1 485 vues

Top 5 des meilleurs restaurants gastronomiques à Toulouse?

1

Restaurant Toulouse. Envie de passer un moment de bonheur à la table d’un chef étoilé à Toulouse? Bien manger à Toulouse et découvrir des tables d’excellence… Mais quels sont les meilleurs restaurants gastronomiques à Toulouse?

  • Restaurant Toulouse : Les Jardins de l’Opéra


     Aux jardins de l’opéra, Stéphane Tournié et son équipe proposent une cuisine gastronomique de qualité. Incontournable à Toulouse.
     Nous fêtions hier soir notre anniversaire de Pacs chez Stéphane Tournié aux Jardins de l’Opéra à Toulouse. Le chef y déploie une cuisine du Sud-Ouest modernisée, très réussie, avec un service attentionné et le tout dans un lieu emblématique de la Ville Rose, sous la verrière du Grand Hôtel de l’Opéra, place du Capitole. 
     
    restaurant toulouse jardins de l'opera
     
    Arrivés au dessert, j’ai pris une tartelette citron meringuée, coeur framboise (12 €), ce dernier atténuant l’aspect acidulé de l’habituelle tarte au citron. Pour sa part, Cher et Tendre a pris un biscuit pistache, compotée de mandarine et son sorbet (compris dans son menu). La dernière photo est celle des mignardises avec le café : macaron au chocolat, chocolat framboise et tartelette à la mangue.
     
     
    Au final, le dîner a coûté 281€ (dont le vin à 78 €) à deux, ce qui reste un assez bon rapport qualité / prix pour un restaurant étoilé… et pour l’excellente soirée que nous avons passée.
     
  • Le Bibent: la brasserie de Christian Constant


     

    Le Bibent est la brasserie de Christian Constant, chef étoilé qui est l’un des cuisiniers juges dans l’émission Top chef sur M6. Outre sa position idéale, sur la place du Capitole, le Bibent jouit d’une excellente réputation.
     Le Bibent: la brasserie de Christian Constant, restaurant incontournable à Toulouse
     Le montalbanais d’origine et chef médiatique Christian Constant a repris il y a quelques années l’une des adresses emblématiques à Toulouse, sur la place du Capitole, Le Bibent. Ce haut-lieu qui a vu passer Jean Jaurès sous ses plafonds Art Nouveau et dont le nom évoque en patois local le « bien boire » ne désemplit pas.
     Le Bibent: la brasserie de Christian Constant, restaurant incontournable à Toulouse
    J’y étais pour le déjeuner avec mon ami Camille qui a pris ce Paris-Brest et moi cette crème et mousse à la châtaigne (9€ le dessert). La carte en général garde l’esprit brasserie et l’adresse est incontournable pour les Toulousains comme pour les personnes de passage.
     Le Bibent: la brasserie de Christian Constant, restaurant incontournable à Toulouse
  • Restaurant gastronomique Metropolitan à Toulouse


     

    Pour la Saint-Valentin 2012, nous sommes allés dîner au Metropolitan à Toulouse. Il faut avouer que ce restaurant étoilé est assez mal situé, en périphérie de la ville rose (à proximité de la Cité de l’Espace) dans un environnement de cités pas très attrayant. C’est à peine si l’on ose abandonner sa voiture aux bandes qui tournent dans le quartier…
     
    Passé cet écueil, la soirée fut des plus agréables. Notre menu (70 €) comprenait une mise en bouche, deux entrées (), un plat, le fromage(en supplément, de chez Xavier, cela parlera aux Toulousains) et deux desserts : le premier était un opéra praliné – citron et son sorbet au fenouil. Sur la photo, la déco est constituée de chips de fenouil. Le sorbet plombait un tout petit peu l’opéra qui était extrêmement bon. 
     
    Le second dessert était une “déclinaison” autour de la citrouille : poêlée, crème légère et sorbet citrouille-vanille, crème caramel fleur de sel. Dans la quête des chefs à “désucrer” les desserts depuis quelques années, je trouve que le bouchon était poussé un peu loin et que le sorbet manquait de douceur. La crème caramel était quant à elle parfaite. 
     
     
    En attendant le café, nous avons eu droit à quelques mignardises dont d’excellentes guimauves (merveilleusement fondantes) au coquelicot. 
     
     
    Il y a un menu à 45€ en semaine seulement, nous avons pris celui à 70 € (accord des vins : + 28 €). Hors menu, nos desserts coûtent 18 et 19 € respectivement. Le chef s’appelle Jérémy Morin, il vient de chez Yannick Alléno au Meurice. Mets fins et excellemment présentés même si les parts sont un brin “chiches”, service attentionné, le tout reste à mon avis un peu cher pour une seule étoile au Michelin (et un emplacement qui “craint” un peu, soyons clair). Mais Cher et Tendre souhaite y revenir pour goûter aux autres plats 🙂
  • Le 7, place Saint-Sernin, à Toulouse


     

     
    Une adresse à laquelle nous nous rendons régulièrement à Toulouse, c’est le 7 place Saint-Sernin, qui est également le nom du restaurant de Benoît Cantaloube et propose une superbe vue sur la basilique. Le chef concocte le menu en fonction de ses produits du jour et de vos propres goûts (menu de l’évêque, 55 euros par personne). Nous y avons emmené ma belle-famille.
     
    Ce soir là, le dessert était ce croquant de fruits rouges, crème aux agrumes confits. Tiens tiens, c’était déjà le même gâteau lors d’une précédente visite… Petite déception également quand nous avons commandé les cafés. Trois des convives en ont pris, pas le quatrième. Et l’assiette de mignardises était elle-même faite pour trois personnes. Cela n’aurait pas changé grand chose d’en offrir pour le dernier invité…
  • Le “L”, restaurant gastronomique de Laurent Guillard Toulouse


     

     
    En 2011, nous sommes allés fêter en famille un événement heureux au L, le restaurant de Laurent Guillard à Toulouse (chef Gérard Potron). La carte était un peu réduite, ni l’angus ni le boeuf de Kobé n’étaient disponibles bien que l’établissement se targue d’un beau choix de viandes parmi les meilleures du monde. Mais la soirée s’est néanmoins bien déroulée et nous avons apprécié la table et le service.
     
    La présentation des plats s’inspire des tapas – nous sommes à Toulouse où les cultures espagnole et catalane sont fortes – d’où leur nom de “fingertaps”. Le seul reproche qu’on peut faire à ce restaurant qui louche d’évidence sur sa première étoile est qu’un peu plus de sobriété dans la présentation ne serait pas malvenue. Ainsi, nos desserts, tous fort bons, tous à des prix corrects (entre 5 et 9 euros à la carte) ont néanmoins une apparence un peu pompeuse, surchargée. Pour ma part, j’avais pris une délicieuse compotée d’abricots, sorbet aux agrumes, croustillant de meringue. Et franchement, le “vrai” pavé sur lequel reposait la quenelle était vraiment superflu.
     
    Même chose pour ma mère qui avait prix des beignets à la ganache présentés dans un coffre au trésor peu pratique à manipuler. Quant au gâteau au chocolat de Cher et Tendre, il était posé sur un énorme pavé de verre aussi peu pratique qu’en vérité inesthétique. À côté, l’assiette de sorbets (dont l’un aux herbes du jardin) était d’une rafraîchissante sobriété. Heureusement, tout était fort bon mais il faut vraiment aller vers plus de simplicité…
     
  • Restaurant L’Amphitryon de Yannick Delpech à Colomiers

     

    Nous avons organisé notre dîner de noces à L’Amphitryon, le restaurant du chef étoilé Yannick Delpech, à Colomiers, l’un des jeunes espoirs de la gastronomie régionale (** au Guide Rouge). C’est notre restaurant préféré près de chez nous, celui vers lequel nous nous tournons dans les grandes occasions…

    Notre mariage étant un mariage pour tous, nous avions conçu nos discours autour du thème tout change / rien ne change, selon la formule du prince de Lampedusa : “Pour que tout demeure comme avant, il faut d’abord que tout change”. La société change (en nous permettant de nous marier) et heureusement d’autres choses ne changeront jamais (l’amour de nos proches). C’était aussi le thème qua nous avions fixé au chef pour le menu : travailler des produits régionaux façon traditionnelle (rien ne change) et/ou les réinventant (tout change). Je suis heureux de partager avec vous le menu de notre mariage et, pour une fois, sans le limiter au  dessert.

    Après une mise en bouche autour de saveurs de la mer, l’entrée a consisté en un jeu de textures, foie gras de canard mi-cuit et avocat grillé, crevettes grises et poudre d’olive noire. Que le chef nous a conseillé de manger depuis la texture la plus originale jusqu’au foie gras en préparation traditionnelle (l’alliance avocat grillé – foie gras est une EXCELLENTE idée).

     
    Pour suivre, un rouget barbet, fenouil à la pâte de citron, concombre et ricotta au gingembre. Je ne suis pas fan de fenouil en règle générale mais cette purée là était si onctueuse…

    L’autre plat principal était un cochon de lait “noir de Bigorre” de la tête aux pieds (sous différentes présentations donc) et sa cocotte de légumes.

     
    Le chef de L’Amphitryon à Colomiers, Yannick Delpech, est pâtissier à la base (et à Toulouse, il a cet établissement incontournable, Sandyan). C’est donc lui qui a officié pour notre repas de noces. Juste avant le dessert, la brigade nous a fait passer ces deux petits cornets de glace avec leurs félicitations.
     
    Quand nous avions convenu du menu, nous hésitions entre deux propositions de desserts et nous avons affiné notre choix en les testant tous les deux ! Nous avons donc retenu celui ci-dessous : sur une nougatine au sésame, chocolat noir intense et crémeux caramel, grog Armagnac et épices. Et tous nos invités l’ont manifestement autant apprécié que nous !
     
     

    Enfin, pour le café, nous avons eu droit à ces mignardises dont un délicieux smoothie au vin chaud et épices.

    Un restaurant exquis qui mérite d’être découvert quand on est de passage à Toulouse et dans les environs…



Partager

A propos de l'auteur

"Du Sacré au Sucré, un blog de bon goût !": Quand il n'exerce pas sa passion pour les desserts du monde entier et leur histoire, Sébastien Durand conseille les entreprises sur leur stratégie de marketing et communication. Il est l'auteur de "Storytelling - Réenchantez votre communication" (Dunod, 2011). Il est persuadé que les histoires peuvent changer le monde.

Un commentaire

  1. Cet article est très intéressant ! Je suis d’accord avec les avis pour le L et le Metropolitan.

    Pour ma part, je suis retournée au restaurant Rue Tendance à Toulouse Labège (http://www.ruetendance.fr), et j’ai été étonnamment surprise, ils se sont beaucoup améliorés depuis quelques années !
    C’est un bon petit restaurant, le dimanche soir pour bien finir le week end, je suis allée goûter les fajitas de volaille c’était délicieux 🙂

Leave A Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.