Ljubica Marić ; Jubilé des 100 ans de ce fameux compositeur serbe

Ljubica MaricLe centenaire de la naissance de Ljubica Maric, artiste et académicien dont les œuvres ont annoncé la suite du postmodernisme et du minimalisme, a été marqué par toute une série de manifestations hors de Serbie aussi. En effet, ce jubilé s’est trouvé également sur la liste de l’UNESCO sur laquelle ont été en 2009 les noms de Ljubica Maric et du scientifique serbe connu à l’échelle internationale, Milutin Milankovic. L’UNESCO a organisé de nombreux manifestations, concerts et expositions.


En Serbie, la célébration du jubilé a commencé le 18 mars 2009, le jour de la naissance de Ljubica Maric, dont l’originalité de l’expression a été louée également par d’autres grands artistes du 20e siècle. Les amateurs de l’œuvre de Ljubica Maric ont eu l’occasion de voir aussi l’exposition à Novi Sad et dans le catalogue imprimé à cette occasion se trouvaient des extraits des textes écrits sur son œuvre par Elmer Schonberger, Isidora Zebeljan, Pavle Stefanovic…Dmitri Shostakovitch a écrit: „L’une des plus belles impressions de Yougoslavie a été faite sur moi par „Les Chansons de l’espace“ de Ljubica Maric. Elle a utilisé tout un arsenal de la musique moderne pour ce but. Elle parle une langue claire, convaincante, depuis la profondeur de son âme…“.

Le musicologue et compositeur Elmer Schonberger écrit que „sa musique laisse par ses sons de cloches une impression de l’intimité et de la monumentalité. Elle est pleine d’allusions au passé lointain, mais sans nostalgie ou sentiments…“ Les concerts à l’occasion du jubilé, auxquels les artistes serbes les plus éminents ont présenté les œuvres de Maric, ont eu lieu à Belgrade, où elle a passé la plus grande partie de sa vie, à Kragujevac, sa vie natale, et dans de nombreuses autres villes en Serbie. „Je me souviens de la nuit où se profilait la dramaturgie de sept manuscrits choisis et le matin inoubliable où ont commencé à couler les premiers sons de la musique créée de ces mots vitaux simples; car, confrontée à la mort, la vie rayonne de sa pleine valeur…“

C’est de cette manière que Ljubica Maric a décrit la suite de sa cantate pour la chorale et l’orchestre, „Les Chansons de l’espace“, qui a été qualifiée à la première déjà, en 1956, d’évènement musical exceptionnel, et aujourd’hui, cette œuvre est l’un des plus grands acquis de la musique artistique serbe. C’est par cette cantate qu’a commencé sa période de création mature au cours de laquelle ont été créées aussi les compositions „Pascalla“, pour l’orchestre symphonique, et le cycle « Musique d’Octoïch ». Ces œuvres sont les uns des acquis les plus originaux de la création musicale serbe…

Ljubica Maric est née en 1909 à Kragujevac. Elle a acquis l’éducation musicale à Belgrade où elle apprenait la composition de Josip Slavenski, ainsi qu’au Conservatoire d’Etat à Prague. Outre compositeur, elle a été aussi l’une des premières femmes chefs d’orchestre en Europe. Elle a écrit plusieurs dizaines de compositions dont un grand nombre a connu le succès en Europe. Les dernières décennies de sa vie, elle composait la musique de chambre que les ensembles et les solistes éminents présentaient avec un grand succès sur les scènes européennes et américaines et aux festivals. Les maisons discographiques de Grande-Bretagne et des Pays-Bas ont publié les CD avec ses compositions. Parallèlement avec la musique, Ljubica Maric s’occupait de la peinture, de la sculpture et de la littérature. Elle était professeur à l’Académie de musique à Belgrade et membre régulier de l’Académie serbe des sciences et des arts. Elle est morte à Belgrade en 2003.

 513 Visites au total,  2 aujourd'hui

Besoin d’aide pour préparer votre voyage en Serbie?

Des questions auxquelles n’ont pas répondu notre guide de voyage sur la Serbie ou les brochures officielles de l’office du tourismeLes voyageurs, expatriés et autochtones spécialistes de la Serbie vous répondent!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *