542 vues

Brancusi: Plongée dans son atelier au Centre Georges Pompidou de Paris

3

Coup de projecteur sur un grand artiste roumain, sculpteur à la renommée mondiale et à la trajectoire exceptionnelle : Constantin Brancusi. C’est en effet à  Brancusi que le Centre Pompidou de Paris consacre une exposition jusqu’au 25 Janvier 2011… Cette exposition offre un bel échantillon de la collection de ses oeuvres que l’on peut découvrir surtout entre le Musée National de Bucarest, le Musée d’art moderne de New York et le musée à ciel ouvert dans la ville de Targu Jiu

brancusi

atelier brancusi

Constantin Brancusi Autoportrait dans l’atelier, vers 1933-34

Négatif gélatino-argentique sur verre, 12×9 cm

Vue de l’atelier Brancusi, reconstitué par Renzo Piano,

1997 © Adagp, Paris

Certains éléments de ces photos vous mettent peut-être la puce à l’oreille. Eh oui, c’est bien de Constantin Brancusi dont nous allons parler aujourd’hui
A découvrir : l’exposition qui lui est consacrée au Centre Georges Pompidou, à Paris. Une collection constituée de 137 sculptures, 87 socles, 41 dessins, deux peintures et plus de 1600 plaques photographiques de verre et tirages originaux est présentée.

 

Constantin Brâncuşi photographié par Edward Steichen dans son atelier de Voulangis, en 1922. Photo : Wikipedia

Constantin Brancusi (Brâncuşi) est né en Roumanie en 1876, dans un petit village d’Olténie près de Targu Jiu aux pieds des Carpates, au sein d’un monde rural et archaïque. Très jeune, il quitte son village natal et, en 1894, entre à l’École des arts et métiers de Craiova où il est admis l’année suivante dans l’atelier de sculpture puis dans celui de sculpture sur bois. En 1898, il entre à l’École des Beaux-arts de Bucarest. En 1904, il traverse une partie de l’Europe pour rejoindre Munich, où il s’arrête quelque temps à la Kunstakademie, avant d’arriver à Paris le 14 juillet.
Dès son arrivée à Paris, il poursuit sa formation à l’École des Beaux-arts dans l’atelier d’un sculpteur académique reconnu : Antonin Mercié. En 1906-1907, diplômé des beaux-arts, il expose au Salon d’Automne. Auguste Rodin, président du jury, remarque son travail et lui propose de devenir metteur au point dans son atelier. A cette époque Rodin jouit d’une reconnaissance internationale et près de cinquante assistants travaillent pour lui.
Un mois dans l’atelier de Rodin lui suffit pour estimer qu’ ” il ne pousse rien à l’ombre des grands arbres “.
Suit une période difficile pour définir son propre engagement d’artiste : ” Ce furent les années les plus dures, les années de recherche, les années où je devais trouver mon chemin propre “.
Brancusi est issu d’un monde archaïque et d’une tradition millénaire de la taille du bois. Pour le sculpteur, ” c’est la texture même du matériau qui commande le thème et la forme qui doivent tous deux sortir de la matière et non lui être imposés de l’extérieur “. D’où la différence essentielle avec Rodin. Brancusi n’est pas un créateur mas un intercesseur, capable de révéler au sein du matériau qu’il utilise ” l’essence cosmique de la matière “.

Brancusi ; le paradoxe de la modernité

Après avoir découvert les thèmes majeurs de son œuvre entre 1909 et 1925 (Le Baiser, L’Oiseau, La Colonne sans fin, Les Coqs…), Brancusi ne fera que les reprendre inlassablement, souvent avec d’infimes variations.
Au sein de la modernité en train de se constituer, les mouvements d’avant-garde ont peu d’influence sur son travail. Il est davantage intéressé par les bois sculptés de Gauguin. En réalité, il ne rencontre pas vraiment de modèle dans la sculpture occidentale et, comme le font nombre d’artistes de son époque, il s’intéresse à d’autres civilisations.
Dans le même temps, il est profondément ancré dans une pensée qui structure tout l’art du vingtième siècle, depuis Kandinsky, Mondrian ou Malevitch, jusqu’à Yves Klein, Richard Serra ou les artistes minimalistes américains des années soixante.
La sérialité potentiellement infinie des Colonnes et l’importance que Brancusi accorde à la perception de l’espace dans lequel ses œuvres s’inscrivent définiront une grande partie de la sculpture contemporaine à partir des années cinquante.
Autre correspondance avec la modernité : en 1926, lors de son premier voyage à New York, Brancusi souhaite ériger une Colonne sans fin monumentale au cœur même de Central Park. En 1956 c’est une Colonne haute de 400 mètres qu’il souhaitera réaliser à Chicago.

Brancusi, l’atelier, son oeuvre

Depuis l’unique atelier du 8 impasse Ronsin, jusqu’à l’ensemble des ateliers du numéro 11 tels qu’ils ont été légués par l’artiste avant sa mort, Brancusi a accordé une importance capitale à la relation de ses sculptures avec l’espace qui les contient. Dès les années 1910, en disposant des sculptures dans une étroite relation spatiale, il crée au sein de l’atelier des œuvres nouvelles qu’il nomme groupes mobiles, signifiant ainsi l’importance du lien des œuvres entre elles et les possibilités de mobilité de chacune au sein de l’ensemble.
En 1922, Brancusi n’a pu se rendre à New York pour l’exposition Exhibition Contemporary French Art où vingt-et-une de ses sculptures sont exposées. Des photographies de la présentation de ses œuvres lui sont envoyées. Disposées contre les murs et mélangées à celles d’autres artistes, elles lui apparaissent comme des objets inertes tant elles ont perdu leur capacité d’expansion dans l’espace. Cet incident le conforte dans l’idée que l’atelier est un espace privilégié pour l’élaboration et la perception de ses sculptures.
A partir des années vingt, l’atelier devient le lieu de présentation de son travail et une œuvre d’art à part entière, un corps constitué de cellules qui se génèrent les unes les autres. Cette expérience du regard à l’intérieur de l’atelier vers chacune des sculptures pour constituer un ensemble de relations spatiales conduit Brancusi à remanier quotidiennement leur place pour parvenir à l’unité qui lui parait la plus juste.
A la fin de sa vie, Brancusi ne produit plus de sculptures pour se concentrer sur leur seule relation au sein de l’atelier. Cette proximité devient si essentielle, que l’artiste ne souhaite plus exposer et, quand il vend une œuvre, il la remplace par son tirage en plâtre pour ne pas perdre l’unité de l’ensemble.

Découvrez la ville de Brancusi : Tirgu Jiu ou Targu Jiu

Exposition jusqu’au 25 janvier 2011, de 14 h 00 à 18 h 00, Galerie de l’Atelier Brancusi. Entrée libre.

Pour aller plus loin sur Brancusi :

Où découvrir les oeuvres de Brancusi ?



Partager

A propos de l'auteur

Journaliste en France depuis quatre ans, j'ai fait un premier voyage en Roumanie il y a quelques mois. Et ce fut un coup de coeur. J'ai décidé d'ouvrir un blog sur ce pays. L'objectif étant de poser un autre regard sur la Roumanie, mon regard, loin des clichés qui restent parfois vivaces en France. Traitant principalement de l'actualité roumaine, je souhaite aussi parler de sa culture, de ses villes et de ses habitants et de son dynamisme.___________________________________________________________________________________________________________ A découvrir le blog : Une autre Roumanie__________________________________________________________________________________________________________ Contacter Séverine sur sa messagerie

3 commentaires

  1. C’est en effet une visite tranquille (et gratuite) j’y passe régulièrement en attendant la séance au cinéma MK2 Beaubourg qi est juste en face et qui a une excellente programmation
    miriam

  2. Si j’habitais Paris, j’y serais allée. La sculpture m’a toujours fascinée. Plus encore que la peinture. C’est une façon de jouer avec l’espace et la lumière.

Leave A Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Besoin d'aide pour préparer un séjour ?

Remplissez le formulaire ci-dessous avec le plus de détails possible pour que nous puissions vous répondre dans les plus brefs délais.


Nous partageons nos expériences et conseils gratuits avec vous! Exprimez vos besoins!