Aller au contenu

film drame

4 mois 3 semaines 2 jours

4 mois 3 semaines 2 jours : un film instructif sur la Roumanie de Ceausescu

4 mois, 3 semaines, 2 jours est un drame social roumain, réalisé par Cristian Mungiu et récompensé en 2007 par la palme d’or à Cannes. Ce film met en lumière la société de Ceausescu, longtemps demeurée tabou pour le cinéma roumain. Aujourd’hui, Cristian Mingiu semble avoir ouvert la voie à un cinéma plus critique – au risque parfois de frôler la caricature néanmoins – sur la période communiste en Roumanie. Il peint le quotidien austère de deux jeunes femmes, étudiantes à l’université, aux prises avec un douloureux problème de grossesse avancée non désirée …

Le soliste de Joe Wright


solisteC’est non sans curiosité et un certain appétit que l’on est partit à la rencontre de ce Soliste. Le film est le troisième long-métrage de Joe Wright, réalisateur doué auteur d’une énième adaptation (mais très réussie) d’Orgueil et préjugé en 2005 puis du bouleversant Reviens-moi en 2007. Le cinéaste britannique délaisse les costumes (et Kieira Knightley) pour s’aventurer à Los Angeles, en quête de gloire peut-être, de reconnaissance plus sûrement. Dans la ligne de mire, les Oscars, c’est une évidence…

Lire la suite »Le soliste de Joe Wright

La Cité des douleurs (Beiqing chengshi) de Hou Hsiao-hsien

Tourné l’année de la levée de la loi martiale à Taiwan (88), La Cité des douleurs, dixième long-métrage de Hou Hsiao-hsien, témoigne dans un premier temps de la libération de la parole dans l’île. La censure est moins forte, les langues se délient et l’évocation des souffrances historiques subies par les habitants de Taïwan est maintenant possible.

Lire la suite »La Cité des douleurs (Beiqing chengshi) de Hou Hsiao-hsien

Shutter Island de Martin Scorsese : un vrai grand film, une grande claque!

En ces temps de disette cinématographique, quand les films qui sortent en salle nous paraissent tous plus médiocres, mauvais ou simplement ratés, se retrouver confronté à un vrai grand film nous assure immédiatement une grande claque. Il se passe avec Shutter Island, la même chose que pour A Serious Man des frères Coen ; ce sentiment de découvrir un film ample et maîtrisé de bout en bout. En ce début d’année 2010, il est donc bon de se réfugier vers quelques valeurs refuges. On pouvait être quelque peu insatisfait par les derniers films de Scorsese mais ce dernier démontre avec Shutter Island qu’il est toujours au sommet de son art.


Lire la suite »Shutter Island de Martin Scorsese : un vrai grand film, une grande claque!

La Rafle de Roselyne Bosch : bien pensant et pitoyable

Deux films viennent de se succéder à l’affiche des salles françaises qui racontent la seconde guerre mondiale sous un jour inédit au cinéma. Avec Liberté, Tony Gatlif raconte la persécution dont le peuple rom à été la victime pendant cet épisode sombre de l’Histoire. La démarche était autant sincère que nécessaire tant les roms sont des victimes presque snobées par les historiens.

Lire la suite »La Rafle de Roselyne Bosch : bien pensant et pitoyable

La Fille du RER d’André Téchiné : un film à thèse au cheminement intellectuel passionnant

Deux ans après Les Témoins, film fondamental qui évoque très brillamment toute l’histoire des années SIDA, de l’émergence du virus à aujourd’hui, André Téchiné nous revient. Le cinéaste s’intéresse avec La Fille du RER à un fait-divers qui défraya la chronique à l’été 2004. Au mois de juillet de cette année-là, une jeune femme prétend être victime d’une agression dans une rame du RER D. L’agression revêt un caractère antisémite bien que la victime ne soit pas de confession juive et suscite une excitation médiatique outrancière, largement instrumentalisée par les responsables politiques de l’époque et, en particulier, le cabinet du président Jacques Chirac.Lire la suite »La Fille du RER d’André Téchiné : un film à thèse au cheminement intellectuel passionnant

Les chats persans de Bahman Ghobadi : un film militant inabouti (cinéma iranien)

chats persans Bahman GhobadiLes chats persans, sorti en décembre 2009, semblerait être le film qu’il faudrait voir, et qu’on peut valablement opposer a la locomotive hollywoodienne de Cameron, Avatar 3D. Au lieu d’investir une somme colossale (500 millions de dollars) pour en faire une exploitation rentable, il s’agirait d’un réalisateur hors de la ligne pro-gouvernementale qui montre au monde les errements de son pays. Une œuvre saine, donc.Lire la suite »Les chats persans de Bahman Ghobadi : un film militant inabouti (cinéma iranien)

Biutiful d’Alejandro González Iñárritu ; un film misérabiliste (Cinema mexicain)

cinema mexicainAlejandro González Iñárritu, réalisateur et producteur, fer de lance du cinéma mexicain,  est désormais très attendu. Après Amours chiennes, 21 grammes, Babel, en 2006, González Iñárritu revient avec Biutiful, un long métrage qui était en compétition au festival de Cannes 2010. Dans ce drame sombre, le personnage central, Uxbal, interprété par Javier Bardem, est un marginal, un homme en chute libre, père de deux enfants, qui baigne dans un univers de corruption et de trafics multiples! Un homme face à son destin qui doit affronter les tempêtes de sa vie et défier la mort qui rode partout …

Lire la suite »Biutiful d’Alejandro González Iñárritu ; un film misérabiliste (Cinema mexicain)

Lebanon de Samuel Maoz : un parti-pris audacieux

Ils sont jeunes, ils sont quatre, ils sont en guerre et ils sont confinés à l’intérieur d’un char. Le premier film de Samuel Maoz adopte un parti-pris audacieux en choisissant de construire une heure trente de métrage sans jamais quitter l’espace de l’intérieur du tank. A t’on déjà assisté à un huis-clos aussi étroit (sinon Phone Game éventuellement) ?

Lire la suite »Lebanon de Samuel Maoz : un parti-pris audacieux

  1. Accueil
  2. /
  3. film drame