1 619 vues

Le Samovar : la convivialité du thé à la russe

2
samovar thé russesamovar the russe
Le samovar est inséparable de la culture du thé russe. Plus qu’un objet du quotidien, un foyer et une source de chaleur, le samovar est un rituel associé dans la société russe à la convivialité que ce soit en famille, entre amis ou officiels.

Les premières traces du thé en Russie datent de 1567 : deux cosaques – Petrov et Yalychev – le citent comme un merveilleux breuvage chinois et décident d’en faire leur boisson favorite. Il faut cependant attendre la fin du XVIIe siècle pour que le thé devienne une denrée d’importation régulière vers Moscou.

samovarLe thé ne fut d’ailleurs longtemps disponible que dans cette ville et resta, pendant presque deux siècles, l’apanage des Moscovites, que, par dérision, les Russes appelaient « les buveurs de thé » ou « les buveurs d’eau chaude ». Ce n’est qu’à partir des années 1850 que la consommation de thé se répandit dans tout l’empire et gagna l’ensemble des couches sociales.

Le thé, en Russie, est indissociable du samovar. Inventé au début du XVIIIe siècle dans l’Oural, cet objet, destiné à préparer le thé, ne s’est vraiment répandu qu’en même temps que la démocratisation du thé. Source de chaleur autour de laquelle se réunit la famille, le samovar est une sorte de grande bouilloire qui permet de maintenir plusieurs litres d’eau à la bonne température pour préparer le thé.

Le samovar est constitué d’un foyer, d’un grand récipient évidé en son centre et d’une cheminée. Dans le foyer, un brasier de charbon de bois est préparé et sert à chauffer l’air qui se trouve dans la cheminée qui le surmonte : ce système permet d’amener et de maintenir l’eau à une température constante. La forme du samovar est étudiée de façon à ce que l’on puisse entendre les différents stades de l’ébullition de l’eau : elle commence par « chanter », puis « bruire » et enfin « gronder comme la tempête ». C’est lorsque l’eau bruit, qu’elle est prête.

Un robinet, placé sur la paroi extérieure, permet de remplir aisément tasses et théières. La théière, dans laquelle un extrait de thé très concentré est préparé, est posée au-dessus de la cheminée, et est ainsi maintenue au chaud. Pour se servir, chacun verse dans sa tasse un fond de thé, qu’il rallonge d’eau chaude. Pour refroidir la liqueur, il arrive souvent que la tasse elle-même soit vidée dans une soucoupe et que l’on boive le thé directement dans ce deuxième récipient.

Le thé est très présent dans la société russe et a même donné des expressions idiomatiques courantes : « pourboire » se dit, par exemple, « na tchaï » qui signifie « pour le thé ». Sur le plan social, la réunion autour d’une tasse de thé a revêtu diverses significations : de caractère intime et familial à l’origine, cette réunion est devenue par la suite un acte très socialisé dont la dimension mondaine et officielle occultait complètement la chaleur et le bien-être.

Aujourd’hui, boire un thé autour du samovar, c’est accomplir un geste convivial et chaleureux, comparable aux réunions familiales originelles, dont on peut trouver des descriptions dans toute la littérature russe du XIXe siècle et du début du XXe siècle. C’est un instant de partage, au sein de la communauté, pendant lequel tout le monde s’arrête un moment pour jouir du foyer et de la présence de chacun.

Crédit photos du chapeau : chgs.umn.edu et photos.igougo.com



Partager

A propos de l'auteur

© Le Palais des Thés "Toutes les citations sont extraites des publications du Palais des Thés"

2 commentaires

Leave A Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Besoin d'aide pour préparer un séjour ?

Remplissez le formulaire ci-dessous avec le plus de détails possible pour que nous puissions vous répondre dans les plus brefs délais.


Nous partageons nos expériences et conseils gratuits avec vous! Exprimez vos besoins!