Sur les chemins de Compostelle : Du cap Finistère aux brumes de Galice

Sur les chemins de Compostelle : Du cap Finistère aux brumes de Galice … Un voyage émouvant et très particulier dans le Nord de l’Espagne sur les pas de Armelle Barguillet Hauteloire… 

Cap Finisterre

Au Dyc, les idées s’échangent, les projets s’échafaudent grâce aux expériences de croisière déjà vécues ensemble. Ce sera le cas des équipages de Ma Banga et de Sun Chris qui souhaitent partager une équipée lointaine. Notre choix s’étant porté sur l’Espagne, dont le charme des côtes de Galice nous avait été vanté, nous décidons, d’un commun accord, de l’envisager pour le mois d’août 2005. Il est impossible de résumer en quelques lignes trente jours d’un journal de bord où seront consignées de multiples impressions et anecdotes, mais on peut essayer de faire partager quelques-uns des moments forts qui ont marqué ce qui peut prendre la forme d’un pèlerinage à St Jacques de Compostelle – lieu de rassemblement depuis la nuit des temps – par mer.


Ayant appareillé le 1er août, nous étions le 6 dans les parages mouvementés du cap Finistère breton avec de magnifiques trains de vagues nous propulsant à 10 –12 nœuds et un bon force 6-7 avec rafales, qui nous obligera à réduire la toile à deux ris et à nous harnacher court, sur cette mer puissante aux lourdes lames, mais Sun Chris saura étaler fièrement. Tout s’apaise le soir alors qu’apparaissent dans le lointain les dômes bleutés des monts d’Espagne, grand moment de satisfaction avant d’accoster, dans une poignée d’heures, à la Corogne. Bientôt nous voyons surgir le golf profond et se profiler le museau de la longue digue derrière laquelle se cache la Marina. Ayant posé pied à terre, nous ne résistons pas à prendre le chemin de la vieille ville dont les murs d’enceinte et les remparts m’évoquent la cité corsaire, chère à ma mémoire, pour aller déguster dans l’un des innombrables petits restaurants, fruits de mer, poissons, crustacés, accompagnés d’un bon vin de terroir.

Mais, dès le lendemain, après une nuit de récupération, nous reprenons la mer en direction de Bayona, le point le plus au sud de notre périple, où nos amis de Ma Banga – partis une semaine avant nous – nous attendent. Nous allons, pendant quelques heures, manœuvrer pour arrondir les pointes d’une côte hérissée de caps et dépasser le plus mythique d’entre eux le Cabo Finisterre que nous apercevons chapeauté d’une brume violette. Bientôt un épais brouillard nous enveloppe et le vent s’oriente ouest nous obligeant à remonter au près, ce qui accentue l’impression de fraîcheur et d’humidité. Désormais nous ne distinguons plus rien à dix mètres et évoluons dans une atmosphère réduite et cotonneuse. L’eau a pris une teinte grise. Sommes-nous en Ecosse ou en Irlande ? Contraste saisissant après la chaleur du jour. Le spectacle le plus inattendu nous est offert par un ballet de dauphins, sautant, se frottant contre la coque, nous devançant parfois à la pointe de l’étrave. Puis la nuit s’installe, ne nous laissant plus deviner que le pinceau des phares trouant la brume ouatée.

Au lever du jour de ce lundi 8 août, la mer est calme, l’air doux et c’est sous un ciel enfin bleu que se profile un cirque posé dans l’écrin des montagnes qui le ceint, Bayona. A l’approche de la Marina, le panorama ressemble à un immense lac d’Annecy entouré de sommets, dont on aurait adouci les cimes. Deux silhouettes font de grands gestes au bout d’un ponton : Martial et Françoise viennent prendre les amarres, il est 10h30.

Après la visite de la vieille cité bâtie sur le roc, que Gustave IX fit édifier pour protéger la population des incursions et des razzias des barbaresques qui, à l’époque, écumaient la Méditerranée et se risquaient jusque sur ces côtes pour y trouver, par le pillage, butins et trésors.  Le surlendemain nous nous rendons dans le pittoresque archipel des îles Ciès posé sur des eaux comparables à celles des plus beaux lagons des mers coralliennes, dont le calme flot vient franger des plages blanches, où ne manquent que quelques cocotiers penchés. Après les belles Ciès, ce sera le petit port de Muros où nous passerons une soirée dans un agréable restaurant à tapas, en écoutant une trentaine de musiciens et chanteurs nous offrir un véritable récital de musique celtique digne du festival de Lorient, preuve de l’ancrage des Celtes sur cette terre atlantique. Le lendemain sera consacré à St Jacques de Compostelle, cité de pierre d’où surgissent les flèches des églises et des cathédrales, toute une architecture flamboyante et baroque. Le clou est assurément la place de la basilique et  l’imposant parador des rois catholiques. En ce 15 août, hélas ! on se croirait au Mont Saint-Michel. Même affluence, mêmes crépitements des flashs, si bien qu’au retour Muros nous semble pareil à un coquillage endormi au bord de ses vagues.

A quelques jours de là, le temps est venu de nous séparer de deux de nos équipiers qui regagnent la France, tandis que, de conserve avec Ma Banga, nous nous acheminons vers le dernier port du continent espagnol au nord de la Galice : Camarinas. Nous pensions effectuer une ballade côtière touristique par temps de demoiselle, mais l’euphorie sera de courte durée, car plus nous approchons du cape, plus la mer se creuse et nous nous retrouvons très vite dans un phénomène de ras, bassine agitée nous gratifiant de quelques magistrales douches et vagues brutales qui emportent le sac du genaker avec sa voile. Puis, en levant la tête, nous constatons que, sur la deuxième barre de flèche, le réflecteur radar a disparu. Coup de barre à bâbord pour nous dégager sur un long bord, le vent étant monté de 15 à 28 nœuds, soulevant une mer très hachée sous un ciel d’or. On imagine sans peine ces parages par force 8 ou 9. Le “cabo Finisterre” est fidèle à sa réputation. Pendant trois heures, nous ressentirons les effets pour, à l’approche de Camarinas, nous glisser dans la Ria, golf aux eaux sereines, étreint par de majestueuses montagnes. Cette aventure galicienne sera scellée par un bon repas avec nos amis de Ma Banga dans l’unique auberge du port, qui fait également office de yacht-club. Il y aurait beaucoup à dire sur le retour, mais si l’espace du grand large est infini, celui de la revue de notre DYC ne l’est pas et la page a vite ses limites. Laissons donc à nos lecteurs la faculté d’imaginer ce bonheur, que beaucoup connaissent et partagent, de l’intimité avec la mer, des nuits balisées d’étoiles et des jours passés à négocier avec le vent et la longue houle de l’Atlantique.

Sur les chemins de Compostelle : Du cap Finistère aux brumes de Galice 1

Yves BARGUILLET

Cet article est paru dans ” LE CARNET de BORD ” du Deauville Yacht Club 2005-2006.

 342 Visites au total,  1 aujourd'hui

3 réflexions sur “Sur les chemins de Compostelle : Du cap Finistère aux brumes de Galice”

  1. Elles viennent d’un site qui les protège (ce sont des systèmes de code pour éviter les reprises par copier coller), du coup, elles disparaissent… (hélas) ce qui suppose que je vais devoir les mettre sur le site manuellement et les réinsérer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *