874 vues

Les trains d’époque et les sociétés de chemins de fer en Roumanie

0

Les premiers uniformes du personnel des chemins de fer ont été créés à l’aube du transport ferroviaire. Le modèle d’uniforme le plus répandu était anglais, parce que c’est en Angleterre que les premiers chemins de fer furent construits. Pourtant, en Roumanie, les responsables de la société des chemins de fer ont ensuite choisi des uniformes d’inspiration allemande, vu qu’à l’époque, le chef de l’Etat roumain était le prince, puis le roi Carol Ier, un monarque issu de la famille nobiliaire allemande des Hohenzollern – Sigmaringen.

 

Le 1er décembre 1885, le port de l’uniforme est devenu obligatoire pour les employés de la Société Roumaine des Chemins de Fer. Le règlement de la société établissait trois modèles, compatibles pour différents événements. La carte QSL bonus que vous recevrez représente une tenue de cérémonie, en drap fin, bleu foncé, avec enseignes, gallons et boutons dorés. Les employés des chemins de fer portaient cet uniforme pour les fêtes ou les voyages de la famille royale. Le complet comprenait une redingote, c’est à dire une veste longue jusqu’aux genoux, à 5 boutons, des roues de train ailées étant brodées sur le col, un gilet, un veston et un manteau croisés à double boutonnage, assortis d’un pantalon droit. Le deuxième modèle est une tenue de cérémonie et de service, toujours en drap bleu foncé, à gallons et boutons argentés. Un accessoire inédit de l’uniforme de cérémonie était l’épée à lame droite en acier, longue de 80 centimètres, au pommeau noir et aux ornements dorés. Sachez aussi que c’est notre collège du Service Roumain de RRI qui vous présente cet uniforme.

Fabriquée en 1936 aux usines de Resita, ville à fortes traditions industrielles du sud-est de la Roumanie, la locomotive 230.516 a été utilisée pour tirer des trains de voyageurs.
La série des locomotives 230.000 est dérivée de la série allemande P8, les engins les plus populaires et les mieux exploités de l’époque.
361 locomotives de cette série ont été produites entre 1907 et 1940 en Allemagne et en Roumanie. A l’automne 1944, la locomotive 230.516, illustrée sur la carte QSL de janvier, a survécu à trois bombardements de l’aviation allemande dans la région d’Arad-Deva, (dans l’ouest de la Roumanie). Une locomotive similaire est exposée au Musée des locomotives de Resita, qui accueille 15 autres machines, dont la plus ancienne a été fabriquée en 1872.
La 230.516 est, aujourd’hui, la seule locomotive de la série en état de marche. Utilisée pour les trains d’époque de la Société Ferroviaire de Tourisme, elle est apparue dans de nombreux films, dont le plus récent est “Jeunesse sans jeunesse” dirigé par Francis Ford Copola en 2005.

L’image représente l’intérieur d’une voiture de première classe construite entre 1866 et 1869 par l’entreprise de wagons et produits en fer Ashbury de Manchester, en Angleterre.
Cette voiture et deux autres formaient le train nommé Calugareni, qui a circulé entre 1869 et 1918 sur la première voie ferrée de Roumanie. Cette ligne construite par la société anglaise John Trevor Barkley reliait Bucarest à la ville portuaire de Giurgiu, sur le Danube, à 60 kilomètres au sud de la capitale.
Chaque compartiment de 6 places avait des portes latérales coulissantes, tandis qu’à l’extérieur, la voiture était munie de deux marchepieds métalliques, facilitant l’accès des passagers. La voiture de première classe de l’actuel train d’époque, enregistrée voiture A101, a été réparée en 1879 par les ateliers de la « Voie ferrée de l’Etat Bucarest-Giurgiu ». A l’occasion de ces travaux, des supports ont été installés pour bagages, tandis que le drap des canapés fut remplacé par de la peluche rouge. Les mêmes voitures ont été reconstruites un siècle plus tard, entre 1993 et 1994 à Pascani, ville du nord-est de la Roumanie, aux Ateliers de la Société Roumaine des Chemins de Fer. Les travaux de remise à neuf ont été effectués aux ateliers des Chemins de Fer Grivita, à Bucarest. Malgré les nombreuses modernisations, le système de chauffage est d’origine, l’eau chaude circulant dans des tuyaux installés sous les canapés.
Le train composé de ce type de voitures a transporté pendant la Guerre d’Indépendance de la Roumanie de 1877-78, les divisions de la garde impériale des 14e et 15e corps d’armées russes. Cette même voiture a transporté le Roi Carol Ier de Roumanie, le Tsar Alexandre II et le Grand Duc Nicolas de la Russie.

L’image représente l’intérieur d’un compartiment d’une voiture de troisième classe, construite en 1866 – 69 par l’entreprise de voitures et acier Ashbury de Manchester, en Angleterre.
Cette voiture et deux autres, l’une de première et l’autre de deuxième classe formaient le train Calugareni, qui a circulé de 1869 à 1918 entre la capitale, Bucarest et Giurgiu, ville portuaire riveraine au Danube, situé à une soixantaine de kilomètres au sud de la capitale. La voie ferrée construite par la société anglaise John Trevor Barkley reliant ces deux villes était la première de Roumanie.
Tout comme dans le cas des autres voitures de cette rame, l’accès dans les compartiments se faisait par plusieurs portes latérales munies de marche-pieds métalliques. La voiture de troisième classe, immatriculée C 511 a une capacité de 32 places, étant munie de bancs en bois. Elle a été remise à neuf, tout comme les deux autres voitures qui formaient le train Calugareni par les ateliers de Pascani et Bucarest de la Société Nationale des Chemins de Fer de Roumanie. Bien que successivement restauré et modernisé au fil du temps, son système de chauffage est d’origine, avec des tuyaux d’eau chaude installés sous les bancs.
Le train Calugareni a transporté pendant la guerre d‘indépendance des années 1877 – 1878 les militaires des divisions de la garde impériale russe et des 14e et 15e corps d’armées russes.

“Moldovita” est un des monastères les plus renommés de la région de Bucovine, dans le nord de la Roumanie. Mais “Moldovita” est aussi un train de la période de début des Chemins de Fer roumains. Ce train est formé de quatre voitures: de première et de deuxième classe, voiture bagages et salon. Elles ont circulé à la fin du 19e siècle et au début du 20e siècle, en Moldavie, dans l’est de la Roumanie, sur les lignes de la Concession Ofenheim de la Société Lemberg-Cernauti-Iasi et ensuite de la Société des Chemins de Fer Locaux de Bucovine. De 1993 à 1994, les voitures ont été remises à neuf dans les ateliers de Pascani de la Société des Chemins de Fer de Roumanie. En 2004, les travaux de rénovation ont été achevés aux ateliers Grivita de Bucarest et le train est entré dans le circuit touristique ferroviaire roumain.
Ce train a participé aux événements qui ont marqué l’anniversaire des Chemins de Fer de Roumanie et il est apparu aussi dans de nombreux films. Le train “Moldovita” a circulé le 30 octobre 1994, aux festivités marquant les 125 ans écoulés depuis l’inauguration de la voie reliant les villes de Pascani et Iasi. Le 27 novembre 1999, il a parcouru le trajet Pitesti-Curtea de Arges, afin de marquer le centenaire de l’architecture ferroviaire roumaine.
Dans l’image du QSL, le train “Moldovita” est tiré par une locomotive à vapeurs, construite en 1936 aux entreprises de Resita, ville à fortes traditions industrielles du sud-ouest de la Roumanie.

Ces voitures ont été construites entre 1885 et 1890 par les entreprises “Simmering” d’Autriche. Celle-ci a été remise à neuf il y a quelques années pour faire partie d’un train d’époque nommé “Moldovita” d’après le nom d’un important monastère de Bucovine. Aux 19e siècle et vers le début du 20e, ces voitures de chemin de fer circulaient fréquemment dans cette province historique roumaine, qui à l’époque faisait partie de l’empire Austro-Hongrois. De nos jours, le train “Moldovita”, et les autres trains d’époque de la Société Ferroviaire de Tourisme CFR SA sont utilisés à des fins touristiques, et pour des tournages.
Cette voiture de première classe a 12 places réparties en deux compartiments. Les 6 fauteuils sont en velours mauve. L’accès aux compartiments passe par un couloir qui traverse la voiture d’un bout à l’autre. Le couloir de la voiture de deuxième classe est représenté sur la photo de la partie droite, sur la carte QSL. Par rapport aux voitures de type “anglais”, de la fin du 19e siècle, dont les voyageurs entraient directement dans des compartiments munis de portes extérieures, ce type de voiture permettait le déplacement d’une voiture à une autre. Pour des raisons de sécurité, la plate-forme de chaque voiture était munie d’une cloison métallique décorée à l’enseigne des Chemins de Fer Roumains. C’est aussi dans cette partie de chaque voiture que se trouvait le frein d’urgence du train.

Le modèle de voiture présenté sur ce QSL a été construit de 1890 à 1895 aux entreprises Simmering d’Autriche. Il a été remis à neuf il y a quelques années, et fait désormais partie du train d’époque Moldovita, nommé ainsi d’après l’un des célèbres monastères aux fresques intérieures et extérieures de Bucovine, région du nord de la Roumanie. Ces voitures étaient en circulation à la fin du 19e et au début du 20e siècle, dans cette région historique de la Roumanie. Le train Moldovita et les autres trains d’époque de la Société Ferroviaire de Tourisme sont utilisés à des fins touristiques mais aussi pour des tournages. La voiture salon a une capacité de 15 places. Les fauteuils, très confortables, sont recouverts de velours vert, assorti à la moquette de la voiture. Un bar est aménagé à son extrémité, et on le voit au plan éloigné de la photo.

Le modèle de voiture de chemin de fer présenté sur ce QSL a été construit de 1890 à 1895 par les entreprises Simmering d’Autriche. Il a été remis à neuf il y a quelques années, et fait désormais partie du train d’époque Moldovita, nommé ainsi d’après l’un des célèbres monastères aux fresques intérieures et extérieures de Bucovine, région du nord de la Roumanie. Ces voitures étaient en circulation à la fin du 19e et au début du 20e siècle, dans cette région historique de la Roumanie. Le train Moldovita et les autres trains d’époque de la Société Ferroviaire de Tourisme sont utilisés à des fins touristiques mais aussi pour des tournages.
La capacité de cette voiture de deuxième classe est de 24 places, aménagées en trois compartiments. Les fauteuils, très commodes, sont couverts de peluche jaune, la nuance étant similaire à celle des lambris de bois. Chaque compartiment possède deux fenêtres qui peuvent s’ouvrir indépendamment l’une de l’autre. Les voyageurs ont accès aux compartiments par un couloir qui traverse la voiture d’un bout à l’autre. Pour des raisons de sécurité, au bout de la voiture se trouve une grille métallique, au sigle des chemins de fer roumains. Cette voiture est munie d’un frein d’urgence.

L’image représente la voiture – fourgon du train d’époque Moldovita. Elle est spécialement conçue pour transporter des bagages volumineux, mais elle a été aussi utilisée pour des services postaux. La voiture-fourgon n’offre pas le confort d’une voiture de passagers, mais son conducteur pouvait s’asseoir sur une banquette en bois et écrire sur un pupitre, qui peuvent être observé sur la carte QSL. Cette voiture tout comme celles de passagers du train Moldovita a été remise en état et préparée à des fins touristiques aux ateliers Grivita de Bucarest des Chemins de Fer Roumains. Ce train a aussi été utilisé lors de la fête des Chemins de Fer Roumains et pour différents tournages. Le train Moldovita a circulé le 30 octobre 1994, à l’occasion du 125e anniversaire de l’inauguration de la voie ferrée reliant les villes de Bucarest et de Giurgiu, du sud de la Roumanie. Le train Moldovita a ensuite circulé le 1er juin 1995, pour le 125e anniversaire de la voie ferré Pascani-Iasi. Le train a circulé également sur le trajet Pitesti-Curtea de Arges, le 27 novembre 1999, soit le jour du centenaire de l’architecture ferroviaire roumaine.

L’image vous montre à nouveau la locomotive à vapeur 230.516. que vous avez vue également sur la QSL de janvier. Il y a deux années, cette locomotive a participé à un Grand Prix organisé à Budapest. Sur la carte de septembre elle est utilisée pour tirer le train qui avait appartenu à la famille royale de Roumanie et que vous découvrirez sur les cartes QSL d’octobre et décembre.
Mais revenons à la locomotive à vapeur 230.516. Fabriquée en 1936 aux usines de Resita, ville à fortes traditions industrielles du sud-est de la Roumanie, la locomotive 230.516 a été utilisée pour remorquer des trains de voyageurs. La série des locomotives 230.000 est dérivée de la série allemande P8, les engins les plus populaires et les mieux exploités de l’époque.
361 locomotives de cette série ont été produites entre 1907 et 1940 en Allemagne et en Roumanie. A l’automne 1944, la locomotive 230.516, illustrée sur la carte QSL de janvier, a survécu à trois bombardements de l’aviation allemande dans la région d’Arad-Deva, (dans l’ouest de la Roumanie). Une locomotive similaire est exposée au Musée des locomotives de Resita, qui accueille 15 autres machines, dont la plus ancienne a été fabriquée en 1872.
La 230.516 est, aujourd’hui, le seul engin en service de la série. Utilisée pour les trains d’époque de la Société Ferroviaire de Tourisme, elle est apparue dans de nombreux films, dont le plus récent est “Jeunesse sans jeunesse” dirigé par Francis Ford Copola en 2005.

L’image  représente une des cinq voitures dont est constitué le train du Roi de Roumanie, Carol II. Les cinq voitures type salon et les wagons lits du train, identiques à l’extérieur, ont été construits en Italie, en 1928. Le wagon lit du Roi, celui de son escorte et le wagon salon ont été construits aux entreprises Ernesto Breda, alors que les wagons lits de première et de deuxième classe ont été fabriqués par les Officine Mecchaniche de Milan. Cette rame est formée de voitures de luxe, qui lui confèrent un air similaire au fameux Orient Express. Le wagon-lit royal comporte 5 places, réparties dans deux appartements munis de salles de bains. Le wagon-lit de l’escorte royale a une capacité de 8 places réparties en quatre couchettes. La voiture salon est divisée en deux pièces : un grand salon de 24 places et un petit salon de 12 places, qui peut être utilisé comme fumoir ou pour prendre le petit déjeuner. La voiture lit de première classe a une capacité de 6 places, alors que celle de deuxième classe a une capacité de 16 places. A l’heure actuelle, le Train Royal est utilisé par la Société Nationale des Chemins de Fer de Roumanie dans des buts touristiques et pour des tournages.

L’image du QSL représente un petit salon du Train Royal. Sa capacité est de 12 places et il peut servir de fumoir ou de salon pour le petit déjeuner. Dans la même voiture du train se trouve un autre salon, plus grand, d’une capacité de 24 places. Côté finitions, le salon est d’un luxe éblouissant : cuir de Cordoue pour les chaises et fauteuils, placage de noisetier et bois de rose pour les tables, chaises et lambris des salons, tandis que les luminaires sont en verrerie de Murano et les miroirs en cristal de Bohème. Ce luxe des deux salons est complété par d’autres objets décoratifs en albâtre de Grèce. C’est dans cette voiture que le roi Michel Ier a pris le 30 décembre 1947, son dernier déjeuner, lorsqu’il fut obligé d’abdiquer et de quitter son pays. Sous le communisme, le train royal a été utilisé pour les voyages de plusieurs personnalités politiques, tandis que maintenant il est utilisé à des fins touristiques et pour des tournages.

L’image du QSL  présente la grande salle, à 24 places, de la voiture salon du Train Royal. Ce wagon possède également un autre salon, plus petit, à 12 places qui peut servir de fumoir ou de salle pour le petit déjeuner. C’est dans ce salon que le roi Michel 1er déjeuné pour la dernière fois sur le territoire de la Roumanie, suite à son abdication forcée. C’est en ce train que Michel 1er, le dernier monarque de la Roumanie a voyagé en route vers son exil. Pendant le régime communiste, le train royal a été utilisé à l’occasion de plusieurs visites officielles de personnalités politiques. En automne 1955, ce salon a accueilli les pourparlers entre les leaders soviétique et roumain Nikita Krouchev et Gheorghe Gheorghiu Dej, à l’égard du retrait des troupes soviétiques de Roumanie, action achevée trois années plus tard. Cet entretien s’est déroulé à l’occasion du voyage des deux leaders communistes vers une partie de chasse dans le nord de la Transylvanie. Le 6 août 1975, le président américain Gerald Ford et son secrétaire d’Etat Henry Kissinger entamaient une visite officielle en Roumanie, à l’invitation de leader communiste roumain Nicolae Ceausescu. Les deux ont voyagé dans cette voiture de Bucarest à la station de montagne de Sinaia, où ils ont annoncé d’accorder à la Roumanie la “Clause de la Nation la Plus Favorisée”. Plus tard, d’autres chefs d’Etats communistes, tels Teodor Jivkov, Leonid Brejnev et Erich Honecker, ont voyagé avec ce train, lors des nombreuses parties de chasse organisées par leur homologue roumain Nicolae Ceusescu. A l’heure actuelle, le Train Royal est utilisé pour des buts touristiques ou pour des tournages.

Textes – Stefan Baciu
Photos – Eugen Cojocariu



Partager

A propos de l'auteur

L'équipe de Radio Romania International : Andrei Popov, Valentina Beleavski, Alex Diaconescu, Ileana Taroi, Alexandra Pop, Dominique, Mariana Tudose, Ioana Stancescu, Costin Grigore. ________________________________________________________________________________________________________ Découvrez la Roumanie et l'actualité roumaine sur le site de Radio Romania International

Leave A Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Besoin d'aide pour préparer un séjour ?

Remplissez le formulaire ci-dessous avec le plus de détails possible pour que nous puissions vous répondre dans les plus brefs délais.


Nous partageons nos expériences et conseils gratuits avec vous! Exprimez vos besoins!