3 538 vues

Voyage en Jordanie, à la recherche des civilisations perdues

1

Récit d’un voyage en Jordanie, à la recherche des civilisations perdues… De Aqaba aux trésors merveilleux de Petra, en passant par l’immensité du désert de Wadi Rum, peuplé de bedouins, nous découvrons une Jordanie fascinante qui offre aux voyageurs des paysages de toute beauté et un héritage plurimillénaire…

 

petra jordanie

Aqaba ; la fenêtre sur la Mer Rouge

Aqaba, un nom chargé d’histoire et, pour les Jordaniens, leur seule fenêtre ouverte sur la mer Rouge. L’histoire de ce port remonte très loin dans le temps, puisqu’il était déjà prospère à l’époque du roi Salomon et pendant les premiers siècles de l’Islam.

Hélas ! la ville n’a conservé que peu de traces de son passé glorieux, en dehors du Qast ( le Fort ), une construction ottomane massive, flanquée de quatre tours, édifiée au XVIe siècle afin de protéger les pèlerins qui se rendaient à la Mecque. C’est sa prise, en avril 1917, par des Bédouins rebelles, conduits par le colonel Lawrence et le prince Fayçal, qui signe la défaite de la garnison turque et le début de la marche victorieuse vers l’indépendance, ainsi que la naissance de l’actuel royaume hachémite de Jordanie.

Les Sept Piliers de Jordanie

jordanie 7 piliers

Le désert du WADI RUM

jordanie desert wadi rum

    

A Aqaba, nous n’avions rien à faire de particulier, sinon le tour de la ville très plaisante et fleurie, devenue également une station balnéaire de renom pour les Jordaniens privés de façade maritime, et n’avions qu’une hâte : nous rendre au plus vite dans le désert du Wadi Rum, étendue lunaire où convergent d’antiques wadis ( cours d’eau  ).

Wadi Rum ; une étendue lunaire merveilleuse

 

Aussi incroyable que cela puisse paraître, le Wadi Rum est une région où les sources abondent et où la végétation est telle que le lieu était devenu, dans les temps reculés, une étape obligée pour les caravanes qui transportaient épices et encens du royaume de Saba ( l’actuel Yémen ) jusqu’aux portes de la Méditerranée. En effet, le Wadi Rum a, durant des millénaires, relié l’Arabie à la Palestine et ses pistes de sable ocre, qui cheminent entre de hautes parois de grès, étaient déjà utilisées par les Nabatéens, avant d’être exploitées plus tard par les Romains.

jordanie wadi rum chameauxjordanie sept piliers

Notre jeep nous attend non loin des 7 piliers qui forment avec une majestueuse élégance le porche de cette cathédrale en plein vent, où nous allons naviguer pendant plusieurs heures – et le verbe convient parfaitement – tant la conduite sur les sables a quelque chose d’assez proche de celle sur les vagues. Les descendants des anciens habitants du Wadi Rum, dont on sait par les inscriptions rupestres découvertes en maints endroits qu’ils remontent au paléolithique, sont les Bédouins qui élèvent des chèvres et des dromadaires et dont les fils s’enrôlent traditionnellement dans la légendaire police du désert. Connu pour ses rochers aux formes étranges et la diversité de ses couleurs qui, à la tombée du soir, semblent prendre feu, ce dernier est, par ailleurs, le symbole de l’indépendance nationale jordanienne, car c’est ici que les troupes, commandées par le colonel Lawrence, plantèrent leurs tentes avant de lancer leur assaut final sur la forteresse d’Aqaba.

La lumière est intense, alors que la jeep parcourt les étendues de sable plus rouges d’être coulées sous un ciel si bleu, et traversées d’ombres, lorsqu’un pinacle rocheux, plus haut que les autres, vient à couper soudain la ligne indécise de l’horizon. On se tait. Le silence a quelque chose de solennel qu’il paraitrait inconvenant de rompre. Au loin, on discerne les silhouettes de quelques Bédouins oscillant selon le rythme lent de leur monture, coiffés de leur kefiah rouge et blanc. Ils vivent une existence austère dans des campements de fortune, existence qui n’a guère changé depuis les âges les plus reculés. Leur nombre est évalué à 45.000. Ils nous offriront le thé et quelques dattes avec une gentillesse nullement mercantile.

jordanie petra

PETRA – à gauche, une tombe impériale

petra khasne

à la sortie du siq

la brusque apparition du Khasnè ( le trésor )

 

Petra, le joyau de la civilisation nabatéenne

Après le Wadi Rum, notre seconde visite en terre jordanienne sera pour Petra, dont les légions de Trajan, en 106, prirent possession, condamnant au silence la civilisation nabatéenne. Mais qui étaient donc ces Nabatéens, qui bâtirent Petra, ville re-découverte, comme sortie d’un songe en 1812 par l’explorateur et orientaliste suisse Johann Ludwig Burckhardt, dont le séjour fut hélas très bref, les lieux étant habités alors par des tribus rivales en perpétuelles luttes les unes contre les autres. La nouvelle s’étant répandue en Occident, d’autres voyageurs et aventuriers se rendront à leur tour sur les lieux. Parmi eux, le peintre écossais David Roberts, dont les admirables dessins feront le tour du monde et sensibiliseront l’opinion sur l’importance de cette découverte. Après la vague d’explorateurs romantiques, vint celle des archéologues et des chercheurs accrédités et débuta l’exploration de la zone archéologique.

Les Nabatéens, dont on parle déjà dans la Bible, n’étaient autres que des nomades issus de la péninsule arabique. Même, si aujourd’hui, leurs origines restent encore inconnues, il est certain qu’il s’agissait d’un peuple déterminé et industrieux qui sut rapidement sortir des limites de la société nomade pour s’installer avec succès dans un système plus important, fondé sur des relations politiques et économiques. En effet, dès la fin du IVe siècle av. J.C., les caravanes des marchands nabatéens se déplaçaient de l’Arabie à la Méditerranée, le long de l’axe nord-sud, et de la Syrie à l’Egypte, le long des routes directrices qui allaient de l’est à l’ouest. Ils parlaient l’araméen, la langue commerciale qui était utilisée à l’époque dans le Proche-Orient. Décrits, dans les premiers documents historiques, comme des habitants du désert, voués à l’élevage et ne connaissant pas l’agriculture, ils changèrent de mode de vie progressivement, bien que ces diverses phases d’adaptation restent assez énigmatiques. Ce qui est certain, c’est que la terre occupée par les Nabatéens disposait de peu de ressources, en dehors de quelques mines de cuivre dans le Wadi Arabah et du bitume de la Mer Morte, exporté vers l’Egypte, qui l’utilisait pour la momification des défunts.

Leur habileté commerciale était de savoir distinguer les marchandises les plus précieuses et les plus recherchées et, ensuite, de les acheminer dans des pays situés aux confins des routes de communication, en d’immenses caravanes que l’historien Strabon comparait à de véritables armées. Au sud de l’Arabie, ils achetaient la myrrhe, l’encens et les épices qu’ils revendaient à Gaza, à Alexandrie et dans les divers ports de la Méditerranée. Les autres marchandises étaient l’or, l’argent, le verre, les tissus de Damas et les soieries de Chine. Les énormes bénéfices, qui s’en suivirent, enrichirent de plus en plus les marchands nabatéens qui purent ainsi user de leur influence du Golfe Persique à la lointaine Abyssinie. Entre le troisième et le premier siècle av. J.C., il y eut une sorte de “révolution culturelle” qui entraina la naissance du royaume nabatéen et cela, d’autant mieux, que s’affaiblissait le royaume Séleucide, en conflit avec l’expansionnisme romain. C’est ainsi que, consolidant le contrôle de la région qui allait de la Palestine au désert Arabe et du Golfe d’Aqaba aux actuelles frontières de la Syrie, les Nabatéens se sédentarisèrent et instaurèrent un régime qui évolua du type tribal à celui d’une monarchie, s’inspirant dès lors du modèle helléniste contemporain. Le “Livre des Macchabées” mentionne un roi, du nom d’Aretas, que l’on considère comme le premier souverain de ce royaume. L’évolution de cette société fut probablement rapide ; des villes furent édifiées, non seulement Petra, mais également Advat, Mamshit et Shivta dans le Negev. C’est sous le règne d’Aretas IV ( 8 ans av.J.C. et 40 après ) que le royaume parvint à son apogée, contrôlant les territoires de l’actuelle Jordanie, du Negev, du Sinaï et une partie de l’Arabie, et que Petra, de par sa position stratégique, fut choisie pour capitale. Et c’est en 106 de notre ère que la ville fut annexée à l’empire romain d’Arabie par les légions de Trajan. Malgré cette annexion, Petra restera, pendant des décennies, un centre commercial florissant. A la fin du IIIe siècle, sous Dioclétien, la ville devint un épiscopat et l’on vit surgir basiliques et monastères ornés de mosaïques, tandis que de nombreux édifices rupestres étaient transformés en églises. Puis le site fut touché par deux séismes en 363 et 419 et entra en agonie, sombrant dans une obscurité quasi absolue jusqu’aux premières années du XIIe siècle, le temps d’une brève période durant laquelle la ville abandonnée fut fortifiée par les Croisés. Et à nouveau le silence, jusqu’à sa re-découverte par Burckhardt en 1812.

 

petra tresor

Le trésor de Petra

 

Les Bédouins qui demeurent encore sur le site de Petra

jordanie bedouins petra

                          

Le site est immense. On y accède en s’engageant dans une faille profonde, causée par un gigantesque remous tellurique, faille appelée SIQ qui conduit jusqu’au Khasnè, l’édifice le plus fameux de Petra, dont l’état de conservation ne peut manquer de susciter l’émerveillement, surtout quand il vous apparaît auréolé par la lumière méridienne. Appelé également “Le trésor” pour la simple raison que les Bédouins crurent longtemps qu’il s’y cachait le fabuleux trésor d’un pharaon. Mais de trésor, il n’y eut point. On pense aujourd’hui que le Khasnè aurait été un temple funéraire consacré à la mémoire de l’empereur Aretas IV.
Mais Petra ne se limite pas à la splendeur de ce monument et à la profondeur du canyon ocre qui y conduit ; une fois passé le Khasnè, la vallée s’ouvre subitement, découvrant une large voie où s’alignent des structures qui composent la plus admirable nécropole architecturale, structures si diverses qu’elles confirment l’hypothèse que différents modèles et styles furent utilisés au cours des âges. Magnifique témoignage laissé par une civilisation perdue, se révélant à nous comme figé dans sa grandeur passée, succession impressionnante de tombes, de portes antiques, de fortins,de colonnades, de locaux publics, certis au coeur d’un paysage grandiose, dont on peut aisément imaginer la vie intense qui l’anima. Aujourd’hui, la vie est encore présente, assurée par les touristes, mais également par quelques familles bédouines, la plupart appartenant à la tribu Bedoul, qui s’y sont installées, nouveaux habitants de l’inoubliable ville pourpre. La majorité d’entre eux occupent des tombes rupestres adaptées à leurs nécessités et vivent de l’élevage et de petits commerces. On est frappé de leur amabilité. Aucun ne fait l’aumône. Habitués à vivre de rien, ces anciens nomades sédentarisés s’encombrent le moins possible et mènent une existence d’une étonnante simplicité et rusticité, si différente des nôtres, surchargées de superflu. Une dame, ayant apporté avec elle des jouets en bois, offrit l’un d’eux à un enfant, assis auprès de sa mère, occupée à vendre de modestes bijoux travaillés dans les pierres semi précieuses de la région. Ses yeux s’illuminèrent de joie, bien qu’il n’osât pas s’en saisir. Une fierté ancestrale qui s’harmonise avec la noble beauté des lieux et émouvante image de Petra, ville ressuscitée.


Dessins de Petra de David ROBERTS

petra dessinpetra dessin david roberts

 

[cvg-gallery galleryId=’85’ mode=’playlist’ /]

Crédit photos du chapeau : septmerveillesdumonde.com (gauche) et boolsite.net (droite)

Photos Y. Barguillet

Crédit photo : www.lonelyplanet.com



Partager

A propos de l'auteur

Enfant unique, j’ai eu très tôt envie de me créer un monde imaginaire et me mis à rédiger des poèmes et des contes. A 18 ans, j’écris "Terre promise" qui sera publié deux ans plus tard sous le pseudonyme d’Armelle Hauteloire et me vaudra d’être remarquée par plusieurs personnalités du monde littéraire. Après des études d’art et de journalisme, je reprends, après mon mariage, des études de psychologie et de graphologie et exerce la profession de graphologue pendant plusieurs années. En 1983, je reviens à mes premiers amours : la poésie ... En 1998, je commence une série de quatre ouvrages pour la jeunesse. Le thème de la mer a toujours été très présent dans mon univers poétique et ce, d’autant plus, que je demeure sur le littoral normand et que mon mari est un marin confirmé. Je viens de publier ( juillet 2009 ) un récit " Les signes pourpres" qui se déroule en Afrique parmi les populations Massaï, Samburu et Kikuyu et j’ai réuni sous le tire "Profil de la nuit", un itinéraire en poésie, une grande part de ma production poétique. Sans compter mon blog "La plume et l’image"que j'anime depuis 3 ans et où j'ai consacré une rubrique à l'évasion, soit aux voyages, une autre à la littérature, une troisième au 7e art. Ma participation à Ideoz va de soi, puisque voyages et culture y sont intimement liés. Donc bon vent à tous... ---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------- Blog INTERLIGNE - Armelle sur FACEBOOK

Leave A Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Besoin d'aide pour préparer un séjour ?

Remplissez le formulaire ci-dessous avec le plus de détails possible pour que nous puissions vous répondre dans les plus brefs délais.


Nous partageons nos expériences et conseils gratuits avec vous! Exprimez vos besoins!