Dalmatie du nord

Goli Otok ; l’île prison de Tito en Dalmatie du nord

Par Sandrine Monllor (Fuchinran), le Mar 22, 2020, mis à jour le Mar 23, 2020
ancienne prison de tito à goli otok

Votre séjour en Croatie est unique ; notre expertise l’est aussi! Pour mieux préparer vos vacances, consultez le guide voyage Croatie et téléchargez les Ebooks gratuits : conseils pratiques, idées de visites et bonnes adresses.  

 

Quelle île dalmate découvrir depuis Zadar? Il est peu probable que vous ayez entendu parler de l’île Goli Otok, lors de vos recherches d’idées de visites touristiques en Croatie, car cette île en Dalmatie du nord ne figure quasiment pas dans les guides de voyage. Reconnaissons que sur le papier, quand on découvre son histoire, Goli Otok ne fait pas rêver. L’île de Goli Otok est bien une île pas comme les autres. Qui l’imaginerait jusqu’à ce qu’on arrive sur l’île et découvre les restes de l’ancienne prison du Maréchal Tito, l’un des goulags de la Yougoslavie socialiste?


Envie d’urbex en Croatie ou de partir sur les traces de Tito et de la Yougoslavie socialiste?

Goli Otok, probablement n’avez-vous pas envisagé cette île croate dans votre programme de vacances et c’est normal. Les amateurs d’urbex, en revanche, et ceux qui aiment les visites historiques thématiques et insolites devraient être attirés par la perspective… Et peut-être vous, si vous avez envie de jouer les voyageurs curieux?

En général, quand on souhaite s’adonner à l’urbex en Croatie, sans être un expert de ce genre d’aventures, on envisage (presque) toujours les hôtels de la baie de Kupari près de Dubrovnik. Ces anciens hôtels militaires de l’ère Tito ont été détruits pendant les guerres d’indépendance d’ex Yougoslavie. Leurs vestiges sont désormais devenus le repère facile des touristes qui veulent découvrir des sites associés à la guerre de Croatie ou rappelant la période de la Yougoslavie socialiste.

Après avoir visité les ruines de Kupari, on prend la direction de Dubrovnik pour visiter le premier musée sur la Yougoslavie socialiste “Red Museum”. Fondé en 2018, à Gruz le musée yougoslave propose une immersion dans ce que fut le quotidien dans la Yougoslavie entre 1945 et 1990 grâce à des objets et mobiliers d’époque et des reconstitutions de décorations. Certes, ce n’est pas de l’urbex. Simplement un voyage temporal dans l’histoire de la Croatie avant son indépendance, qui s’avère ludique, rapide (environ 1h – 1h30) et instructif pour comprendre la Yougoslavie de Tito. Il existe pourtant bien des alternatives au complexe de Kupari, comme la base militaire souterraine yougoslave de Zeljava, pas très loin de Plitvice en Bosnie-Herzégovine, près de la frontière croate. Mais l’un des lieux méconnus est l’île de Goli Otok.

Puisqu’il est question de confinement difficile à vivre pendant ces heures sombres où l’on vit l’épidémie de coronavirus et covid 19 en Croatie et partout dans le monde, faisons aussi un tour de ces lieux où l’on aurait aimé encore moins être confiné… Pourtant Goli Otok, minuscule île située en Dalmatie du nord, quand on l’aperçoit, que l’on vienne en kayak ou en bateau, elle dégage une impression mystérieuse et les paysages, à condition d’aimer les paysages lunaires, sont impressionnants… En réalité, Goli Otok est un lieu associé à une triste mémoire ; une île déserte rocailleuse et quasiment sans la moindre végétation…

Goli Otok, l’île prison de Tito ; héritage de la voie alternative de la Yougoslavie socialiste

Car sur Goli Otok fut fondée par Tito une prison type goulag pour détenir et rééduquer ceux qui étaient restés fidèles au stalinisme, après la rupture avec le soviétisme en 1949. Les sources ne s’accordent pas sur le nombre de personnes qui pourrait atteindre les 30 000. Certains, ne supportant pas les conditions, préféraient le suicide. Jusqu’en 1955, de nombres prisonniers sont passés entre ces murs et ont subi des humiliations, des privations, des tortures pour rentrer dans le droit chemin.

Entre 1955 et 1988, la prison fut maintenue pour des prisonniers de droit commun.

ruines de l'ancienne prison de tito à goli otok

 706 Visites au total,  1 aujourd'hui

Sandrine Monllor (Fuchinran)

Je m’appelle Sandrine Monllor. J’ai créé IDEOZ, guide de voyage sur l’Europe communautaire,  élaboré à partir des expériences de voyageurs aux profils variés. Historienne, anthropologue et ethnologue de formation, depuis plus de 10 ans, j’essaie de faire de ce projet mon métier en partageant conseils et expériences et de préserver un espace éclectique et tourné vers les échanges et la rencontre avec les différences. De mes voyages, je conserve surtout les souvenirs intimes de petits riens, des chemins de traverse où je me suis perdue ou engagée au hasard, des rencontres et des expériences plutôt que celui des visites si incontournables soient-elles. Je suis une voyageuse résolument curieuse de tout, qui fonctionne à l'instinct. Je suis passionnée en particulier par l’Europe balkanique, centrale et orientale ; des terres dans lesquelles je me retrouve parfois, tant elles sont insoumises, contrastées, passionnelles et contradictoires. Routarde voyageant uniquement à l’aventure sans jamais rien préparer, ni fixer de destinations, j’aime appréhender les frontières visibles et invisibles entre les peuples et je privilégie les séjours transfrontaliers. Je suis une gourmande en quête des gastronomies locales, attachée aux échanges avec les habitants et sensible à l’histoire et aux traditions. Me contacter par mail?

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre commentaire sera révisé par les administrateurs si besoin.