87 vues

Printemps des poètes : le sens de la visite

0

brassensrenecharOn me dira que le texte de Georges Brassens qui suit n’est pas de forme poétique et que la comparaison entre Georges Brassens et René Char est plutôt osée. Et pourtant, comment ne pas voir dans les textes de ces deux poètes de fortes similitudes dans la signification et le but recherché …

Le thème de la visite a inspiré à des texte remarquables. Brassens en a fait une chanson “La visite”. René Char a traité le thème notamment dans “Les Transparents”. Un texte plus sombre, très célèbre, est attribué à un pasteur allemand qui eut à subir la visite des Nazis. Qu’elle soit amicale ou qu’elle soit barbare, la visite est une souce d’inspiration souvent riche de fortes évocations. Les textes qui seront repris ici en sont la preuve. On me dira que le texte de Georges Brassens qui suit n’est pas de forme poétique et que la comparaison entre Georges Brassens et René Char est plutôt osée. Et pourtant, comment ne pas voir dans les textes de ces deux poètes de fortes similitudes dans la signification et le but recherché. Par son évocation et son sens profondément humaniste, “La Visite” de Brassens peut être considérée comme un poème.Visite et hospitalité :

La visite (Brassens)”On n’était pas des Barbe-Bleue,
Ni des pelés, ni des galeux,
Porteurs de parasites.
On n’était pas des spadassins,
On venait du pays voisin,
On venait en visite.

On n’avait aucune intention
De razzia, de déprédation,
Aucun but illicite,
On venait pas piller chez eux,
On venait pas gober leurs oeufs,
On venait en visite.

On poussait pas des cris d’Indiens,
On avançait avec maintien
Et d’un pas qui hésite.
On braquait pas des revolvers,
On arrivait les bras ouverts,
On venait en visite.

Mais ils sont rentrés dans leurs trous,
Mais ils ont poussé les verrous
Dans un accord tacite.
Ils ont fermé les contrevents,
Caché les femmes, les enfants,
Refusé la visite.

On venait pas les sermonner,
Tenter de les endoctriner,
Pas leur prendre leur site.
On venait leur dire en passant,
Un petit bonjour innocent,
On venait en visite.

On venait pour se présenter,
On venait pour les fréquenter,
Pour qu’ils nous plébiscitent,
Dans l’espérance d’être admis
Et naturalisés amis,
On venait en visite.

Par malchance, ils n’ont pas voulu
De notre amitié superflue
Que rien ne nécessite.
Et l’on a refermé nos mains,
Et l’on a rebroussé chemin,
Suspendu la visite,

Suspendu la visite.”

Cette chanson m’a toujours fait penser immédiatement à des vers de René Char, comme ce poème sous forme de conversation : “Les Transparents”. En voici l’introduction :

Les Transparents ou vagabonds luni-solaires ont de nos jours à peu près complètement disparu des bourgs et des forêts où on avait coutume de les apercevoir. Affables et déliés, ils dialoguaient en vers avec l’habitant, le temps de déposer leur besace et de la reprendre. L’habitant, l’imagination émue, leur accordait le pain, le vin, le sel et l’oignon cru ; s’il pleuvait, la paille.”

On retrouve chez Char ce thème cher de la viste dans “Les Inventeurs” (1949) :

Ils sont venus, les forestiers de l’autre versant, les inconnus de nous, les rebelles à nos usages.
Ils sont venus nombreux.
Leur troupe est apparue à la ligne de partage des cèdres” (Lire la suite)

Il existe, à mon sens, des ponts entre ces poèmes de Char et la chanson de Brassens qui parle de la peur, du repli sur soi et de l’amitié refusée à l’étranger. Le sens apparaît plus immédiatement dans le texte de la chanson que dans les vers du poète. Dans le poème “Les Inventeurs”, le dénouement est plus heureux puisque l’hospitalité est offerte contrairement à l’histoire de la chanson où elle est refusée ; Et pourtant, les visiteurs sont des forestiers de l’autre versant, les inconnus de nous, les rebelles à nos usages“. Il n’y a pas de crainte envers ces visiteurs étrangers :

Tout à fait insouciants d’une audience.
Nous avons levé le front et les avons encouragés.”

Les visiteurs repartent, non sans avoir bénéficié du gîte et du couvert :
Nous avons dit merci et les avons congédiés.
Mais auparavant ils ont bu, et leurs mains tremblaient, et leurs yeux riaient sur les bords.”

Il faut dire aussi que dans l’histoire contée dans ce poème, l’adversaire est désigné comme étant extérieur à l’homme : l’”ouragan”. Ce mot pouvant désigner tout danger commun à l’Homme, comme le nazisme…

La visite et les heures sombres :

Poème attribué à Niemöller :

Lorsqu’ils sont venus chercher les communistes
Je me suis tu, je n’étais pas communiste.
Lorsqu’ils sont venus chercher les syndicalistes
Je me suis tu, je n’étais pas syndicaliste.
Lorsqu’ils sont venus chercher les sociaux-démocrates
Je me suis tu, je n’étais pas social-démocrate.
Lorsqu’ils sont venus chercher les juifs
Je me suis tu, je n’étais pas juif.
Puis ils sont venus me chercher
Et il ne restait plus personne pour protester.

Wikipedia avertit : “La forme initiale exacte et l’origine de ce poème ne sont pas connues avec certitude (voir les liens externes). La forme ci-dessus est une traduction de celle reconnue définitive par la Fondation Martin Niemöller”.

Le texte est attribué au Pasteur Martin Niemoller (1892-1984), Président des Eglises réformées de Hesse-Wassau (Allemagne) et ” interné ” de 1938 à 1945 au camp de concentration de Dachau. On trouve la version originelle en allemand et des explications sur ce blog.

Ce poème a fait le tour du monde, il est très souvent repris par les internautes pour alerter sur un danger imminent dû à la folie des hommes. Sa signification universelle le rend transposable à de nombreuses situations. Comme l’est la chanson de Brassens, la Visite, écoutable ici par exemple. Lorsque Le Forestier voulut rendre hommage à Brassens, il lui écrivit une chanson (écouter ici). Il y raconte sa visite à Sète sur la tombe de Georges Brassens et quel meilleur titre pouvait-il trouver que “la visite” ?

 



Partager

A propos de l'auteur

Dernier album "Voris Bian à Montmartre". Avant-dernier sorti : "Voris & Amadeus : le duo". Précédent album de Voris Bian :"Romantisme et poésie", (poésie-chanson chantée sur compositions à la guitare classique)Le Best-off remixé de Voris Bian : 13 chansons de septembre sur Jamendo.fr. "Sarko York" et les précédents sont sur Jamendo.fr. Chansons impertinentes, drôles et originales-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------Tous les liens sur mon site Taverne des poètes------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------Démocrate mais citoyen libre avant tout et désintéressé par les fonctions et les fonctionnements internes du parti, ce qui me dispense des risques de dissidence...En attente d’un positionnement plus clair (ce qui ne signifie pas "dans mon sens") et plus étendu du MoDem sur le cas Mitterrand. ------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------- Mon blog politique (démocrates)

Leave A Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Besoin d'aide pour préparer un séjour ?

Remplissez le formulaire ci-dessous avec le plus de détails possible pour que nous puissions vous répondre dans les plus brefs délais.


Nous partageons nos expériences et conseils gratuits avec vous! Exprimez vos besoins!