786 vues

Le pont sur la Drina d’Ivo Andric : mieux comprendre les Balkans

3

Un pont sur la Drina à Visegrad… Tout un symbole, un lieu de rencontres et d’affrontements… Ivo Andric libre un roman qui permet de mieux comprendre les peuples des Balkans et les problèmes de l’ancienne Yougoslavie qui expliqueront l’explosion du pays dans les années 90.


Le pont sur la Drina d’Ivo Andric

Une oeuvre majeure pour mieux comprendre l’ex Yougoslavie


 le pont sur la drina Ivo AndricPrès de cinquante ans avant la destruction du pont historique de Mostar, Ivo Andric, nous racontait l’histoire des Balkans en situant son récit sur le pont de Visegrad – localité frontalière entre la Bosnie et la Serbie où il a passé une partie de son enfance. Ce pont est le symbole des Balkans, le lieu – la kipia – où se rencontre les communautés religieuses qui composent la population de cette région en ébullition récurrente : les musulmans, les chrétiens orthodoxes et les juifs mais aussi les diverses nationalités qui se mêlent dans la région : Serbes, Croates, Bosniaques, Autrichiens et autres peuplades venues du monde islamique.

Ivo Andric rêvait d’un peuple balkanique uni mais devait bien imaginer en écrivant son roman que les remous de l’histoire rattraperaient bien un jour ces peuplades périodiquement massacrées par la puissance dominante du moment. Le pont sur la Drina, c’est le lieu de rencontre ou d’affrontements, selon les périodes, entre le Saint Empire Germanique et l’Empire Ottoman et, même après l’effondrement de ces empires, leurs reliques ont perpétué les mœurs ancestraux et les conflits endémiques.

C’est une œuvre magnifique de la littérature des Balkans que livre Ivo Andric, une œuvre qui permet de comprendre tous les problèmes que cette région connaît régulièrement mais aussi l’histoire d’un peuple multiple où tous les excès et toutes les exactions ont été commis. S’il ne devait y avoir qu’un livre à découvrir pour appréhender la réalité des Balkans, cette terre de violence et de contradictions, ce serait bien Le pont sur la Drina d’Ivo Andric.

 

andric pont drina visegrad



Partager

A propos de l'auteur

Retraité depuis juin 2007, je suis un dirigeant sportif très impliqué mais surtout un passionné des littératures du monde. "La littérature pour passion, le sport pour engagement" De formation historienne, maîtrise, que je n'ai jamais utilisée dans mon job que j'ai exercé pendant plus de 33 ans dans une institution qui se préoccupe de l'économie et de la vie des entreprises.

3 commentaires

  1. Denis Billamboz on

    C’est un rêve depuis que j’ai lu ce livre d’aller, un jour, arpenter ce pont désormais célèbre.

    Je l’ai utilisé dans un long texte que j’ai écrit, comme cadre d’un rencontre impossible entre quelques écrivains de l’ex-Yougoslavie. Peut-être qu’il sera publié un jour.

  2. Valérie Battaglia on

    Impossible de comprendre les Balkans sans lire Andric. Du Pont sur la Drina en passant par les Chroniques de Travnik, et les nouvelles et les autres écrits. Emir Kusturica dans son autobiographie en parle superbement. Et puis, il faut s’asseoir sur le pont de Visegrad, voir la Drina, respirer et on comprend…

Leave A Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.