IDEOZ Voyages > CROATIE > PREPARATIFS > Réussir ses vacances en CROATIE : mes conseils pour préparer un séjour itinérant

Réussir ses vacances en CROATIE : mes conseils pour préparer un séjour itinérant

rovinj rovigno

Vous envisagez des vacances ou commencez à préparer un voyage en Croatie et vous demandez comment vous organiser et obtenir rapidement les principales réponses à vos questions? Comment s’y rendre et s’y déplacer? Quel itinéraire suivre? Où dormir et quand faut-il réserver les logements et transports pour trouver les meilleures offres? Voici mes conseils pour mieux voyager sans mauvaise surprise.

Comment préparer un séjour en Croatie en itinérant ?

Reconnaissons le, le séjour parfait ça n’existe pas. Selon moi, ce n’est pas important du moment qu’on vit une expérience et des souvenirs uniques et qui nous ressemblent. Mais il paraît qu’il faut accrocher l’attention et faire rêver sur internet, car ça plaît au lecteur. Sur IDEOZ, je préfère parler d’un voyage dont vous vous souviendrez longtemps (et pour le meilleur si possible). Forcément, c’est moins paradisiaque de se demander quand réserver ou comment choisir son loueur de voiture ou son hôtel.

Il n’est jamais simple de se projeter par rapport à un pays que l’on ne connaît pas. Certes les guides touristiques en format papier ou numérique, les brochures, les forums voyage répondent à de nombreuses questions, mais recouper les informations prend du temps et parfois en fait aussi perdre beaucoup. Organiser un séjour en Croatie est déjà en soi le début du voyage.

Si vous hésitez encore sur le choix de la destination, vous devriez aussi consulter aussi ces articles qui reprennent les principales questions que se posent les touristes :

icone doigt

Voyagez malin sans acheter de guide de voyage : n’attendez pas pour commander les brochures de l’office national du tourisme croate et pour télécharger les ebooks gratuits d’IDEOZ


Ne créez pas un itinéraire trop chargé et fermé et laissez de la place à l’intuition


Vous vous demandez comment concevoir votre itinéraire? La question où aller en Croatie ? est inévitable avec parfois une précision sur la saison (en été, en automne), sur les conditions (en famille, en amoureux, au bord de la mer, dans une ville?). Encore faut-il pour y répondre s’en poser une autre :

  • voulez-vous visiter la Croatie à travers plusieurs régions (même de façon superficielle) pour avoir un aperçu général?
  • ou voulez-vous y aller en vacances pour éventuellement faire du tourisme, tout en vous reposant ou vous baignant dans l’Adriatique?
help

En 15 jours ou 3 semaines, vous pouvez envisager un road trip entre les 6 régions croates touristiques selon votre rythme et niveau d’intérêt. Vous acceptez de beaucoup rouler (a minima 1000-1200 km) et de changer d’hébergements régulièrement (au moins 4 ou 5 fois).

En une semaine, vous devriez privilégier une ou maximum deux régions (Istrie – Kvarner, Dalmatie du nord et centrale – Lika par exemple) ou même une partie de région (Dalmatie du nord, centrale ou du sud) pour éviter trop de déplacements.

Voyager en itinérant est la meilleure manière de visiter la Croatie et ses sites incontournables, mais aussi les destinations qui sortent un peu des sentiers battus. Toutefois, choisir quels sites, villes et villages découvrir n’est pas facile dans un pays qui compte un si grand nombre de sites touristiques très attractifs.

Il n’est pas possible de découvrir les diverses régions depuis un seul point de chute. Néanmoins certaines zones stratégiques comme l’Istrie, la Dalmatie du nord vous permettront d’en aborder au moins deux voire trois ce qui peut s’avérer judicieux si vous ne voulez pas changer trop souvent d’hébergement.

Sur une base de deux semaines, vous pourriez répartir en 3 fois 5 jours ou en 4 étapes ce qui est encore mieux pour réduire les aller-retours trop fréquents.

Établissez juste une trame d’itinéraire Croatie avec 4 à 6 objectifs de visite sur une semaine ou un ou deux points de chute autour desquels vous pouvez rayonner, plutôt que de fixer un plan point par point figé avec tous les sites à visiter, pour chaque jour.

Ne sous-estimez pas les distances et les temps de déplacement et méfiez vous d’un raisonnement par rapport au kilométrage

Sur une carte, ou d’après un GPS ou en vous basant sur les temps de trajet de Google maps ou ViaMichelin, tout peut sembler proche et les déplacements rapides … Rajoutez au moins 30 min sur chaque prévision. On roule en moyenne à 60 km / h (voire 50 sur certaines routes côtières ou en montagne).

N’oubliez pas en été de prendre en compte la fréquentation sur les routes nationales assez soutenue surtout sur la Magistrale entre Zadar et Dubrovnik.

Pensez en amont aux aéroports sans vous l’imiter au côté budgétaire. Quitte à payer parfois un peu plus cher, on peut mieux optimiser et gagner du temps de visite, en choisissant deux aéroports. Cela ne vaut pas que pour la diagonale Zagreb – Dubrovnik ou Pula – Dubrovnik.

Réfléchissez aux contraintes des :

  • modes de transport (surtout si vous prenez le ferry en été),
  • au nombre de point de chute et au kilométrage approximatif que vous souhaitez parcourir
  • intégrez des temps d’attente (au moins 1h) liés aux ralentissements aux frontières et sur les routes en haute saison. Au pire, vous aurez une bonne surprise si le passage est fluide.

Les vacances, c’est une façon de décompresser, donc inutile de vous fixer un itinéraire très chargé, avec des dizaines de visites, décidées à l’heure près. Improviser, se laisser porter en fonction des conseils des personnes rencontrées dans le pays, des informations recueillies dans les offices du tourisme locaux, c’est encore mieux que d’avoir tout arrêté avant de partir..

Pour optimiser votre séjour surtout si vous ne passez qu’une semaine en Croatie ou en Dalmatie ou en Istrie spécifiquement, il est possible de choisir des destinations centrales dans une région comme Split ou Sibenik en Dalmatie, Rovinj en Istrie ou mieux encore des destinations à la frontière de deux régions comme Zadar qui permet aussi d’aller dans le Kvarner ou la Lika où se situe le parc de Plitvice absolument incontournable!

Voici mes conseils pour vous aider à créer un circuit en Croatie en fonction de vos priorités de visites.

Pensez avant tout à ce que vous aimez voir, faire, visiter et pas à ce qu’il faudrait absolument voir pour faire comme tout le monde… Essayez de répartir les centres d’intérêt à moins d’avoir des goûts très spécifiques. Dans un pays comme la Croatie, il est possible lors d’un court ou d’un long séjour de voir au moins une ou deux villes, de grande ou moyenne taille, un village traditionnel, un parc national ou naturel, découvrir des paysages de montagne et/ou une île.


Repérez les sites que vous avez vraiment envie de découvrir en consultant les photos de Croatie sur IDEOZ, sur Google images, Pinterest, Instagram ou Flickr par exemple et sélectionnez au maximum 2 ou 3 sites (pour un séjour d’une semaine) ; (5 à 6 pour un séjour de deux semaines ou plus) que vous jugez incontournables, selon la durée de votre séjour (une semaine à deux semaines). Vous n’aurez aucun problème à sillonner les environs et à ajouter des visites à votre programme.


Prenez bien en considération les contraintes de votre mode de transport

Se déplacer en transport privé ou public ne présente aucune difficulté particulière, compte tenu d’un état des routes assez satisfaisant et d’autoroutes récentes donc qualitatives. Les transports en commun en Croatie sont suffisamment développés pour se rendre du nord au sud et d’est en ouest en bus et pour se déplacer d’île en île en ferry.

directions_car

Consultez votre contrat d’assurance si vous roulez en voiture personnelle

La voiture reste selon moi le meilleur moyen de transport pour avoir la plus grande liberté de mouvement. On peut sans problème visiter la Croatie en bus du moment qu’on se déplace de ville en ville ou site touristique majeur comme Plitvice, Krka. Mais l’avantage d’une circulation en voiture est de pouvoir accéder à des sites moins connus et moins bien reliés par les transports en commun.

Bien avant votre départ, vérifiez votre couverture d’assurance auprès de votre assureur par rapport aux destinations envisagées et anticipez le franchissement de frontières (documents exigés et temps d’attente). Sinon, vous devrez assurer le véhicule (personnel ou de location) pour tous les pays par lesquels vous allez transiter.

En général, tous les pays d’Union européenne sont inclus par défaut dans les contrats en France, mais vous pourriez traverser des pays tiers comme la Bosnie-Herzégovine (BIH), le Montenegro (MNE) qui ne le sont pas.

Contrairement au train, peu développé si ce n’est au nord du pays et jusqu’à Split, le bus est envisageable sans difficulté particulière. A condition d’intégrer des temps de déplacements plus longs qu’en voiture (parfois le double ou le triple sur certaines liaisons) et de se baser dans des villes moyennes et grandes pour bénéficier de la meilleure couverture de destinations.

La voiture n’est plus forcément le plus économique, compte tenu de l’augmentation du prix du carburant, des assurances, de l’entretien et des péages des autoroutes. Ne voyageant qu’en voiture, je ne peux que vous recommander de venir de France, de Belgique ou de Suisse jusqu’en Croatie en voiture, si vous voulez agrémenter votre séjour en Croatie avec d’autres découvertes sur le chemin. C’est ce que j’aime et recommande.

Le plus souvent, l’autotour avec vol et voiture de location sera le compromis pour réduire la durée du trajet et la fatigue du roulage lié à la circulation et à l’attente possible lors du passage de frontières.

frontieres entre croatie et slovénie

Avant votre départ, vérifiez que la carte verte et grise de votre voiture vous permet de transiter dans tous les éventuels pays dont vous devriez franchir une frontière, sans l’avoir envisagé. Je pense au Montenegro, où je suggère de faire une escapade si vous allez dans la région de Dubrovnik.

La frontière bosnienne de Neum Klek est obligatoire, si vous allez de Split jusqu’à Dubrovnik ou inversement par la route. Le franchissement de ce bout de terre en Bosnie-Herzégovine reste encore incontournable jusqu’à la construction du pont de déviation par Peljesac, prévu d’ici 2022-2023.

L’alternative consiste à prendre le car ferry à Ploce pour relier Trpanj et de rallonger votre déplacement et renchérir le coût pour la traversée avec une voiture (autour de 27€).

Informez vous sur les conditions spécifiques pour louer une voiture en Croatie

Prévoyez les assurances sorties de frontières et ferrys


Que faut-il savoir avant de louer et réserver une voiture?

Ajoutez bien les frais des assurances optionnelles pour obtenir le vrai prix final. Il y a des clauses particulières pour la location voiture Croatie, car dans les Balkans, tout peut devenir vite très compliqué. Ne vous fiez pas aux pratiques d’autres pays que vous connaîtriez comme l’Italie ou la Grèce, où l’on peut emprunter un ferry sans avoir besoin d’être assuré.

  • Anticipez vos besoins en matière d’assurances ou de ferry pour les sorties de territoire surtout si vous allez jusqu’à Dubrovnik depuis Split. Par voie terrestre ou maritime, vous aurez toujours besoin de cette option.
  • Ne rechignez pas à payer en déclinant ces options, quitte à essayer de passer sans assurance. Cela peut vous coûter plus cher!
  • Consultez bien le contrat et vérifiez auprès de l’interlocuteur dans l’agence pour vous assurer que ces assurances sont bien intégrées sur la carte verte.

Voyager en Croatie peut induire des sorties de territoire dans les pays frontaliers ou en mer. C’est toujours le cas si vous vous rendez jusqu’à Dubrovnik. La traversée de la frontière croato-bosnienne Neum/Klek engendre un surcoût avec une voiture de location, que ce soit par voie terrestre, jusqu’à l’achèvement du pont de Peljesac, ou en prenant le car ferry pour contourner cette douane par la presqu’île de Peljesac.

Pour l’éviter actuellement, vous devrez choisir le ferry entre Ploce et Trpanj et votre voiture de location devra aussi disposer de l’assurance pour les ferries, toujours ou presque en option. Peut-être suivrez-vous me conseil de faire une excursion à Mostar, en Bosnie Hezégovine, ou au Montenegro?

Vérifiez bien que vous disposez d’une carte de crédit avant de valider toute réservation au risque de ne pas pouvoir récupérer le véhicule en dernière minute, même si vous avez déjà payé. Très peu d’agences acceptent de louer une voiture avec une carte de débit, et surtout sans surcoût prohibitif ou obligation de souscrire à une assurance premium.

Prenez bien en compte les montants de la caution et de la franchise et lisez bien la couverture d’assurance pour mesurer ce qu’elle prend en charge.

Consultez aussi l’assureur pour confirmer la possibilité d’emprunter des ferries avec votre voiture. N’oubliez pas la sécurité civile à l’étranger, qui peut aussi être utile. Si votre voiture n’est pas couverte, vérifiez le coût d’un tel rajout, sachant qu’il est possible d’acheter aux frontières une assurance pour un transit, mais il vous en coûtera dans les 50€/ pays.

Vérifiez les conditions météorologiques et intégrez l’attente du ferry en haute saison

directions_boat

Prendre le ferry en Croatie reste contraignant si on veut se déplacer en voiture sur les îles, car on ne peut pas aller d’une île à l’autre en Dalmatie avec une voiture sans passer par le continent. C’est envisageable depuis Krk dans le Kvarner.

La compagnie nationale Jadrolinija et plusieurs compagnies privées dont G&V Line dans le Kvarner et Krilo en Dalmatie permettent de se rendre sur les îles par voie maritime en transport en commun. Il y a le ferry ou car ferry qui permet de voyager avec un véhicule ou le catamaran et les bateaux rapides, qui n’acceptent que les piétons.

Les liaisons de ferries comptent une haute saison (mai – septembre) et une basse saison.

Hors saison, si vous envisagez de visiter des îles en Croatie, il vaut toujours mieux privilégier le car-ferry (plus lent, mais quasiment garanti puisque c’est le seul moyen de liaison pour les insulaires) et les liaisons depuis le continent.

La plupart des réservations en ligne sont ouvertes uniquement pendant la haute saison. Ne réservez pas les billets (encore moins des semaines à l’avance) même en été.


Les déplacements vers les îles croates en ferry et catamaran peuvent être compliqués par l’incertitude liée à la météo au printemps et à l’automne. Les liaisons des ferries varient selon les saisons (elles sont 30% plus nombreuses entre mai et septembre).

Les prévisions sont globalement respectées et les horaires assez fiables, mais le ferries (quel que soit le bateau) peuvent ne pas sortir en cas de vent violent (burra notamment) qui rend la mer dangereuse. La veille de votre embarquement, surveillez les alertes rouges actualisées en temps réel sur le site officiel de la météorologie croate.

Les billets réservés ne sont pas toujours remboursés, même en cas d’alertes empêchant le départ.

Ne réservez pas trop longtemps à l’avance et arrivez 1h ou 1h30 avant le départ le jour même pour être sûr que la météo est favorable. Naviguer quand la mer est agitée n’est guère agréable et le changement de billet sera impossible.

car ferry jadrolinja

En premier, consultez à l’avance les liaisons prévues sur le site Jadrolinija, compagnie “nationale” de ferries qui dispose de la plus grande flotte de car ferrys et de catamarans en Dalmatie et dans les Kvarner.

Les autres rares car ferrys sont gérés par des compagnies locales pour une ligne spécifiques comme celle entre Rab et le continent. Si vous ne trouvez pas de liaisons, cela ne signifie pas qu’il n’existe pas de transport maritime public mais que ce sont des compagnies privées qui sont chargées de certaines destinations!

Selon la zone de circulation, il peut y avoir plusieurs solutions de déplacements en car ferry ou catamaran (bateau rapide).

La compagnie Krilo dessert uniquement en catamaran les îles de Dalmatie centrale et du sud.

G&V line Ladera depuis Zadar propose des liaisons entre les îles du Kvarner et de Dalmatie du nord jusqu’à Rijeka (en été) et TP Line Red Plodivde propose une liaison en Dalmatie du sud depuis Dubrovnik vers Sipan, Lastovo, Mljet (avec Nona Ana).

N’oubliez pas de contacter directement un interlocuteur pour vérifier que les liaisons sont à jour. Les liaisons sont variables en raison des conditions météorologiques, elles peuvent donc être annulées au dernier moment.

icons8-error-64

En haute saison vérifiez d’éventuelles modifications ou l’ajout de bateaux supplémentaires. La réservation ne garantit pas de monter à bord du ferry pour l’heure prévue ! Prévoyez d’arriver au moins 1h30 à 2h avant le départ au minimum entre 15 Juillet et 20 Août.

En cas de forte affluence, il faut parfois attendre deux ou trois ferries. La liaison la plus matinale est toujours la plus pertinente, même si elle exige des efforts qui seront récompensés par un gain de temps.

Chaque billet est valable pendant la journée pour un trajet (il faut donc réserver l’aller et le retour). Il n’est pas possible de réserver tous les billets pour les liaisons locales, ni de le faire plusieurs semaines à l’avance. La réservation est vivement recommandée en été pour les liaisons depuis Split vers Brac, Hvar, et depuis Dubrovnik vers Mljet.

Pensez à vous présenter au moins 1h avant votre départ pour être assuré d’avoir une place surtout si vous avez une voiture ! Ce délai tombe à 15- 30 min en moyenne saison.

Si vous ne trouvez pas aucune liaison à votre convenance, vous pourrez toujours envisager un déplacement en bateau taxi, bateau privé (seule solution pour de îles comme l’archipel des Kornati) ou hydravion. Ce n’est plus le même budget, mais cela reste des solutions envisageables pour accéder à une île dans des conditions particulières.


Réfléchissez bien aux choix du lieu et type d’hébergement pour orienter votre séjour


hotel

Si vous envisagez un séjour touristique en Croatie, vous serez amené à vous déplacer régulièrement, ce qui permet d’expérimenter plusieurs ambiances et types de logements en alternant par exemple hôtel ou villa, maison d’hôtes, agrotourisme, etc. Un séjour en étoile depuis un même point de chute est possible dans chaque région. Y compris la Dalmatie depuis les environs de Split si vous acceptez de vous déplacer au-delà de 200 km par jour vers Dubrovnik ou Plitvice.

L’appartement est pertinent uniquement si vous devez explorer une zone géographique réduite et bien déterminée pour rayonner. Les locations estivales sont souvent imposées à la semaine (ou au moins 4 ou 5 jours, sauf quelques exceptions sur Booking à la nuitée).

Privilégiez les maisons d’hôtes, les chambres chez l’habitant ou l’hébergement à la ferme en Croatie dans l’optique d’une immersion dans les modes de vie locaux.

La “guesthouse” ou “pansion” (avec restaurant) est le gage d’une certaine indépendance, mais sans le formatage de l’hôtel. Les “sobe” sont bien des chambres à louer à l’intérieur des maisons des propriétaires, sans garantie d’accès privatif aux toilettes, salles de bain, cuisine.

Il existe une large gamme d’hébergements en Croatie à tous les prix et pour tous types de voyageurs.

Comptez à partir de 5€ par personne en camping; entre 12 et 20€ en hostels – auberges de jeunesse, les hébergements les plus économiques, entre 35 et 50€ en mobil-home, en hôtel 3* et à partir de 60€ pour les établissements supérieurs. Sur internet, il y a des offres périodiques d’hôtels en Croatie jusqu’à -40% de remise.

La tradition depuis des décennies consiste à dormir chez l’habitant en Croatie entre 15 et 20€ / pers. dans l’une des nombreuses chambres d’hôtes repérables par les panneaux Sobe.

icons ebook gratuit sur l'hébergement en croatie icons8.com

Téléchargez nos ebooks gratuits dédiés à l’hébergement

Comme les pensions de famille et les maisons d’hôtes (entre 20 et 25€), cette solution assez bon marché permet de découvrir la Croatie au contact des locaux.

Le plus pratique et économique en famille ou en groupe est de louer un appartement pour 4 nuits au moins. Les prix des locations de vacances débutent à partir de 30-35€ pour un appartement pour 2 personnes et à partir de 140 €/j en maison ou villa selon la catégorie et la situation.

Loger à la ferme en agrotourisme dans des cadres authentiques et manger les spécialités croates régionales typiques permet de découvrir la Croatie traditionnelle à l’écart des touristes.

Réservez vos hébergements pour ne pas perdre trop de temps dans la recherche


Janko Kezele agrotourisme croatie

Personnellement, je recommanderais plutôt les maisons d’hôtes et villas (en bord de mer), les logements à la ferme dans les zones en Istrie et Croatie centrale et Slavonie, et les “Pansion”, sortes de petits hôtels à la gestion familiale avec restaurant, ressemblant à une fusion entre la maison d’hôtes et un hôtel d’entrée de gamme.

Les chambres chez l’habitant en Croatie (sobe) sont une tradition très populaire et répandue. Cela favorise un contact plus engagé avec la population, la découverte des modes de vie locaux et souvent de la cuisine familiale croate que l’on ne trouve pas vraiment dans les restaurants croates. Dans certains cas, les sobe ressembleront vraiment au concept initial d’une chambre disponible dans l’hébergement avec salle de bain à partager ou privative. D’autres se rapprocheront de ce qu’est la chambre d’hôtes en France avec un espace à partager, mais possibilité de commodités privatives.

Plus économique que la maison d’hôtes, la chambre chez l’habitant garantit une meilleure immersion dans la vie quotidienne et vous permet de profiter des conseils des habitants qui en général ont à coeur de faire découvrir au mieux leur pays. Partout vous trouverez des panneaux Sobe, soba, zimmer, rooms qui identifient les logements en question, sachant qu’en haute saison, de plus en plus de croates n’acceptent les touristes que pour une semaine, ou surtaxent de 30 à 50% les prix des chambres pour de courts séjours en dernière minute.

L’agrotourisme (Agriturizam ou agrotourizam), à savoir le logement à la ferme, est le meilleur moyen de soutenir l’économie solidaire. L’agrotourisme est une solution parfaite pour loger chez l’habitant aux mêmes conditions que les hôtels.

Les petites pensions de famille (Pansion) restent une excellente alternative pour ceux qui voudraient dormir une nuit ou deux au maximum, sans avoir à réserver absolument, qui recherchent une cuisine assez proche de la cuisine du quotidien, et qui privilégient autonomie voire indépendance et petits prix.

Par sécurité, pensez à réserver quelques jours dans les lieux à forte tension touristique comme Dubrovnik, Split, Plitvice.

Si vous avez un budget serré, privilégiez les villages ou la campagne aux villes touristiques qui voient leurs prix flamber en été!

icon_coeur

 Nos coups de coeur et bonnes adresses pour dormir en Croatie


Pourquoi est-il préférable de réserver les hébergements en haute saison?


La question de réserver ou ne pas réserver se pose souvent pour la Croatie. En haute saison, réservez! surtout dans les zones de forte tension touristique comme Dubrovnik, Plitvice ou Split. C’est le mieux pour éviter de perdre trop de temps dans les recherches d’hébergements, qui peuvent être fastidieuses, vu les taux d’occupation sur le littoral. Les Allemands, Italiens, Autrichiens, Tchèques, sont prévoyants et réservent longtemps à l’avance des hébergements de qualité.

Réservez entre Janvier et Mai. Les prix sont encore bas même en prévision de la haute saison, puisque les habitants souhaitent remplir leur agenda et vous pourrez avoir un meilleur choix, au rapport qualité / prix plus avantageux.

Hors saison, les réservations ne sont pas toujours nécessaires, bien qu’elles vous permettent de gagner du temps en visites, si vous aimez la sécurité. Il faut savoir que les réservations ne sont pas forcément simples en direct. En effet, de plus en plus de croates souhaitent louer pour une durée minimale : 3-4jours hors saison et une semaine en été. Cela complique les recherches, puisque toutes les offres ne seront pas accessibles malgré les panneaux “free ou frei” qui indiquent de la disponibilité.

Pas envie de vous embêter dans des recherches au petit bonheur la chance? Sachez aussi que vous pouvez simplifier vos démarches en confiant les réservations de vos hébergements et voiture de location à une agence de voyage locale francophone qui concevra un autotour sur mesure, l’alternative entre séjour organisé et séjour à l’aventure. Il arrive que les prix des agences de voyages en Croatie soient moins chers ou équivalents à ceux que vous trouverez si vous réservez les hébergements et éventuellement une voiture de location séparément.

De plus en plus d’hébergeurs augmentent leurs prix car ils sont référencés par des sites comme Booking qui demandent des commissions de 20 à 25%. Du coup, même en appliquant leurs commissions, les agents de voyage locaux profitent de leurs tarifs préférentiels et proposent des prix concurrentiels par rapport à une organisation en itinérant, tout en offrant les conseils de voyage, idées d’itinéraire et l’aide pendant votre séjour.

Vérifiez le en demandant un devis gratuit à l’un des agences locales spécialisées sur la Croatie. IDEOZ Voyages ne vend rien directement ou indirectement mais a sélectionné des professionnels susceptibles de répondre à ce type de demande.


Goûtez à tout et surtout à la vraie bonne cuisine croate


local_dining
local_bar
cuisine croate

L’attractivité de la Croatie a eu pour corolaire de transformer l’offre gastronomique pour qu’elle soit de plus en plus en adéquation avec les habitudes des touristes venant du monde entier. Longtemps elle s’était alignée sur les attentes des Allemands, Autrichiens (escalopes panées Schnitzel, cordon bleu) Italiens (pâtes, pizza) et les habitants originaires d’Europe centrale (goulasch) qui constituaient l’essentiel des touristes fidèles au pays depuis plus de 20 ans.

Aimant les cuisines du monde, je respecte ceux qui voudraient manger des sushis en Croatie! D’ailleurs depuis quelques années, on trouve maintenant des spécialités chinoises, japonaises, indiennes ou des burgers à Dubrovnik ou à Zagreb, où une majorité de touristes asiatiques et américains semblent demandeurs de nourriture qu’ils connaissent et pas de spécialités croates. Je le déplore, mais l’évolution est inéluctable. N’hésitez pas à oser goûter les plats qui font partie des habitudes culinaires dans chaque région. On voyage dans son assiette et on peut même faire les recettes à la maisons pour mieux s’en souvenir!

Il n’y a rien en Croatie de plus ressemblant qu’un restaurant et un autre restaurant ; a fortiori au bord de la mer, dans les zones les plus touristiques, où les restaurants sont loin de rivaliser d’imagination pour séduire les touristes, qui n’ont pas toujours la curiosité, il faut l’avouer, de découvrir de la bonne cuisine croate “comme à la maison”. La cuisine croate est pourtant plus inspirée et créative, moins répétitive, que les cartes des restaurants le laissent supposer.

Evitez les restaurants de bord de mer des zones et villes touristiques qui affichent des menus en multilingue ou démarchent dans les rues.

Suite à des décisions pendant la période de Tito, beaucoup sont tenus par des réseaux d’Albanais qui travaillent avec des produits de basse qualité, surtout surgelés et sans trop de souci par rapport à la bonne conservation.

Certes, quelques restaurants en Croatie méritent le détour, mais pour une véritable expérience culinaire et oenologique, osez sortir des coeurs des centres historiques et des sites touristiques pour manger dans des auberges.

Demandez conseil aux locaux, mais surtout demandez leur où eux-mêmes vont ou iraient manger personnellement. Certains Croates pensent que les touristes cherchent des restos touristiques ! Or ce sont bien les adresses connues et partagées entre locaux qui sont les meilleures.

Pour ceux qui auraient envie de dépasser les cartes formatées des restaurants (restoran) aux propositions et prix quasi identiques d’un restaurant à l’autre et de fuir les rares menus à prix très alléchants que l’on trouve dans les villes et villages touristiques, privilégiez les konoba, ces auberges qui essaient de proposer une cuisine plus traditionnelle et surtout ne manquez pas les agrotourismes (agroturizam).

Les fermes auberges (dont certaines offrent le gîte et le couvert) sont situées parfois à quelques kilomètres du littoral seulement ou à proximité des parcs naturels et nationaux. Ce sont des repères parfaits pour apprécier la cuisine locale qui fait la fierté de chaque région, préparée au moment (souvent devant vous avec les explications sur le déroulement). Le tout selon des traditions familiales, réalisé avec des produits frais fabriqués sur place, des vins issus des vignobles familiaux travaillés par les propriétaires, des poissons pêchés ou encore des viandes chassées ou élevées pour vous. On y mange des spécialités qui ne figurent plus aux cartes des restaurants ! Il faut réserver absolument.

Prsut en Dalmatie

Que faut-il goûter absolument ?? C’est l’un des mets incontournables de Croatie, il fait la fierté de la Dalmatie et de l’Istrie… Le Pršut (prosciutto en italien) est un jambon sec, délicatement fumé, que l’on coupe au couteau en tranches très fines et sert, accompagné de fromage (sir), d’olives, de tomates et d’huile d’olive. Et bien sûr avec modération un bon petit verre de vin rouge issu des cépages autochtones … On le trouve autour de 12-15€ dans presque toutes les konoba, dans tous les agritourismes  où c’est  un rituel de passage d’en manger ou dans certains restaurants (touristiques ou non), où il est proposé comme apéritif à partager sur un grand plat. Impossible de le rater dans les restaurants ou tavernes des sites touristiques comme à l’intérieur du parc de Krka à Roski Slap. Mais rien ne vaut de le déguster chez l’un des nombreux habitants qui produit son propre fromage, vin (vino) et jambon pour apprécier ces saveurs traditionnelles!

Prsut jambon sec fumé de Dalmatie

En terme de boissons, la Croatie a la chance de compter une bonne variété de bières élaborées par des brasseries locales dont les deux plus connues et appréciées sont les bières blondes Karlovačko et Ožujsko que l’on trouve presque partout. Mais chaque région a sa bière (et d’autres moins connues) : la Velebitsko de Gospic en Lika, la Favorit en Istrie, la Osječko d’Osijek en Slavonie, la Tomislav à Zagreb, la Šibenska pivovara en Dalmatie.

Plusieurs routes des vins croates rappellent que le pays produit des vins blancs et rouges de plus en plus qualitatifs surtout en Istrie, en Dalmatie, en Slavonie. La période des vendanges et des fêtes viticoles entre septembre et octobre est idéale pour l’oenotourisme.

Vous aurez peut-être la chance d’être aussi accueilli par vos hébergeurs dans les maisons d’hôtes ou les agrotourismes en particulier avec un verre de vin, de liqueur ou d’eau de vie rakija de son nom générique. Ce sont des rituels de bienvenue courants : Šljivovica, schnaps à la prune, la douce Kruskovac de Makarska à la poire, le Maraschino de Zadar au marasquin, la Pelinkova aux herbes aromatiques (ma préférée pour ses vertus digestives) inspirée d’une boisson médicinale et crée par Badel en 1862 …

Montrez vous curieux des goûts et des saveurs et même si vous choisissez de loger en appartement, ou en all inclusive, accordez vous au moins une fois une sortie pour déguster ces produits et spécialités typiques.


Prévoyez un budget et anticipez les frais bancaires pour les limiter


euro_symbol

Si vous vous demandez avec quelle monnaie payer en Croatie?, la Kuna reste la devise officielle. Le mieux est de d’évaluer votre budget loisirs, restauration et cafés, visites, petits plaisirs. Comment faire? Nous avons établi des moyennes actualisées pour le coût de la vie en Croatie.

A noter : Vous devriez pouvoir payer en euros les locations d’appartements, chambres chez l’habitant et hôtels et toutes les visites guidées, certaines activités ; mais pas les entrées dans les parcs ou les sites touristiques et les musées.

Effectuez un retrait d’argent suffisant à la Poste (ouverte jusqu’à 18h) ou dans une banque croate et non dans un bureau de change (aux commissions et taux de change moins avantageux), pour éviter de multiplier les commissions à chaque retrait.

L’euro est accepté de mieux en mieux, mais compte tenu que les prix sont arrondis, voire que les seuls billets sont acceptés, vous ne serez pas gagnants à tout payer en euros.

La Croatie est entrée dans l’Union européenne en 2013, mais elle ne fait pas partie de la zone Euro. Par conséquent, les frais bancaires en Croatie pour tout paiement par carte restent couteux.

Évitez donc de payer par carte bancaire, surtout pour les petites sommes et privilégiez l’argent liquide, car des commissions souvent importantes sont prélevées sur vos achats et cela peut très vite augmenter votre budget. Qu’a changé l’entrée de la Croatie dans l’Union européenne depuis le 1er Juillet 2013?

En matière de change en Croatie : Ne ramenez pas de kunas, elles ne seront pas rachetées en France. N’achetez pas de kunas en France, attendez d’arriver en Croatie pour vous munir de monnaie locale.


Communiquez avec les locaux (et pas seulement avec d’autres touristes qui parlent votre langue)


record_voice_over

Ca semble évident, mais j’ai constaté que de plus en plus de touristes surtout parmi les jeunes cherchaient à leur arrivée d’autres personnes de leur nationalité pour échanger, boire un pot, faire des rencontres.

Apprenez quelques mots usuels de croate en cas d’urgence

picto ampoule

Comment communiquer en Croatie et quelles langues peut-on parler? Les Croates parlent l’Anglais presque partout : l’Allemand, l’Italien sont très courants, contrairement au Français.

Mémorisez des mots et expressions utiles, et leur prononciation, c’est possible sans trop d’efforts en quelques semaines! Enfin, presque! Soyez au moins autonome pour comprendre et parler les mots clés de toute langue. Essayez de mémoriser la prononciation et quelques formules de base qui vous permettront de communiquer dans la langue locale. L’effort sera d’autant plus apprécié que beaucoup de touristes se contentent de l’anglais pour échanger.

N’hésitez pas à imprimer votre lexique franco croate. Pas plus de 100 mots de base qui pourront toujours vous être utiles!

Si vous voulez apprendre le croate pour communiquer avec les locaux, il existe des petits livres de méthode de langue croate ou des dictionnaires français / croate pour vous initier aux rudiments de la langue facilement.

Je vous recommande le petit guide de conversion Parler le croate en voyage qui est clair, pratique et concis.


Qui en voyage n’est pas amené à devoir s’exprimer dans une langue étrangère? Parler dans une langue étrangère commune devrait faciliter les échanges, les rencontres et l’immersion dans un pays, y compris si on n’y passe que quelques jours. Mais pour certains, le blocage est réel. Par manque de pratique, on oublie. Par sentiment de ne pas être à l’aise, par gêne ou honte, on n’ose pas. Par manque de maîtrise ou par ignorance des mots usuels qui dépannent, on ne se lance pas dans un apprentissage qui peut se faire rapidement grâce aux solutions actuelles sur internet et les applis pour apprendre les langues.

Quelle méthode de langue choisir entre Duolingo ou Babbel pour réviser ou apprendre l’anglais ? ou toute autre langue utile avant votre départ? Ce sont deux applis misant sur un apprentissage de 5 à 15 min par jour. Duolingo est amusant, gratuit mais vite limité, si ce n’est pour apprendre ou réviser des mots. Babbel (payant, avec des promotions régulières autour de 29€ l’année) est plus poussé et conjugue grammaire, vocabulaire et informations culturelles.

Pour les plus motivés qui ont envie de se mettre ou se remettre aux langues pour communiquer dans une langue étrangère lors de leurs vacances en Croatie, faute de pouvoir parler en Croate, Babbel s’avère pratique et plutôt efficace pour apprendre ou renouer avec les fondamentaux d’une langue quand on l’a oubliée.


Anticipez beaucoup pour trouver les meilleures offres en Croatie

pageview

Quand obtient-on les prix les plus bas? N’attendez pas la dernière minute pour réserver vol, bus ou voiture, car les prix seront plus chers surtout en été. Le meilleur conseil possible est de réserver en hiver entre janvier et fin mars pour obtenir les prix les plus attractifs et réaliser un séjour vraiment sur mesure, y compris en mode road trip.

Contrairement à ce que l’on pense, la Croatie étant une destination à la mode, les prix des vols et des voitures de location augmentent à l’approche de la haute saison ou en pleine saison. Il est préférable de partir hors saison pour apprécier au mieux le pays, mais si vous n’avez pas la possibilité, pensez à réserver votre vol et votre voiture de location, et éventuellement vos billets de bus en Croatie, au moins deux ou trois mois avant votre départ pour bénéficier de prix plus attractifs. Il est rare que la Croatie apparaissent dans les offres à prix cassés de dernière minute.

picto plus

Si vous circulez en Croatie en voiture de location, pensez à souscrire à une offre casco, aux assurances autorisant la sortie de frontière et l’emprunt de ferry.


picto avion

Aller en Croatie en avion
On trouve des vols pas chers hors saison (Pula, Zadar), mais les prix flambent en juillet et août. L’avion reste rapide (entre 2h30 et 3h30) et pratique.


picto bus

Aller en Croatie en bus  : Si vous avez beaucoup de temps devant vous et ne craignez pas de passer deux jours dans un bus, cette solution reste relativement économique. Comptez au moins 20h-22h depuis Paris jusqu’à Zagreb! On trouve des billets à partir de 40€ mais plutôt autour de 80/90€ en moyenne et haute saison.

  • Flixbus et d’autres compagnies locales desservent presque toute la Croatie et notamment Zagreb, Pula, Split, Makarska, Osijek, Porec, Rijeka, Sibenik, Slavonski Brod, Varazdin, Zadar

Il est ensuite facile de visiter la Croatie en bus. Pour en savoir plus sur les bus en Croatie : les liaisons, compagnies et  gares routières


pictos train

Aller en Croatie en train
Voyager en Croatie et jusqu’en Croatie en train  n’est pas forcément pratique car les liaisons sont très limitées entre Zagreb et Split et en direction de la Serbie, mais cela peut s’avérer intéressant dans le cadre d’un voyage dans plusieurs pays de profiter du Pass interrail


picto-voiture

Circuler en voiture  Adriagate, agence croate spécialiste de la Croatie propose des offres compétitives et incluant les assurances de sortie de frontières et l’emprunt de ferries.
Et retrouvez nos conseils pour louer une voiture en Croatie en évitant les pièges!


Ne vous limitez pas qu’aux guides voyage payants ou gratuits et aux conseils sur internet

beenhere

Certains ont besoin d’embarquer dans leurs bagages un guide papier ou numérique pour se repérer et trouver les bonnes visites et adresses. Je respecte ce réflexe, car le travail éditorial et les expériences de globetrotteurs experts de la destination ou originaire du pays sont censés garantir une meilleure fiabilité des informations sur la Croatie.

Quel guide voyage acheter pour découvrir la Croatie? La question m’est souvent posée. N’utilisant aucun guide touristique à titre personnel, je ne suis pas la bonne interlocutrice à ce sujet, mais je me suis efforcée de tous les lire pour me forger une opinion.

Le meilleur guide touristique sur la Croatie?

trouver un guide voyage en croatie

S’il manque d’illustrations, le Guide Croatie Lonely planet reste une bonne référence, avec des informations claires, assez fiables et des adresses intéressantes. Bien qu’il soit surtout apprécié dans la communauté des voyageurs anglophones, le Lonely Planet a conservé une approche qui marie les objectifs touristiques et les suggestions moins conventionnelles qu’on trouve partout.

Le guide du Routard Croatie condense l’essentiel de ce qu’il faut savoir sur le pays, mais il pêche par des défauts d’actualisation récurrent, surtout par rapport aux changements de prix et à certaines adresses qui ne sont pas révisées, si ce n’est à l’issue des remontées faire par les touristes. Le Routard ne renouvelle plus vraiment ses adresses en contrôlant ce qu’elles valent dans le pays et cela se ressent dans certaines critiques.

Le guide vert Michelin Croatie m’a quelque peu déçue par rapport à la documentation très superficielle sur des destinations peu connues. Michelin se concentre sur les fondamentaux et agrémente des informations pratiques de base en synthèse, en oubliant les petits détails qui font la différence.

Si vous n’êtes pas lecteur ou si vous êtes pressé, le guide Simplissime Croatie a pour objectif de condenser des informations pratiques de façon ultra synthétique, en privilégiant des visuels efficaces.

system_update_alt

Utile pour se repérer : la carte de Croatie touristique à télécharger et les cartes sur les régions, les reliefs, les villes et sites touristiques, les transports, les plans des villes

N’hésitez pas à acheter une carte (avec les noms locaux) comprenant les divers pays des Balkans (au moins la Slovénie, la Bosnie, le Montenegro). Cela pourrait vous être utile si vous acceptez l’idée d’un road trip à travers l’ex Yougoslavie.

Besoin d’une carte routière de la Croatie?

Mon conseil : carte routière et touristique de la Croatie actualisée est pratique pour repérer les sites essentiels!

J’avoue qu’en routarde depuis toujours, je ne me départis pas d’une carte pour mieux identifier visuellement les trajets, alors que les GPS ont tendance à calculer automatiquement leurs parcours en faisant aller d’étape en étape, sans qu’on ait la visibilité complète.

Ne payez pas pour un GPS fourni par l’agence de location de voiture : c’est cher et inutile, alors que les smartphones disposent de Google maps, Waze etc gratuitement. Pensez à contacter votre opérateur téléphonique avant votre départ pour vérifier ce qui est inclus dans votre forfait et quelles options peuvent être utiles. Cela restera moins cher que de louer le GPS.

Fiez vous aussi aux conseils des locaux !

Les voyageurs habitués à beaucoup préparer leur séjour aiment fouiller sur les forums, les blogs, les guides de voyage en ligne les groupes Facebook, Instagram ou Pinterest pour s’informer et c’est très bien. C’est d’ailleurs la vocation de ce site et de mon groupe dédié à la Croatie. Le partage d’expériences avec des touristes est devenu une évidence. Mais ne vous contentez pas de ces références.

icone doigt droit

Croisez les sources (sur les sites officiels notamment) pour être sûr que les informations sont fiables

vérifiez les dates de publication pour confirmer l’actualisation. Beaucoup de prix, d’horaires ne sont pas toujours mis à jour et sont trompeurs.

Demandez TOUJOURS conseil aux locaux : ce sont les meilleurs connaisseurs

Beaucoup de touristes ont beau avoir apprécié leurs vacances, ils ont rarement passé assez de temps (sauf les habitués) pour connaître mieux que les habitants! Vous dénicherez les sites moins connus que les étrangers ne connaissent pas forcément, des activités, événements ou des bonnes adresses réputées et fréquentées par les Croates.

Alors, soyez indépendants ! Soyez informés ! Et voyagez avec un but,  c’est l’unique moyen de voyager intelligent.


Si vous ne deviez retenir qu’un conseil : osez, soyez curieux et ouvert à tout!

En réalité, le meilleur conseil que je puisse vous donner est de vous faire confiance. Vous pourrez lire tout ce que vous voudrez sur des guides, sur internet, de blog en forum, de groupe facebook en post Tweeter, rien ne vaut L’INTUITION. C’est VOTRE VOYAGE. Vous êtes seul à savoir comment vous voyagez, ce que vous aimez, ce que vous avez envie d’expérimenter. Au mieux je peux vous faire des suggestions auxquelles vous n’auriez pas pensé?! C’est donc vous qui détenez les clés de la réussite de votre futur séjour en Croatie. Personnellement, je n’ai jamais préparé le moindre séjour. Je suis partie à l’aventure, et si j’accompagne des voyageurs comme vous au quotidien, j’aime leur rappeler que tout arrive au cours d’un voyage. Surtout des rencontres.

Plutôt que de vous en tenir à votre GPS, n’hésitez pas à demander votre route aux personnes que vous croisez sur votre chemin et en profiter pour leur demander des conseils sur ce qu’il y a à découvrir dans les environs. Vous aurez sûrement de chouettes surprises comme celles que j’ai eues en me rendant vers Knin ou vers la source de Cetina alors que j’interpellais un serveur à Zadar sur ce qu’il me conseillait de voir! Etant de Knin il m’a suggéré cette ville que je n’aurais jamais choisie spontanément et ce fut une agréable surprise avec la chute de Krcic, à proximité la Dinara, et Izvor Cetine, puis la Bosnie Herzégovine toute proche, par laquelle j’ai rejoint Plitvice, en passant par le parc national d’Una en 1996. Ce sont ces découvertes inattendues qui ont le plus contribué à me ramener en Croatie dès l’année suivante… Comme quoi!

Et il est temps de conclure : apprenez à voyager avec les yeux et les oreilles grands ouverts. Apprenez à échanger avec les moyens du bord,  soyez des ambassadeurs afin de rapporter ce que vous y avez vu


 

Crédit icones : icons8.com

20 commentaires sur “Réussir ses vacances en CROATIE : mes conseils pour préparer un séjour itinérant”

  1. Cédric Krummenacker

    Juste un message de remerciement car nous revenons de notre voyage en Croatie où tout s’est bien passé grâce aux nombreux conseils de votre site internet et des messages sur le groupe Facebook
    C’est un pays magnifique et avons adoré tous nos lieux de visites sauf zadar. Gros coup de cœur pour SPLIT, DUBROVNIK et les lacs de PLITVICE

  2. Merci beaucoup Sandrine pour toutes les suggestions de visites et les bons plans. Nous avons adoré la Croatie. C’est en grande partie grâce à vos précieux conseils. Bravo.

  3. Bonjour
    Je vous remercie pour toutes les infos trouvées. Nous envisageons aller en Croatie aux environs du 5 au 25 septembre en itinerant
    Est-il vraiment indispensable de réserver les hébergements avant de partir ou à cette période, il sera facile de trouver notre logement sur place.
    Par ailleurs, la frontière a Neum pour se rendre à Dubrovnik ne pose pas de problème aux touristes ?
    Merci beaucoup
    Eliane

  4. Voilà c’est la fin de notre voyage de 15 jours, nous avons vécu un. Super séjour , voici rapidement quelques retours sur les recommandations de Sandrine
    . La location de voiture avec sandro et david ( rent a car lager) : top ! Sérieux , réactif et très arrangeant
    – la sortie bateau avec david depuis pakostane : top , beau moment , découverte du coin avec des explications
    – visite guidée de Dubrovnik avec Femica : très intéressante et passionnée.
    Nous avons également lu les ebook d’ideoz très complet , intéressant et surtout super à jour.
    Notre circuit s’est fait en trois temps : zone de split , zadar et Dubrovnik .
    Cela nous a permis d’avoir un aperçu de l’ensemble de la Dalmatie.
    Ce voyage fut riche , reposant et stimulant.
    Un grand merci à ce site et au groupe Facebook et à Sandrine.

  5. Bonjour
    Actuellement à la moitié de notre voyage en Croatie, je tenais à vous remercier énormément Sandrine Monllor car pour l’instant nous avons suivis tout vos conseils et nous sommes ravis et émerveillés devant toutes les belles choses que nous découvrons ! Merci beaucoup

  6. Rémi et Frédérique

    Bonjour,

    Nous avons prévu un voyage en Croatie dans une dizaine de jours et avons uniquement bloqué nos vols….
    On est donc un peu en retard pour planifier notre itinéraire, mais on a l’habitude !

    Nous arrivons à Dubrovnik le 25/08 et repartons de Zagreb le 11/09. Nous devons être aussi à Split le 29/08 pour récupérer notre fils (20 ans) qui finira le voyage avec nous.

    Nous serons donc 2 puis 3 pour ce voyage.

    Habituellement, nous faisons nos voyages en itinérant, en se posant plusieurs jours à chaque endroit et en rayonnant autour.

    Nous sommes assez sportifs et souhaitons profiter de la nature, avec du kayak, de la randonnée et des sites peut être moins courus des touristes. Les villes historiques seront aussi au programme bien sûr.

    Pour les hébergements, si vous avez des coups de cœur pour des nuits insolites, des endroits magiques et des rencontres, nous sommes preneurs! Un mix entre endroits simples et nuits plus luxueuses serait parfait.

    Je ne sais pas exactement jusqu’où vont vos prestations , mais nous ne sommes pas contre une aide pour les réservations.

    Merci de votre réponse

    Rémi et Frédérique .

  7. Bonjour
    Nous avons (2 pers) le projet de partir en Croatie en septembre prochain en itinérant
    J’ai lu en ligne que vous pouvez partager expérience et conseils
    J’ai plusieurs questions à propos :
    – Covid
    – aéroports Dubrovnik ou Split suivant la possibilité ou pas de passer à Neum
    – peut- on réserver les hébergements au fur et à mesure de notre voyage
    – location de véhicules : quels sont les pièges à éviter
    Je vous remercie pour vos conseils
    Cordialement

    Eliane

  8. Bonjour à tous ! Un petit mot pour vous remercier car je viens de rentrer de Croatie, c’était fabuleux et en partie grâce à vos précieux conseils ! Merci encore et tout particulièrement Sandrine Monllor. Belle journée à vous

  9. Bonjour, j’espère que vous allez bien,
    Tout d’abord je tiens à vous remercier pour votre site qui m’a énormément aidé pour l’organisation de mon voyage en Croatie
    Je me permets de vous contacter car j’ai des petites questions
    -Je reste quatre jours à Dubrovnik j’aimerais donc avoir un guide francophone pour visiter tous les coins de Game of Thrones ainsi que de visiter la ville, comment prendre contact avec madame Famica afin d’organiser une visite ainsi que de savoir les prix ?
    Deuxième question , en ce qui concerne le fery dubrovnik a split , savez vous sur quel site peut on réserver et pouvons nous prendre nos valises ?
    Troisième question :j’aimerais savoir si vous connaissez une chauffeur et guide qui puisse effectuer la visite des deux parc en deux jour car nous logerons à split.
    Quatrième question et la dernière : connaissez vous un guide qui peut nous effectuer une visite d’un jour de dubrovnik à Montenegro
    Concernant les questions relatives aux guides avez vous des mails pour que nous puissions échanger.
    Je vous remercie pour votre travail ainsi que votre site.
    Dans l’attente de vous lire et avec mes remerciements
    Je vous souhaite une agréable journée

    1. Sandrine Monllor (Fuchinran)

      Bonjour Melvina,
      Pour la visite guidée en français sans hésiter Femica (kaludrica@gmail.com) https://voyages.ideoz.fr/femica-guide-francophone-dubrovnik/ et Ana (turquoisetravelcroatie@gmail.com). Ce sont les meilleures. Vous devriez leur demander pour le Montenegro. Ana organise des transferts privés avec guide ou des transferts partagés, puisque les excursions de groupe n’ont pas repris.

      Pour ce qui est des liaisons : Krilo star s’est imposée car plus rapide : il peut arriver qu’on fasse payer un paiement en supplément pour la bagage mais je ne saurais vous dire si cela vous concernera.
      https://voyages.ideoz.fr/croatie/destinations/guide-dubrovnik/aller-a-dubrovnik/catamaran-krilo-star/

      Vous pouvez aussi trouver une liaison par Jadrolinija pour Split Dubrovnik, mais elle est plus longue que celle de Krilo.

      Concernant la visite des parcs de Plitvice et Krka, pour le chauffeur et guide, vous devriez contacter Jan Claude qui est parfaitement francophone et le meilleur guide possible à Plitvice : jc.rando.zadar@gmail.com ou pour un chauffeur : lena.rentacar@gmail.com ils ont mis en place un service de transfert jusqu’à 8 personnes depuis Split. Eventuellement vous pourrez contacter Mile (mile.biograd@gmail.com) et Valentina (valentina.guide.zadar@gmail.com) au cas où les deux autres ne seraient pas disponibles.

  10. Sandrine Monllor, merci je te suis régulièrement sur le site tout comme sur le groupe Facebook mais tellement d’infos géniales que je ne sais au final plus .. je suis française d’origine croate et j’ai encore tellement. de choses à découvrir ou redécouvrir Belle journée à toi et à tous

  11. A chaque post je suis émerveillé de votre ♥️inconditionnel pour ce beau pays qui est la Croatie.. Bravo Sandrine et félicitations pour vos conseils bienveillants
    vous pouvez être fière de votre travail de qualité et surtout qui sort du lot je connais la Croatie de part mes nombreux voyage en Dalmatie étant moi même franco croate mais je peux affirmer une chose ç est que vous me donnez l envie d arpenter tous les chemins de traverse… De ce magnifique pays.. Volime moja hrvatska.

  12. Gaëlle Riandet-Crene

    Bonjour Ideoz Voyages on a passé deux semaines magnifiques, nous reviendrons sûrement. Nous prenons la route ce matin. Merci pour votre site et je vous souhaite bon courage pour cette période difficile, bonne continuation

  13. Bonjour à tous,
    Nous voici de retour depuis hier matin. Notre premier voyage à l’étranger en mode baroudeur et ce fut une réussite.
    Aucuns problèmes ni à l’aller ni au retour où au final, seuls nos papiers d’identité nous ont été demandés à chaque fois (malgré tout nous avions les nouveaux formulaires demandés en notre possession). Nous sommes passés par l’Allemagne, l’Autriche et la Slovénie et que de beaux paysages ! Pour le retr, nous sommes partis à 20h de Pula et n’avons eu aucuns bouchons aux frontières (max 1voiture devant nous!)
    Nous en garderons de très bons et beaux souvenirs. Cette mer au bleu azur étincelant, cette architecture toute en pierres, ces plages de roches ou galets avec ces bans de poissons!
    Nous avons visité quelques villes et elle avait toutes leurs charmes (Novigrad et ses ruelles, Pula et son amphithéâtre, Grožnjan et ses multitudes de petites boutiques d’artisans, Motovun et sa montée !). L’Istrie fût une très belle découverte ! J’espère avoir l’occasion de pouvoir visiter les autres regions de Croatie un jour!
    Merci à tous sur ce groupe pour vos conseils et à Sandrine Monllor pour tous ses articles du blog qui ont permis une belle préparation de ce voyage.
    Et belle découverte et séjour dans ce beau pays à tous !

  14. Sandrine,

    C’est avec avidité et passion que je viens de lire de vos nombreux articles sur les Balkans, en particulier, sur la Croatie et la Bosnie. Vous en êtes une profonde connaisseuse.
    Et j’en viens à regretter de n’avoir découvert qu’hier votre site IDEOZ.
    Passionnant !

    Cela m’a d’autant accroché que j’ai parcouru deux fois cette région à 30 ans d’intervalle et que bien des questions, des réflexions me restaient sans réponse. Vous m’avez magnifiquement éclairé.

    La première fois, c’était en août 1990. C’était encore la Yougoslavie. Mais à un moment charnière : en novembre 1989, le mur de Berlin s’était écroulé. Pour la première fois, toute l’Europe s’adonnait au tourisme. Je n’avais jamais vu autant de Hongrois, de Roumains, de Tchécoslovaques, et tant d’autres : une vraie fête pour tant de gens sous séquestre durant tant d’années. Et pourtant, je suis revenu avec un curieux sentiment : partout les locaux étaient d’une mine sombre. A Cluj, nous avons traversé une manifestation avec force drapeaux croates. On nous a dit que c’était pour les fêtes du 15 août… Eux craignaient ou se réjouissaient de l’avenir, nous, nous étions loin d’imaginer la suite. A Medjugorge, on a vu les populations inquiètes. Quittant Sibenik, le 18 août, pour aller vers Plitvice, nous avons été surpris par un barrage de rochers sur notre route en pleine campagne, par des encombrements dantesques dans Obrovac et sur la Magistrale, par un détour forcé par des militaires sur la route de Garsac… Sans rien, comprendre.

    J’ai découvert dans un documentaire de la BBC en 1996 que c’était la sécession de la Krajina, puis, en vous lisant, plus précisément la Révolution des Rondins. Elle s’était passée la veille autour de la région de Knin. Nous étions là, des millions de touristes ignorant d’une guerre qui grondait sous nos yeux…

    J’avais gardé de très fortes impressions de ce voyage où nous avions beaucoup circulé, beaucoup découvert. C’est ainsi que j’ai fort péniblement vécu la guerre qui a ravagé le pays moins d’un an plus tard : les chars dans Plitvice, les massacres, … j’ai pleuré en voyant s’effondrer le pont séculaire de Mostar, en voyant les bombardements des lieux tellement appréciés un an plus tôt. Sans comprendre, révolté, écoeuré…

    Mon épouse en 2019 voulait découvrir la Croatie, une aubaine pour moi que de revoir ces pays. En septembre dernier, nous avons ainsi fait un long périple qui de l’Istrie à Budva nous a fait redécouvrir la Dalmatie, mais aussi le Biokovo, Kotor ou Mostar en passant par bien des sites que vous décrivez. Un vrai bonheur, d’autant que nous avons tout au long du parcours logé chez l’habitant. Avec quel accueil nous y avons été reçus … Un des plus beaux périples que j’aie connu, d’un point de vue touristique bien sûr, mais combien humain également.

    J’ai ressenti fortement au-delà des regards plus sereins d’aujourd’hui que les fractures sontencore bien sensibles. Certes, elles ne sont pas bien visibles par ceux qui n’ont pas connu la Yougoslavie « d’avant » et son déchirement horrible, mais partout, j’ai pu en déceler les indices.

    Quoi qu’il en soit, un immense merci pour tous vos textes. Même si certains sont un peu datés, ils expriment fort bien mon sentiment personnel, mon regard sur les Balkans de 2020.

    MERCI, Sandrine

  15. Sandrine Monllor (Fuchinran)

    Bonjour Moka,
    l’avantage des îles croates est qu’elles sont toutes assez voire très différentes y compris dans une même région. Par exemple, on a les îles Kornati dans la région de Zadar – Sibenik qui ont des paysages lunaires et ressemblent à des rochers et des îlots qui s’enchaînent comme un chapelet, alors que juste à côté il y a l’île très verte de Dugi otok tout en longueur qui est parsemée de villages très typiques.
    Dans la région de Dalmatie centrale, il y a les paysages assez désertiques du centre de l’île de Brac qui contrastent avec la verdeur de Vis ou les vignes, oliviers et lavandes du coeur de l’île de Hvar. Oui, toutes les possibilités s’offrent aux voyageurs en ne visitant que des îles. C’est un voyage à part en Croatie. Il est tout à fait possible d’en allier une ou deux lors d’un premier séjour.

  16. Bonjour,

    Merci pour ce guide et ces quelques conseils précieux. Et merci de m’avoir fait découvrir l’existence des îles croates dont je n’avais jamais entendu parlé. Si elles correspondent à la photo, ça donne bien envie d’y faire un tour ! 🙂

  17. Merci pour la présentation de ce beau pays où j’aimerai me rendre. Je pense que pour mes prochaines vacances ce sera une superbe destination et je ne manquerai pas de suivre vos conseils 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *