Page et d’être obligé de changer d’hôtel pour la 2ème nuit.

 

Le soir, nous avions décidé de diner au Glen Canyon Steak House en face notre Hôtel – chanteur country pas top, cars de français bruyants et la note la plus salée du voyage. A éviter.

 

Samedi 23 – Antelop même sans le soleil de 11h30

 

C’est certain, inutile d’attendre le soleil au zénith pour visiter le canyon navajo, il ne viendra pas. Nous sommes donc dès 9h sur place. Premier point, Lower est fermé – deuxième point, il y a déjà pas mal de monde à Upper Antelop Canyon. Inscription, attente, et nous partons dans le tape-cul de service – sûr, on aurait pas tenu la journée dans un engin pareil à Chelly. Notre guide joue aussi de la flute.

 Upper Antelop CanyonUpper Antelop Canyon sans soleil
Entrée de Upper Antelop Canyon
 

Entrée de Upper Antelop Canyon

 

La suite juste pour vous montrer qu’on peut faire entre 10 et 11h quelques photos pas trop moches quand il n’y a pas de soleil – pour en voir plus, il y en a des millions sur Internet.

 
 
 
 
 

Même sans le soleil…

Le reste de la journée est consacrée à d’autres point d’intérêt dans le secteur – avec un point commun, les nuages noirs avec des trainées de pluie tout autour de nous.

 

Tout près de Page, Horseshoe Bend est une grosse boucle du Colorado avec un point de vue à ¾ de mile du parking (en montée au retour).

 
 
 Horseshoe Bend


Sans grand angle : regroupement panoramique…

 

Navajo Bridge et le Marble Canyon. Un des rares endroits où on peu voir le Colorado de dessus. Parking rive droite à l’Interpretive Center – jewellerie indienne en rive gauche (beaucoup de choix – carte de crédit acceptées) – point de vue magnifique au milieu.
Nous continuons la route 89 jusqu’à Cliff Dwellers où l’on peut voir de curieuses constructions appuyées sur des champignons de pierre, au pied de Vermillon Cliffs.

 Vermillon Cliffs
 
 

Puis demi-tour vers Lees Ferry où la Paria River déverse ses eaux boueuses dans un Colorado qui est sorti bien propre du barrage en amont. Lee Feery River Trail est une jolie promenade le long de la rivière, bien documentée, vers les différents lieux de passage des ferries, seul point de traversée du Colorado sur 800 km jusqu’en 1920.

 
 Maison fortifiée de Lee
 

La maison fortifiée de Lee
A l’hôtel en rentrant, toujours pas de Wi-Fi depuis l’orage – un mauvais point pour la chaine Choice Hotel International. Le lendemain matin, un deuxième jour sans jus d’orange au petit déjeuner – deuxième mauvais point. A part ça, rien à redire, même bien pour un prix abordable à Page,

 

Dimanche 24 – la gadoue comme chantaient Pétula et Jane

 

Arrivé de bonne heure chez les rangers du secteur, ils nous confirment ce que nous craignons depuis 2 jours : pas question de s’engager sur la Cotonwood Road. Donc nous faisons le tour par Kanab, 140km de plus mais identique en temps.
Sur la route de Kanab, une voiture nous double à vive allure. Curieux, les gens respectent plutôt les limitations par ici. Plus curieux, la voiture blanche qui arrive en face de nous fait un demi-tour au frein à main et repars devant nous, sirènes hurlantes et clignotant de toute part. Quelques centaines de yards plus loin, nous retrouvons les 2 sur le bord de la route. Même le dimanche, il faut se méfier. Je vérifie, le régulateur de la voiture est bien réglé sur 70, la vitesse autorisée ici.

 

Qui croira que nous avons traversé Bryce Canyon sans même ralentir. Nous avons vu l’an dernier et il y en a des milliers de photos sur le Net. A Cannonville, nous tournons vers Kodachrome, mais nous arrêtons au Tourist Office pour demander si, par hasard, l’accès à Grosvenor Arch serait possible. On nous explique que, peut-être dans 4-5 heures, la piste sera assez sèche, mais pour le moment elle est impraticable.

 

Nous nous rabattons sur Kodachrome Basin SP; de toute façons, on voulait y passer. Quoi qu’en disent certains, ce parc n’est pas inintéressant. Quelques beaux sites et une jolie balade jusqu’à une arche – de plus le soleil est temporairement de retour.

 Kodachrome Basin SP
 Kodachrome Basin State park
 Kodachrome Basin State park formations géologiques
 Kodachrome Basin SP arche
 
 

En route vers le nord, sur la magnifique UT 12, arrêt à Escalante chez les rangers qui nous affirme que l’accès à Devil Garden est possible. Quelques km plus loin, nous nous engageons sur la “Hole in the Rock Road”. La piste est sèche, en majorité, à part quelques flaques d’eau où le passage des voitures a creusé de profonds sillons. Mais nous arrivons sans encombre au jardin du diable. Le site vaut le détour, promenade au milieu des pitons rocheux et arches laissés par l’érosion.

 
 
 Devil Garden
 Devil garden Hole in the Rock Road
 

Devil Garden

 

Pendant notre promenade, complétée par quelques excursions sur les pistes voisines, nous ne nous somme pas aperçu qu’un orage s’est abattu sur les premiers miles de la piste. Nous sommes parmi les derniers à quitter les lieux. Sur le chemin du retour, deux voitures nous précèdent à une centaine de mètres. Soudain la première part sur le coté et va se frotter au bord de la piste, haute de plus de 1m à cet endroit. La seconde freinne et part aussi sur le coté. Nous venons d’entrer dans une zone que l’orage a transformé en patinoire. La voiture glisse sur 4-5 centimètres de boue. Avec un peu de chance et en ralentissant progressivement jusqu’à moins de 10 miles, j’évite de frotter ma voiture de location dans les bordures de terre de part et d’autre. Au moins 7-8 miles à rouler au pas, projection de boue, glissade… Je comprends que certaines pistes soit déconseillées par temps d’orage. Ici, c’était plat, mais j’ai peine à imaginer la même gadoue dans une descente.

 

Nous rejoignons enfin la 12 et la pluie qui va nous accompagner jusqu’à Torrey, avec quelques flocons lors des passages à près de 3000m. Nous avons réservé pour 2 nuits au Sandstone Inn, juste au carrefour de la 12 et la 24.

 

Lundi 25 – Apprentissage dans les lacets de Burr Trail

 

Retour à Boulder (60km) pour un petit tour à l’Anasazi SP, et surtout se renseigner sur l’état des pistes (Burr Trail, Notom-Bullfrog Road). Bien sûr, pas de problème sur la partie revêtue de la Burr Trail, mais on nous dit que la suite est impraticable. Bon, et bien on va voir.
Après 10 miles, la Burr Trail comporte un passage magnifique nommée Long Canyon. Une vallée encastrée sur 9 miles entre 2 falaises rouges.

  Burr Trail
 Long Canyon
 

Long Canyon

 

Au delà, la route perd beaucoup d’intérêt jusqu’à l’entrée de Capitol Reef NP. Pas de contrôle à l’entrée, la route deviens un chemin de terre qui, somme toute, a l’air bien sec et large. Bravant les conseils des rangers, nous nous engageons en nous tenant prêt à faire demi-tour si l’état de la piste ou du ciel se dégrade. Que non, que non, nous atteignons le sommet du col et découvrons les lacets du Burr Trail Switchbacks et un magnifique point de vue sur l’autre versant. Nous croisons une voiture toute ordinaire qui viens de monter, donc nous nous lançons dans cette descente qui n’a rien d’infernale mais servira d’apprentissage pour la suite. Demi-tour à l’embranchement de la Notom et retour par Boulder jusqu’au Visitor Center de Capitol Reef.

 Capitol Reef
Capitol Reef NP
 
Nous y arrivons juste pour nous mettre à l’abri. Renseignement pris, l’accès à Cathedral Valley est impossible – niveau d’eau trop haut dans la Fremon River et des rochers en travers de la piste par Caineville Wash Road. Les temples du soleil et de la lune, ce ne sera encore pas pour cette année.
Ensuite, petite visite dans le parc, mais nous sommes déjà venus l’an passé.
  Chimney Rock de Capitol Reef
 

Chimney Rock de Capitol Reef

 

Mardi 26 – La grande descente

 

Faute de Cathedral, nous allons avancer d’un jour notre programme.
Départ de bonne heure, nous sommes vers 10h00 à l’entrée d’Island in the Sky. Le secteur, on connait, Arches, Dead Horse Point en 2005, Canyonland en avion et en voiture l’an dernier et en prime, les Needles en 4×4 avec Tag a Long. Reste Shafer Trail.
Le ranger de service à l’entrée, après avoir contrôler notre carte avec nos passeports, nous rassure : le Shafer Trail est praticable. Toutefois, il s’inquiète de savoir si notre voiture est un vrai 4×4.
Nous doublons un groupe de VTTistes qui se préparent, au moins une douzaine ce jour là. Quand je pense à notre pauvre Spartiate qui s’y est retrouvé tout seul 3 semaines plus tard et sans chaine!
Et nous voilà en haut de la piste. Plus de 400m de dénivelé sur une piste accolée à la falaise.

 

Voiture en 4×4, vitesse en première et c’est parti.
Oh ça descend, oh c’est pas large, oh c’est à pic
Oh y a des cailloux, des bosses, des trous …
Oh, y a des virages, oh y a des voitures dans l’autre sens – où est-ce qu’on se croise ?
Tiens, les VTT vont plus vite que moi, ils me doublent par groupe de 2 – j’essaye de leur faciliter le passage
Arrêts photos quand même là où on peut.
Le problème, c’est que arrivé en bas, c’est pas fini. Je dirai même que la partie la plus délicate à négocier, c’est après. Les trous sont plus profonds, les cailloux sont plus gros et ce, jusqu’au potasse.
Nombreuses pauses ; la vue intermédiaire sur le Colorado à Dead Horse Point est superbe
Arrêt sur le bord de la rivière … Peu d’animaux en route mais une Quail, comme au début à Organ Pipe… Et ce bleu des étangs de potasse… à en faire rêver le ciel qui n’en fini pas de se dégager de ses nuages.

 Colorado à Dead Horse Point

Colorado à Dead Horse Point sur la piste

Colorado à Dead Horse Point route

Colorado à Dead Horse Point rochers

Colorado à Dead Horse Point pistes

Colorado à Dead Horse Point piste

Colorado à Dead Horse Point rivière

Colorado à Dead Horse Point paysage

 

Nous finissons l’apm à Moab, quelques courses, un chargeur d’appareil photo pour remplacer celui oublié à l’hôtel à Page – surprenant tout ce qu’on peu trouver dans les petits magasins de Moab.

 

L’hôtel est réservé au Ramada de Green River comme l’an passé. Je trouve que le logement à Moab est devenu trop cher.

 

Mercredi 27 – mais que va-t’on faire ?

 

Le Shafer Trail était prévu pour aujourd’hui. Ce soir nous logeons à Eagle où nous avons rendez-vous avec une relation de travail.
La I-70 sur 210 miles soit 3 heures d’autoroute. Il y a bien de la vigne dans le coin, on pourrait visiter une cave.
A Grand Junction, nous arrêtons au Tourist Office pour trouver des idées. Nous retenons celle d’un détour par la Grand Mesa Scenic Drive, qui passe par un immense plateau à 3000m, truffé de lacs.
La montée offre quelques beaux points de vue sur la vallée où coule encore le Colorado. La balade est plutôt fraiche, nous voyons la neige de près au visitor center. A plusieurs reprises, nous rencontrons des marmottes à se dorer au soleil sur le bord de la route, mais elles ne se laissent pas photographier facilement.

 Grand Mesa Scenic Drive
Grand Mesa Scenic Drive Lake
 

Retour sur la I 70 par l’autre versant et nous arrivons au Best Western de Eagle.
Eagle, sinistre souvenir où par une soirée de Mai 2005, nous avions atterri, sans bagage… Il faudra que je raconte pourquoi, depuis, je ne ferme plus mes valises à clé pour les USA.

 

Jeudi 28 – haute montagne

 

Nous avions prévu de traverser le Rocky Mountains NP d’ouest en est, mais à Grand Junction, on nous avait dit que le col n’était pas ouvert, dire confirmé par nos amis à Eagle. Nous allons donc accéder au parc par l’est et pour cela, passer cet étonnant col où l’autoroute I70 monte à 3200m.

 Grand Junction
 
 

A l’entrée du parc, on nous annonce que la Trail Ridge Road est ouverte depuis plusieurs jours. Nous avons contourné pour rien et nous n’aurons pas le temps de faire un AR jusqu’à l’entrée ouest. Objectif, allez au point le plus haut de la route, à 3713m – hauteur qu’on ne risque pas d’atteindre en voiture en Europe. Quand on redescend de l’autre coté, on arrive sur le bord d’un ruisseau nommé Colorado River. Il prend sa source près d’ici, dans le Mont Richthofen.
Promenade un peu fraîche en altitude, orages au loin dans la montagne, balades agréables en forêt plus bas.

Rocky Mountain national park

Rocky Mountain national park montagne et paysage

Rocky Mountain national park montagne enneigée

Rocky Mountain national park route

Rocky Mountain national park parking area

  Wind river trailBear Lake

La journée se termine au Sleep Inn de Fort Collins. Pas de Wi-Fi un troisième mauvais point pour la chaîne Choice Hotel International. Mais un dîner agréable au Sundance Steakhouse & Saloon à coté.

 
 Choice Hotel International
 

3ème semaine

 

South Dakota : Crazy Horse – Rt Rushmore – Custer SP – Badlands NP – Wind Cave – Jewel Cave
Wyoming : Devil Tower – Beartooth HW – Yellowstone – Montana : Little Bighorn BNF

 

Vendredi 29 mai – Soirée au Crazy Horse

 

Voilà un titre qui prendrait un tout autre sens si nous étions à Paris ou à Las Vegas, mais nous en sommes loin.

 

Journée de transition de Fort Collins au pied des Rocheuses du Colorado vers Custer dans les Blak Hills du Sud Dakota, en traversant une partie du Wyoming. Une longue journée de route, 500km et encore, si on ne fait pas de détour.
Pas grand chose à voir aujourd’hui. Nous en profitons pour consulter notre nouveau guide de voyage : « L’ouest Américain / Rocheuses et Grands lacs » de Jacques Klein. Mais pour aujourd’hui, rien, rien, rien. En faisant un petit détour, il y aurait bien Fort Laramie, un nom qui semble dire quelque chose, mais la description qui en est faite dans le guide ne nous encourage pas à y aller.
Route monotone, peu de relief, peu de végétation, des trains, des vaches, quelques antilopes, des ranchs isolés, des villages éloignées les uns des autres – il faut faire attention pour l’essence – des travaux sur les routes…

 

Et nous arrivons tôt dans l’apm à Custer. Nous avons choisi cette bourgade de 2000 habitants plutôt que Rapid City car elle est plus centrale par rapport à tout ce qu’on veut voir dans la région. Nous avons réservé 4 nuits au Chief Motel. La 4ème nuit est gratuite, une carte d’entrée au Custer SP est prêtée aux clients qui restent au moins 3 jours – motel classique, belle piscine couverte avec spa et sauna (gratuit) – coin cuisine, climatisation que nous utiliserons surtout en chauffage.

 

Quelques courses et nous décidons d’aller faire un tour vers le Crazy Horse Memorial, situé à quelques miles, voir comment ça se présente (horaires tarif) pour visiter le lendemain. Avant l’entrée, un parking et une cabine d’information. Nous obtenons les renseignements souhaités, mais on nous dit aussi que ce soir, il y a un spectacle son et lumière après la tombée de la nuit. Cela nous laisse le temps de visiter avant. Donc on y va.
Le mémorial du chef Sioux Crazy Horse, héros de la résistance indienne, est une sculpture gigantesque dans la montagne : 171m de haut, 27 m rien que la tête. Sculpture à l’explosif, si gigantesque que commencée en 1948 par Korczak Ziolkowski, seule la tête est terminée.
On ne voit l’ouvrage qu’à plus d’1km mais on approche au pied par une navette, payante. La maquette donne une idée de ce qu’il reste à faire;.. pour les générations futures sans doute.
En prime, enfin un coucher de soleil.

 
 Crazy Horse Memorial

Le visitor center et sa galerie marchande donne accès à un musée assez hétéroclite de l’histoire et de la culture indienne. On peut y voir entre autre les drapeaux de toutes (?) les tribus des natives d’Amérique du nord.

 Crazy Horse Memorial Statue du chef sioux Crazy Horse 
 Sisseton Wahpeton sioux tribe

“Mes terres se trouvent là où repose mon peuple” avait dit le valeureux guerrier

 

Le spectacle son et lumière qui débute à la tombée de la nuit est fort imprégné des techniques du laser, mais à notre gout, aurait beaucoup à apprendre coté « spectaculaire ». Commentaire trop difficile à suivre pour nous, projection sur la montagne à plus d’un 1km. Toutefois, à ne pas rater quand on est dans le secteur, c’est inclut dans le prix d’entrée.

 

Samedi 30 mai – Buffalos, pronghorns et autres

 

Le Custer State Park est à la porte est de Custer city. Ce parc d’état est connu pour ses troupeaux de bisons. Effectivement sur la scenic drive qui fait le tour de la partie sud, nous en rencontrons, isolés ou en petit groupe près de la route, en troupeaux plus importants se tiennent plus au loin.

 Custer State Park buffalo
 

Mais nous rencontrons aussi des pronghorns, que nous avions toujours nommés par erreur antilopes, des mule deers, cervidés à cul blanc, des burros, ânes sauvages un peu trop familier.

 prairie dogs anes sauvages burros 
 Prairie dogs mule deers

En nous aventurant sur les pistes qui traversent les forêts de la partie centrale du parc, nous rencontrons des marmottes bien craintives, mais qui se laissent photographier.prairie dogs marmotte

  Wind Cave National Park prairie dogs

La partie sud jouxte le Wind Cave National Park. Avant d’arriver aux caves, nous rencontrons pour la première fois des colonies de “prairie dogs”. Drôle d’idée de nommer chien de prairie ce petit animal qui se tient debout devant son terrier et s’y cache dès que l’on veux le photographier !

 Wind Cave National Park visitor center

L’entrée du parc est gratuite, la visite de la cave du vent est payante. Nous nous inscrivons pour la plus courte (1h) et 20 minutes plus tard, nous suivons une jeune ranger dans les galeries souterraines.

  Wind Cave National Park chauve-souris

Beaucoup de marches, toujours en descendant – les escaliers nous conduisent à des salles qui n’ont rien d’impressionnantes.
Notre guide coupe l’éclairage pendant 2 minutes, pour nous faire peur peut-être… En tout cas, on peut faire des photos … On continue de descendre des marches, encore et encore … ça devient inquiétant, il va bien falloir remonter pour sortir ! Oh surprise, au bout d’une heure nous arrivons à un ascenseur qui nous remonte à la surface.
En sortant du parc, nous croisons un troupeau de bisons proche de la route.

  Custer Park Bisons
 

La journée n’est pas finie, retour parle Custer Park : un peu de piste pour arriver sur le bord d’un lac puis nous partons vers le secteur nord du parc. La route est spectaculaire : elle fait des boucles et des nœuds pour passer au dessus d’elle même, elle traverse des tunnels guère plus larges que la voiture et abouti à un rocher surprenant nommé Needles Eye dans un entassement d’aiguilles de granit.

 Custer Park
 
 Needles Eye
 
 

Dimanche 31 mai – Badlands

 

Badlands, c’est le parc national principal du Sud Dakota. Ça veut dire les mauvaises terres. Il borde la réserve Sioux de Pine Ridge, la réserve indienne de la tribu Oglada (la tribu de Crazy Horse). C’est un des endroits les plus pauvres de l’Amérique du nord. Vu à la télé au printemps, le film « Cœur de tonnerre » montre bien la situation dans ce secteur il y a quelques dizaines d’années.

 

Nous sommes partis par Rapid City pour rejoindre l’entrée nord-est par la I 90. Un plein d’essence à Wall, le circuit prévu sera long, sans doute plus de 400 km dont 80 de route non revêtue.
La badland loop road offre 40km de route qui serpente en bas puis en haut des falaises. De nombreux arrêts permettent d’admirer les couleurs des couches successives mise à jour par l’érosion.

Badlands national park

 Badlands national park paysage
 
 
 
 

Dans un endroit, la terre des falaises est jaune, tranchant avec les bandes grises et rouges. Des petits sentiers aménagés accèdent à des points de vue particuliers ; le Fossil Exhibit Trail offre une promenade découverte au milieu de fossiles à peine déterrés, mais bien protégés.

 
 Fossil Exhibit Trail
 
 Fossil Exhibit Trail paysage
 

Au lieu de sortir à Pinnacles Entrance, nous continuons sur la Sage Creek Rim Road, une route non revêtue qui suis le bord de la falaise avec quelques overlook intéressant et la « Roberts prairie dog town ».
Picnic au camping de Sage Creek, bien aménagé pour un camping d’arrière pays. Le ciel bleu du matin se couvre de nuages très noirs.

 

Pour rejoindre la Stronghold Unit, partie ouest des Badlands, situé dans la réserve indienne de Pine Ridge, il faut sortir puis rentrer dans le parc à plusieurs reprises. Une piste traverse un champ de petits champignons de pierre puis grimpe à Sheep Mountain Table, un point de vue intéressant.

 
 Sheep Mountain Table
 

A partir du White River visitor center, le chemin de terre longe sur 32km les falaises sud où on aperçoit des sites sacrés indiens interdits aux visiteurs. Au bout, on retrouve une route revêtue qui longe la face ouest avec le magnifique point de vue de Red Shirt Table.

 
 White river Red Shirt Table
 

De là, nous ne sommes qu’à 80km de Custer où nous rentrons sous la pluie.

 

Lundi 1er juin – Les présidents et la cave aux joyaux

 

Au vu de la météo et du soleil matinal, nous nous dirigeons vers le Mount Rushmore National Memorial, lieu que tout bon américain doit avoir visité une fois dans sa vie, comme La Mecque ou Lourdes pour d’autres. C’est souvent la destination principale des touristes étrangers qui viennent dans cette région, la preuve, nous y rencontrons un voyage organisé français. C’est ici qu’à flanc de colline sont sculptées les têtes des pères fondateurs des USA.
Non, pour ceux du dernier rang, ce ne sont ni Mc Donald, ni Elvis Presley, ni John Wayne ni Mickael Jackson – mais Georges Washingtown, Thomas Jefferson, Theodore Roosevelt et Abraham Lincoln.
L’entrée est gratuite, mais le parking est payant

 Mount Rushmore National Memorial
 
 

Réalisés de 1927 à 1941 par le sculpteur Borglum, les 4 visages sont haut de 18m. Après l’entrée monumentale qui abrite visitor center et (grand) magasin de souvenir, une allée bordée des drapeaux de tous les Etats dits Unis, conduit au point de vue principal. Le presidential trail est une promenade ombragée jusqu’au pied de la falaise sculptée qui offre des vues plus rapprochées de chaque portrait (belle remontée à la fin).

 Mount Rushmore National Memorial presidential trail
Mount Rushmore National Memorial Statues des présidents
 
 
 
 

Nous repensons à Crazy Horse memorial, plus haut, plus gigantesque avec son visage haut de 27m et tous les drapeaux indiens réunis. Il existe des représentations du photographe David Berhens où les esprits des grands chefs indiens Red Cloud, Sitting Bull, Geronimo et Chief Joseph planent au dessus des sculptures du mont Ruhsmore.
Pour revenir à Custer, nous passons par la Iron Mountain Road, dans la partie nord-est du Custer SP. Quelques tunnels et de belles vues éloignées sur Ruhsmore.

 

En arrivant à Custer, nous arrêtons voir de plus près quelques petits magasins qui présentent de curieux étalages : des pierres, de toutes les couleurs, de toutes les tailles. Vendues au kg ou plutôt la pound, on y trouve entre autres des marbres roses, mais aussi du bois pétrifié et à l’intérieur, des fossiles.

 
 
 

Le soleil du matin nous a quitté et c’est juste avant un violent orage que nous arrivons à Jewel Cave NM. Entrée gratuite, visite payante comme à Wind Cave. Une heure d’attente dans le visitor center avant la prochaine visite. Pas question de partir en balade à l’extérieur sous les trombes d’eau – nous nous contentons de la vidéo passée en boucle à l’intérieur, comme dans la plupart des lieux d’accueil des parcs et monuments nationaux et parcs d’état.

 Iron Mountain Road

La brochure en français nous parle de 700 marches, ça craint. En fait il s’agit des escaliers qui ont été remplacés par un ascenseur que l’on prendra à l’entrée et à la sortie.
Guidée par une jeune ranger, nous partons découvrir les joyaux de la cave. Heureusement qu’il ont supprimé 700 marches, il en reste encore beaucoup. Je n’ai pas compris par quelle magie, on en descend plus que l’on en remonte.
Cette cave offre plus de variété, de forme, de couleurs, bref elle est beaucoup plus intéressante que les précédentes. Elle est à préférer à Wind Cave, pour ceux qui n’aventureront dans la région.
La guide nous fait aussi le coup de panne d’électricité. C’est vrai que perdu dans le noir ça peut être angoissant. Là aussi on peut faire des photos, toujours aussi difficile et résultats pas très satisfaisant.

 Jewel Cave NM
 
 Jewel Cave NM intérieur de la grotte
 

Quand nous ressortons, l’orage est passé. Une bière dans le vieux saloon de Custer et ainsi se termine notre séjour dans le Sud Dakota.

 

Mardi 2 juin – Où est passé le troisième type ?

 

Nous allons rejoindre Yellowstone, environ 750 km au plus court, mais nous avons prévus des détours. Le premier nous conduit à Devils Tower NM. C’est un lieu qui est devenu célèbre hors des USA avec le film « rencontre du 3ème type » de Steven Spielberg en 1977 (9 nominations et 2 oscars et une foule d’autres récompenses.)
La tour des démons est là, comme au cinéma. Du visitor center, une promenade de 2km permet d’en faire le tour, tantôt dans la forêt tantôt au pied des blocs rocheux détachés du conduit d’éruption qui a formé cet étonnant ensemble.

 Devils Tower NM

C’est un lieu sacré des indiens et on rencontre des morceaux très colorés de tissu ou de vêtement, attachés aux branches des arbre. Une consigne est répétée en divers endroits pour ne pas y toucher.

 Devils Tower National Monument

Au visitor center, la vidéo, les photos, peintures etc. sont consacrés à la légende indienne : un grand esprit souleva le sol pour protéger des enfants d’un ours géant ; celui-ci griffa les parois et forma les longues marques verticales.

 Devils Tower NM enceinte du parc

Bon, d’accord, mais aucune évocation du film de Spielberg. C’est vrai qu’on est bien allé 3 fois chez les navajos et on a vu aucune trace de Roger Hanin !

 

Une grande colonie de chiens de prairie loge le long de la route dans l’enceinte du parc.

 
 Abords de Yellowstone
 

Tout juste s’ils ne creusent pas dans la route !

 

Déjeuner dans restaurant rustique à Moorcroft avant de prendre l’autoroute 90 vers l’ouest. Dans cette région du Wyoming, nous voyons de nombreuses pompes à pétrole, peut-être pour ça que l’essence y est moins chère que dans les états voisins. En parlant d’essence, il nous semble que le carburant à nettement augmenté depuis notre arrivée, difficile à estimer en raisons des différences entre état et de l’isolement des lieux.
Nous arrivons sous la pluie à Sheridan où nous avons réservé au Best Value Inn. On profite de la wifi pour passer quelques messages et envoyer des photos à la famille, avant l’isolement de Yellowstone.

 
 
 

Encore une fois, ne cherchez pas le soleil et le ciel bleu !

 

Mercredi 3 juin – «Morne plaine ! » aurait dit Victor

 

Notre première destination est le Little Bighorn Battlefied National Monument. Le champs de bataille où, le 25 juin 1876, au cœur du Montana, une coalition de Sioux et de Cheyennes massacre le général Custer et 263 soldats. George Armstrong Custer, le général à qui certains attribuent à tort cette phrase « un bon indien est un indien mort », tombait sous les asseaux des indiens menés par un certain Crazy Horse sous les ordres du chaman sioux Sitting Bull.

 Little Bighorn River battlefield
 Cimetiere Little Bighorn River
 

Le champs de bataille est un site national, carte annuelle et contrôle de passeport à l’entrée, visitor center avec vidéo et musée et circuit le long de la Little Bighorn River.
Le cimetière militaire près du visitor center n’a rien à voir avec la bataille de 1876. Sur tout le champ de batailles, les pierres tombales marquent chaque emplacement des soldats et indiens tués dans ce qui fut la plus grosse défaite de l’armée américaine face aux indiens.

 massacre de Wounded Knee Creek près de Pine Ridge

Victoire indienne de courte durée qui conduisit au massacre de Wounded Knee Creek près de Pine Ridge dont j’ai déjà parlé (Badlands).
Les avis peuvent différer sur l’intérêt de cette visite, allant d’un total désintéressement à une profonde émotion. Mais le Waterloo de Custer n’a pas laissé l’Amérique indifférente, en faisant de lui un héros et la personnalité américaine sur laquelle le plus de livres ont été publiés à ce jour !

 fresque illustrant le massacre de Wounded Knee Creek près de Pine Ridge
 
 

une partie de la fresque illustrant le lieu après la bataille

 

Quittons ce champ plongé dans la bruine pour nous diriger vers la plus belle route des States. On passe Billing en faisant le plein puis on s’engage vers Red Lodge. La route qui rejoint l’entrée nord est de Yellowstone passe à plus de 3000m. Elle est réouverte depuis quelques jours. La route zigzague près de la frontière entre le Montana et le Wyoming pour culminer à 3 345 mètres d’altitude au sommet du col de Beartooth. Le brouillard ne nous permet pas d’admirer les paysages lors de l’ascension, mais une fois passé au dessus des nuages, la haute montagne est magnifique. Nous rencontrons de nouveau des marmottes sur le bord de la route, entre rochers et neige.

 Shoshone National Forestcol de Beartooth
Chercher la marmotte
 

Avant l’entrée de Yellowstone, nous rejoignons la Chief Joseph Hwy qui arrive de Cody, une autre belle route où nous somme passé en 2007. (il faudra un jour que je parle de ce Chief Joseph et des Nez-Percés.)
Direction Canyon Lodge, nous y avons réservé un chalet pour 4 nuits.

 Yellowstone national park
 
 

Bon sang, pour le prix, ça pourrait être mieux. Par rapport à ce que nous avons connus, lits étroits, douche et toilette étriquées, pas de télé (sans importance), pas de wifi (on savait), pas de cafetière, une table et une seule chaise, une clim qui fonctionnera tout le temps en chauffage. Car à 2350m, nous sommes entouré par une forêt où la neige est encore très présente.

 

Arrivés de bonne heure, nous partons voir les chutes de la Yellowstone River, par la rive droite. Après Upper Falls, la rivière chute de 94m à Lower Falls. Artist Point en offre un beau point de vue.
En repartant, nous assistons à un combat de bisons sans avoir le réflexe de les photographier ou filmer. Vu de l’autre rive à Grand View Point, le canyon se colore quand le jour commence à baisser.

 Upper falls
Lower Falls
 
 
 
 

Jeudi 4 juin – La grande fontaine jaillit à 5h20 PM

 

Nous avions déjà passer 6 jours dans le secteur en 2007, aussi nous choisissons nos visites, et il y a de quoi faire. Le logement à Canyon village est le plus central, il permet de partir dans toutes les directions avec tous les sites principaux à moins de 60km, plus pratique qu’il y a 2 ans quand nous logions 40km à l’extérieur du parc.
Des travaux entre Norris et Madison font que cette route est fermée de 22h à 8h (pendant toute la saison) et sous alternat le reste du temps. Nous y passons pas trop tôt et nous dirigeons vers Great Fountain Geyser pour y noter l’horaires prévu de la prochaine éruption. Ce geyser fonctionne toutes les 9 à 15h. Nous l’avions raté l’autre fois car nous n’avions pas compris comment lire le panneau d’info situé à coté. Aujourd’hui, c’est entre 4h et 7h de l’après midi. Nous y serons.

 

Un petit tour à coté au Firehole Lake Drive, zone fumante et bouillonnante, puis nous partons à l’usine à touriste de Old Faithful. Ce n’est pas pour voir ce geyser si régulier que les voyages organisés peuvent assurer une éruption sans y rester plus d’une heure. C’est la promenade le long de la rivière vers les Grand Geyser, Castle Geyser, Riverside Geyser (en éruption à notre passage) jusqu’aux eaux turquoises de Morning Glory Pool – 4 km AR.

 
 
 Riverside Geyser

Riverside Geyser

 
 
 Morning Glory Pool

Morning Glory Pool

 

Soleil, ciel bleu puis nuages puis pluie d’orage au retour. Le temps de déjeuner à la cafétéria de Xantera (organisme loueur des logement dans les principaux parcs nationaux)
Nous repartons vers notre Great Fountain Geyser où nous stationnons face au geyser pour ne pas rater dès qu’il commencera à s’activer. Il est 3h30, nous sommes bien décidés à rester jusqu’à 7 h s’il le faut.
A coté de nous est garé une voiture dont la plaque porte comme identifiant « GEYSER »
L’attente est longue, mais avec un peu de musique … et puis il pleut. Il y a aussi le petit geyser plus loin qui s’active toutes les 1/2h. Des voitures passent, s’arrêtent, les gens vont faire un tour, regardent le panneau et repartent.
De la voiture immatriculée geyser descend une femme, elle va voir de plus près le geyser qui fumasse un peu, puis écrit quelque chose sur le panneau. On va voir : la période prévisible d’éruption s’est réduite à 5h-6h30. On est pas parti…
Un peu avant 5h, ça semble fumer plus fort. Notre voisine va modifier l’horaire, c’est maintenant 5h15-5h25. Les gens qui passent maintenant s’arrêtent et un ranger vient d’arriver pour surveiller la zone.
5h20 – le geyser entre en éruption, photos, caméra … le Great Fountain crache des jets qui montent à plus de 30m au milieu d’un nuage de vapeur. Au bout de 10 minutes les giclées sont moins violentes et peu à peu tout se calme. Nous revoyons notre geyseriste de service qui pour l’occasion s’est équipée d’un masque, sans doute à cause des vapeurs sulfureuses ? Il faut dire que Great Fountain est un geyser majeur de Yellowstone. Il doit être l’objet d’observations régulières.

Great fountain

 Great Fountain geyser
 
 
 
 

Great Fountain, au repos et en activité

 

Nous rentrons par le sud pour remonter le long de la Yellowstone River. Nous rencontrons des groupes des animaux les plus courant dans le parcs, des bisons et des wapitis.

 Great fountain
Great fountain wapiti
 
 

Nous pouvons aussi observer un pélican à la pêche dans les rapides.

 pelican à la pêche
 
 
 
 

4ème semaine

 

Wyoming & Montana : Yellowstone – Idaho : Malad Gorge SP – Hagerman Fossil Bed NM- 1000 Springs – Twin Falls – Shoshone Falls – Nevada : Poney express trail – Great Basin – Lehman Cave – Osceola road – Cathedral Gorge – Las Vegas

 

Vendredi 5 juin – Ne touchez aux grizzlis

 

Depuis notre arrivée à Yellowstone, nous n’avions pas vu beaucoup d’animaux et j’étais vraiment déçu à l’idée que ne serait encore pas pour cette fois que l’on verrait un « bear ». Dans de nombreux lieux visités les années précédentes et depuis 3 semaines, on nous disait de ne pas s’approcher des ours à moins de 91, 44m (100yards). Ça ne risquait pas, nous ne n’avions jamais vu.
Ce matin là, nous partons vers Mammoth Hot Spring, avec l’intention d’aller à Gardiner faire les pleins (estomac, réservoir et glacière).
Un peu au dessus des Norris, peut être à Nymph Lake, une accumulation de voitures arrêtées un peu n’importe comment à gauche : signe qu’il y a des animaux dans le secteur. L’indice n’est pas toujours bon, il s’agit parfois de « novices » qui découvrent leur premier bison… bon, on va voir.
Ils sont là, remontant lentement du point d’eau où ils viennent de boire, 2 grizzlys, une mère et son ourson déjà grand. Vite, jumelles, appareil photo, zoom … Ah oui, pas moins de 91, 44m – y a de la marge ! Quelques photos embrumées et les ours disparaissent derrière les sapins.

 Mammoth Hot Spring
 
 

De Mammoth à Gardiner, doit découvrons la seule route que nous n’avions pas faite il y a 2 ans et l’entrée monumentale du parc. A Gardiner, nous complétons nos pleins par quelques souvenirs qui déplairaient fortement à BB.
Pose à Mammoth pour une promenade dans Lower Terraces Area puis le circuit de Upper Terraces Area et quelques vues nouvelles.

 Mammoth Lower Terraces Area
Lower Terraces Area
Lower Terraces Area terrasses basses

Un tour jusqu’à Tower-Roosvelt où nous découvrons que le restaurant est ouvert (le jour même, le service s’en ressent – mais c’est l’endroit le plus agréable que je connaisse pour manger dans le parc).

 

Avant de repartir, un petit tour chez les rangers ; ils nous indiquent que des bears viennent d’être vu du coté de Phantom Lake. Nous repartons dans cette direction et effectivement, un peu après le lac, une accumulation de voitures arrêtées sur les bords et même au milieu de la route. Il y a un ours à l’orée de la forêt. Il est loin, il pleut, il faut approcher dans les herbes hautes. C’est un ours noir. Il n’a pas l’air de s’inquiéter de la foule qui reste à plus de … A propos, comment on mesure ?

 

Avec la pluie pas une bonne photo… ni pour le cervidé à très grandes cornes qui attire les foules quelques km plus loin.

 

Quelques cascades, quelques fumeroles, quelques geysers, quelques bisons … et la pluie.

 

Samedi 6 juin – Bisonneaux et glaçons

 

Pour notre dernier jour dans le Wyoming, nous passons la matinée au Norris Geyser Bassin. En attendant que la pluie s’arrête, nous visitons juste à coté le Museum of the National Park Ranger. La vue de celui qui nous accueille confirme mon sentiment depuis Organ Pipe, « ranger, c’est pour la vie ». Ce musée est rarement visité, pourtant il est intéressant. Mais il y a tellement de choses à voir à Yellowstone.
Avec le soleil, nous nous promenons au long des eaux fumantes et bouillonnantes des Norris.

 

Pour l’après midi, nous décidons de revoir les 43km vers l’entrée est, en travaux en 2007. Le long de la Yellowstone River, un troupeau de bisons occupe la route et ses rives. Rien d’étonnant, ce genre de barrage filtrant est fréquent ici. Mais nous sommes surpris voir un grand nombre de très jeunes bisons, avec leur mère ou en groupe.

 Bisons piste de Lake Butte
piste de Lake Butte
 
 
 
 

Sur la route vers l’entrée est, la piste de Lake Butte grimpe au milieu de la forêt ravagée par l’incendie de 1988. Du haut, joli point de vue sur le lac Yellowstone.

 Point de vue sur le lac Yellowstone 

La route s’élève ensuite à 2600m. Un peu avant le col, les lacs Sylvan et Eleanor sont encore couvert d’une épaisse couche de glace. De nombreuses cascades jaillissent le long de la route.

 Cascade Sylvan et Eleanor
lacs Sylvan et Eleanor

En rentrant, petite pose sur la plage du grand lac, décidément, l’eau est trop froide pour se baigner. Plus loin, nous apercevons notre troupeau de bisons et bisonneaux maintenant très éloigné de la route.

 

Dimanche 7 juin – Coup de froid le matin, mal de gorge l’après midi

 

Au réveil, nous avons l’impression d’avoir été transportés par magie en Laponie fin décembre. La neige sur les sapins, 10cm sur la voiture. Non, nous sommes toujours à Canyon Lodge, le 7 juin. Avant-hier dans un magasin, nous avons regardé les brosses et grattoirs à neige, sans penser qu’on pourrait en avoir besoin. Et on a pas grand chose pour dégager le pare-brise et les vitres.
Vitres dégagées, coffre chargé, nous partons sous les flocons qui continuent de tomber. Heureusement la neige ne tient pas sur la chaussée. Nous croisons un véhicule de déneigement qui doit se diriger vers les cols. Entre Canyon et Norris la route est féérique, on se croirait dans un conte de Noël. Puis la neige tombe plus dru et commence à rester sur la route. Le thermomètre extérieur est descendu à 27°F (environ -3°C)

 Route Canyon Lodge
 

Mais quel est cette masse sombre qui bouge sur le bord de la route ? Certainement pas le père Noël ni un renne. Un bison, la fourrure couverte de neige, marche impassible sur le bord de la route. Nous en croisons un 2ème plus loin.

route de Madisson bison sous la neige

route de Madisson bison sur la route

 

 

Nous arrivons juste à 8h pour l’ouverture de la route de Madisson, au moment où les agents se mettent en place pour alterner la circulation. Une belle couche de neige couvre maintenant la route et nous sommes les premiers à passer dans notre sens.

 
 
 route de Madisson

C’est sous une véritable tempête de neige que nous faisons la magnifique vallée le long de la Madisson river. Passé West Yellowstone, nous ferrons encore 50km avant de retrouver une température positive et… la pluie.
Et dire qu’il y en a qui projetaient de camper début mai dans le parc !

 

Nous sommes entrés dans l’Idaho, autrefois région de chercheur d’or, maintenant, pays de la pomme de terre. Notre itinéraire de retour vers le sud passe par l’ouest. Nous nous dirigeons vers Twin Falls en suivant la Snake River après Pocatello. Nous laissons de coté Crater of the Moon NM, un site vraiment très intéressant que nous avions visité en 2007.

 

Déjeuner, essence, rassemblement de pélicans sur la Snake. Maintenant, nous voyons le soleil et la température remonte. Nous passons assez tôt à coté de Twin Fall pour continuer une cinquantaine de km en direction de Boise vers Malad Gorges SP. A l’entrée de ce parc d’état, nos déposons une enveloppe avec quelques dollars dans la tirelire, mais nous trouvons regrettable qu’il n’y ait plus de carte dans la boite à coté puis de trouver une partie du parc fermée.

 Malad Gorges State Park
 
 

La Malad River, ce n’est pas le Colorado, mais cet affluent de la Snake torrente dans un canyon étroit qui vaut le détour. Plusieurs points de vue sur chaque rive dans le parc et hors du parc, de l’autre coté de l’autoroute.

 Malad River
Malad River torrents

Retour vers Twin Falls par les petites routes et la ID 30 qui longe la Snake. Nous arrivons à Hagerman, une petite commune où nous découvrons une National Monument dont on avait jamais entendu parlé, le Hagerman Fossil Beds. En fait, ici ce n’est que le visitor center, le parc est de l’autrecoté de la Snake. Nous arrêtons pour récupérer une carte de l’Idaho. Deux jeunes rangers nous accueille et nous expliquent les fossiles exposés devant eu, en particulier le squelette de l’ancêtre du cheval nommé Hagerman horse. Ils nous expliquent ce que l’on peut voir sur notre route et ferment le centre après notre départ. Nous nous rendons à Oregon trail overlook, qui offre une belle vue sur les retenues de la Snake.

 Hagerman Fossil Beds
 
 

Le long de la route qui longe la Snake vers le sud de Twin Falls, on peut voir une multitude de cascades, les Thousand Spring. Elles jaillissent en de multiples lieux du sommet des falaises ou parfois à mi hauteur.

 
 
 Thousand Springs

Le GPS nous conduit sans difficulté au Shilo Inn que nous avions réservé, un très bon hôtel d’une chaine pas présente partout.

 

Lundi 8 juin – Comment se perdre au Nevada

 

Notre programme débute par la visite des Shoshone Falls, le Niagara de l’ouest. Plus hautes de 13m, presque aussi large que le Niagara américain, les Shoshone Falls sont visibles de plusieurs points de vue inclus dans un parc d’état – payant. Le débit varie suivant la saison, les eaux de la Snake étant beaucoup pompées pour alimenter les canaux qui fournissent les arroseuses des champs de patates. Faut dire que ce n’est pas pour rien que l’Idaho est la capitale de la patate, les champs s’étendent à perte de vue et on voit loin ici. Faut dire aussi qu’il en faut des patates pour faire les french frites, la purée ou les « boiled potatoes » qui accompagnent tous les plats dans les restaurants (j’accorde, parfois avec des petits légumes pas assez cuits.)

 Shoshone Falls Niagara de l'ouest
Shoshone Falls
 
 
 
 
 

En juin, il y a de l’eau et les chutes sont magnifiques, les différents points de d’observation en offre une vue intéressante. En aval un arc en ciel se développe dans les gorges de la Snake.

 

En peu en amont, (demander la route au guichet du parc) se trouvent les Twin Falls qui ont données leur nom à la ville. Accès gratuit, plusieurs points de vue, moins hautes (38m), plus encastrées, ces chutes valent quand même le détour.

 Twin Falls
 
 

Direction le sud et le Nevada. Si vous n’avez pas compris que le Nevada, c’est l’état du jeux, pas uniquement Las Vegas, sachez que chaque entrée dans l’état est une ville de casino. Arrivant de Twin Falls, la première localité s’appelle Jackpot – ça pose le décors, non ? Pour se faire une idée,
1400 habitants, 6 casinos, un golf et un aéroport, tout ça au milieu de nulle part.

 

Direction Ely, une friche minière, une friche du jeux ? Mais un hôtel célèbre, le « Nevada ».

 

Nous sommes en avance, aussi nous tournons sur un chemin de terre vers Cherry Creek, Ce n’est pas une ville fantôme comme le laisserait penser l’état des habitations, le nombre de boite à lettre donne une idée de la population. Il y a même un musée. Mais nous ne voyons aucun habitant.

 
 
 Maison vers Cherry Creek

Après un petit tour sur une piste de montagne qui part dans le mauvais sens, nous revenons au village et partons sur une piste parallèle à la route principale. D’ailleurs la route existe sur notre carte Michelin à l’échelle de l’Europe (nous n’avons pas encore récupéré la carte du Nevada) ; d’ailleurs aussi notre GPS connait ce chemin. Mais ça ne colle pas avec la piste que nous suivons. Pourtant…
Nous avons une section commune avec la piste du Pony Express, mais elle ne part pas dans la bonne direction. Le GPS nous indique une autre piste. Elle doit être bonne car la distance s’amenuise avec notre destination. Problème, le GPS veut nous faire tourner à gauche, sur des chemins non carrossable. Décidément, il ne fait pas de distinction entre les pistes de 1ère catégorie et les chemins à bestiaux, mais il trouve toujours une route vers Ely. Nous traversons un immense pâturage avec le troupeau au milieu de la route.

 Piste du Nevada près de Poney express
 
 Paysage du nevada
 
 

Le chemin reste bien carrossable mais les traces de roues sont de plus en plus rares. Au bout d’une dizaine de miles, nous sommes arrivés sur une piste où il ne doit pas passer une voiture par semaine. Le temps passe et le ciel se couvre. Une grande pente, plus impressionnante que sur la photo … possible de descendre, mais pourrons nous remonter si l’on doit faire demi-tour plus loin et que la pluie s’en mêle ?

 Piste au Nevada
 
 Nevada piste déserte
 
 

Alors, demi tour ?

 

???…

 

Faisons le point :

 
  • nous ne savons pas si la piste abouti quelque part
  • depuis 3/4h nous n’avons vu personne
  • sur cette piste, il ne doit pas passer plus d’une voiture par semaine
  • si on descend, on est pas sûr de remonter en cas d’orage et le ciel est très noir tout autour
  • nous n’avons pas de téléphone, et quand bien même,
  • nous avons le micro, mais aucune chance de WiFi pour consulter Google map
  • nous n’avons pas de carte ni de boussole
  • et nous sommes dans un coin perdu du Nevada – à propos, ils avaient mis combien de temps pour trouver des traces de Steve Fossett ?

Conclusion, nous faisons demi-tour, encore faudra-t’il retrouver la route de sortie.
Un peu avant le troupeau de vache, nous apercevons le nuage de poussière soulevé par une voiture qui roule dans le même sens que nous. D’où peut-elle bien venir ?

 

Revenu sur la grand-route, bientôt nous apercevons des maisons à l’horizon. Avez vous remarqué comme l’horizon est loin par ici, chez nous la vue dépasse rarement 200m. Ce que l’on voit au loin, au pied des montagnes d’en face, c’est Ely et le GPS indique encore 18 miles avant d’arriver.

 

Pas une ville à moins de 100km à la ronde ! Située sur la route 50, la route la plus isolée d’Amérique, la ville minière de Ely compte 4000 habitants, 18 hôtels, 13 restaurants et quelques casinos dont certains semblent fermés depuis longtemps. Le musée du train et son train fantôme est fermé durant notre séjour. Nous avons réservé à l’hôtel Nevada, LE casino-hôtel historique de la ville – d’accord, un peu vieillot (construit en 1929), mais Gary Cooper et d’autres célébrités hollywoodiennes venaient là autrefois. Particulièrement bon marché et un air de Las Vegas un peu défraichi.

 Hotel Nevada
 
 

Une fois dans la chambre, nous regardons la carte du Nevada que nous venons de récupérer à l’accueil : pas de trace des pistes où nous nous étions engagés. Un coup de WiFi, Google Map, Cherry Creek Ok, la piste vers le Ponny Express s’appelle Egan Creek road … des chemins en cul de sac un peu partout, difficile de visualiser une liaison vers une route digne de ce nom. On a bien fait de faire demi-tour.

 

Mardi 9 juin – La cave du Great Basin

 

Il y a 100 km de Ely à Baker, l’entrée du Great Basic National Park, le seul parc national exclusivement au Nevada. Le Great Basic, c’est le 3ème grand désert du sud ouest américain. Mais le parc n’a rien de vraiment désertique. Les sommets enneigés à plus de 3500m apparaissent au-dessus d’une forêt dense à travers laquelle la route en lacets s’élève de 1400m. Cette forêt abrite le Bristlecone Pine, l’arbre qui peut vivre 4700 ans. Beaux points de vue en montant, petite promenade botanique à partir du camping, randonnées vers les glaciers accompagnées par les rangers ou pas, pour ceux qui aiment marcher.

 Great Basic National Park
 
 

L’entrée du parc est gratuite, mais à l’intérieur se trouve Lehman Caves, dont la visite guidée est payante. Nous nous inscrivons pour la première possible, celle de 90 minutes, après s’être assuré qu’il y avait très peu de marches à monter.

 Lehman Caves montagne
Lehman Caves montagnes
Lehman Caves rivière
Lehman Caves forets
 

Une moins jeune ranger accueille le petit groupe et nous guide vers une visite époustouflante. Des milliers, des millions de stalactites et de stalagmites, des petits, des grand, des fins, des gros … du début jusqu’à la fin. Pas manqué, notre guide nous fait le coup de la panne de courant, mais c’est pour nous montrer ce que laissaient voir les chandelles des premiers explorateurs de ces galeries souterraines.

 Lehman Caves entrée
Lehman Caves colonnes stalactites
Lehman Caves concrétions calcaires
Lehman Caves grotteLehman Caves stalactites

En nous rendant à Great Basin, nous avions repéré une piste qui semblait faire un raccourci dans la montagne (photo de gauche). Nous demandons aux rangers du visitor center ce qu’ils en pensent. La Osceola road n’est qu’à 12 miles du centre, mais en dehors du parc. Connaissent pas ! Mais ils cherchent sur une carte détaillée du secteur, oui la piste traverse la montagne et doit être carrossable en 4×4.

 
 
 Osceola road

Attirante, cette piste qui monte en face dans la montagne !

 

Surtout tôle ondulée au départ, la piste grimpe à plus de 2300m pour redescendre vers le village fantôme d’Osceola, là où fut trouvé la plus grosse petite d’or (6000$) du Nevada en 1877. Village fantôme ? Des vieilles cabanes avec une antenne parabolique ! Et il y a du monde au cimetière, des touristes ?

 Piste du Nevada
 
 

La piste redescend vers la route principale.

 

De retour à Ely, une haie de Harley est stationnée devant le Nevada hôtel. Un rassemblement de motard sur un lieu mythique qui n’a rien à envier à la route 66.

 Hotel Nevada
 
 

Mercredi 10 juin – Cathedral Gorge

 

La descente vers Las Vegas traverse le désert, le vrai, du Great Basin. Sur la route la ville de Pioche, devinez ce qu’on y fait ? Mais ici les mines d’argent sont toujours actives. Un peu plus loin se trouve le Cathedral Gorge State Park.

 

Les conseils de visite sur le site ouestamerica de Sedonax (excellente référence), nous arrêtons au Miller Point Overloock avant d’aller nous promener dans les slots canyons. Point de vue bien aménagé, intéressant, sur un décors qui n’est pas sans rappeler d’autres lieux plus connus, un air de Bryce par exemple.

 Cathedral Gorge State Park panorama
 Cathedral Gorge State Park paysage
Cathedral Gorge State Park

Du bas, face au camping, 2 points de départ, Cathedral Caves et Canyon Caves, pour s’engouffrer dans une foule de cavités étroites jusqu’aux limites fixées par son embonpoint. Avec un rayon de soleil, vers 11h30, ça fait aussi penser à Antelop Canyon.

Cathedral caves

Cathedral caves grotte

Canyon caves

 

En se rapprochant de Las Vegas, nous longeons des terrains désertiques, champs de tir de l’US Army. Sur l’autoroute, la circulation est plus dense que ce que nous avons connu ces derniers jours pour devenir même très encombrée et très ralentie en se rapprochant du centre de la big machine à sous qu’est Las Vegas.

 

Nous avons réservé notre dernière nuit sur le Strip, au Caesar Palace en profitant d’une opportunité dans le calendrier des tarifs (nuit à 100$ à coté des 300$ pour la veille et 450$ le vendredi).

 

Pas de spectacle de réservé, une fois installé, nous partons voir quelques lieux délaissés l’an dernier.

 

Le Circus Circus par exemple et son spectacle de cirque gratuit. Nous y découvrons une immense machine d’apprentissage aux jeux pour les enfants (pour gagner des peluches) et un spectacle de cirque – 5 minutes toutes les heures. A éviter, pas folichon, c’est loin du Cirque du Soleil.

 

Au retour, je peux enfin photographier un coucher de soleil sur le désert au loin avec au premier plan les nouveaux hôtels en construction, encore plus grands, encore plus hauts, encore plus … à moins de la crise ait ralenti les travaux ? En tout cas, crise ou pas crise, ce soir là c’était noir de monde dans les rues, mais il n’y avait pas beaucoup de monde à diner au buffet du Treasure Island.

 Circus circus coucher de soleil
 
 

Jeudi 11 juin – Salut vieux Jules, à la prochaine ?

 
 
 Jules Cesar aux USA

Comme aurait dit Asterix !

 

Départ assez tôt pour ramener la voiture chez Alamo et attendre tranquillement le départ de l’avion vers Paris

Comment y aller?



Partager
A propos de l'auteur

Besoin d'aide pour préparer un séjour ?

Remplissez le formulaire ci-dessous avec le plus de détails possible pour que nous puissions vous répondre dans les plus brefs délais.


Nous partageons nos expériences et conseils gratuits avec vous! Exprimez vos besoins!