IDEOZ Voyages > BALKANS > Voyager dans les Balkans : où, quand, comment, pourquoi ?

Voyager dans les Balkans : où, quand, comment, pourquoi ?

Bouches de Kotor au Montenegro

Que voir et que faire lors d’un premier ou d’un 10 ème voyage dans les Balkans ? Une chose est sûre, cette péninsule est l’une des rares zones en Europe, où le voyageur curieux a l’impression de vivre plusieurs voyages en un et que chacun devient une expérience.


Pourquoi découvrir les Balkans?

La question du pourquoi se pose en particulier pour les Balkans, car les pays qui composent cet espace du Sud de l’Europe n’ont pas toujours bonne réputation et sont parfois même clairement victimes de préjugés injustes… C’est pourquoi j’ai essayé de raconter ma vérité sur les Balkans et d’expliquer notamment sur IDEOZ Voyages ce que j’aime tant dans les Balkans et ce que j’ai appris de ces terres au fil de mes nombreux voyages au cours des 2 dernières décennies.

Ceux qui ont eu la curiosité de parcourir la genèse et les objectifs d’IDEOZ savent déjà que les Balkans ont été au centre de mon projet initial de blog collaboratif multi-thématique. En effet, mon aspiration était de partager sur la toile mes expériences et mes voyages dans cette Europe du Sud-Est. J’avais commencé il y a 20 ans à contribuer sur un site de consommateurs appelé CIAO.fr, puis sur mon magazine d’actualité Esprits Libres – Ideozmag à une époque où ces pays étaient encore très peu envisagés comme destinations touristiques et sortaient à peine de la guerre. Autant dire que ces pays faisaient plus peur que rêver.

IDEOZ Voyages avait et a donc pour mission de rassembler en priorité mes anciens récits, communiquer des informations pratiques actualisées reposant sur les expériences de voyageurs aimant et connaissant les pays des Balkans, afin d’aborder ces pays sous les angles touristique, culturel, culinaire et sociétal. J’espère que cette page et toutes celles se rapportant aux Balkans sauront vous faire aimer ces pays comme nous les aimons!!


Le Balkans, un kaléidoscope où l’on aime se perdre…

Perast au Montenegro

Les Balkans sont une région de l’Europe du Sud Est dont l’appellation est contestée et peut s’entendre de bien des manières selon qu’on adopte la définition géographique, historique, culturelle, économique ou politique et militaire. Pourtant, dès qu’on évoque les Balkans, dans l’imaginaire du voyageur, cette vaste région est aussi fascinante que méconnue, mais trop souvent marginale en Europe. La péninsule balkanique assure la jonction entre les aires de civilisation gréco-romaine, slave, ottomane, germanique et occidentale. Évoquer les Balkans comme le carrefour entre l’Occident et l’Orient n’est pas une commodité langagière.

Exposés aux tentatives nombreuses de conquêtes depuis l’antiquité, agités par des tensions continuelles et parfois des guerres civiles entre les diverses communautés ethniques et religieuses qui tentaient difficilement de cohabiter en Ex Yougoslavie notamment, les Balkans sont une terre de résistances, de combattants et de contrastes pour ne pas dire de contradictions. Ce n’est pas que cette terre de transit, ingrate et parfois hostile, qu’empruntent tant de réfugiés depuis des années, à la faveur des guerres en Syrie ou d’ailleurs, pour tenter de regagner l’Europe prospère de l’Ouest. Pour appréhender les Balkans, il faut “écouter, marcher, s’imprégner” comme le disait si bien François Maspero.

Carte des Balkans

En réalité, les Balkans révèlent une mosaïque complexe de peuples, de langues, de traditions, d’identités, et de religions, une variété de paysages souvent encore sauvages, de patrimoines historiques et culturels remarquables et des héritages culinaires issus des diverses occupations qui ont apporté des influences méditerranéennes, slaves comme orientales. Les Balkans doivent aussi leur nom à une étymologie particulièrement imagée. Que vous visitez les pays d’ancienne Yougoslavie ou vous orientez vers l’Albanie, la Bulgarie, le pays du massif Balkan qui a donné son nom par extension à cette région, ou encore à la Grèce, vous devriez apprécier la multiples expériences que vous procurera un voyage dans les Balkans.


beenhere

Retrouvez nos conseils de voyage et idées de visites sur le Guide voyage dédié aux Balkans élaboré à partir des expériences et récits des voyageurs de la communauté IDEOZ et faîtes le tour des Balkans en photos grâce aux clichés publiés par nos membres et visiteurs…


Quel pays des Balkans découvrir pour débuter?

La Grèce et la Croatie sont des destinations phares pour les amateurs de vacances en bord de mer ou des vacances alliant visites et farniente. Les deux pays offrent un large choix d’îles pour ceux qui ne souhaiteraient pas explorer la partie continentale ou conjuguer deux types de séjour en un.

picto plus

Budget : à partir de 300€/ semaine et par personne ; comptez plutôt autour de 500€ en été

picto_moins

Beaucoup de touristes en été entre juillet et fin août, donc mieux vaut voyager hors saison, d’autant que les prix sont plus bas.

oia village iles grecques cyclades

La Grèce est une évidence si vous avez une démarche de tourisme classique. Pourtant, ce n’est pas en Grèce que j’ai vraiment apprécié les Balkans. Inutile de présenter la Grèce, tant elle a conquis depuis longtemps les faveurs des touristes. Elle occupe régulièrement l’une des places du podium européen parmi les ventes de voyage en agences. Ses îles aux paysages de carte postale font rêver et attirent les touristes de toute l’Europe en particulier allemands, anglais.

Les îles de Santorin ou Rhodes, très connues, ou les plus confidentielles Milos ou Hydra permettent de combiner tourisme culturel, randonnées et plage. Mais ce n’est pas forcément dans cette Grèce là, même hors saison, quand la nonchalance hellénique des insulaires reprend ses droits, que vous pourrez appréhender les Balkans. D’ailleurs, les îles grecques ce n’est pas les Balkans. Mieux vaut privilégier l’exploration d’une Grèce continentale avec ses montagnes, les Rodhopes, ses sites archéologiques comme Delphes perdus dans les champs d’oliviers semblables à une véritable mer verdoyante qui envahit la terre. Et si vous êtes un peu curieux, prolongez vers le Nord du côté de la Macédoine, avec ses campagnes aux airs de bout du monde.

La Croatie, le meilleur point de départ en raison de sa situation géographique

Stable politiquement et très sûre, la Croatie commence à émerger et à devenir même à la mode, même si elle conserve encore un petit parfum d’exotisme. Élue depuis des décennies par les allemands, les autrichiens et les italiens, elle est aujourd’hui de plus en plus fréquentée par les touristes de toute l’Europe et même d’Amérique du Nord.

Au-delà d’un coût de la vie en Croatie relativement attractif, d’une variété des patrimoines antiques, médiévaux, vénitiens, ce petit pays maritime, insulaire et continental étire ses paysages ponctués d’une longue côte dentelée, de massifs montagneux en son centre qui cèdent le pas à la vaste plaine danubienne vers l’est. La Hrvatska Republika de son nom officiel présente aussi un autre avantage notable. Hormis sa proximité à moins de 2h30 d’avion de la France, elle est frontalière avec plusieurs pays (Slovénie, Hongrie, Serbie, Bosnie, Montenegro), ce qui permet d’envisager un séjour transfrontalier facile et pratique, avec des incursions ou des excursions pour tous les goûts.


Comment découvrir les Balkans?


La meilleure manière d’approcher les pays des Balkans est la transversalité. J’évoquais l’intérêt de la situation géographique de la Croatie. Nombreuses sont les portes d’entrée dans les Balkans. En définitive, on n’entre pas vraiment dans des pays, mais on part explorer des peuples, des nationalités, des minorités qui forment des espaces composites et uniques où se mêlent des langues, des dialectes, des religions, des traditions et des cultures innombrables.

L’ex Yougoslavie à elle seule en propose bien trop pour tenter même de les résumer ici. Même si la Yougoslavie n’existe plus aujourd’hui, c’est bien ce pays artificiellement constitué à l’issue de la guerre des Balkans et de la première guerre mondiale, qui synthétise de façon excessive et caricaturale la complexité des peuples habitant ces terres. C’est aussi cette vision idéelle que l’on déconstruit en parcourant chaque nouveau pays au cours d’un même ou de plusieurs voyages..

Étendue autrefois depuis la Slovénie au nord ouest jusqu’à la Serbie, au Kosovo, à la Macédoine, à l’est, à la Bosnie, au centre et à la Croatie et au Montenegro au Sud, la Yougoslavie était perçue comme un pays presque modèle, où cohabitaient bon gré mal gré des peuples aux cultures pourtant très diverses et parfois opposés. La réalité était tout autre ! L’histoire le prouvera lorsque chacune des régions souhaitera prendre non sans peine son indépendance par rapport au pouvoir central de Belgrade, moins de dix ans après la mort du Maréchal Tito qui tenait d’une main de fer tous les intérêts dans cette république socialiste fédérée de Yougoslavie. La Yougoslavie rappelle l’insoumission, la recherche d’une voie alternative au stalinisme dans le bloc de l’Est à partir de 1948 et l’adhésion au Mouvement des non-alignés.

Quel pays des Balkans découvrir si vous voulez sortir des sentiers battus?

La Bosnie, l’Albanie, la Macédoine, la Roumanie, la Serbie attirent encore fort peu de touristes internationaux et ont conservé une grande authenticité.

Visiter la Serbie c’est se colleter à un condensé très représentatif de la culture et de la religion orthodoxes en Europe centrale. L’hospitalité du peuple serbe étonne parfois ceux à qui je confie que c’est en Serbie que j’ai sûrement fait les plus belles rencontres et noué des amitiés fortes. Certes, la Serbie souffre encore d’une image de pays belliqueux impliqué dans trop de guerres récentes. Mais soyez en certain, la majorité des Serbes ne ressemblent pas à cette minorité agissante qui rêvait d’une Grande Serbie et était aveuglée par son nationalisme. Les Serbes sont conviviaux, festifs et généreux ; ils ont un sens de l’accueil hors du commun et le réservent à tous ceux qui ont envie de découvrir leur pays sans préjugé.

Belgrade est une capitale très instructive où rien est tout à fait évident. Belgrade est une ville pleine de vitalité, au carrefour de l’occident et de l’orient. Si vous aimez faire la fête, Belgrade saura vous offrir tous types d’ambiances et d’atmosphères sur terre ou sur l’eau, puisque les péniches de la Sava et du Danube fonctionnent jour et nuit et peuvent convenir à tous les publics de fêtards. Les montagnes ne sont pas très loin à moins de 2h de la capitale, depuis laquelle de nombreuses excursions sont à portée en bus ou en voiture. Le circuit des citadelles du Danube en Serbie est aussi une possibilité entre Novi Sad et les portes de fer jusqu’à la frontière roumaine. Sans parler de la campagne très authentique et des monastères orthodoxes fortifiés médiévaux, qui sont de véritables oeuvres d’art si vous recherchez des sites historiques, architecturaux et culturels!

Si vous recherchez un voyage avec une agence en petit groupe en prenant votre temps, optez pour les séjours de l’agence Nouvel Est, spécialiste des Balkans qui a une philosophie très rare et passionnante tournée autour de l’humain et de la découverte multiculturelle, des échanges, des moments uniques dans les vignes de monastères et à partager le repas et les vins des moines…

La Bulgarie et la Roumanie présentent des caractéristiques assez proches. On y ressent un héritage et des traditions orthodoxes très vives, on apprécie le charme des campagnes qui nous ramènent des décennies en arrière. Les massifs de Balkan et des Rodhopes en Bulgarie sont à la fois un tantinet hostiles, sauvages et pourtant d’une beauté qui saisit.

La Bulgarie centrale séduit avec ses monastères majeurs, ses chemins de randonnées dans les montagnes où l’on croise quelques lacs, ses petits villages pittoresques, son parc national des ours dansants à Belista. C’est non seulement peu touristique mais aussi très économique comme destination.

Si vous voulez vraiment aller sur une terre vierge de touristes, le Kosovo est probablement le pays le moins touristique.  Le bémol principal tient à l’obligation de posséder un passeport pour y transiter, contrairement à la FYROM accessible avec une simple carte d’identité valide. Malgré sa petite taille, une réputation parfois sulfureuse et une situation économique et sociale inquiétante, on trouve quelques trésors religieux et artistiques au Kosovo qui méritent le voyage comme la ville de Péc (Peja), la musée à ciel ouvert de la civilisation ottomane à Prizren, les monastères de Decani et Gracanica.

Berat Albanie

L’Albanie est vraiment l’une des destinations les moins chères d’Europe (environ -75% par rapport à la France) avec la Bosnie Herzégovine et ne compte pas encore beaucoup de touristes bien que le pays attire de plus en plus de touristes occidentaux. Si on oublie le littoral qui est devenu assez touristique pour les locaux et les expatriés en été, on trouve des paysages impressionnants vers le Nord, où le seul fait de sillonner les routes est déjà une expérience en soi, sans oublier les sites culturels et historiques de l’Albanie du Sud dont plusieurs villages et sites sont classés au patrimoine de l’Unesco.

Quels sont les pays des Balkans les plus sûrs?

A faux escient, les Balkans sont souvent considérés comme dangereux ou peu sûrs. Or, la plupart ne présentent aucun danger pour les voyageurs, même s’ils sont dans les médias connus pour abriter des trafics de tous ordres et faire les beaux jours des mafias. Comme toute mafia, ces réseaux sont cachés et donc invisibles quand on transite quelques jours ou semaines. Certaines destinations figurent même parmi les plus sûres d’Europe à l’instar de la Slovénie et de la Croatie, qui sont des pays stables politiquement, avec un très faible taux de délinquance et d’insécurité. La présence policière est évidente sans être étouffante.

Méfiance en revanche en Croatie si vous êtes amateurs de randonnées hors des sentiers battus. Les parcs nationaux et naturels croates combleront l’essentiel des randonneurs. Mais la Croatie a subi une guerre éprouvante ce qui a engendré des régions encore minées sur toutes ses frontières avec la Bosnie Herzégovine âprement disputées. Les mines antipersonnels en Croatie ou plus largement dans les autres pays d’ex Yougoslavie touchés par des guerres, ne doivent pas vous décourager d’explorer la nature en itinérant, mais veillez bien à être accompagné d’un bon connaisseur si vous souhaitez vous aventurer dans les zones potentiellement concernées.

Quels sont les pays les plus faciles ou rapides à visiter?

La petite taille de la Slovénie et du Montenegro permettent une première approche en une semaine sans trop de déplacements. Il est possible d’accéder à l’essentiel des sites touristiques depuis un même point de chute.

La Slovénie présente plusieurs avantages non négligeables. Dans ce tout petit pays au réseau routier et autoroutier performant, on circule vite et facilement en voiture, en train ou en bus et il faut à peine plus de 2h pour la traversée du nord au sud ou d’est en ouest. Facile d’accès toute l’année, on l’atteint environ en 2h30 depuis Paris en avion. Elle condense beaucoup de sites naturels, historiques et culturels malgré sa petite taille ce qui permet de l’explorer en bus, en train, en voiture ou même en moto et à vélo. Que vous choisissiez le lac de Bled, les lacs de glace de Bohinj, le parc national du Triglav dans les Alpes juliennes, les petites villes et villages, ou les gorges de Vintgar, les multiples grottes dont la merveilleuse grotte de Postojna ou la rivière souterraine de Skocjan, la Slovénie est une destination capable de séduire les amateurs de vacances actives et sportives ou ceux qui préfèrent la détente dans une nature apaisante.

La Slovénie reste plus chère que d’autres destinations d’Europe de l’est, mais elle est relativement accessible (environ 25 -30% moins cher qu’en France). On peut y trouver des hébergements à prix correct autour de 20€ par nuit et par personne  (sauf pour l’hébergement à Ljubljana, en dehors de quelques auberges de jeunesse) et on y paie en euros. Elle réunit mer, montagnes, campagne, petites villes et une capitale à taille humaine sur une superficie qui ne dépasse pas la Lorraine.

Le Montenegro est un bon point de départ dans les Balkans, car c’est un tout petit pays à la topologie plus typiquement balkanique, avec de nombreuses activités dans la nature (pêche, kanyoning, rafting, escalade, randonnées etc). Le Montenegro est largement dominé par les massifs karstiques. Tout au long du littoral on suit la montagne qui domine à perte de vue et dans tout l’intérieur du pays. Il y a de magnifiques paysages dans le canyon de Tara, l’un des plus grands d’Europe, et dans le canyon de Moraca. Mais aussi dans le Montenegro central qui ne se résume pas à Durmitor même si la seule vue du lac noir justifie une la découverte de la zone…. Il n’est pas possible de visiter le Montenegro en une semaine, mais on peut avoir déjà un aperçu varié et très intéressant lors d’un court séjour!

Il ne faut pas hésiter à découvrir le circuit des monastères puisqu’il y en a beaucoup perdus dans la campagne ou les montagnes et ils sont vraiment un révélateur de l’ancrage dans l’orthodoxie. Même si on n’est pas croyant n’hésitez pas à découvrir les plus fameux, le monastère d’Ostrog, bâti dans la roche, le monastère de Cetinje et le monastère de Moraca, mais il y a des petits monastères, encore plus touchant, partout sur le territoire et dans chacun vous serez accueilli avec bienveillance.

Depuis Cetinje, l’ancienne capitale historique, l’excursion jusqu’au mont Lovcen est incontournable ne serait-ce que pour le panorama, mais il est vraiment dommage de s’y limiter. Le Lovcen ce n’est pas que le mausolée où est enterré le roi fondateur du pays Petar Njegos II, c’est aussi un parc national, le village de Njegusi qui abrite la maison natale du souverain. 

Côté nature on pense évidemment à Durmitor mais le parc de Biogradska Gora s’avère aussi très agréable pour les randonneurs et de nombreux chemins de randonnées s’adressent aux plus expérimentés. A ces destinations s’ajoutent toutes celles du bord de mer, que ce soit les bouches de Kotor, Budva, Petrovac, Ulcinj qui annonce déjà l’Albanie ou le lac Skadar qui constitue un écosystème d’une rare richesse dans les Balkans!

Quel budget faut-il envisager pour visiter les Balkans?

Malgré une hausse significative du coût de la vie en Slovénie et en Croatie, qui restent entre 25 et 30% moins chers que la France, la plupart des pays de la péninsule balkanique permettent des vacances économiques voire très économiques. Hors transports pour s’y rendre, vous n’aurez pas besoin à deux de plus de 150 à 250€ pour visiter la Bosnie Herzégovine, la Macédoine, la Serbie ou l’Albanie pendant une semaine en vous privant de rien. Prévoyez entre 250 et 400€ par personne et par semaine en itinérant en Grèce, au Montenegro, et entre 350 et 500€ en Croatie et en Slovénie pour un séjour confortable ou en agrotourisme.

Classement des pays en fonction du coût de la vie dans les Balkans du moins cher au plus cher:

  1. Albanie
  2. Bosnie Herzégovine
  3. Bulgarie
  4. Roumanie
  5. Fyrom
  6. Kosovo
  7. Serbie
  8. Grèce
  9. Montenegro
  10. Croatie
  11. Slovénie

picto ampoule

Quelle carte pour voyager dans les Balkans?

 La carte NATIONAL Slovénie, Croatie, Bosnie-Herzégovine, Serbie et Monténégro, Macédoine s’avère très pratique pour se repérer sur les principaux itinéraires, car elle condense tous les pays d’ancienne Yougoslavie … Bien qu’elle date de 2012, elle reste l’une des cartes les plus précises et complètes et il y a assez peu de changements sur les réseaux routiers.

Prix : 6,55€

picto plus

Bonne lisibilité (1 cm/10km), présence d’un index des localités, des réglementations routières de chaque pays, des distances et des temps moyens de parcours
» Acheter la carte sur Amazon 

aperçu de la carte croatie balkans
Cliquez sur la photo pour voir un aperçu de la carte

14 commentaires sur “Voyager dans les Balkans : où, quand, comment, pourquoi ?”

  1. Sur les conseils rassurant de Sandrine, je me suis embarquée en août dernier dans la traversé des balkans vers la Grèce pour un long road trip avec mes 2 ados ! Ce fut un voyage merveilleux et l’Albanie de loin notre souvenir le plus fabuleux. Nous n’avons longé que la côte, et campé à l’aller comme en retour sur la côte sud ! Des paysages sublimes! Pas trop touristique, un accueil chaleureux dans des campings simples mais propres. Des plages magnifiques! Dans les villes les gens prenaient le temps de s’arrêter quand nous demandions notre route. Je ne me suis pas senti en insécurité bien que c’était un choc des cultures, dans ce pays défavorisé, où vous rencontrez encore des charrettes à cheval remontant les 4 voies … J’y retournerai sans hésitation !

  2. 2 semaines dans les Balkans en décembre

    Bonjour Sandrine,

    je souhaite visiter la Croatie du 24 Décembre au 05Janvier (2 semaines)

    et passer un peu par ses pays voisins comme :

    -Podgorica au Monténégro (1 journée et 1 nuit)

    -Sarajevo en Bosnie –Herzégovine (1 journée et 1 nuit)

    -Belgrade en Serbie

    Et finir sur Zagreb

    Merci de me donner vos conseils sur tout ce qui vous passe par la tête rapidement :

    Sites à visiter :

    Remarque sur ce circuit : est-ce faisable ?
    Quel autre pays voisin cités ici ou ville de Croatie ne vaut pas le coup de s’y arrêter en hiver ?
    Ou passer Noel et Nouvel An ? quelle ville est festive sur ces 2 occasions ?

    Se déplacer :

    Est-ce possible de louer un voiture et de faire tout ce tour avec la même voiture ou bien d’autre moyen de locomotion sont-ils plus conseillés ?
    Assurance est-elle délivrée sur ces pays par l’agence de location de voiture ?

    Se loger :

    Nous pensions nous loger sur des hôtels ?

    Je vous remercie pour les quelques minutes que vous pourriez prendre à me répondre.

    Vos conseils seront les plus appréciés.

    Cordialement

    Franck

    1. Sandrine Monllor (Fuchinran)

      Est-ce possible de louer un voiture et de faire tout ce tour avec la même voiture ou bien d’autre moyen de locomotion sont-ils plus conseillés ?

      Bonjour,
      ma question serait de savoir si c’est réaliste de faire autant de km pour ne passer qu’un jour dans certaines villes que vous atteindrez après de nombreuses heures de conduite… Déjà, sur le principe, il n’y a pas que ces villes, donc cela devient intéressant si vous êtes

      Quitte à faire un petit tour des Balkans de l’ouest, j’aurais réparti très différemment l’organisation et les destinations. Mais cela part aussi du fait que je connais très bien et que ça me semble assez incohérent d’envisager en quelque sorte 3 jours dans chacun des trois pays voisins tout en allant aussi loin des frontières.
      Pourquoi ne pas repenser un peu votre projet pour le rendre réaliste? N’oubliez pas qu’à cette saison, il peut neiger et même beaucoup neiger en Serbie, au Montenegro, dans toute la Bosnie qui reste montagneuse, en Slavonie et Croatie centrale… donc pour la circulation sur les routes, déjà que quand il fait beau, on ne roule pas vite, je vous laisse imaginer avec la neige…

      -Belgrade en Serbie

      C’est la ville la plus festive que vous trouverez sur votre itinéraire. Sachez que l’on y fête le Nouvel An, le 1er mais aussi les fêtes en décalé avec Noël le 7 janvier et les festivités du réveillon le 6 avec le fameux Badnjak et le nouvel an orthodoxe le 14 janvier.

      Vous trouverez des conseils concernant la ville de Belgrade ici :

      Visiter Belgrade en pratique : conseils de voyage et de visites

      et à propos des traditions de Noël en Serbie :

      Le réveillon du Nouvel an à Zagreb est marqué en revanche par le lâcher des lanternes, qui est un événement populaire très sympathique. Sur l’article ci-dessous il y a un petit aperçu des animations à la période des fêtes de fin d’année à Zagreb

      Noel ou Nouvel An a Zagreb en Croatie ; une destination atypique à découvrir!

      Quelles sont vos prévisions de visites en Croatie? Ce sera plus simple pour voir comment il serait pertinent de remanier et ce qu’il faudrait éventuellement sacrifier ?

      Déjà Podgorica ne présente aucun intérêt. Je n’aime pas dire cela d’une ville, mais à l’échelle du Montenegro, c’est vraiment la seule ville à ne pas envisager.

      Visiter Podgorica, capitale du Montenegro ; une ville sans grand intérêt

      Evidemment, il y a Kotor, Budva, Perast, qui peuvent se découvrir en un jour, même si à cette saison, vous devrez bien envisager que la nuit tombe à 16h.

      1. voici mon circuit initial qu il me faut ajuster,donc

        aucun probleme ,je vous ecoute,

        un grand merci

        projet d’itinéraire dans les balkans en décembre

      2. Sandrine Monllor (Fuchinran)

        Concernant le train, je ne le conseille que pour les liaisons entre les anciennes capitales de l’ex Yougoslavie, car pour le reste ce ne sera pas pertinent et surtout pas en Croatie où les liaisons restent limitées et moins pratiques que le bus. Prévoyez donc pour le train Belgrade – Zagreb, Sarajevo – Belgrade.

        Première chose à vraiment prendre en compte, la durée du jour qui est très très réduite à cette période. Prévoyez donc bien que la nuit tombera à 16h. Cela signifie que vous n’aurez pas plus de 8h de jour car le jour se lève aussi très tard. Mais comme les conditions sont restrictives à ce niveau.

        Sachez que l’entrée de Plitvice est possible en général toute l’année, mais en décembre, on n’accède qu’à environ 1% du parc habituellement ouvert entre avril et octobre. L’accès est en général limité aux petits circuits sur les lacs inférieurs ; ce qui implique le panorama sur la grande chute et le canyon des lacs inférieurs (je ne suis pas sûre que le belvédère soit accessible pour la vue sur les lacs inférieurs car les marches sont très glissantes et donc dangereuses). Ne prévoyez pas plus de 3h dans Plitvice, car on ne peut pas vraiment parler de circuit à cette période et si les conditions de neige venaient à être trop mauvaises, l’accès ne serait possible que pour la passerelle du canyon des lacs inférieurs.

        Plus de conseils pour identifier les circuits ; sachant que seule l’entrée 1 sera ouverte (en principe, malgré les travaux actuels).

        Quelle est la meilleure entrée pour visiter les lacs de Plitvice?

  3. 3 semaines dans les Balkans et en Italie avec un enfant de 14 mois

    Bonjour,
    Nous avons prévu un voyage de plus de 3 semaines entre Italie, Slovénie, Croatie et Bosnie avec notre fils de 14 mois.
    Nous allons passer 2 jours à Ljubljana, 7 jours à Klek et 7 jours à Zadar.
    J’ai déjà regarder les différentes visites et attractions, mais est-il possible de me conseiller sur les meilleures visites ?

    1. Sandrine Monllor (Fuchinran)

      Bonjour Dominique,
      La demande est très générale, que recherchez-vous comme informations?

      Quel drôle de choix Klek… Je trouve cela un peu étonnant. Ni spécialement joli, ni pratique car collé à la frontière de Neum et des plages pas très agréables… Pourquoi ce choix?

      Plutôt que Zadar, je vous recommanderais plutôt une petite station familiale comme Pakostane et / ou Biograd. Zagreb reste touristique donc plus bruyante ou avec plus de désagréments. Si vous n’avez pas déjà réservé vos hébergements, pensez y.

  4. Bonjour
    je compte faire un voyage dans quelques mois vers un pays européen et j’hésite ente 3 pays la Grèce, la Croatie et la Turquie. Donc j’essaye de m’informer le plus sur chaque pays pour pouvoir choisir…
    Croatie, Grèce ou Turquie : que me conseillez-vous?
    Merci
    Adila

    1. Sandrine Monllor (Fuchinran)

      La Turquie est si vaste qu’il faut déjà savoir où tu envisages d’aller? Si c’est sur la riviera méditerranéenne, il y a de beaux sites archéologiques à découvrir, la proximité des montagnes pour apprécier une nature sauvage. Mais la qualité de l’eau est beaucoup moins pure qu’en Croatie et elle peut même s’avérer très déplaisante. Antalya est un bon point de départ et pour une semaine, c’est cette zone que je conseillerais pour la mer. Bien sûr il y a l’alternative d’une ville aussi dense qu’Istanbul et de la Marmara. Il y a des sites sublimes comme Pammukale, la Cappadoce. Mais tout est assez éloigné et il faut donc faire des choix ou accepter de longs déplacements. L’influence est globalement assez homogène sur le plan culturel et religieux, en dépit des rappels historiques de la période hellinistique, des sites gréco-romains.

      On ne peut pas ignorer néanmoins une relative insécurité liée au terrorisme intérieur et islamiste. Du coup, il n’est pas possible d’y trouver les garanties qu’offre la Croatie, alors que la Grèce reste souvent soumise à des conflits sociaux et des grèves dures. Donc là aussi même si ce n’est pas le cas actuellement, il faut le prendre en compte pour éviter de transformer les vacances en galère!

      La Croatie est un concentré très passionnant d’influences variées : italiennes et slaves en particulier, mais pas que. Il serait dommage de se limiter à la Croatie du littoral. Cela se retrouve dans les styles architecturaux avec une forte dominante antique (romaine) puis vénitienne entre la Dalmatie et l’Istrie, mais dans la Croatie centrale on retrouve aussi tout l’esprit “Mitteleuropa” qui rappelle l’héritage de l’empire d’Autriche et Hongrie.

      La richesse du patrimoine naturel et la préservation des parcs est impressionnante. Il y en a pour tous les goûts sans forcément beaucoup rouler. En se positionnant dans des villes stratégiques comme Split, Zadar, on peut accéder à des sites très divers et à des îles proches et différentes aussi les unes des autres. La qualité de l’eau est réputée d’où les fréquentes photos de la mer cristalline. Les plages en revanche sont souvent des petites plages de graviers et cailloux, des criques, rarement du sable.

      Pour le coût de la vie en Croatie, il a bien augmenté mais reste raisonnable. Encore plus quand on voyage en moyenne ou basse saison.

      Pour les visites, il n’y a que l’embarras du choix au point qu’il est bien difficile de proposer une sélection des plus beaux sites. Il suffit de regarder cette page pour s’en convaincre ainsi que cet échantillon de photos qui donnent un aperçu de la Croatie.

      Où aller en Croatie? Top 5 des plus beaux sites croates à ne pas manquer

      La Grèce, là aussi il y a plusieurs Grèce. Chaque archipel est un peu une Grèce à part. La Grèce continentale j’ai moins aimé, bien que j’ai apprécié les paysages assez sauvages de la Grèce centrale ou des sites comme Delphes impressionnant aussi pour le panorama sur la mer d’oliviers!

      Côté prix c’est à peu près la même coût de la vie qu’en Croatie (un peu moins cher pour les visites et les repas), mais cela dépend quand et où on va aussi. J’avoue que j’aime moins la Grèce qui a pourtant de nombreux fans depuis longtemps. C’est aussi les Balkans, mais je préfère les opportunités proposées par la Croatie qui permet aussi de faire des escapades dans les pays voisins composant avant la Yougoslavie. Encore plus impressionnant quand on imagine que tous ces petits pays n’en faisaient qu’un!

    2. Sans aucune hésitation Adila j’irai en Croatie , pourquoi ? La Turquie est instable en ce moment, si tu veux visiter c’est préférable de le faire accompagner d’un guide qui saura te dire où aller et surtout où ne pas aller…
      La Grèce peut être une destination favorable mais j’ai ouïe dire qu’il y avait pas mal de vols dans les hôtels à cause de la crise qui leur est tombée sur le coin de la gueule, dans l’idée je ferais plutôt la crête que la Grèce.

      L’avantage de la Croatie ou comme j’aime l’appeler “l’ex Yougoslavie” c’est qu’en un seul pays tu avais toutes les religions, orthodoxe, catholique, musulmans et tout se passait très bien… Merci Tito.
      Tu as tellement de choses à visiter rien qu’en Croatie… Les îles, les monastères, les églises, Dubrovnik… Rien que pour ça chaque année je pourrais y retourner…

    3. Bonjour
      Je te conseille de partir en Grèce, je suis tombé amoureux de ce pays l’année dernière.
      C’est très différent d’un endroit à l’autre et il y en a pour tous. Ceux qui aiment l’histoire, la plage, les randos…
      C’est les Cyclades moi qui m’ont conquis le calme et son authenticité comme Paros.
      J’avais trouvé cet article plutôt utile pour les destinations grecques ça traite les avantages et les inconvénients ou aller en Grèce
      https://destinationpaschere.com/ou-aller-en-grece/

      La Croatie est aussi magnifique, le parc national de Plitvice est juste fou, les remparts de Dubrovnik, et les plages des îles comme celle de Brac.

    4. stephane hirschfeld

      Croatie Grece Turquie .connaissant assez bien la Grèce et ses iles
      la grèce reste une destination sure au niveau de la sécurité c’est la chose la plus importante quand ont choisi
      une destination.
      tout dépend ce que l’on recherches . si vous comptez restez enfermés dans un complexe avec 1500 personnes en permanance autour de vous . la turquie fera l’affaire ils sont malheuresement reputer pour leurs usines a touristes
      qui ont été construit par milliers…. mais doit y avoir des coins sympa et des petits hotels locaux en cherchant bien .
      mais 90 % DES TOURISTES qui vont en turquie ne sorte pas de lhotel a part la rue pietonne a coté de lhotel ..
      la croatie je ne connais pas . donc pas d’avis mais une destination attirante
      revenons a la grece ou vous aurez l’embarra du choix , toute les iles ou le continent .
      la grece reste une destination tranquille paisible et abordables niveau tarifs . meme si tout nest pas parfait

  5. Bonjour, votre article m’a séduit et je vais réaliser le projet de découvrir cette partie de l’europe que nous connaissons mal. Un grand merci à vous

Répondre à normy Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *