Aller au contenu

Les signes pourpres d’Armelle Barguillet Hauteloire : Récit de voyage africain

Votre séjour en Croatie est unique ; notre expertise l’est aussi! Pour mieux préparer vos vacances, consultez le guide voyage Croatie et téléchargez les Ebooks gratuits : conseils pratiques, idées de visites et bonnes adresses.  

 

les signes pourpres armelle barguillet

Les signes pourpres est un récit de voyage sur l’Afrique d’Armelle Barguillet. Ce récit consacré à l’Afrique est son treizième ouvrage. A travers l’existence d’un médecin-missionnaire, une ode à l’Afrique et à ses populations et la vision d’un continent qui remet l’homme dans la perspective de ses origines, tout en lui restituant sa richesse patrimoniale.


Les signes pourpres, récit de voyage africain d’Armelle Barguillet

Lors d’un séjour dans sa maison natale en Normandie, Aubin raconte à ses neveux les grands moments de son existence de médecin et missionnaire en Afrique. Après un service militaire consacré à soigner les malades dans les coins les plus reculés du sud algérien, diverses rencontres, dont celle d’un vieux Kabyle, vont l’inciter à devenir Père Blanc pour se mettre au service des autres.

 » C’est au contact des populations – pour la plupart musulmanes – que l’amour de ma propre religion m’était remonté au coeur. En écoutant la voix du muezzin invitant à la prière, il m’avait plu de me re-souvenir de l’appel au recueillement et à l’office qu’est, dans le moindre village français, le carillon de l’église« .

Ordonné prêtre à Carthage, il avait été, dans un premier temps, envoyé au Soudan pour y soigner les lépreux, puis au Kenya auprès des tribus Kikuyu et Massaï.

massai afrique

 » Les Massaï appartenaient à ces rares populations qui avaient eu la bonne fortune de passer au travers des filets tendus par les Arabes, puis les Européens, qui faisaient d’eux un commerce lucratif, et, ayant survécu à leurs incursions, continuaient à promener inlassablement dans ces espaces solitaires, où surgissent inopinément un volcan, une montagne, un lac, leur orgueilleuse indépendance. Ils me séduisirent dès l’abord et comment en aurait-il été autrement ? Ils avaient pour eux la vaillance, la fierté, l’altière beauté, l’indéniable sagesse. Cette sagesse que je cherchais depuis que j’avais vu des peuples, aussi civilisés que ceux du continent européen, s’entre-tuer avec une sauvagerie sans pareille et employer leur intelligence, entraînée à tous les exercices de l’esprit, à inventer les armes les plus cruelles pour se détruire« .

C’est au centre de soins de Manameru qu’Aubin va faire la connaissance de Moye, un jeune massaï de 15 ans, en phase d’initiation, que le laibon ( le chef religieux de sa tribu ) amenait au centre pour une blessure qui se révélera être sans gravité. Ce chef va charger le missionnaire d’apprendre à l’adolescent la lecture et l’écriture car – dit-il – ce garçon est exceptionnel. « Il sera appelé un jour à être le guide de sa tribu. (…)  Aujourd’hui, celui qui veut sauvegarder sa liberté doit être capable de la défendre, non seulement avec son courage et ses armes, mais grâce à son intelligence et à son savoir« .

Je m’appelle Moye.
J’appartiens au peuple nomade des Massaï.
Aussi suis-je un adolescent sans pays.
Forêts, savanes, déserts se succèdent au rythme de mon pas.
Si rien n’entrave mon courage,
c’est que je suis murran autant que Massaï, ce qui signifie guerrier.
J’ai charge de protéger ma tribu et je ne baisse les yeux
ni devant l’homme vindicatif, ni devant le fauve redoutable.
Ma lance est contre ma cuisse,
ma chevelure enduite d’argile rouge.
Quand s’annonce un combat,
j
e bande mes muscles, affûte mon regard, même le temps n’a pas prise sur moi.
Arrête-t-on le flot de la mer, la force du vent,
le courant du fleuve, les convulsions du volcan ? Non !
Alors on n’arrête pas davantage la marche du peuple Massaï.
Ce peuple navigue avec le ciel,
où chaque chose est en mouvement.
C’est pourquoi notre pays est sans orée, et sans horizon,
et nos terres innombrables.
Elles s’étendent des montagnes jusques aux sables.
Les animaux de la création y demeurent,
les fleuves et les lacs y abondent,
les arbres les plus rares y étendent leurs ombrages.
Ici, la plaine ondule sous les bouquets de palmes,
alors que sur la cime la plus haute,
règne le dieu au visage impavide.
Il veille sur les étendues sans fin,
fait verdir les pâtures, naître les vents,
tomber les pluies qui étanchent la soif.
A l’heure du matin,
il donne aux guerriers force et audace,
aux vieillards, à l’heure du soir, consolation et espoir.
Paroles de Massaï.

Mais un événement va soudain bouleverser les plans : le mariage raté de la douce Yankihi, jeune fille d’une tribu sédentaire kikuyu et de Noro, un Massaï ayant achevé son temps d’initiation, et remettre en cause les relations qu’Aubin entretenait avec cette tribu.

«  Quelques jours plus tard, j’avais été réveillé au milieu de la nuit par des cris. La petite école, qui se trouvait en face de l’église et du dispensaire, brûlait et les flammes crépitaient plus violemment que des armes à feu. Malgré l’aide active de la population, rien n’avait pu être sauvé. Notre école avait été réduite en cendres ».

A la suite de cet événement, Aubin sauvera Moye d’une péritonite et l’amitié entre le missionnaire et l’adolescent prendra une dimension tout autre, renforcée par le partage de faits surprenants. C’est ainsi que Moye sensibilisera Aubin au monde animal et lui permettra d’appréhender désormais l’Afrique comme une terre initiatrice qui remet l’homme dans la perspective de ses origines.

 » Moye ne craignait nullement de traverser la savane de jour comme de nuit et de parcourir des dizaines de kilomètres – les nomades sont des marcheurs impénitents, mais, par prudence, surtout le soir, il tapait sur le sol des coups répétés avec sa lance ou son bâton de berger, de manière à faire fuir les fauves, ceux-ci ne s’attaquant à l’homme qu’en de rares occasions ».

Parvenu à la fin d’un récit riche en aventures diverses, Aubin pourra affirmer à son auditoire que l’Afrique a eu le mérite de le guérir des doutes que le monde occidental avait levés en lui :
 » Son désert me rendit la foi, son silence, l’écoute intérieure, sa population, la ferveur, son monde animal, la joie. »

En effet, les nomades ont su protéger les déserts, économiser la savane ; ils n’ont pollué ni les lacs, ni les fleuves, ni les mers. Et pourtant, aux yeux des sédentaires, les non sédentaires sont toujours coupables. Si bien que les Massaï, comme les Samburu, ces vagabonds, qui ne connaissent pas de frontières, ont été sommés de se sédentariser et de devenir cultivateurs. Ce n’est ni plus, ni moins, que l’obligation de choisir entre deux maux : creuser ou crever. Pour eux existe-t-il un pays où la joie cessera enfin d’être blessée ?

Ce treizième ouvrage se veut une ode à l’Afrique, à son passé, son avenir, ses montagnes, son ciel pur, son soleil, les grandes lignes de ses déserts, les flots d’azur qui la baignent.

Quand Armelle Barguillet Hauteloire conjugue culture et voyage… LES MOTS, nous les aimons pour eux-mêmes, leur sonorité, leur beauté, leur velouté, leur fraîcheur, leur
hardiesse, leur insolence, leur curiosité, leur dureté, leur volupté, leur rigueur.
Différemment des notes et des couleurs qui touchent d’abord notre sensibilité, ils ont vocation à transmettre, informer, émouvoir, expliquer, séduire, irriter, formuler les idées, forger les
concepts, instaurer le dialogue.
Ainsi nous conduisent-ils vers l’autre, l’absent, l’étranger, l’inconnu, l’exilé.

Parce qu’ils disent qui il est, comment est le monde, pourquoi est la vie, qu’ils gomment les distances, comblent les vides, dévoilent les énigmes, suggèrent le mystère, ils sont nos
courroies de transmission, nos outils journaliers.

L’avis de Denis Billamboz sur Les signes pourpres

ARMELLE BARGUILLET HAUTELOIRE

Armelle Barguillet, je l’ai rencontrée sur Esprits Libres et quand elle a publié Les signes pourpres, j’ai eu envie de le lire pour me faire une idée de son travail d’auteur. Et, je n’ai pas été déçu car ce livre est très ambitieux, il aborde de nombreux problèmes concernant l’Afrique mais surtout son authenticité, sa spiritualité, son mysticisme qui sont comme un contrepoids à notre société de consommation. Bien sûr, ce livre ne peut pas faire l’unanimité car l’auteur prend position mais il a le mérite de soulever les problèmes et de mettre le doigt là où ça fait mal. Mais je l’ai surtout apprécié parce qu’il remet l’homme au centre du monde car dans le monde extrême, comme le désert, on est souvent seul face à ses vices et ses vertus, seul face à soi-même, seul face à son avenir ici et au-delà car l’au-delà commence déjà sur cette terre.

« Son désert me rendit la foi,

Son silence, l’écoute intérieure,

Sa population, la ferveur,

Son monde animal, la joie. »

Sur le bord de la Touques, en Normandie, Aubin, missionnaire en Afrique, raconte sa vie, comment après la guerre, pour cicatriser les plaies et oublier les frustrations laissées par ce conflit sanguinaire, il partit pour l’Algérie exercer la médecine. Et, comment, au contact du désert et des Touaregs, il découvrit la spiritualité, la grâce, la foi et enfin la vocation qu’il transforma rapidement en apostolat par des études religieuses. Il fut alors envoyé en mission au Soudan où il dut faire face au conflit qui opposait déjà les peuples arabes du Nord aux peuplades noires du Sud, avant d’être envoyé au Kenya où il rencontra les Massaï et les Kikuyu que Karen Blixen avait déjà côtoyés quelques décennies auparavant.

A travers son récit, car Armelle présente son livre comme un « Récit africain », et non comme un  roman, parce qu’elle sait bien que la tradition orale est fondatrice de toute la culture africaine et qu’il faut écouter celui qui raconte et Aubin, à son tour, raconte l’Afrique telle qu’il l’a vue mais à travers un double regard. Celui du cardinal  de Lavigerie qui exerça à Alger et qui rêvait d’une Afrique multiethnique, pluriculturelle mais chrétienne et un autre regard, plus distancié, plus acéré, plus personnel, qui scrute ce continent jusqu’au fond des âges pour y retrouver les peuples premiers qui sillonnent encore aujourd’hui le désert où les hauts plateaux rifains. Ce regard qui perce les âmes pour capter toute la spiritualité, tout le sacré qui résident encore dans ces peuples condamner par la civilisation actuelle.

A travers l’histoire de ces peuples, Armelle évoque avec une certaine nostalgie l’Algérie chrétienne, non seulement française, mais l’Algérie étendue à l’ensemble du Maghreb au temps au Saint Augustin professait sur le continent et où la chrétienté rayonnait avant l’islamisation. Cette Algérie où les divers peuples berbères sont encore là pour témoigner de la culture pré islamique et de l’existence d’une spiritualité qui a conservé sa pureté originelle. Mais à ce regard, je préfère le regard qu’Aubin porte sur le monde en marche, celui des Touaregs et des Massaï, qui perpétue l’Afrique des origines, l’Afrique authentique, vraie, sincère, l’Afrique révélatrice de toutes les vertus et de tous les vices de l’humanité, l’Afrique où  «tous les désespoirs et toutes les espérances y sont possibles, … »

Difficile de résumer ce livre petit mais extrêmement dense. On voit immédiatement qu’Armelle a déjà exercé ses talents d’essayiste car le récit est très argumenté et très didactique, il veut montrer, exposer, pour expliquer et ensuite convaincre. Le livre est indéniablement un plaidoyer pour l’Afrique qui aurait pu être mais qui n’est pas et qui ne sera certainement jamais, une Afrique comme celle que le Cardinal de Lavigerie imaginait, un Afrique africaine mais chrétienne, humaniste mais pas forcément œcuménique. Mais derrière cette lecture un peu politique, il y a une lecture beaucoup plus spirituelle qui s’encombre moins de considérations religieuses et qui s’intéresse plus au sacré et à la spiritualité. Une Afrique où l’essentiel est de croire, peu importe en qui ou en quoi, car de toute façon Dieu est en tout. Ainsi l’animiste nomade peut rejoindre le chrétien ou le musulman sans aucun problème et vivre avec lui dans une bonne intelligence. Oui, mais voilà quand Abel rencontre Caïn, quand Ouranos approche Chthonos, quand l’éleveur piétine les cultures du laboureur, la fille du Touareg ne peut pas vivre avec le fellah, la fille du Kikuyu repousse le Massaï et même le troupeau d’onyx répudie le jeune faon qui a été élevé par une lionne. L’intégration ne semble pas possible et chacun est condamné à vivre dans son clan.

C’est une vison un peu désabusée de cette Afrique pourtant si pure et si noble que nous livre Armelle, une Afrique qui sombre dans un certain chaos au rythme de la disparition de ses peuples premiers détenteurs des valeurs originelles du continent mais tant qu’il y aura des peuples en marche, il restera un espoir et la parabole de la lionne qui veut adopter une petite gazelle restera un rêve plausible et qu’« un jour le lion dormira avec l’agneau et (que) l’homme deviendra le frère de son ennemi. »

Et si Armelle a été essayiste, elle a aussi été poète, et son écriture et son style ne l’ont pas oublié, tout est toujours juste et le texte reste toujours fluide et limpide même si le sujet est, par moment, un peu ardu. Je crois que je rangerais ce livre à proximité de ceux de Taos Amrouche qui a tellement bien parlé de la Kabylie de sa famille, de son statut de chrétienne algérienne, de sa vie de femme à cheval sur deux cultures ; mais aussi à côté de ceux de Malika Mokeddem qui a admiré ces hommes qui marchent sans cesse dans le désert, de ceux de Ngugi wa Tiango qui a si bien parlé de ces peuples de l’Ouest africain et de tant d’autres…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

 

  1. Accueil
  2. /
  3. Derniers articles
  4. /
  5. GUIDE CULTUREL
  6. /
  7. Critiques de livres et...
  8. /
  9. Les signes pourpres d’Armelle...