157 vues

Souvenir indélébile du Tsunami du 26 Décembre 2004

1

Le 26 décembre 2004, le tsunami. Cinq ans plus tard, cette catastrophe invraisemblable reste indélébile dans ma mémoire.

Ce dimanche 26 décembre 2004, j’étais de permanence « médias » pour le compte de l’UNICEF. Cinq ans plus tard, je n’oublie toujours pas le tsunami. Cette catastrophe invraisemblable reste dans mon sang.

Je ne vais pas en faire ici un compte-rendu détaillé. C’est déjà fait, refait. J’ai juste envie de poser quelques mots sur la toile qui, en guise de buvard, va absorber quelques bribes de trop-plein.

Deux mois et demi plus tard, en mars 2005, je me suis rendu à Banda Aceh, au nord de l’île de Sumatra, en Indonésie, le pays le plus touché.

tsunami1

tsunami2

Photo Damien Personnaz/Banda Aceh/2005

Parmi les nombreuses images qui restent gravées dans mon cerveau, il y a la boue séchée dans laquelle des survivants essayaient encore de retrouver un fils, une fille, un parent, un ami. Il y a ce bateau usine de 250 mètres de long et de 25 mètres de haut échoué à quatre kilomètres de l’endroit où il se trouvait quand une vague « de 30 mètres de hauteur » a déferlé. Il y a ces mosquées rescapées par miracle alors que tous les villages avaient été balayés comme des fétus de paille.

tsunami3

(Photo Damien Personnaz/Indonésie/2005)

Il y a ce panneau, parmi des centaines d’autres, mis en place par l’UNICEF pour retrouver des enfants disparus.

bandaache

Photo Damien Personnaz/Banda Aceh/2005

La nuit, des répliques de tremblement de terre réveillaient la population. Encore terrifiée, elle terminait la nuit dans les rues, sous des couvertures, une bougie à la main.

Et puis cette dame qui cherchait son fils. Elle n’avait qu’une photo passeport. Tous les matins, elle se rendait près du grand cimetière aux abords de la ville avec le fol espoir de rencontrer quelqu’un qui l’aurait aperçu. Cet espoir insensé l’a poussé à se laisser photographier. Cinq ans plus tard, je me demande si elle l’a retrouvé.

bandaaceh1

Photo Damien Personnaz/Indonésie — Banda Aceh/2005

Contrairement à d’autres catastrophes naturelles, ce tsunami a fait peu de blessés. Soit les gens ont tous été tués, soit ils sont restés totalement épargnés.

Le tsunami a touché dix pays bordant l’océan indien. Parmi ces pays, des îles et des atolls des Maldives, des Seychelles et de l’Inde – les îles Andaman et Nicobar — ont été ravagés.

Le tsunami a fait officiellement 235’000 morts, dont 175’000 en Indonésie, surtout des femmes et des enfants.

Et puis les enfants sont des enfants. Deux mois et demi plus tard, ils étaient ravis de se faire photographier par l’étranger.

tsunami8

Cinq ans plus tard, ils sont certainement toujours vivants, ils grandissent, font des projets.



Partager

A propos de l'auteur

"Ils/Elles" lointains " «Il n’est au monde qu’une seule aventure: la marche vers soi-même, en direction du dedans, où l’espace et le temps et les actes perdent toute leur importance.» Henri Miller.Vivre sur des îles lointaines au XXIème siècle ...

Un commentaire

Leave A Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Besoin d'aide pour préparer un séjour ?

Remplissez le formulaire ci-dessous avec le plus de détails possible pour que nous puissions vous répondre dans les plus brefs délais.


Nous partageons nos expériences et conseils gratuits avec vous! Exprimez vos besoins!