3 169 vues

Où manger à Zagreb ? : Nos coups de coeur et bonnes adresses de restaurants

2

Quelles sont les bonnes adresses où manger à Zagreb? Les restaurants à Zagreb sont aussi nombreux que variés à l’image de ce qu’une capitale moderne offre aujourd’hui… Restaurants traditionnels, konobas proposant des spécialités typiques, concepts et restos tendance, restaurant vegan, cuisine simple ou plus élaborée et créative ; l’offre gastronomique à Zagreb saura ravir tous les voyageurs. Voici donc une petite sélection de mes coups de coeur.


Les goûts et saveurs de Zagreb


Manger sur le pouce à Zagreb

Pljeskavica burger serbeSi vous ne vous êtes pas laissé tenter par les spécialités locales du marché, Zagreb compte de nombreux petits snacks pas chers du tout pour manger des hamburgers locaux, la pljeskavica, gros steack haché aux épices accompagné d’oignons, de poivrons ou de frites. Si quand on évoque le hamburger vous songez aux sandwichs de Mc Do oubliez! C’est très différent. La Pljeskavica n’est pas forcément servie dans du pain en Croatie et n’a pas du tout un goût comparable aux hamburgers que vous connaissez. Je le précise car des voyageurs ayant demandé un hamburger avec l’intention de manger des sandwichs Mc Do à la sauce locale ont pue être quelque peu déçus. Pourtant, la Pljeskavica est bien meilleure qu’un Mc Do, mais le formatage des goûts alimentaires ne permet pas toujours de supporter le choc!

cevapi au kajmakBon marché aussi le sandwich (autour de 4€) ou le plat de cevapcici (6-8€). Les Cevapi sont la spécialité croate probablement la plus répandue dans tous les restaurants et snacks du pays. Ces rouleaux de viande hachée épicée ne sont pas spécifiquement croates, mais sont l’une des résurgences de l’ancienne Yougoslavie. A noter que les assiettes en Croatie sont en général copieusement garnies. Il n’est pas rare de compter jusqu’à 10 cevapi arrosés de sauce au fromage kajmak et agrémentés de frites ou d’oignons crus  en été! Une seule assiette peut donc se partager sans problème.

gibanicaSi plutôt que de vous poser, vous préférez manger en marchant, vous pouvez opter pour une part de gibanica (2-2,50€). Il s’agit d’une spécialité de gâteau à base de pâte filo, fourré en général avec du fromage frais mais aussi de la viande ou des légumes et il existe aussi des versions sucrées. On en trouve partout. Cela reste copieux pour couper la faim sans perdre trop de temps dans la restauration.  Pour ceux qui ne veulent pas forcément découvrir la cuisine locale, vous n’aurez aucun mal à manger des produits plus internationaux tels que les hotdogs ou encore des pizzas (2€ la part, 6-8€ la pizza entière).

Le soir, c’est une autre histoire! On prend un peu plus son temps, bien que la Croatie ne soit pas réputée pour son service patient et attentif dans les restaurants. Beaucoup de serveurs, dont l’activité est un gagne pain peu gratifiant plus qu’un métier exigeant un savoir-faire, ont tendance à apporter les plats en 4ème vitesse sans un sourire ou en faisant le minimum d’efforts ce qui déconcerte forcément les touristes habitués à un service de restauration plus respectueux de leurs attentes de clients.

Les restaurants (restoran) sont des établissements supposés plus “sélects”,  mais leurs cartes affichent en général un mélange sans originalité de quelques plats croates et de plats provenant d’autres pays voisins comme la Wienerschnitzel, le cordon bleu, les saucisses allemandes,  le mix grill, la pizza et les pâtes italiennes, puisque les Croates, soucieux de plaire aux touristes se sont longtemps efforcés de leur proposer ce qu’ils pensaient que ces voyageurs attendaient dans leur assiette pour ne pas trop perdre leurs repères par rapport à leurs habitudes. Au détriment hélas de ce qui fait l’âme de la cuisine croate…

Privilégiez les konobas aux restaurants

A l’instar des agriturizam (agrotourisme), fermes où l’on ne mange que des produits locaux et des plats régionaux, les konobas (auberges) échappent heureusement à ces habitudes culturelles héritées du communisme et qui ne donnent pas toujours la meilleure image des services de restauration en Croatie et plus encore sur le littoral où beaucoup de restaurants des sites phares des villes touristiques sont tenus par des Albanais dont les pratiques restent très similaires.

Pour en savoir plus sur ce concept d’établissement culinaire en Croatie : Qu’est-ce qu’une konoba ? : pourquoi faut-il choisir une konoba si on veut manger de la cuisine croate traditionnelle?  

Dans les konobas, le cadre et la décoration, le service, la carte, la préparation culinaire et la présentation des plats répondent à des critères plus exigeants pour garantir l’aspect plus typique … On les reconnaît le plus souvent à la présence d’un tonneau à l’entrée, des mobiliers en bois, des murs en pierre, des éléments de décorations jouant sur le folklore local et une atmosphère plus conviviale et relaxante.  Les Konobas servent surtout des plats traditionnels de la région et pas les mêmes spécialités qu’on trouve sur les cartes stéréotypées des restaurants “à touristes”.

J’ai intégré ces remarques dans la présentation de Zagreb, mais elles sont valables pour toutes les régions croates donc vous pourrez suivre ces consignes durant tout votre itinéraire en Croatie.


Que faut-il manger à Zagreb?


Un strukli à Zagreb, sinon rien!

Même s’il n’y a pas une tradition gastronomique très forte en Croatie centrale, la région de Zagreb (Zagorje) compte deux spécialités typiques qui permettent de comprendre les valeurs culinaires privilégiant la simplicité et la générosité.  

Le štrukli (prononcez chtroukli) fait penser à une sorte de plat à mi chemin entre de gros raviolis et des beignets, parfois de loin il ressemble à des lasagnes, gratinés avec du fromage et il peut être recouvert d’une sauce de type béchamel. C’est un plat traditionnel très consistant plus facile à manger en hiver qu’en été, il faut le reconnaître! Mais passer par Zagreb et ne pas manger un strukli, ce n’est pas digne d’un touriste, et moins encore d’un voyageur curieux.

strukli raviolis croates au fromage

Dans la version la plus traditionnelle répandue dans la campagne de Zagorje, les štrukli étaient proposés en version bouillie, mais dans les villes, ils sont plutôt gratinés. La base de ce plat est une pâte moelleuse qui se compose de plusieurs couches remplies ensuite avec les ingrédients variant selon les saisons. Le plus classique est à base de fromage frais assez proche de la faisselle ou du Cottage cheese (douce ou acide), mais on en trouve pour tous les goûts et en version salée comme sucrée.

Le plus souvent les variations de strukli salés utilisent le poivron dès son apparition en septembre, puisque c’est un ingrédient phare en Croatie comme dans tous les Balkans, mais aussi la truffe, des légumes divers. En dessert, les croates apprécient les associations aux noix et au miel, aux myrtilles en été, à la cannelle et aux pommes à l’automne ce qui rappelle les goûts de l’Apfelstrudel. 

» En savoir plus sur le strukli…

L’autre spécialité que j’ai appréciée, bien qu’elle soit fortement imprégnée des influences austro-hongroises et ne soit donc pas aussi traditionnelle que les strukli, c’est le Zagrebacki odrezak, la version zagreboise de l’escalope viennoise qu’on retrouve sous forme de rouleau, avec du fromage et du jambon et qui est trs proche de celle du voisin serbe connue sous le nom de Karadjordjeva snicla.

Zagrebacki odrezak escalope zagreboise


Quels sont les bons restaurants à ne pas manquer à Zagreb?

  1. La Struk ; le meilleur restaurant pour manger des Strukli  – pas cher et très bien situé, avec une excellente ambiance
  2. Otto et Frank restaurant à la cuisine maison moderne et très bonne : the place to be sur Tkalciceva ulica
  3. Konoba Didov San dans la Ville Haute : la bonne auberge typique pour manger des spécialités croates de la région ou de Dalmatie
  4. Pri zvoncu ; la garantie de manger des plats croates qui ne sont pas réinventés avec des saveurs modernes mais au plus près de la cuisine familiale
  5. Mali Bar ; bistro et bar à tapas inspiré par les tavernes basques, tenu par la chef très réputée Ana Ugarković
  6. Zrno Bio Bistro : restaurant végétarien et végétalien à la cuisine inventive à base de produits frais

La Struk, manger un bon Strukli à Zagreb

La štruk, c’est le coup de coeur car il réunit finalement beaucoup d’atouts : son concept, la belle histoire que raconte la famille quand on lui demande pourquoi ils ont eu envie de créer un tel lieu, et bien sûr, le cadre, l’atmosphère, la localisation tout près de la Cathédrale et le plat phare de Zagreb : le Strukli!

  Comme son nom l’indique, ce restaurant propose une grande variété de Strukli sucrés et salés ainsi qu’une soupe au strukli (plutôt en hiver, environ 20 kn, 3€) se présentant sous forme d’un potage avec quelques raviolis plus petits et bouillis…  Aussi étrange que cela semble, il n’existait pas de restaurant spécialisé malgré l’importance du Strukli dans la cuisine de Croatie centrale! Il a donc fallu attendre 2013 pour que l’idée germe dans la tête de deux frères, l’un ingénieur et passionné de marketing, l’autre professeur de ski nautique et à la recherche d’une activité plus rémunératrice pendant toute l’année, ce qui n’avait rien d’évident à une époque où la crise économique s’avérait très dure en Croatie. Du coup, sous l’impulsion de la maman, le premier a développé un concept susceptible de combiner ses compétences et les besoins de son frère.

L’histoire de famille a donc donné le jour à ce petit restaurant sans prétention. Le service est notamment assuré par la mère. Quant aux Strukli, ils sont l’oeuvre d’une cuisinière très attachée à défendre les valeurs de la gastronomie locale. Elle y met donc tout son coeur pour que les visiteurs ramènent peut-être leur meilleur souvenir de Zagreb!

C’est un restaurant qui par sa spécialité attire pas mal de touristes, mais on y croise aussi des croates et l’ambiance y est détendue. La décoration est très sympathique. Tous les objets ont une histoire et ne sont pas juste là pour faire illusion d’une déco, mais bien pour raconter le folklore gourmand entourant le plat et la cuisine régionale. Sur les murs, on découvre des comptines qui rappellent que chaque croate à Zagreb ou en Croatie centrale a sûrement un souvenir culinaire en lien avec le strukli, puisque diverses chansonnettes et musiques populaires y font référence!  Strukli aux légumes Struk Zagreb

 Comptez à partir de 25-30 kn par plat (5€) et jusqu’à 40 kn (6€) pour les strukli à la truffe. Ce n’est pas mon préféré, vu que je ne suis pas fan de truffe, mais c’est l’un des plus recommandés par l’établissement, puisqu’il est élaboré à base de truffes blanches d’Istrie … J’ai préféré le classique Strukli au fromage frais salé, Strukli sa sirom, qu’on retrouve aussi à travers toute la Zagorje (région au nord de Zagreb), ainsi que leur proposition saisonnière en fonction des ingrédients du moment ce qui permet de se laisser surprendre par l’humeur de la chef en cuisine!

La Struk est le repère des petits budgets qui aiment voyager curieux en mangeant un plat simple et typique dans un lieu sans chichi….  

Où se situe la Struk? Au 5 Skalinska ulica


Restaurant Otto et Frank, incontournable sur Tkalciceva ulica


Que ce soit pour le petit-déjeuner, un brunch, le déjeuner, le dîner ou un café ou un cocktail à siroter en soirée, le restaurant Otto et Frank sur l’incontournable Tkalciceva ulica. The place to be pour l’animation quasi permanente. La cuisine “fait maison” est très bonne et inventive, ce qui n’empêche pas d’allier qualité des produits et quantité satisfaisantes dans les assiettes, les serveurs professionnels et assez disponibles, à l’écoute des clients …

On y apprécie l’esprit “comfort food”, les plats gourmands et variant les goûts tout en respectant les ingrédients uniquement de saison, l’équipe dynamique en cuisine comme en salle, la grande variété des plats qui changent vraiment des restaurants attrape-touriste des autres villes de Croatie!

 


Konoba Didov San, des spécialités typiques  dans la ville Haute


Konoba Didov sanPour le côté typique, on  retient la konoba Didov San, auberge proposant une sélection de mets de Croatie centrale et surtout un éventail des spécialités dalmates pour ceux qui n’auraient pas l’occasion d’aller jusqu’au littoral lors de leur séjour). L’auberge affiche tous les codes de la konoba croate de référence : murs de pierre, tables et chaises et bancs en bois, service décontracté et souriant, plats traditionnels croates copieux et goûteux élaborés avec des produits frais.

L’indication “traditionnel” n’est pas un argument attrape-touristes  ici, puisque les konobas sont sélectionnées rigoureusement par rapport à des critères qui les obligent à respecter des éléments de décor, de comportements des serveurs et de préparation des plats selon des recettes du terroir tirées du savoir-faire local et transmises de génération en génération. Marija Antic, la chef, officie derrière les fourneaux pour préparer tous les plats selon la tradition de l’arrière-pays dalmate.

Konoba Didov San Zagreb cuisses de grenouillesOn y déguste le pain maison préparé dès le matin et cuit dans le four pendant  40 min sur les cendres. Les cuisses de grenouille sont aussi la grande tradition de Croatie centrale. Si on les apprécie en mars avril dans la région voisine de Lonjsko Polje où on les capture sur les bords de la Sava et de ses affluents, d’aucuns affirment que c’est à Didov San qu’on mange les meilleures cuisses de grenouille de Croatie! Elles sont préparées avec du prsut, le jambon fumé dalmate, et des aromates dont la chef a le secret (entre 15 et 20€ selon la préparation). Et il faut avouer que si on aime ce mets, elles sont très bonnes, charnues, fermes comme les aiment les amateurs de grenouilles sauvages bien différentes des cuisses congelées d’importation!

La grande fierté de Marija Antic est de ne préparer des plats qu’avec les produits les meilleurs de chaque région et en particulier ceux de Zagora en Dalmatie. Bien que la mer soit à plus de 3 heures, les calamars et la salade de poulpe sont délicieux et ultra frais. L’agneau et le veau Sač cuisinés à la péca et accommodés de pommes de terre dans le jus de viande constituent un plat de choix pour les carnivores qui ne veulent pas choisir entre les deux viandes : environ 200 kn pour deux!

 Comptez entre 40 et 90 kn ( pour les entrées et les apéritifs, entre 40 et 100 kn (6 – 15€) pour les plats “classiques” et jusqu’à 250 kn (35€) pour les plats les plus spéciaux ou élaborés, environ 25 kn (4,5€) le dessert. Et le petit plus dont on ne se lasse pas, le café turc avec ses loukoums, tradition qu’on retrouve encore dans les agrotourismes et les konobas, même si les cafés préfèrent servir un expresso.

11 Mletačka ulica dans la ville Haute

On y mange très bien des plats à l’ancienne dans le meilleur sens du terme et on peut découvrir en quelques plats la panoplie des mets qui définissent l’esprit de la cuisine croate.

 

Pri zvoncu ; manger de bons plats croates à Zagreb

Pri zvoncu est un restaurant dont on apprécie le parti pris de ne pas chercher à épater la galerie en réinventant les plats et en apportant un semblant de créativité au niveau des saveurs ou dans la présentation.  Si vous cherchez à être surpris ou embarqué dans une aventure culinaire, passez votre chemin. Ici, la cuisine est généreuse, simple, et “familiale” comme on l’aime quand on cherche à explorer ce que sont les traceurs de la cuisine croate du quotidien. Les spécialités du littoral et de la Croatie centrale y sont servies sans chichi et c’est ce que je préfère finalement! Les mix grills sont si copieux qu’on mange à trois aisément avec un seul plat, constitué de viandes variées (porc, agneau, boeuf), de cevapcici et autres saucisses accompagnés de tranches d’oignons blancs et de pommes de terre.

Zagreb konoba Pri zvoncu mix grill

Le décor rappelle l’identité de la konoba. Les tables et chaises sont confortables et les serveurs attentionnés. En été, la terrasse extérieure ombragée est vraiment très agréable le soir!


Mali Bar chez Ana Ugarković ; esprit Tapas et cuisine du monde


Mali Bar ZagrebMali Bar, l’antre d’Ana Ugarković ; une chef très connue et de talent … Le concept de son bistrot s’inspire des auberges basques espagnoles où l’on partage entre amis un repas avec des sortes de tapas sur des tranches de pain, même s’il y a aussi des plats qui s’inspirent de la cuisine du monde avec le poulet teriyaki au riz basmati, l’un des plats les plus appréciés. Tous les ingrédients composant les tapas et les plats sont frais et de qualité. Ana Ugarković se fournit d’ailleurs au Marché de Dolac pour s’assurer d’avoir les meilleurs produits de saison.

Le décor est très minimaliste pour mettre la nourriture et les boissons au centre des échanges entre clients et l’atmosphère vraiment conviviale. On y mange très bien et le budget reste accessible malgré la popularité du Mali Bar. Les plat sont très jolis visuellement et gustativement très intéressants. Comptez entre 25 et 50 kn (4 à 7€) pour les entrées et les desserts, entre 70 et 130 kn (9 – 20€) pour les plats.

Une bonne adresse où les produits du marché de Dolac sont magnifiés avec justesse


Zrno Bio Bistro : le rendez-vous vegan à Zagreb


Pour les vegans, les bases de la cuisine croate servie dans les restaurants peut vite tourner au calvaire. A Zagreb, les restos végétariens et végétaliens fleurissent. Et parmi les meilleurs, Zrno Bio Bistro. Esprit tendance pour une cuisine qui est à la fois innovante et respectueuse des fondamentaux de la slow food.

Le décor est épuré, l’ambiance relaxante, le service discret et efficace et les plats bons et variés. On ne peut que regretter le manque de plats spécifiquement croates, mais la qualité des matières premières et leur préparation sont enthousiasmants! Les assiettes sont colorées, bien présentées et appétissantes y compris si on n’est pas amateur de légumes!

Préparez au mieux votre voyage en Croatie

N’attendez plus pour télécharger gratuitement nos Ebooks dédiés à l’hébergement et aux conseils de voyage en Croatie et consulter le guide pratique et le forum si vous avez la moindre question.

Pour réserver vos vacances en Croatie au meilleur prix (séjour clé en main ou sur mesure, avion, transports, hébergements, activités sur place…) sans y passer un temps fou, accédez aux offres et comparateurs retenus pour leur sérieux et leur rapport qualité/prix.



Partager

A propos de l'auteur

Voyageuse dès le berceau, je nourris un amour viscéral pour les pays d'Europe centrale et orientale, avec une prédilection pour les Balkans (notamment l'Ex-Yougoslavie...). Dans ces terres, qui m'ont enseigné beaucoup de leçons, au fil de quinze ans de découvertes, de rencontres et de hasards… je me retrouve parfois… tant elles sont insoumises, contrastées, passionnelles et contradictoires. J’essaie de me montrer curieuse de tout, de mettre de côté mes idées reçues, de découvrir les pays depuis les sites incontournables jusqu’aux plus inattendus, insolites ou traditionnels quitte à me perdre pour mieux me laisser surprendre. Je privilégie les rencontres, repas et hébergements chez les habitants, pour explorer les traditions, les cultures, l’histoire et les plaisirs culinaires typiques. J'essaie de faire d'Ideoz un espace éclectique et tourné vers les échanges et la rencontre avec les différences. Historienne, anthropologue et ethnologue de formation.   Me contacter par mail? En savoir plus sur moi et sur le projet IDEOZ Voyage...

2 commentaires

  1. Pingback: Visiter la croatie en une semaine: itinéraires en Croatie

  2. Pingback: Une semaine en Croatie au départ de Zagreb en passant par l'Istrie et Krk

Leave A Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.