knedliky quenelles au pain tcheques

Knedliky, quenelles de pain : accompagnement phare de la cuisine tchèque

Les Knedliky (pluriel de knedlik) sont l’une des spécialités les plus populaires de la cuisine tchèque. Les Knedliky sont une variation des quenelles et des knödels bavarois, allemands et autrichiens.

Knedliky, les quenelles tchèques à toutes les sauces

Les knedliky ne sont pas un plat au sens strict comme on peut l’entendre. Il s’agit de quenelles de pain ou de pommes de terres à base de farine, œufs, levure et pain rassis, souvent présentées en forme de tranches épaisses ressemblant à des tranches de pain blanc. Les knedliky ne sont pas un plat unique comme peuvent l’être les Knödels en Bavière, quand ils sont agrémentés aux légumes, au foie, au fromage ou à la viande, mais ces quenelles tchèques constituent bien un accompagnement au goulash ou aux viandes rôties. On en trouve quasiment dans tous les plats de viandes dans les restaurants tchèques où les knedliky font office de pain puisque le pain est rarement servi sur la table à moins de le réclamer et de légume ….
Dans leur version “nature” donc classique, ces knedliky peuvent apparaître comme fades pour ne pas dire insipides et sans grand intérêt gastronomique aux palais de certains. C’est pourquoi on les trempe en général dans la sauce qui accompagne la viande et elles trouvent alors tout leur sens : rares en effet sont les viandes qui sont servies sans sauce et en imprégnant les knedliky de la sauce épaisse dont les Tchèques raffolent tant, on retrouve là l’une des scènes les plus courantes des repas tchèques. Les knedliky sont donc plus qu’un accompagnement, une institution du repas!  Cette spécialité renforce l’aspect roboratif que peut avoir la cuisine tchèque et confirme la vocation alimentaire plutôt que la dimension plaisir des mets en République Tchèque.
Si la majorité des knedliky sont réalisées au pain blanc, il existe aussi knedliky en version sucrée agrémentées par exemple aux abricots dans l’esprit des Marillenknödels.
Voici une recette des Knedliky pour accompagner vos plats en sauce ou votre goulash tchèque (ou pas)!
goulash tcheque de boeuf knedliky

Knedliky, Recette des quenelles tchèque au pain

Voici la recette de Nanou du Blog On dîne chez Nanou


  • pour les knedliky ou quenelles de pain :(3 pains )
1 paquet de levure sèche de boulanger
1 cuillère à café de sucre en poudre
450 gr de farine
3 tranches de pain blanc coupé en petits cubes
1/2 cuillère à café de sel
1 oeuf
25 cl de lait chaud
12 cl de lait tiède
Mélangez dans un bol la levure, le sucre et le lait tiède (12 cl).
Patientez pendant 10 minutes jusqu’à ce que la levure fasse des bulles. Mélangez ensuite tous les ingrédients dans le bol du robot et pétrissez pour obtenir une pâte homogène.
Laissez la lever dans un endroit tempéré pendant 2 heures.
Sur un plan de travail légèrement fariné, divisez la pâte en 3 et formez des boudins.

knedliky préparation
Laissez lever 1/2 heure. 
Faites chauffer une grande casserole d’eau et faites pocher chaque boudin pendant 15 à 20 minutes.
knedliky quenelles au pain tcheques

 16,246 Visites au total,  5 aujourd'hui

8 réflexions sur “Knedliky, quenelles de pain : accompagnement phare de la cuisine tchèque”

  1. Ma mère les faisait cuire à la vapeur en déposant la boule de pâte dans un linge disposé au dessus d’une casserole d’eau, tenu simplement par une ficelle nouée autour du haut de la casserole. Je suppose que ça évite d’avoir une surface trop humide. Sinon quand c’est un accompagnement, tranché comme on le ferait d’un pain, c’est vraiment insipide et la sauce est essentielle. Le plat typique etait un rôti de porc, avec des zely ( du chou râpé cuit avec des lardons et une sorte de béchamel avec de l’oignon, devenu fondant ) et bien sûr du cumin.

  2. Bonjour,

    Je compte tester votre recette mais comme je voudrais la faire avec un peu d’avance (le vendredi pour le dimanche) par manque de temps je me demandais si vous pensiez que c’était bon pour la conservation ?

    Merci !

    1. Je suppose que non, puisque c’est une pâte levée
      De toute façon ça ferait gagner bien peu de temps comme on s’en occupe finalement assez peu, pendant ce temps on fait le plat principal, le chou râpé, etc. A moins que vous ne vouliez en faire des sucrés, autour de confiture, ou d’un fruit en conserve, arrosé de beurre fondu et de sucre éventuellement.

    1. Celles de ma mère étaient plus levées, avec plus de bulles, comme un pain sans sel cuit à la vapeur, donc moins compactes que celles de la photo.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *