Voyagez curieux à votre mesure! IDEOZ, le forum et blog voyage collaboratif qui vous aide à préparer un séjour en Europe parfait grâce aux conseils et expériences des voyageurs

La Via Dinarica en Croatie (pour les nuls) ou les débutants en randonnée

0

La Via Dinarica ne vous dit sûrement rien si vous n’êtes pas fan de randonnées et amateur de défis au contact de la nature. Les Balkans réservent de ces surprises qui font du voyageur curieux et randonneur (même débutant) un privilégié susceptible de découvrir des panoramas splendides dans les massifs des Alpes dinariques entre Slovénie, Croatie et Bosnie-Herzégovine, comme sur le littoral en Croatie ou au Montenegro, où sans cesse la montagne tutoie la mer.

Quand on évoque les randonnées ou treks mythiques en Europe, on pense spontanément à l’ascension du Mont-Blanc, on rêve de la Grande traversée des Alpes, ce sentier de longues randonnées, appelé GR5, sillonnant les Alpes françaises et reliant le lac Léman à la Méditerranée. La Via Alpina qui traverse pas moins de 8 pays de la France et de Monaco jusqu’à la Slovénie en passant par la Suisse, l’Allemagne, l’Autriche, l’Italie,  le Liechtenstein semble constituer un Graal pour les alpinistes et randonneurs. C’est justement en Slovénie après plus de 5000 km de route et des sommets gravis au-delà de 3000 mètres, qu’elle rejoint une autre voie beaucoup plus méconnue et donc encore assez peu touristique qui n’en est pas moins exceptionnelle par la beauté de ses paysages ; la Via Dinarica.

On ne songe pas forcément aux Balkans comme destinations de vacances, malgré le succès grandissant de la Croatie et du Montenegro et pourtant, les Balkans de l’ouest recèlent des paysages sublimes, y compris quand on débute en randonnée ou n’est pas un sportif émérite. La Via Dinarica est sûrement la randonnée la plus mythique dans cette péninsule du sud-est de l’Europe où les chaînes montagneuses avec leurs massifs karstiques et leurs pics dépassant souvent les 2000 mètres côtoient l’Adriatique et ses chapelets d’îles du côté de la voie bleue, ou des vallées  fluviales ou façonnées par le karst, sur les voies vertes et blanches.

 A la fois condensé de terrains géologiques et de territoires qui ont vu se jouer des drames et des tragédies historiques au fil des siècles, la Via Dinarica reste le plus beau trait d’union possible entre les pays d’ancienne Yougoslavie et la voisine albanaise. Ainsi, les Alpes dinariques ne font que prolonger les Alpes depuis la Slovénie vers la Méditerranée où elles sont magnifiées au contact de l’Adriatique. Cette grande randonnée aux multiples points d’entrées se développe sur 1500 km à travers 8 pays depuis la Slovénie jusqu’à l’Albanie, en passant par la Croatie, la Bosnie-Herzégovine, le Montenegro, la Serbie, la Macédoine et le Kosovo Métochie.

La Via Dinarica n’existe comme longue randonnée que depuis 2010, à l’initiative d’un vaste projet européen entre les pays et des acteurs désireux de faire connaître des espaces naturels à l’écart des circuits touristiques (à quelques exceptions près), leurs traditions et leur patrimoine artisanal et culinaire. Sept ans ont suffi pour qu’elle soit référencée comme l’un des meilleurs trails du monde selon National Geographic. C’est aussi un ensemble de pistes destinées à promouvoir le tourisme solidaire à l’écart des circuits et destinations touristiques, de plus en plus menacés par le tourisme de masse, à l’instar de Plitvice ou de Dubrovnik. Partout on croise donc des fermes, des agritourismes (agriturizam), des gîtes de montagne et autres producteurs de vins et rakija (eaux de vie), de fromages, de charcuteries, proposant des produits bio ou fabriqués dans les règles de l’art de leur région, ce qui permet de goûter à la vraie Croatie.

La Via Dinarica n’est pas toujours connue des touristes quand ils élaborent leur itinéraire dans les pays d’ex Yougoslavie, même s’ils la découvrent en partie sans s’en douter, en visitant quelques uns des plus incontournables sites naturels des Balkans. Les grottes de Postojna, fierté de la Slovénie, le lac de Bled et les lacs de glace de Bohinj, les lacs de Plitvice et les parcs de Velebit, Paklenica, Krka, Risnjak et Biokovo, les îles Kornati, Hvar et Mljet en Croatie, ou encore le mont Maglic, en Bosnie Herzégovine ou le parc de Durmitor et les bouches de Kotor au Montenegro. Autant de sites qui font rêver les touristes et les attirent de plus en plus depuis une dizaine d’années que la paix et la sécurité sont garantis. Il est peu probable que vous n’alliez pas dans une, plusieurs voire toutes ces destinations lors d’un road trip visant à découvrir l’essentiel des Balkans occidentaux. 


Trois voies pour explorer la mythique Via Dinarica


Ce qui fait la grande force de la Via Dinarica, ce sont ses trois voies dont la variété de paysages assure une richesse d’expériences actives et sportives pour tous les voyageurs curieux. Toutes se distinguent en fonction des activités qu’elles impliquent. Les chiffres suffisent à se convaincre que l’emploi du terme “mythique” pour qualifier cette route n’est en rien usurpé.

La via Dinarica compte 650 km de longue randonnée :

  • Plus de 200 montagnes à traverser
  • Plus de 240 pics supérieurs à 2000 mètres avec un point culminant à Maja Jezercë en Albanie à 2630 mètres
  • 20 parcs nationaux
  • 19 sites protégés par le patrimoine mondial de l’Unesco
  • 2200 km de flots et de rivières 
  • 1260 km de trajet si on suit la Via Dinarica “officielle” en évitant des erreurs ce qui est peu probable vu le mauvais balisages dans des pays comme le Montenegro, la Bosnie, ou l’Albanie.
  • On compte sur les doigts des deux mains les randonneurs qui auraient réalisé l’ensemble des parcours sur la Via Dinarica

Via Dinarica map blue white and green trail

On trouve assez peu d’informations que ce soit dans les livres, les cartes papiers de randonnées ou sur internet. Le site officiel de la Via Dinarica reste donc la meilleure base pour préparer son séjour, d’autant qu’on y trouve des modèles de circuits courts ou longs entre 10 et 80 km et les plus beaux sites y sont présentés, ainsi que des listes d’hébergements ou de refuges pour les fanas de la montagne déjà randonneurs avertis.

La via Dinarica voie bleue ; l’union de la mer et de la montagne

La voie bleue, épousant les courbes de l’Adriatique entre îles et chaînes de montagnes, réserve des vues panoramiques parmi les plus belles sans qu’on doive être un pro de la randonnée. Quand on ne sait pas choisir entre mer et montagne, c’est bien celle qu’il faut privilégier, d’autant qu’elle frôle par moment la voie blanche et offre plusieurs possibilités de les unir dans la région du Velebit nord, sans renoncer à l’un des sites iconiques de la nature balkanique, le parc national des lacs de Plitvice. Comment prendre son pied sur la voie bleue? Pour en profiter vraiment, vous devrez alterner entre randonnée, kayak des mers, rafting et canyoning de rivière,  vélo et mountain biking.

Nord Velebit vue sur le Kvarner

Parc du Velebit nord

chutes plitvice croatie

Chutes des lacs de Plitvice

Via Dinarica voie blanche ; l’appel de la montagne et le défi des pics

La voie blanche parcourt le coeur des massifs des Alpes dinariques et défie les plus hauts pics des Balkans de l’ouest. Quand on les enchaîne, elle est de loin la plus exigeante surtout du côté de la Bosnie-Herzégovine, du Montenegro, car plusieurs pics dépassent les 2200 mètres et attirent les experts. Bien sûr, il existe une voie blanche plus abordable. Je n’irai pas jusqu’à dire qu’il s’agit de la via dinarica withe trail pour les nuls (comme moi donc), mais la plupart des randonnées à l’intérieur de ses parcs sont accessibles aux débutants. Elle réunit en prime quelques uns des plus beaux sites naturels de Croatie ce qui en fait un compromis quasi parfait pour les amoureux de la montagne qui n’ont pas peur se dépasser en alternant de l’escalade, de la randonnée, du training et trekking avec de forts dénivelés et du rafting.

 

Cvrsnica Planina Alpes dinariques en Bosnie Herzégovine

 

Via Dinarica voie verte ; le goût des grands espaces verts

Quant à la voie verte tirant son nom des forêts de conifères et de hêtres, des paysages de polje (plaines) et de montagnes verdoyantes qui la définissent, elle est celle qui est peut-être la plus confidentielle, réservée aux randonneurs d’un bon niveau et déjà familiarisés avec les Balkans, puisqu’elle traverse des pays assez peu touristiques comme la Bosnie-Herzégovine, la Serbie et le Kosovo.

Montagne de Greben en république serbe de Bosnie et en Serbie


Quel matériel faut-il prévoir pour débuter sur la Via Dinarica en Croatie?


Un sac à dos, des chaussures et des bâtons de randonnée sinon rien!

Cet article s’adressant à des marcheurs et randonneurs peu initiés je ne conseillerais que trois objets à mon sens indispensables. Un bon sac de randonnée bien sûr! Même si on n’est pas backpacker averti, le choix du sac à dos doit s’effectuer avec soin.  Comme vous allez réaliser d’assez courtes randonnées, inutile de vous charger avec un trop gros sac qui serait bien trop lourd à transporter, d’autant qu’on est toujours tenté de le remplir pour ne manquer de rien.

sac à dos 15 L pour randonnerUn sac de 15 L fonctionnel pour emporter l’essentiel pour votre journée de randonnée devrait suffire largement. On peut y ranger quelques vêtements (veste coupe-vent imperméable, gilet, polaire, t shirt etc) afin de mieux faire face aux changements de températures fréquents en milieu montagneux y compris quand la mer est toute proche. Une gourde, quelques denrées pour se sustenter pendant l’effort, et ça devrait être bon et pas trop pesant. De plus en plus de voyageurs aimant rester connectés transportent avec eux leur ordinateur ou utilisent leur tablette pour consulter des informations ou prendre des photos, un sac à dos muni de pochettes de rangement est bienvenu, si possible avec des protections matelassées pour bien protéger chaque appareil en cas de choc. J’aime beaucoup ce sac en toile et en cuir à la fois léger et très résistant, qui a un design assez élégant,  un système de fermeture pratique (mais perfectible) et un rangement par poches efficace pour retrouver vite ce qu’on cherche. Utilisable aussi bien pour jouer les baroudeurs tous azimuts que les touristes s’initiant à la randonnée, ce qui permet de l’embarquer lors de tous types de séjours…

Cela va sans dire : outre un pantalon souple pour favoriser des déplacements aisés, prévoyez de bonnes chaussures de randonnée. Les chaussures de marche ou de sport ne conviennent pas pour arpenter les sentiers des parcs comme Paklenica, Biokovo et même Plitvice dont les chemins moins touristiques sont plus exigeants. J’ai beau avoir vu des touristes en tongs essayer de grimper sur les sentiers rocheux de Paklenica, et avoir croisé des gens en chaussures légères, de vrais chaussures de randonnée s’imposent pour profiter de l’expérience surtout si vous voulez atteindre le sommet du parc pour admirer le point de vue sur les îles des Kornati et de l’archipel de Zadar.

Inutile d’investir dans des chaussures de randonneurs professionnels ou de haute montagne, puisque je suggère un circuit Via Dinarica en Croatie (pour les nuls) ou plutôt pour ceux qui vont utiliser en partie leur voiture pour se déplacer dans certains massifs! Mais privilégiez des chaussures résistantes basses (ce qui conviendra bien sur les îles) ou hautes selon votre préférence. N’attendez pas la veille du départ ou le jour même pour les essayer et vous y adapter ! Si vous les avez déjà un peu utilisées avant votre départ, vous souffrirez moins pendant vos longues marches ! C’est une précision un peu bête,  mais pour l’avoir fait lors d’un de mes séjours, quand on n’est pas habitué à randonner, il arrive que ce soit un achat tardif et que les pieds en fassent vite les frais, ce qui est douloureux et décourageant. Difficile de garder un bon souvenir quand l’état des pieds l’emporte sur les émotions visuelles.

Et enfin, des bâtons de marche polyvalents peuvent s’avérer très utiles dans les sentiers de Paklenica parsemés pour certains d’énormes rochers. Le mieux est de prévoir des bâtons de marche à 2 ou 3 brins, pliables ou télescopiques, qui sont réglables et peuvent s’employer à tout moment, sur de longs trajets ou uniquement si besoin. Reconnaissons que même si on n’est pas très sportif, on s’habitue vite au confort que procurent ces bâtons en plaine comme en montagne, dans la mesure où ils favorisent la stabilité corporelle, réduisent les tensions musculaires et les risques d’entorse. Carbone ou aluminium? Les deux conviendront pour les itinéraires ci-dessous, sachant que le carbone assure des bâtons beaucoup plus légers et l’aluminium des bâtons plus résistants sur des terrains de haute montagne. 


 

Quand partir à la découverte de la Via Dinarica en Croatie ?


Le plus pratique pour réaliser ce circuit est d’atterrir à Zadar ou à Split selon le sens que vous adoptez et de repartir de l’autre aéroport pour limiter les déplacements. Hors saison entre avril et juin, ou entre mi septembre et mi octobre, c’est encore mieux sachant que le coût de la vie en Croatie évolue en fonction des saisons et qu’il est jusqu’à 20-30% moins cher en moyenne et basse saison. On trouve des billets d’avion à partir de 19-29€ au départ de Toulouse, Bordeaux, Strasbourg ou Marseille et des voitures de location pour moins de 100-150€ la semaine. Les prix des billets des parcs sont aussi moins chers, comme les activités et les hébergements.Donc tout est réuni pour vous assurer les meilleures sensations en évitant le gros des touristes, les chaleurs caniculaires de l’été.


Les plus beaux panoramas de Croatie en suivant la Via Dinarica 


Si vous avez envie de condenser deux voies en Croatie et en prendre plein les mirettes, c’est possible, tout en faisant une courte incursion en Bosnie-Herzégovine, ce qui ne présente aucun risque si ce n’est celui d’être ébloui par les chutes de la rivière Una et la beauté des paysages de la Krajina frontalière de Plitvice ! C’est donc cette option que je vous recommande pour marier la voie bleue et la voie blanche et vous assurer des émotions variées, qui changent vraiment d’un jour à l’autre en alternant les difficultés. Envisagez au moins 12 à 13 jours pour cet itinéraire, et idéalement 15 à 20 si vous voulez prendre votre temps ou y ajouter la visite des villes incontournables sur votre passage (Zadar, Split, Sibenik, Mostar entre autres).

Si vous ne disposez que d’une semaine, cette première partie d’itinéraire 100% nature peut être un bon compromis en ajoutant la ville de Zadar à la place de l’étape Knin – Drnis, par exemple ou éventuellement l’île de Dugi Otok, qui est très belle avec ses lacs salés dans son parc naturel aux terres plus argileuses.

7 premiers jours au départ de Zadar : 

  • Jour 1 – 2 :  Parc de Paklenica et Canyon de la Zrmanja
  • Jour 3 : Ile de Pag – rejoindre Plitvice depuis Senj
  • Jour 4 : Parc national de Plitvice
  • Jour 5 : Parc national de Una, chutes de Strbacki buk et Martin Brod
  • Jour 6 : Knin – Drnis et arrière-pays dalmate le long de la rivière Krka où se trouvent quelques unes des plus belles forteresses de Croatie
  • Jour 7 : Parc national Krka


Bienvenue chez Winnetou : entre le canyon de Zrmanja et le parc Paklenica


Notre première étape nous amène à 50 km de Zadar dans la zone de Starigrad Paklenica en Dalmatie du nord, à l’entrée du parc national de montagne de Paklenica. Ici, c’est le pays de Winnetou. Cet indien Apache créé par le romancier allemand Karl May en 1869, a inspiré une série de films franco-allemands du style “western choucroute” des années 60, dont « Le trésor du lac d’argent » est l’un des plus populaires. Dans les paysages karstiques aux environs de Paklenica et dans l’arrière-pays de la Dalmatie du nord, ont donc été tournées les aventures de Winnetou, puisque cette région offrait encore (et toujours) un décor naturel authentique en Europe et des conditions climatiques favorables aux tournages, bien moins chers que dans des décors américains. Le succès en Allemagne de la saga littéraire de Winnetou et des films anciens ou plus récents (chez ZDF) explique pourquoi on croise autant d’Allemands qui ont envie d’admirer les paysages imaginés lors de leurs lectures de jeunesse.

 

Pour ceux qui arriveraient le matin très tôt à Zadar, vous pouvez débuter en douceur par le canyon de la Zrmanja. Moins sportif que le parc de Paklenica, le canyon reste réservé aux aventuriers prêts à oser le rafting ou le canyoning (environ 35-40€ pour 3-4h) en liberté ou en excursion organisée pour le pratiquer au contact direct des eaux. Pour avoir essayé, sans être très courageuse ni sportive, je n’ai pas regretté, mais je me suis limitée au safari découverte sans oser affronter les chutes. Une partie de la rivière est très calme et l’accompagnement avec un pro réduit la prise de risque. Toute autre approche serait limitative. A pied, à vélo, on ne peut jamais  découvrir que des points de vue, dans la mesure où il n’est pas possible de longer le cours en voiture contrairement à la rivière Cetina  … Mais quelle beauté quand on admire le flot à la couleur émeraude s’infiltrer dans les terres!

riviere Zrmanja

On comprend instantanément pourquoi la Croatie est réputée pour sa nature préservée et ses rivières d’une grande pureté à l’instar de la Kupa, de la Cetina, de la Neretva, ou de la Krka. Les eaux d’un vert émeraude de la Zrmanja serpentent à travers les terres et contrastent avec le bleu turquoise de l’Adriatique qu’elles rejoignent. La profondeur du canyon et le serpentin de la rivière sont bluffants et si vous cherchez les sensations fortes, les cascades et rouleaux qu’on peut expérimenter font un sacré effet … 
Zrmanja en rafting

Rafting Rivière Zrmanja

Le parc de Paklenica est peut-être celui qui vous demandera le plus d’efforts si vous n’avez pas l’habitude d’effectuer des marches avec ascension en montagne et un niveau de dénivelé conséquent. A éviter bien-sûr si vous souffrez de problèmes cardiaques! Le point culminant de Paklenica étant à 1757 mètres,  vous vous engagez pour une ascension de quelques 1375 mètres de dénivelé ce qui devrait prendre dans le 6-7h. Je conseillerais d’attaquer la randonnée par le petit canyon de Mala Paklenica d’une largeur maximale de 500 mètres et d’une longueur de 12 km. 

A l’entrée, tout semble facile, un large sentier droit et plat donne la sensation que la balade va être un jeu d’enfant. C’est une familiarisation en douceur en admirant les parois des falaises du Velebit assaillies par les fans d’escalade. La proximité de la mer explique la présence d’une végétation méditerranéenne assez typique, asséchée par la rudesse et la chaleur de l’été ou plus verdoyante au printemps.

Parc national Paklenica sentier de randonnee

Alors que les premières falaises semblaient presque douces au toucher et avenantes, on sent brutalement la nature karstique de l’environnement s’imposer ; la roche calcaire devient plus abrupte et sculpte des formes plus agressives surtout quand le canyon se resserre. C’est d’autant plus vrai quand on arrive à la première difficulté du parcours, constituée par de gros rochers dont on pourrait penser qu’ils sont le résultat d’éboulements successifs. Il sont été en réalité déplacés par les fontes des neiges et les fortes précipitations et se sont accumulés de telle sorte qu’on pourrait croire qu’ils bouchent l’accès. Une fois franchi cet obstacle qu’il faut aborder avec prudence, le nouveau chemin plus escarpé, étroit et de plus en plus délicat s’annonce et pendant plusieurs centaines de mètres de dénivelé, la montée est soutenue. Aussi pour les randonneurs peu habitués à la montagne, prenez bien le temps de réaliser des pauses et surtout retournez vous pour apprécier le spectacle du passage du canyon vers la mer ; vous distinguerez au fond les villages de Seline et de Vinjerac.

sentier dans le canyon Mala Paklenica

 1ère difficulté pour démarrer l’ascension dans Mala PaklenicaRochers à escalader pour démarrer le sentier de Mala Paklenica
Sentier de Mala Paklenica

Escalade au parc national Paklenica

Randonnée de Mala Paklenica NP

Vers 880 mètres, une zone presque plate parsemée de cailloux s’avère appréciable pour marcher plus tranquillement avant d’arpenter les centaines de mètres restants (beaucoup plus difficiles et réservés aux randonneurs chevronnés) pour atteindre le Graal : un panorama sidérant, où le bleu du ciel se confond avec celui de l’Adriatique, les îles du Kvarner et de Dalmatie se devinent vers l’ouest, tandis qu’à l’est, les massifs s’étalent à perte de vue ! Suivez toujours les traces et ronds rouges et blancs que vous trouverez sur les rochers : tout au long de votre randonnée à Paklenica, ce seront des repères essentiels pour vous guider surtout si vous n’avez pas investi dans une carte du parc. Après avoir traversé de magnifiques forêts luxuriantes d’un vert soutenu, foulé des sentiers de terre, suivez toujours votre route en prenant le sentier à droite à chaque bifurcation croisée (il est identifié par des traces rouges sur les rochers).

Si vous allez jusqu’au bout de votre objectif pour accéder au sommet, prévoyez deux jours au parc Paklenica et dormez probablement vers Vlaski Gard. Vous aurez côtoyé les hauts sommets environnants et admiré la vallée encaissée avant d’entamer l’ascension de la montagne si convoitée.   

essentielLa nature sauvage n’a d’égal que la splendeur des roches aux formes parfois très particulières. En suivant ce sentier de Mala Paklenica (ou ceux de Velika Paklenica), la promesse que je vous fais si vous en avez le courage, c’est l’un des panoramas les plus beaux des Balkans occidentaux avec le Velebit Nord, Biokovo et le mont Lovcen. L’ascension de ce sentier rocailleux est assez sportive, mais quel spectacle et que d’émotions quand on dépasse les premières difficultés grâce à une montée prudente avec les bâtons de marche, qui seront encore plus utiles pour la descente vu que les rochers sont glissants.

Pour ne pas vous perdre, achetez la carte NP Paklenica Tourist Map publiée par Astroida Zagreb ou la NP Paklenica Mountaineering Map publiée par SMAND Varaždin qui est vendue sur le site des éditeurs et du parc national à 7,50€.

paklenica national park

grotte manita pec parc national paklenicaLe parc national voit se rejoindre le petit et le grand canyon Mala et Velika Paklenica, parcourus par les seules sources aquatiques du sud du massif du Velebit. Sur 12,5 km de long et 300 mètres de profondeur se révèle Mala Paklenica et son cours d’eau, ainsi que son affluent l’Orljača. Ce sont les facettes les plus sauvages du parc qu’on peut sillonner. D’ailleurs la varappe y est interdite pour préserver les faunes et flores endogènes et les touristes moins présents, alors que l’escalade rassemble des milliers de passionnés du côté de Velika Paklenica.

Ici les eaux ont longtemps traversé et battu les rochers pour creuser le lit du canyon et créer de nombreuses grottes dont une qui se visite : Manita Pec. La visite est classique et ne suppose aucune connaissance en spéléologie, mais les formations géologiques traduisent le travail de millions d’années sur des parfois karstiques bien capricieuses. On en prend plein la vue et on s’émerveille plus encore quand on constate la diversité des paysages qui se succèdent sur à peine une quinzaine de kilomètres.

Prix du billet d’entrée à Paklenica : 

40 kn – 6€ par adulte – 50 kn – 7,5€ entre mai et octobre. 20 (3€) à 30 kn (5€) pour les enfants

80 kn (12€) à 100 kn (15€) pour un forfait de 3 jours

Mala paklenica


Pag, l’île aux paysages lunaires


Pour beaucoup de touristes, la Croatie ne serait sûrement pas aussi attractive sans son littoral et ses îles. Aussi, aborder une île en une semaine, ou deux (voire trois selon vos choix) en 15 jours semble incontournable. Direction l’île de Pag. Elle est souvent connue pour la station balnéaire de Novalja, surnommée l’Ibiza croate et sa plage de Zrce où se pressent les fêtards entre juin et septembre. Mais Pag, à mes yeux, c’est surtout des paysages lunaires sur sa façade occidentale et un côté désertique qui est aussi beau que déconcertant. Bien qu’il y ait un pont reliant Pag au continent, j’ai toujours trouvé qu’une île devait s’aborder en bateau pour prendre conscience de ce qui fait la spécificité de ces bouts de terre plantés dans la mer.

A Prizna, le car-ferry nous embarque et mène en 25 min sur l’île de Pag. Le trajet est bien trop rapide et en est donc frustrant, mais il annonce tout ce qui fait le charme de cette île. Elle n’est pas réputée seulement pour son fromage  Paški sir à pâte dure à base de lait de brebis, classé origine protégée qu’il faut absolument goûter, ou pour être le meilleur endroit où faire la fête en Croatie en été. A elle seule, cette balade vaut le détour et révèle le lien étroit entre mer et montagne et les contrastes qu’il produit chez le voyageur spectateur.

On quitte rapidement la chaîne du Velebit à l’aspect massif et presque sombre qui longe le golfe du Kvarner jusqu’à l’entrée de la Dalmatie pour rejoindre une île à l’apparence peu hospitalière, dominée par les couleurs gris clair et beige. On peut admirer la sinuosité du littoral et confirmer cette prédominance des montagnes en Croatie entre le Gorski Kotar, la Lika et la Dalmatie. Jamais la mer n’est éloignée de la montagne de plus de quelques mètres ou kilomètres et si les îles ne sont pas montagneuses, elles définissent aussi des courbes et des reliefs de caractère.

A Pag, notre premier contact est animalier. En prenant la direction de Metajna, on ne croise rien sur des kilomètres, si ce n’est les troupeaux de moutons et de brebis paissant seuls (ou presque) aux environs. Un peu comme dans les Kornati. Tout le monde n’aime pas le type de paysage battue par la capricieuse bora (burra ; vent du nord violent et froid) que propose Pag sur l’une de ses faces, alors que l’autre face voit se succéder régulièrement des villages et stations aux maisons  et petits immeubles au style architectural sans charme. Mais entre les espèces de gorges et les vallons blanchâtres qu’on traverse dès notre arrivée sur l’île et les impressions désertiques qui s’en suivent sur des kilomètres la seule route menant à notre point d’attraction Metajna, on est en réalité rapidement touché par ces particularités caractéristiques de Pag et annonciatrices des beautés de l’archipel des îles Kornati. Les quelques habitations modernes plantées sur le bord de mer défigurent presque ce décor de carte postale qui fait rêver tant de touristes désirant intégrer l’île de Pag dans leur itinéraire.

Pag

Au nord de l’île, dans le Kanjon, Metajna est un ancien village de pêcheurs devenu touristique, en raison de son environnement et de sa baie peu ombragée, mais très typique, ainsi que ses plages. La plage de Beritnica attire les foules à cause des trois imposants rochers à l’origine inconnue qui semblent sortis de nulle part et constituent un paysage de carte postale. La plage Ručica, partagée entre sable épais et galets, est aussi fort appréciée des familles. L’une ou l’autre devrait vous donner envie de piquer une tête dans l’Adriatique assez chaude entre juin et septembre. Quand il fait beau, la mer affiche souvent une palette de couleurs allant du bleu du lapis lazuli à celui de l’aigue-marine, en passant par le turquoise et le saphir. Une fois qu’on a atteint Metajna, il faut rebrousser chemin par la même route, vu que le village aboutit sur un cul de sac, mais faute de temps disponible, cette expérience permet déjà d’apprécier une partie des beautés de Pag.

Metajna sur l'île de Pag

Plitvice, la merveille des merveilles sur la voie blanche


La suite du séjour ramène à la moyenne montagne. Le parc national de Plitvice n’est plus à présenter, tant il figure parmi les incontournables lors de tout premier séjour en Croatie. C’est LE joyau naturel qui à lui seul pourrait justifier un voyage et donne une furieuse envie d’y revenir à toutes les saisons. Avec Dubrovnik, il s’agit du site le plus apprécié et visité des touristes de tous âges et toutes origines, car c’est un festival de couleurs et d’émotions, même si les flots continuels de visiteurs à certaines périodes s’avèrent frustrants pour pouvoir profiter réellement des lieux. Certes, contrairement à ce qu’imaginent certains, vous n’y croiserez pas d’ours ou de lynx, qui sont en général cantonnés dans les 90% de la zone protégée inaccessible aux touristes. Mais en quittant les circuits concentrant les attractions touristiques pour s’aventurer sur le sentier Medvjeđak par exemple, on débusque déjà tous sortes de petits animaux familiers de ces montagnes et se laisse surprendre par leurs bruissements dans la forêt.

Plitvice chutes et cascades Via Dinarica

Lacs de Plitvice

A Plitvicka jezera, les 16 lacs enchevêtrés par le travail de sédimentation du calcaire, le travertin, durant des millions d’années s’organisent dans la région du Kordun, au coeur de la Lika et le panorama depuis l’entrée 1 est à couper le souffle. Pas de difficulté particulière pour marcher, mais la journée bien remplie est fatigante au final. Rien ne vaut le circuit H pour les moins sportifs (entre 8 et 10km) qui verront l’essentiel du parc en 4 à 6h

plitvice plan carte 4-6h

ou mieux encore le circuit K (jusqu’à 12-14 km) qui exige plus de 6-8h, mais vous comblera par ses variations de paysages.

carte plitvice randonnee 6-8h entree 1

Dans un écrin de verdure de cette moyenne montagne entre 600 et 900 mètres d’altitude environ, s’écoulent une centaine de chutes dont les bruits sont autant de rappels des forces vives de la nature.

parc national des lacs de PlitviceTout éblouit depuis la vigueur des cascades, les faunes et les flores qu’on admire sans effort, jusqu’à la couleur des eaux, qui varient d’un lac à l’autre et plus encore selon les moments de la journée ou le temps qu’il fait. La placidité des lacs, qui pour certains sont aussi transparents que des miroirs, est contrariée par la puissance de l’eau des chutes jaillissant de la montagne à l’instar de la plus grande chute d’Europe haute de 78 mètres ou des chutes du lac Gradinsko!

Pour réussir votre balade dans les lacs de Plitvice en un jour, consultez nos conseils pratiques

Prix du billet à Plitvice : 

55 kn : du 1er novembre au 30 mars 

110 kn : entre 1er avril et 30 octobre (hors été)

180 kn – 24€ : entre 1er juillet et 31 août

Chutes Plitvice Croatie

Plitvice chutes près du lac Gradinsko

Les chutes du parc d’Una, hymne à la voie blanche en Bosnie-Herzégovine


Deux options pourraient s’offrir à vous. Vers l’ouest, les paysages de montagne du Velebit nord, autre parc national exigeant qui mériterait bien plus d’une journée. A dos de Lippizans, cette race de cheval très résistant, très présente dans la région, on peut partir à la découverte des massifs à travers leurs forêts et leurs chemins, en franchissant des ruisseaux et des rivières.

Découvrir le Velebit à cheval avec les LippizansVers l’est, ma recommandation irait vers la région de Krajina en Bosnie-Herzégovine. Tout d’abord car elle est plus accessible pour les débutants puisque les sentiers du parc d’Una et de Martin Brod sont bien balisés, et surtout parce qu’elle permet de faire quelques pas dans ce pays voisin qui est traversé de long en large par la Via Dinarica et compte des sites très peu connus et pourtant impressionnants. Dans le parc national d’Una, les chutes de Strbacki buk (accès : 3€) se déversant sur plusieurs niveaux à 25 mètres de hauteur, n’ont rien à envier à celles de Krka.

strbacki buk


La Dalmatie du nord, une région de forteresses


Trop de touristes négligent l’intérieur des terres, alors qu’en Dalmatie, l’arrière-pays karstique est étonnant. Depuis Knin, ancienne capitale des Serbes de Krajina située près de la frontière avec la Bosnie-Herzégovine dans le comitat  de Sibenik Knin où l’on admire la forteresse, on retrouve les forteresses le long de la Krka qui constituaient dès l’Antiquité et le Moyen-âge une frontière historique contre les nombreux envahisseurs. Ottomans, vénitiens, autrichiens de l’Empire Habsbourg se sont disputés pendant des siècles ces terres pourtant assez désertiques, parsemées de chaînes montagneuses abruptes que seules quelques végétations viennent adoucir.

Forteresse Knin en Dalmatie du nord

La rivière Krka que l’on identifie en général à travers les paysages du parc national n’est pas qu’une attraction naturelle, dans laquelle on se baigne près des chutes circulaires de Skradinski buk. C’est un cours d’eau qui traverse la Dalmatie du nord et sert de frontière géographique. Knin, Drnis, Bogočin Vilin grad, Nečven, Ključica forment le système de forteresses le plus impressionnant de Croatie. Effectuer au moins l’ascension de l’une d’elles, c’est s’offrir l’occasion d’admirer les massifs montagneux à perte de vue en Croatie et dans la Bosnie-Herzégovine toute proche, qui confèrent sa réputation à la Via Dinarica. A mon sens, c’est depuis la forteresse de Gradina au dessus de la ville de Drniš que se dévoile la vue la plus exceptionnelle, d’autant qu’on aperçoit aussi le fort de Ključica et son belvédère, dans le village de Ključ.

Forteresse de Drnis en Dalmatie du nord

riviere krka national park

Roski Slap à Krka

Le parc de Krka est idéalement organisé pour les marcheurs débutants et s’apprécie sans effort ni fatigue si ce n’est pour grimper les escaliers visibles en arrière-plan de la photo ci-dessous! Des sentiers de rondins balisent tout le circuit depuis l’entrée de Lozovac jusqu’aux chutes circulaires, en aménageant deux points de vue panoramiques faisant saliver les curieux. L’accès à la nature y est assez limité, mais les bruits des ruisseaux et des chutes composent une mélodie réjouissante, surtout quand on visite en moyenne ou hors saison. Les chutes de Skradinski buk sont le clou du spectacle, mais je vous conseille de prolonger ou même de débuter votre découverte en optant pour la balade en bateau sur la Krka.

Chutes circulaires de Krka en Croatie

Parc national Krka

baignade krka

Cascades du parc Krka

Depuis l’accès de Lozovac après quelques minutes en autobus pour entrer dans le parc, vous vous rendrez en petit bateau en une heure 30 environ jusqu’à Roski Slap en passant par le monastère de Visovac. Bâti sur un îlot, ce monastère entouré de vergers et de pins, est comme un lieu hors du temps, où l’on fait une halte de 30 min pour comprendre comment une si petite église, plusieurs fois pillée, saccagée et détruite a constitué un lieu de résistance face aux nombreuses oppressions, déprédations et invasions en Dalmatie. C’est un investissement, mais vous ne regretterez pas de consacrer une journée dans le parc, au lieu de vous cantonner à l’itinéraire balisé d’1h30 à 2h pour atteindre les principales chutes. Bien que vous ayez aperçu Roski Slap, rien ne vous empêche ensuite d’emprunter la route de montagne pour atteindre la 3ème entrée du parc et de faire un tour dans cette zone beaucoup moins fréquentée des touristes.

Prix d’entrée  : variable selon le type de circuit choisi : retrouvez les tarifs du parc national de Krka ici :

95 kn (14,50€) pour le tour classique entre le 1er juin et le 30 septembre, 80 kn  (12€) en moyenne saison, à partir de 30 kn (5€) entre le 1er novembre et le 30 mars

Balade en bateau jusqu’à Roski Slap en complément : entre 16 et 18€ par personne

 

Ilot monastère de Visovac dans le parc Krka

Krka monastère Visovac


Si vous avez le temps de prolonger votre expérience sur la Via Dinarica en Croatie, voici la suite du programme…

Jours 8 à 13 : 

  • Jour 8-9 :  Sinj – Livno pour découvrir le mont Troglav, le triangle rouge et le lac Peruča vus du mont Svilaja. Comment ne pas faire un détour pour admirer le massif de la Dinara qui a donné son nom à la Voie?
  • Jour 10 : Canyon de Cetina – Lacs Imotski
  • Jour 11 : Mostar et parc Kravice
  • Jour 11 – 12 : Hvar : rejoignez l’île depuis Drvnik en arrivant à Sucuraj et traversant l’île jusqu’à Hvar (1h30 environ)
  • Jour 13 : Parc naturel de Biokovo

Il est impossible d’écrire un article exhaustif sur les trois voies de la Via Dinarica, y compris quand on la limite à un seul pays. La Via Dinarica en Croatie a beau être le point d’entrée le plus évident pour des randonneurs débutants, les variations d’itinéraires sont si nombreuses que le plus dur est de faire son choix (et de s’y tenir) sans être tenté une fois sur place par la proximité d’autres pays. Pensez donc à vos envies et à ce que vous aimez faire avant de vouloir suivre mes recommandations, fussent celles d’une connaisseuse de la Croatie. Vous trouverez également d’autres suggestions d’itinéraires, qui ne sont que des pistes pour voyager dans les Balkans de l’ouest en admirant quelques uns des plus beaux points de vue de l’Adriatique. Soyez surtout l’acteur de vos rêves de nature ! Vous êtes seul à savoir quelles émotions vous correspondent le mieux!

Mon goût pour les voyages transversaux ou transfrontaliers, surtout dans les Balkans, a toujours été encouragé quand j’ai constaté que la Bosnie Herzégovine était à peine à 30 km du parc de Plitvice, ou à 50 km de Biokovo et que  la république serbe de Bosnie,  l’Herzégovine et le Montenegro étaient à portée en quelques dizaines de minutes depuis  la région de Dubrovnik. Voici donc d’autres propositions de circuits toujours d’un niveau facile pour ce qui est des randonnées et orientées en fonction de vos préférences d’activités.


Une semaine sur la Via Dinarica en Croatie : par où commencer?


Itinéraire facile autour de la montagne le long de la voie blanche en Croatie :

vous pouvez arriver à Pula, Zagreb ou Zadar si vous venez en avion. Il suffit en fonction de vos aéroports d’arrivée et de départ d’inverser l’ordre des visites.

  • Jour 1 :  Gorksi Kotar à la découverte de la rivière Kupa
  • Jour 2 :  Parc de Risnjak
  • Jour 3-4 : parc de Velebit nord
  • Jour 5 : Parc Plitvice
  • Jour 6 : Parc Paklenica
  • Jour 7 : Canyon de la rivière Zrmanja et confluence avec la Krupa

 

Entre mer et montagnes le long de la voie bleue en Croatie : 

Au départ de Zadar :

  • Jour 1 : Ile de Pag
  • Jour 2 : Parc de Plitvice
  • Jour 3 : Parc de Paklenica
  • Jour 4 : canyon de Zrmanja et découverte de la rivière Krupa
  • Jour 5 : Ile Dugi Otok
  • Jour 6 : Iles Kornati ou Murter
  • Jour 7 : Parc de Krka

 


Au départ de Split :

  • Jour 1 : Parc de Krka
  • Jour 2 : Arrière-pays de Sibenik le long de la route des forteresses de la rivière Krka
  • Jour 3 : Village de Cetina, source de la rivière et aperçu des montagnes de la Dinara
  • Jour 4 : Canyon de Cetina 
  • Jour 5 : Parc naturel de Biokovo – Lac d’Imotski
  • Jour 6 :  Lacs de Bacine, delta de la Neretva ou presqu’île de Peljesac
  • Jour 7 :  presqu’île de Peljesac ou Hvar

Au départ de Dubrovnik :


Newsletter sur la Croatie
Abonnez vous et recevez nos conseils et idées de voyage:

Besoin d’aide pour préparer votre voyage en Croatie?

Des questions? Les voyageurs spécialistes de la Croatie vous donnent des conseils personnalisés! Postez vos questions sur le forum  ou contactez nous ici et sur le tchat. 

Téléchargez nos ebooks gratuits et demandez des documentations touristiques sur la Croatie : » Commander

» Accédez au forum Croatie…

conseillers voyage croatie
Consultez les dernières discussions sur la Croatie - Posez vos questions voyage ici?
Recherchez des informations sur le forum :

Une question sur la Croatie? Posez la aux experts et voyageurs du forum IDEOZ :

sandrine Monllor Forum voyage Croatie

Sandrine Monllor, animatrice et responsable du forum et du magazine, passionnée par les Balkans depuis 20 ans (Lui écrire - Voir ses articles)  

Contactez aussi les autres voyageurs connaisseurs de la Croatie: Thierry Soulas (Dalmatie, Mostar), JGOzren Grbavčić (Istrie), Anca Mamic (Zagreb et toute la Croatie), Sanela Topic (Dalmatie), Maryla Petrovic  (Slavonie) et Ana Mrsic (Dubrovnik et Croatie)


Pour être informé(e) des nouvelles discussions publiées sur le forum, cliquez sur le lien "M'abonner" ci-dessous en vous connectant à votre compte membre.

21 sujets de 1 à 15 (sur un total de 1,607)
Créer un nouveau sujet dans “CROATIE”
Vos informations:








Partager
A propos de l'auteur

Curieuse, j’essaie de faire d’Ideoz un espace éclectique et tourné vers les échanges et la rencontre avec les différences. Historienne, anthropologue et ethnologue de formation. Voyageuse inconditionnelle, je nourris un amour viscéral pour les pays d’Europe centrale et orientale, avec une prédilection pour les Balkans (notamment l’Ex-Yougoslavie…). Dans ces terres, qui m’ont enseigné beaucoup de leçons, au fil de quinze ans de découvertes, de rencontres et de hasards… je me retrouve parfois… tant elles sont insoumises, contrastées, passionnelles et contradictoires.
 
Me contacter par mail?
En savoir plus sur moi et sur le projet IDEOZ Voyage…

Besoin d'aide pour préparer un séjour ?

Remplissez le formulaire ci-dessous avec le plus de détails possible pour que nous puissions vous répondre dans les plus brefs délais.


Nous partageons nos expériences et conseils gratuits avec vous! Exprimez vos besoins!


Commandez des brochures touristiques gratuites sur la Croatie

Nous vous rappelons que notre partenaire l'office du tourisme de la Croatie s'autorise s'il le souhaite et sans motivation à ne pas donner suite à votre requête et à ne pas vous adresser de brochures.




(5 choix maximum)
(6 cases au maximum)
(3 choix maximum)

ATTENTION !!! Cette étape est indispensable pour que la meilleure aide vous soit fournie ; posez vos questions, évoquez vos besoins, goûts et recherches en détails.

(pour accéder à vos informations)
(au moins 5 caractères)
Vérifiez la validité pour recevoir vos brochures

En cliquant sur "Envoyer ma demande" ci-dessous, vous acceptez sans réserve les CGU d'IDEOZ : Pour en savoir plus : https://voyages.ideoz.fr/cgu/

Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utilisation du site Ideoz (*) et j'accepte de recevoir des informations par email, d'être contacté(e) par l'office national du tourisme de Croatie, l'administrateur Ideoz et leurs partenaires. J'accepte qu'un compte membre soit créé sur la plateforme IDEOZ pour que je puisse accéder à ces informations, recevoir les lettres d'informations et profiter pleinement des services d'IDEOZ. Si l'administrateur le juge utile, j'autorise que mes messages soient publiés sur le forum ou le site IDEOZ.

Besoin d'aide pour préparer un séjour ?

Remplissez le formulaire ci-dessous avec le plus de détails possible pour que nous puissions vous répondre dans les plus brefs délais.


Nous partageons nos expériences et conseils gratuits avec vous! Exprimez vos besoins!