Aller en Serbie : Formalités et Transports

Quels risques par rapport aux mines antipersonnels dans les Balkans (Croatie, Bosnie, Kosovo, Serbie)?

Par Sandrine Monllor (Fuchinran), le Juil 3, 2016, mis à jour le Juin 2, 2020 - guerre bosnie, Guerre de Croatie, guerre yougoslavie
mines dans les balkans

Votre séjour en Croatie est unique ; notre expertise l’est aussi! Pour mieux préparer vos vacances, consultez le guide voyage Croatie et téléchargez les Ebooks gratuits : conseils pratiques, idées de visites et bonnes adresses.  

 

panneau mine antipersonnel balkans Bien que les guerres qui ont sévi en Ex-Yougoslavie soient aujourd’hui un souvenir, des risques persistants demeurent par rapport aux mines antipersonnels et antichar. Il n’est pas dangereux de voyager dans les divers pays des Balkans : Croatie, Bosnie, Serbie, Kosovo notamment. Cependant, la vigilance doit être de rigueur si vous voyagez en itinérant dans les zones de montagne, frontalières ou dans les zones où se sont déroulés une partie des combats.


 

Mines Croatie et en Ex Yougoslavie : est-ce dangereux?

Quelles sont les zones les plus concernées ?

carte mines antipersonnels balkans

Les zones les plus critiques se trouvent en :

Les mines antipersonnels en Croatie : Croatie centrale (du centre est de Zagreb à la frontière bosniaque) Zagreb-Karlovac-Parc de Plitvice-Gracac-Zadar, Gracac-Knin-Split, Karlobag-Sibenik-Ston et Karlovac-Sisak-Bosanska Gradiska, Croatie orientale notamment en Slavonie vers Vukovar et Osijek, tout au long de la frontière avec la Serbie, dans la région de Knin en Dalmatie du Nord, vers la Krajina (zone frontalière avec la Bosnie) et dans l’espace Sinj, Gospic, Zadar, Sibenik, et en Dalmatie méridionale au sud de Dubrovnik autour de Konavle, sur toute la zone frontalière avec la Bosnie en remontant vers Neum. L’une des villes martyrs est Hrvace près de Sinj, à quelques 30 km de Split, qui fut coupée en deux par une ligne de fronts où ont été posées des mines sur plus de 13 km.Quels risques par rapport aux mines antipersonnels dans les Balkans (Croatie, Bosnie, Kosovo, Serbie)? 1

Actuellement, il y aurait 1.100 km² de territoire croate (2%) couverts par 250000 à 500.000 mines.
Selon les statistiques officielles, depuis la fin de la guerre (1991-1995) plus de 440 personnes ont été tuées par des explosions de mines dans tout le pays et plus de 1.400 ont été blessées.

Carte de Croatie zones minées

carte mines croatie

Pour vous renseigner sur les mines en Croatie :  Missportal

En savoir plus sur les mines en Croatie…

Voir la carte des mines en Croatie

Les mines antipersonnels en Bosnie : tout le pays est concerné à l’exception du centre de la République serbe de Bosnie (Banja Luka), en revanche, toutes les zones frontières de la Republique Srpska (république serbe de Bosnie) avec la Croatie notamment sont touchées. Bien sûr, c’est le pays où se situent le plus grand nombre de mines… à ce point qu’il est impossible d’affirmer qu’il n’y a pas de risque en dehors des grands axes…

Toutes les routes sont bordées de panneaux affichant la présence potentielle de mines, par conséquent, il est déconseillé de randonner en itinérant sans un spécialiste de la randonnée pour vous accompagner dans des zones sûres. Les routes des frontières entre la Bosnie “croate” et la république serbe de Bosnie sont particulièrement minées pour éviter que chacun soit tenté de revenir vivre là il pouvait habiter. 

 

Les mines antipersonnels au Kosovo : beaucoup moins touché que la Bosnie, le Kosovo est concerné par les mines que l’on trouve le long de la frontière avec l’Albanie, un peu dans le centre du pays et de manière diffuse vers la frontière longeant la Serbie…

Les mines antipersonnels en Serbie : le pays est touché dans une moindre mesure dans la mesure où il n’a subi aucun combat. On peut en trouver, notamment dans le Sud dans les zones montagneuses longeant la République Srpska (république serbe de Bosnie)…

Le Montenegro n’a pas été concerné par des conflits pendant les guerres d’ex Yougoslavie et n’est donc pas touché par le problème des mines anti personnels.mine antipersonnel bosnie herzegovine


Conseils par rapport aux mines antipersonnels dans les Balkans

 Les règles de prudence ci-dessous sont élémentaires ! Il s’agit bien de faire preuve de bon sens surtout si vous êtes à la recherche d’expériences insolites et que vous souhaitez faire du camping sauvage, par exemple.

Les zones dangereuses sont généralement indiquées par des pancartes.

Voilà à quoi ressemblent les panneaux en Bosnie ou en Serbie : мина / минE

carte mines anti personnels balkans bosnie
Attention mine : près du village de Festica Mahala en Bosnie Herzégovine. © REUTERS/Damir Sagolj

Il est possible cependant que des zones minées ne soient pas signalisées. Un accident mortel a eu lieu en 2007 dans la région de Zadar :

Selon l’agence de presse croate HINA et la presse italienne, le dimanche 4 mars dernier, un italien de 34 ans a été tué par l’explosion d’une mine située dans un champ, près de Donji Biljani (entre Zadar et Benkovac). Il était accompagné de 2 autres italiens et d’un croate. La zone traversée n’aurait pas été signalée comme étant minée, contrairement à d’autres.

En réalité, si les zones minées sont indiquées, cela ne signifie pas qu’il y ait un panneau pour chaque mine. Par conséquent, il faut rester vigilant surtout si vous faîtes des randonnées dans l’arrière-pays, notamment dans ce qui constituaient d’anciens maquis. Il est préférable si vous envisagez des randonnées d’être accompagnées par des locaux connaissant bien le terrain et susceptibles de vous guider ou de vous informer!!! Ne partez pas à l’aventure seul dans les zones sensibles!


Ne quittez pas les axes routiers et les sentiers balisés. Évitez les petits chemins en forêts sans avoir demandé aux habitants de la zone.

Renseignez vous auprès des habitants et des offices du tourisme des villes proches des zones où vous voulez randonner si vous souhaitez quitter les chemins de randonnées ou les routes balisées. Pour une meilleure compréhension, pensez à imprimer une photo des panneaux des mines ou la dénomination du mot mine en écriture locale pour qu’ils comprennent ce dont vous parlez…

Ne campez pas dans des maisons abandonnées ou sur des terrains attenants.

Si vous souhaitez faire du camping sauvage, ce qui est formellement interdit en Croatie, préférez le faire près de zones habitées. N’hésitez pas à demander à un habitant si vous pouvez vous installer sur tel ou tel territoire. Contre une petite rétribution ou gratuitement, les habitants accepteront sans problème de vous accueillir chez eux.

Dans les zones intérieures, reculées, les habitants parlent rarement une autre langue que la leur : par conséquent, essayez d’apprendre quelques mots dans leur langue pour les interroger …

Personne qui s’aventure dans un lieu méconnu = istraživač

danger =  rizik; smelo delo; opasnost

Mine : Mina / мина / минE

– N’allez pas dans un cimetière désert ou abandonné.

Les mines peuvent y avoir été déposées.

N’allez pas dans les champs éloignés de toute habitation!

 20,652 Visites au total,  6 aujourd'hui

Besoin d’aide pour préparer votre voyage en Serbie?

Des questions auxquelles n’ont pas répondu notre guide de voyage sur la Serbie ou les brochures officielles de l’office du tourismeLes voyageurs, expatriés et autochtones spécialistes de la Serbie vous répondent!

Sandrine Monllor (Fuchinran)

Je m’appelle Sandrine Monllor. J’ai créé IDEOZ, guide de voyage sur l’Europe communautaire,  élaboré à partir des expériences de voyageurs aux profils variés. Historienne, anthropologue et ethnologue de formation, depuis plus de 10 ans, j’essaie de faire de ce projet mon métier en partageant conseils et expériences et de préserver un espace éclectique et tourné vers les échanges et la rencontre avec les différences. De mes voyages, je conserve surtout les souvenirs intimes de petits riens, des chemins de traverse où je me suis perdue ou engagée au hasard, des rencontres et des expériences plutôt que celui des visites si incontournables soient-elles. Je suis une voyageuse résolument curieuse de tout, qui fonctionne à l'instinct. Je suis passionnée en particulier par l’Europe balkanique, centrale et orientale ; des terres dans lesquelles je me retrouve parfois, tant elles sont insoumises, contrastées, passionnelles et contradictoires. Routarde voyageant uniquement à l’aventure sans jamais rien préparer, ni fixer de destinations, j’aime appréhender les frontières visibles et invisibles entre les peuples et je privilégie les séjours transfrontaliers. Je suis une gourmande en quête des gastronomies locales, attachée aux échanges avec les habitants et sensible à l’histoire et aux traditions. Me contacter par mail?

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre commentaire sera révisé par les administrateurs si besoin.