803 vues

Tourisme en Hongrie du Nord ; explorez les monts hongrois

1

CserhátPrenons la direction de la Hongrie du Nord et des monts hongrois. Car il y a bien des montagnes dans cette Hongrie que l’on imagine souvent comme un plat pays… A l’est du Danube et au nord de la Tisza et jusqu’à la frontière slovaque s’étend la région la plus montagneuse de la Hongrie. D’origine volcanique, les monts hongrois Cserhát et Matrá – ce dernier, avec 1015 m d’altitude, possède le sommet le plus élevé de Hongrie, abritent de larges vallées où, à proximité de châteaux en ruine, les villages ont conservé leur caractère médiéval et les habitants leurs particularismes locaux.

La découverte par monts et par vaux

Hongrie_map

RK_606

 

La région des monts Bükk compose des paysages d’une grande poésie où se mêlent de sombres forêts, des cascades romantiques, des étangs qui se prêtent au rêve – ou à la pêche – et des grottes gigantesques qui se comptent par centaines. Celles du mont Aggtelek, classées au patrimoine Universel, constituent le réseau souterrain le plus important d’Europe et arborent le plus grand stalactite du monde : 25 m de haut !

À l’extrémité est, les monts Zemplén offrent un double visage. Si, sur la partie nord, les zones de forêts protégées sont livrées à la vie sauvage, avec le retour de carnassiers comme le loup et le lynx, les versants sud exposent au soleil des vignobles donnant un vin fameux entre tous : le Tokaji.

Alors que les petits villages ont gardé des traditions et des structures médiévales, les principales villes sont fortement imprégnés de la poésie et du romanesque qui émanent d’une architecture où domine le style baroque.

Cette région un peu à part et d’autant plus préservée, a toujours été l’une des plus rebelles aux courants de l’histoire qui ont privé si longtemps la Hongrie de son indépendance.

Eger est devenue légendaire grâce à l’héroïsme exemplaire de ses habitants qui mirent en déroute l’armée de Soliman le Magnifique en 1552.

Les châteaux de Szerencs et de Sárospatak, rappellent le rôle joué aux 17e et 18e S. par les Rákóczi, cette ancienne famille de voïvodes de Transylvanie qui n’ont cessé de combattre la Maison d’Autriche pour servir l’indépendance de la Hongrie.

Kossuth, enfin, le chef de la révolution de 1848-1849, est né à Monok, et ce petit village près de Szerencs s’enorgueillit d’un musée célébrant ce héros national.

Mais aujourd’hui, cette partie privilégiée de la Hongrie se révèle plutõt un havre de paix pour ceux qui viennent y chercher le dépaysement, la plénitude de loisirs au coeur d’une nature.

Les monts hongrois : Cserhát et Mátra


À côté des monts Böszörny dont les sommets ne dépassent pas 1000 m, mais que des versants abrupts sur la boucle du Danube rendent impressionnants, les monts Cserhát , beaucoup moins élevés, forment une région vallonnée de massifs forestiers et de vallées fertiles. Ce sont les monts Mátra qui détiennent le record d’altitude en Hongrie avec le Keékestetö qui culmine à une hauteur de 1014 m. Près de la tour des Télécommunications, qui offre une vue panoramique étendue sur la Grande Plaine, des pistes de ski sont un pôle d’attraction et à Parádfürdö se tient une très ancienne et célèbre station thermale. Sur les versants abrités des vents du nord, les vignobles de Mátra, produisent des vins blancs très appréciés.

Dans les vallées fertiles, le Moyen Age vit encore très proche. L’abbaye cistercienne de Pásztó fut fondée en 1190 et la beauté des églises gothiques illumine les petits villages comme ceux de Mátraszöllös et de Mátraverebély. À Taranszentmária se trouve dans l’une d’elles, la crypte la plus ancienne du pays et à Tar on peut admirer un sanctuaire du 12e S.

Mais le charme des beaux édifices et des riches maisons baroques est omniprésent dans les villes que ce soit à Aszód, à Hatvan, à Szécsény ou à Balassagyarmat .

Dans cette dernière, se tient le musée de l’Artisanat palóc dont la visite est indispensable si l’on veut comprendre l’originalité et les traditions de la région.

Car les Hongrois qui vivent dans les collines de Cserhát appartiennent en grande partie à une ethnie particulière, attachée à son folklore et à une langue différente de celle des Magyars : les Palóc. Se sont-ils installés avant l’arrivée de ces derniers ? Sont-ils d’origine slave ? Nul ne le sait exactement, mais ce que tout le monde peut admirer, avec certitude, c’est le style coloré de leurs vêtements traditionnels et la richesse de leur artisanat, des poteries peintes ainsi que de magnifiques objets en bois sculptés et décorés.


Hollókó

Au pied d’un vieux château fort en ruine, ce village-musée réunit 450 habitants qui sont comme les conservateurs d’un site que l’Unesco s’est empressé d’inscrire au patrimoine Mondial. Il n’y a là qu’une cinquantaine de petites maisons de pisé, blanchies à la chaux, au toit de chaume, avec pour caractéristiques d’être surélevées sur des socles de pierre et parées de belles vérandas en bois sculpté. Mais l’ensemble offre le spectacle unique d’une structure médiévale où le temps semble s’être arrêté jusque dans les intérieurs meublés et décorés comme autrefois. Au centre du village la petite église dresse son clocher de bois sombre contrastant avec la blancheur du bâtiment. Les habitants, pour la plupart des Palócs, mais aussi des Matyó, d’origine slovaque, revêtus le dimanche et les jours fériés de leurs costumes folkloriques colorés, insolites et raffinés, renforcent l’illusion de vivre dans le passé.


Aggtelek

À l’intérieur du parc national d’Aggtelek les grottes karstiques sont inscrites au patrimoine Mondial de l’Unesco.le plus important d’Europe.
Leurs ramifications qui s’étendent sur 22 km, et se prolongent au-delà de la frontière, en Slovaquie, dévoilent un univers fantastique de gorges, de puits et de salles immenses entourées de balcons formés de gigantesques stalactites et de stalagmites.

Creusées au cours des millénaires par les eaux d’infiltration elles forment le réseau souterrain de ce type. La plus vaste des 712 grottes dénombrées est longue de 25 km et le plus grand stalactite du monde, l’Observatoire, y dresse ses 25 m de haut…

Le parc lui-même offre un cadre de toute beauté à ce décor extravagant, avec au milieu des forêts, des lacs, des ruisseaux, des rochers à la blancheur éclatante et sculptés par le temps comme pour ajouter au romantisme des lieux.

Eger

 

La ville à laquelle le Nord-Est doit sa plus grande notoriété est adossée à une colline entre les monts Mátra et Bükk. Elle renferme des monuments historiques et de splendides bâtiments construits dans les styles prisés aux 18e et 19e S., et dont la tonalité générale lui a valu d’être désignée comme « la perle baroque ». On s’y promène dans des rues étroites qui elles-mêmes débouchent sur des places cernées de belles maisons anciennes et d’opulents hõtels particuliers apparus après le départ des Turcs en 1686.

De ces derniers ne subsistent que les vestiges de quelques bains visibles dans le quartier des établissements thermaux et, demeuré étonnamment intact, le minaret. Du haut de ses 35 m, si l’on a le courage de monter ses 93 marches, on peut profiter d’une vue magnifique sur la ville et ses environs. Mais le souvenir le plus évident laissé par les Turcs est l’ancienne forteresse médiévale qui domine la ville. Sous ses murs, en 1552, les 100 000 soldats de Soliman le Magnifique furent mis en déroute par les quelque 2 000 hommes et femmes défendant la place sous le commandement d’István Dobó, le héros de la ville. Cette résistance homérique, racontée dans le roman de Géza Gárdonyi, « Les Étoiles d’Eger », est devenu symbolique du sentiment patriotique hongrois. Les Turcs ne l’emportèrent qu’en 1596.

Aujourd’hui de nombreux festivals animent la ville qui leur offre le décor de ses monuments prestigieux.

Le palais épiscopal rappelle que la cité est pour assurer la conversion des Magyars au début du 11e S.

La Basilique néo-classique impressionne par ses dimensions qui en font le plus grand bâtiment religieux de Hongrie après la cathédrale d’Esztergom.

Le Liceum et observatoire Spekula possède une bibliothèque dont les manuscrits, les éditions rares et les 130 000 volumes la désignent comme l’une des plus importantes du pays. Son architecture et ses immenses salles décorées font de ce bâtiment l’exemple parfait du style rococo en Hongrie, tout comme les portails du palais du Prévõt Mineur, récompensés d’une médaille d’or à l’Exposition universelle de Paris en 1900. L’Eglise des Minorités, avec ses coupoles ornées d’éblouissantes fresques et ses hauts clochers à bulbes est à ce point admirée que beaucoup la considèrent comme « le plus magnifique édifice baroque du monde ».

Ville d’art, ville souvenir, ville thermale aussi, Eger n’oublie pas cependant qu’elle est au centre d’une région viticole importante.

Ses nombreuses caves et tavernes sont comme autant d’invitations à goûter les grands vins qui font partie de sa réputation. Les plus connus sont le « Sang de taureau » appellation due à sa robe d’un rouge presque noir et un vin blanc dont la douceur le fait appeler «Fillette d’Eger », nom qui est, sans aucun doute une marque d’affection.

Szilvásvárad

 

La Hongrie est connue pour être l’une des grandes patries de l’élevage de chevaux et chaque région possède ses haras. Ceux de Szilvásvárad sont particulièrement célèbres dans le monde pour ses étalons lipizzans..

Ce nom leur vient du village Lipizza près de Trieste dont ils sont originaires et qui autrefois était intégré dans l’empire austro-hongrois. Les pâturages du Bükk permettent de les élever en liberté dans les conditions idéales.

Les passionnés d’équitation – et les autres- bénéficient aussi dans les environs d’un cadre préservé et de sentiers forestiers qui les mènent aux spectaculaires chutes d’eau de Fátyol et sur la trace des hommes préhistoriques dans les grottes d’Istállóskö.

 

Tokaj

Accroché à une colline qui se prolonge, au-delà de la Tisza, dans la Grande Plaine, Tokaj est un tout petit bourg surmonté d’une forêt de pins et d’acacias.

Son nom est pourtant connu du monde entier. La raison en est le vin produit par ses vignobles et ceux de la région de Tokaji-Hegyalja : le Tokaji. Cette appellation connaît une renommée désormais inséparable de la définition qu’en a donné le roi Louis XIV: « vin de roi et roi des vins ».

Ce qui n’empêche pas tout un chacun de l’apprécier, avec modération, comme le firent, dit-on, Goethe, Schubert et Liszt…

Le caractère particulier de son bouquet est en partie le fruit d’un sol volcanique de nature argileuse associé à un microclimat où les étés et les automnes profitent d’un ensoleillement exceptionnel.

L’autre composante de son élaboration repose sur des vendanges tardives destinées à favoriser l’apparition d’une pourriture noble qui va faire se concentrer le sucre dans les grains touchés par elle.

Ces derniers sont choisis pour entrer dans la composition du « tokaij aszu » et lui donner sa douceur et son parfum incomparables. Les grains non touchés, quant à eux, sont utilisés pour produire des vins secs et non moins excellents : le Tokaji Furmint et le tokaji hárslevelü. Mais c’est le savoir-faire des vignerons utilisant des méthodes de vinification dont l’origine remonte au 17e S. et leur respect d’une grande tradition qui assurent la réputation plusieurs fois séculaire d’un vin noble entre tous.

Sárospatak

 

Ancien foyer intellectuel du calvinisme, centre culturel actuel de la région Tokaji-Hegyalja, cette ville possède un grand établissement thermal au milieu d’un parc. Mais sa célébrité lui vient surtout du château des Rákóczi. Avec sa forteresse, l’une des mieux conservées du pays et sa « Tour Rouge », vaste bâtiment de cinq étages aux salles décorées de magnifiques sculptures, cet ensemble architectural est considéré comme un véritable chef-d’uvre intégrant harmonieusement des éléments d’art gothique, Renaissance et baroque. Les Rakóczi s’y installèrent en 1616

 

Les Rákóczi

 

Cette famille de voïvodes, ou princes, de Transylvanie a laissé une trace profonde dans l’histoire de la Hongrie. Sigismond Rákóczi, le premier membre de la lignée, s’était illustré en soutenant István Bocskai et les libertés de la noblesse hongroise contre l’empereur en 1604.

Après lui, György 1er défendit avec succès les protestants hongrois révoltés contre Ferdinand III de Habsbourg et obtint la liberté religieuse pour toute la Hongrie. Son petit-fils, Ferenc 1er, ayant échoué dans ses complots contre l’Autriche, c’est sa veuve puis son fils, Ferenc II, qui entrent en lutte ouverte et prennent la tête du mouvement de révolte des paysans en 1703.
« La marche de Rákóczi », adaptée plus tard par Liszt était l’hymne de cette insurrection nationale. Aidé par Louis XIV, Rákóczi l’emporta un premier temps, se faisant élire prince de Transylvanie, duc des Hongrois confédérés et fit proclamer l’indépendance du pays en 1705.

Mais en 1708 la France, pour des raisons économiques et aussi par crainte d’un éventuel rapprochement de la Hongrie avec la Russie, suspendit son appui financier.

Les troupes habsbourgeoises, mirent fin à la guerre d’indépendance en 1711 et Rákóczi dut s’exiler définitivement.

Cependant, les lois promulguées par l’Autriche en 1714-1715 pour garantir l’autonomie constitutionnelle de la Hongrie et rétablir les anciens privilèges de la noblesse prouvent que les Habsbourg ont compris qu’ils devaient limiter leurs prétentions en Hongrie : les 8 années de lutte pour l’indépendance n’auront pas été totalement menées en vain.

Découvrir l’article de Hongrie-tourisme…

Pour aller plus loin…

  • Tourinform Eger
    Bajcsy-Zsilinszky utca 9. Pf.: 263
    H-3300 Eger
    Homepage
  • Tourinform Mezokövesd
    Szent László tér 23
    H-3400 Mezokövesd
  • Tourinform Miskolc
    Selyemrét u. 1
    H-3525 Miskolc
    Homepage
  • Tourinform Borsod-Abaúj-Zemplén megye
    Széchenyi utca 35
    H-3530 Miskolc
    Homepage
  • Tourinform Dédestapolcsány
    Petofi utca 21
    H-3643 Dédestapolcsány
    Homepage
  • Tourinform Aggtelek
    Baradla oldal 3
    H-3759 Aggtelek
    Homepage
  • Tourinform Encs
    Petofi utca 20-22
    H-3860 Encs
    Homepage
  • Tourinform Zemplén
    Kossuth tér 5
    H-3980 Sátoraljaújhely
    Homepage
  • Tourinform Sárospatak
    Eötvös utca 6
    H-3950 Sárospatak
    Homepage
  • Tourinform Tokaj
    Serház u. 1
    H-3910 Tokaj
    Homepage

 



Partager

A propos de l'auteur

Pour en savoir plus sur la Hongrie : Office du Tourisme de Hongrie 140, Avenue Victor Hugo 75116 Paris Tel: +33 (0)153706717 Fax: +33 (0)147048357 --------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------- Découvrir le site : HONGRIE TOURISME ------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------- Contactez notre expert sur la Hongrie sur sa messagerie

Leave A Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.